mardi 15 novembre 2016 - par micnet

Eric Guéguen, de la misère du matérialisme

Voici une nouvelle vidéo proposée ici par notre ami Eric Guéguen, vidéo consacrée à la notion du matérialisme et à son exact contraire à savoir la notion de " l'âme". Dans notre société moderne qui a consacré tous les mots en "isme" : individualisme, relativisme et matérialisme (sans oublier les idéologies qui en découlent : marxisme, libéralisme, fascisme, nazisme)... tout cela en réaction au "christianisme", pourquoi ne pas étudier à nouveau, à l'instar de ce que faisaient nos chers anciens, l'âme humaine ?

 

Gageons que ce sujet proposé par Eric, probablement un des plus passionnants qui soit pour peu qu' on aime la philosophie, n'attirera pas les foules. Il est vrai qu'on ne parle ici ni du sionisme, ni de l'islam, ni même du complot judéo-maçonnique. Ceci expliquant sans doute cela...Et pourtant, l'âme humaine et la spiritualité sont les véritables antidotes au monde marchand, voilà pourquoi elles ne font sans doute pas "nombre".

 

Nous comptons donc sur les "meilleurs esprits" pour en débattre !

 

 



120 réactions


  • gaijin gaijin 15 novembre 2016 09:36

    " misère "
    en effet ..........


  • medialter medialter 15 novembre 2016 10:31

    Partant déjà sur une notion hautement discutable - "l’âme l’envers du matérialisme", alors que personne ne sait réellement ce qu’est l’âme, et que chacun en possède une idée différente - notre philosophe de comptoir poursuit dans une polémique de copyright religieux qui n’a strictement aucun intérêt. Pour une fois qu’un politéia pouvait être intéressant, la notion d’ésotérisme y est complètement occultée pour n’évoquer que la bipolarité Religion/laïcité. On se retrouve à des années-lumières de vrais arguments contre le matérialisme, bienvenue donc à la branlette ? 22, misère du guéguenisme


    • berphi 15 novembre 2016 11:23

      @medialter
      Le parti pris de faire des vidéos d’une durée de 7 mn implique que le traitement de leur sujet se fasse sur les grandes lignes. Une vidéo d’une durée d’une heure ne suffirait pas à aborder correctement ce que vous évoquez (âme, matérialisme, ésotérisme), le sujet étant trop vaste ; il y a plusieurs ésotérismes (société secrète, paranormal, occultisme). 


    • berphi 15 novembre 2016 14:00

      @yoananda
      E. G. expliquait dans une vidéo précédente que les formats supérieurs à 7 mn ne pour de la philo diffusée auprès d’un large public ne retenaient pas l’attention. 
      7 mn peuvent suffire à lancer à débat sur une des questions abordées. Rien empêche medialter de fournir les éléments qui compléteraient, selon lui, le sujet et qui par ailleurs sont intéressants (l’ésotérisme).


    • medialter medialter 15 novembre 2016 15:57

      @berphi
      "E. G. expliquait dans une vidéo précédente que les formats supérieurs à 7 mn ne pour de la philo diffusée auprès d’un large public ne retenaient pas l’attention"

      *

      Ca me rappelle une réponse que je lui ai faite à ce sujet, pour lui le format idéal serait de zéro minute. Il ne lui est pas venu à l’idée qu’il ne retenait pas l’attention, tout simplement parce qu’il est chiant et vide ? Personnellement, il n’est pas rare que je regarde des vidéos de 6 ou 7 heures en regrettant que ça n’ait pas duré plus longtemps, de mémoire ça avait été le cas pour le premier article posté ici par Laurent Fendt. Comme le dit Yoananda, c’est bien Guéguen qui choisit le format de ses vidéos, on va quand même pas la lui tenir quand il décide de produire. Des approches sur l’ésotérisme, il y en a de très basiques tout en étant très passionnantes, comme celle-ci, 500.000 visites en 3 ans (puisque Guéguen jouit sur le nombre de vues), que l’on regarde jusqu’au bout sans voir le temps passer. Non mais vous allez quand même pas engueuler les spectateurs ? smiley


    • Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 15 novembre 2016 16:04

      @medialter
      "la notion d’ésotérisme y est complètement occultée"

      Cette formule est assez drôle. 


    • Éric Guéguen Éric Guéguen 15 novembre 2016 16:16

      @yoananda
       
      Il y a aujourd’hui un intérêt croissant pour l’ésotérisme, une « démocratisation » paradoxale du phénomène dont témoigne le lien proposé par Medialter. Ceci se manifeste encore plus en librairies et dans l’édition, où peu à peu on abandonne la catégorie « sciences humaines », « chiante et vide » comme le dit si bien Medialter, pour la catégorie « développement personnel », plus aguichante et mieux en accord avec l’air du temps. Ceci permet par exemple de placer « j’apprends à lire l’avenir dans les étrons » au même niveau du savoir que les textes « chiants et vides » de Husserl ou Bergson.
       
      Plus généralement, quand on accorde pas mal de son temps à produire un contenu gratuit, on aime être écouté un minimum, je pense que vous le comprendrez aisément. Et ce sans avoir à ponctuer chaque phrase du mot « juif » pour tenir le gogo en éveil. C’est un calcul certes malheureux, mais dont toute personne qui produit réellement quelque chose – et qui donc se frotte à la matérialisation de la pensée, pour rebondir sur le sujet proposé – doit faire l’expérience.


    • medialter medialter 15 novembre 2016 16:24

      @Éric Guéguen
      "Ceci permet par exemple de placer « j’apprends à lire l’avenir dans les étrons » au même niveau du savoir que les textes « chiants et vides » de Husserl ou Bergson"

      *

      Si c’est tout ce que tu as retenu de l’ésotérisme, je comprends mieux que tu sois incapable d’en parler. Si dans quelques vies tu deviens capable de lire un Fulcanelli ou un Kunrath, tu comprendras que même un Bergson (très influencé par Plotin, ndlr) n’est en regard qu’un petit amuse-gueule.


    • Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 15 novembre 2016 16:37

      @medialter
      "Partant déjà sur une notion hautement discutable - "l’âme l’envers du matérialisme", alors que personne ne sait réellement ce qu’est l’âme, et que chacun en possède une idée différente"

      Pour commencer, disons que tout est "hautement discutable", surtout dans le domaine spirituel. Merci donc de cette invitation à discuter hautement. 

      Ensuite, si personne ne sait ce qu’est l’âme (et donc vous non plus), comment pouvez-vous affirmer que chacun en possède une différente (ce qui est déjà lui donner un commencement de définition très significatif) ?

      Enfin, à supposer (comme vous le dites) que personne ne sache ce qu’est l’âme et que chacun en possède une différente, n’est-ce pas justement tout le contraire de la matière dans la perspective matérialiste : une chose dont on prétend pouvoir tout connaître (le contraire de l’âme qui est inconnue) et qui serait notre réalité commune (le contraire de l’âme qui est singulière) ?


    • Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 15 novembre 2016 16:45

      @medialter
      Cette vidéo n’est pas du tout un exposé sur l’ésotérisme mais bien un exposé sur le matérialisme. C’est d’ailleurs clairement annoncé dans le titre et dans la première phrase de la présentation de Micnet. Par conséquent, il serait tout aussi vain de tenter de montrer que c’est un mauvais exposé sur l’ésotérisme que de tenter de montrer que c’est un mauvais exposé sur le cyclisme ou sur la culture du maïs.


    • medialter medialter 15 novembre 2016 16:58

      @Qaspard Delanuit
      "ensuite, si personne ne sait ce qu’est l’âme (et donc vous non plus), comment pouvez-vous affirmer que chacun en possède une différente"

      *

      C’est votre première discussion sur le sujet ? Pas moi. Si vous ne me croyez pas, c’est tout simple, faites ici un sondage, et vous constaterez que chacun en a une idée différente

      *

      "Enfin, à supposer (comme vous le dites) que personne ne sache ce qu’est l’âme et que chacun en possède une différente, n’est-ce pas justement tout le contraire de la matière dans la perspective matérialiste"

      *

      C’est parfaitement idiot de dire que l’âme est l’envers du matérialisme. Peut-être une partie de son contraire, car il existe d’autres concepts s’opposant fondamentalement au matérialisme comme par exemple l’esprit, que la théologie voit comme étant une composante disjointe de l’âme. Tout ça, à supposer que l’âme existe et ne soit pas issue d’un concept culturel exclusivement occidental (En Orient, la notion d’âme n’existe pas, ou, tout au moins, elle est fort différente de la nôtre). A l’envers du matérialisme, j’aurais plutôt parlé d’ésotérisme, ce qui est aussi discutable, mais largement moins faux. Voilà pour ce qui est des notions discutables, pour le reste je vous laisse à ce triste fil, j’ai vraiment pas envie de perdre mon temps à instruire l’attardé du comptoir smiley


    • medialter medialter 15 novembre 2016 17:04

      @Qaspard Delanuit
      "Cette vidéo n’est pas du tout un exposé sur l’ésotérisme mais bien un exposé sur le matérialisme"

      *

      NON. Contre la matérialisme. C’est sûr qu’en mettant l’âme en contraire du matérialisme, il commence avec l’angle de la tour de Pise. Une approche tellement mauvaise qu’il a besoin de vous en avocat, incapable de venir lui-même défendre sa crotte. Je vous laisse plaider en faveur de ce désert conceptuel smiley


    • Éric Guéguen Éric Guéguen 15 novembre 2016 17:05

      @Qaspard Delanuit
       
      Par ailleurs, lier de manière consubstantielle l’âme à l’ésotérisme est un très mauvais service rendu à la première. Tout grec était conscient de son âme, et bien peu - PAR DÉFINITION - de manière ésotérique.
      Encore un biais typiquement moderne.
       
      @Madialter
       
      Si Dieu me prête encore 40 ans de vie terrestre, et que je puisse ainsi avoir l’âge du haut duquel tu nous craches au visage aujourd’hui, je pense pouvoir trouver le temps de m’intéresser à Fulcanelli.


    • medialter medialter 15 novembre 2016 17:19

      @Éric Guéguen
      Mon pauvre ami, je suis à peine plus âgé que toi. Et comme j’ai passé 20 ans à étudier Fulcanelli et les autres auteurs du genre, en ayant, contrairement à toi, eu le flair de faire l’impasse sur la politique, je doute vraiment que tu commences à en comprendre quoi que ce soit avant d’être grabataire. Mais je salue l’impulsion, comme quoi rien n’est jamais perdu


    • Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 15 novembre 2016 17:20

      @medialter
      "crotte."

      En fait, c’est incontrôlable, chez vous, n’est-ce pas ?  smiley

      https://www.youtube.com/watch?v=hsnnQp9vtS4


    • Éric Guéguen Éric Guéguen 15 novembre 2016 17:24

      @medialter
       
      Tout le monde sait ici l’âge que tu as.
      Si ça se trouve, ce n’est même pas ta vraie photo. Ni ton vrai nom.


    • Ozi Ozi 15 novembre 2016 19:50

      @medialter :"j’ai passé 20 ans à étudier Fulcanelli"

      Une belle leçon alchimique pour expérimenter la notion illusoire du temps...  smiley


    • Ozi Ozi 15 novembre 2016 19:51

      @Éric Guéguen :"Tout le monde sait ici l’âge que tu as."

      Pas moi, il a quel âge grincheux ?


    • medialter medialter 15 novembre 2016 19:55

      @Ozi
      "Pas moi, il a quel âge grincheux ?"

      *

      Et là le temps n’est plus illusoire ? smiley


    • Ozi Ozi 15 novembre 2016 20:13

      @medialter

      Si si toujours, c’est juste un arrangement d’usage égotique, et vu que cette illusion semble peser sur ton âme au point de lui donner de la valeur.. smiley


    • medialter medialter 15 novembre 2016 20:24

      @Ozi
      Cette illusion travaille surtout Guéguen, lui qui s’est fait une idée fixe de voir ma gueule et connaître mon âge, comme les pétasses sondent les portefeuilles de leurs cibles. T’as pas bien lu la seconde ligne du post en question, à défaut d’assouvir sa curiosité, il tentait de faire de l’esprit. Fallait pas prendre ça au premier degré, novice que tu es, toi c’est sûr, t’as pas encore l’âge smiley


  • JL 15 novembre 2016 10:31

     ’’l’âme humaine et la spiritualité sont les véritables antidotes au monde marchand’’

     Les croyants autant que les athées se pressent dans les temples de la consommation, et rêvent de belles maisons, belles bagnoles et bonne bouffe.

    Avec les mots d’Elisabeth Roudinesco, ’’L’inconscient est comme une âme et l’âme est la partie inconsciente de la subjectivité. L’âme, c’est le moteur de la vie, quelque chose qui dépasse l’existence humaine : un principe spirituel, immatériel. Cela ne se voit pas. Il y a autant de manières de décrire l’âme que de religions ou de croyances. Comme pour l’inconscient, il n’existe pas de preuves de l’existence de l’âme.’’ 
     
     Ce que vous appelez matérialisme c’est l’émancipation de l’homme par rapport à ceux qui, l’instar des banquiers, pourraient dire : votre âme m’intéresse. 
     
     
     En clair, la réalité du discours christianiste c’est : ’’Votre inconscient appartient à dieu, et dieu appartient au dogme dont nous sommes les prosélytes’’.
     
     Désolé, mon inconscient m’appartient, et je ne suis pas moins spirituel que vous.
     
     
     

    • Rounga Rounga 15 novembre 2016 11:42

      @JL
      "Les croyants autant que les athées se pressent dans les temples de la consommation, et rêvent de belles maisons, belles bagnoles et bonne bouffe"

      Vous faites là une généralité qui prétend réfuter l’affirmation selon laquelle "l’âme humaine et la spiritualité sont les véritables antidotes au monde marchand". Je pense que votre réfutation est insuffisante, car vous semblez avoir une interprétation floue de ce que signifie "le monde marchand" pour Eric Guéguen. Je dis "semblez", car je vois deux façons de comprendre votre phrase. Une interprétation forte et une interprétation faible.

      -Interprétation forte : 

      "se presser" = passer un temps considérable dans les centres commerciaux, supérieur à ce qui est nécessaire pour simplement subsister

      "rêver" = tendre tous ses efforts en vue du but rêvé

      -Interprétation faible : 

      "se presser" = se trouver occasionnellement dans des centres commerciaux

      "rêver" = espérer une chose plutôt que son contraire

      L’interprétation forte est trop catégorique pour s’appliquer aux croyants (et aux athées) pris comme une généralité ; l’interprétation faible ne suffit pas pour réfuter que la spiritualité soit une antidote au monde marchand. Car alors tout acte d’achat serait un signe d’appartenance au monde marchand. Or je crois que ce qui définit la soumission au monde marchand, c’est justement ce qui est décrit dans l’interprétation forte. 

      On voit donc que, vu les deux interprétations possible de votre réfutation, celle-ci ne tient pas. Ce que vous vouliez réellement exprimer se trouvait sans doute entre les deux interprétations, mais il n’en reste pas moins que le mélange et le dosage réciproque des deux interprétations est problématique.

      Il faut aussi noter que le terme "croyant" est lui aussi susceptible d’une interprétation élastique, puisqu’on peut désigner ainsi les individus poursuivant avec passion un but spirituel, comme ceux qui n’ont qu’une simple opinion à propos de la religion, qui n’est pas suivie de pratique. Or la catégorie concernée dans l’affirmation de Guéguen est sans doute celle qui a une activité intellectuelle et spirituelle suffisante pour relativiser l’attrait des biens matériels, que ce soit pour le confort ou pour la vanité. Or il me semble évident qu’un tel profil n’est pas compatible avec celui du consommateur compulsif, individu rêvé pour le monde marchand. 

      Remarquons pour finir que, selon ce que je viens de dire, l’appartenance à une religion ne définit pas exclusivement la pratique d’une spiritualité.


    • JL 15 novembre 2016 12:47

      @Rounga

       heureusement que vous vous êtes arrêté à l’analyse de ces deux lignes sur les 12 que contenait mon post : nous venons d’échapper à un commentaire de deux pages ! 

       

       smiley


    • Rounga Rounga 15 novembre 2016 12:54

      @JL
      J’avais du temps à perdre.


  • crow le celte 15 novembre 2016 10:38

    Dans nos sociétés d’ "ismes", l’âme n’est effectivement pas prise au sérieux comme vous le soulignez dans votre vidéo.

    J’irais un peu plus loin en affirmant que sérieux est un mot un peu trop subtile pour exprimer avec quelle ignorance et quel volontarisme des peuples entiers ont été décimé parce qu’ils attachaient plus d’importance à l’esprit qu’au matériel. Ces sauvages ne méritaient pas d’entrer dans la spirale concrète du progrès et encore moins dans l’élévation spirituelle menant à la divinité ultime !

    Oui la reconnaissance de l’âme ou de l’esprit n’est pas d’actualité dans nos société dites des lumières mais l’optimiste que je suis tend à penser qu’un jour la lumière ne viendra assurément plus du cœur d’un réacteur nucléaire !

    Merci pour le partage.


    • crow le celte 15 novembre 2016 10:50

      @le celte
      Les animaux ont une âme et certains mammifères accumulent leurs réserves substantielles pour passer l’hiver. Il s’agit sans doute pour l’Homo SS d’une hérédité transmise, question de survie ?


  • pegase pegase 15 novembre 2016 11:36

    Et pourtant, l’âme humaine et la spiritualité sont les véritables antidotes au monde marchand, voilà pourquoi elles ne font sans doute pas "nombre".



    Ben oui .... mais il faut bien une bagnole si vous habitez à la campagne, surtout en région froide l’hiver, j’aimerais bien voir le père Guéguen à vélo sur les routes vosgiennes enneigées  smiley

    Sel interdit et clous sont interdits sur les 2 roues...

    Et puis il faut s’abriter du froid = > il faut encore une maison en plus de la bagnole, cette maison il faut la chauffer, donc il faut un fourneau ... etc ... etc ...

    Ne comptez pas sur votre âme ni sur votre ami Guéguen pour vous chauffer ...

     


    • gaijin gaijin 15 novembre 2016 12:02

      @pegase
      et puis il y en a qui ont des voitures des maisons des yatch et qui ne vivent que grace aux antidépresseurs qu’ils soient médicaux ou festifs ........ne comptez pas sur goldman sachs pour vous rendre heureux quel que soit votre compte en banque .....


  • Carmela Carmela 15 novembre 2016 11:44

    Bonjour,

    Sommes nombreux à avoir vu "le sens de la vie" des Monty Python ou à vivre la morbidité des arguments du monde marchand et matérialiste....

    Ce qui compte à mon avis, c’est plutôt la nécessité d’organiser un mode de vie spirituelle en cohérence vibratoire avec ce monde ici bas. Pour mieux dire....inverser "dans le bon sens" le rayonnement vibratoire de ce monde ici bas.

    La modernité dans ses plus troublantes, écoeurantes, douloureuses manifestations matérialistes nous interroge également sur notre rapport au temps, au travail, quel est le but de nos vies....et le but de "la croissance" à tout prix ....

     Comment créer une nouvelle organisation sociétale qui pourra nous permettre de penser et acter nos vies terrestres au delà des clivages du monde matérialisme ?

    Et le monde de la finance dans tout ça ? Sommes nous prêt à sublimer collectivement cette énergie la.... ?

    Merci à E. Gueguen, Micnet pour cette vidéo qui s’adresse à nos âmes et consciences.


    • Rounga Rounga 15 novembre 2016 11:48

      @Carmela
      Je comprends globalement le sens de votre message, mais pouvez-vous m’expliquer pourquoi vous avez ajouté l’épithète "vibratoire" à plusieurs de vos expressions ?


    • Carmela Carmela 15 novembre 2016 12:22

      @Rounga
      "Je comprends globalement le sens de votre message, mais pouvez-vous m’expliquer pourquoi vous avez ajouté l’épithète "vibratoire" à plusieurs de vos expressions ?"

      Merci pour votre question Rounga, je vais tenter une explication avec des mots qui je le souhaite vous parleront smiley

      Tout comme un poste de télévision, nous autres animaux humains, sommes en mesure de capter consciemment ou inconsciemment un champs d’informations à des niveaux de fréquences différentes. C’est notre capacité d’écoute intérieure qui ancre ou pas l’onde qui nous traverse et qui fait cohérence ou pas dans notre conscience.



    • Rounga Rounga 15 novembre 2016 12:56

      @Carmela
      Merci pour ces explications.


  • samagora95 samagora95 15 novembre 2016 12:24

    Voie sans issue !


    Le monde matériel est un fait, il faut boire, manger, gagner son pain.....cela n’empêche pas d’être sensible et spirituel, ce rejet viscéral du monde matériel à souvent pour origine une dépression psychologique non assumée...la peur de l’autre, la peur de la vie.

    Au bout de ce chemin se trouve les sectes, le repli sur soi, puis s’installe la vraie dépression bien matérielle et palpable.



    • Carmela Carmela 15 novembre 2016 12:40

      @samagora95

      "Le monde matériel est un fait, il faut boire, manger, gagner son pain.....cela n’empêche pas d’être sensible et spirituel,..."

      Oui

      "ce rejet viscéral du monde matériel à souvent pour origine une dépression psychologique non assumée...la peur de l’autre, la peur de la vie."

      Il ne s’agit pas de rejeter le monde de la matière mais plutôt d’aller "ouvrir" un lien avec.... comment dire, qui n’exclut pas l’infiniment petit dans l’infiniment grand.

      Ou vice et versa....



    • Rounga Rounga 15 novembre 2016 12:56

      @samagora95
      Le tout spirituel comme le tout matériel est une impasse. L’être humain est à la fois matériel et spirituel, parvenir à concilier les deux est un numéro de funambule, mais c’est la seule voie qui nous permette de réaliser pleinement notre humanité.


  • zzz999 15 novembre 2016 13:41

    Pour qu’il y ait une réaction au Christianisme encore faut-il que celui-ci ait été appliqué quelque part, ce qui sauf preuve du contraire n’est pas le cas.


  • mehdite mehdite 15 novembre 2016 13:45

    guéguen , un homme dans le vent ,collant bien à notre époque : des soldats de plomb , des étagères de vanités et de l’eau lourde ... très lourde . Il faudrait un miracle pour illuminer ces con sciences


  • Arnaulde Schwarzandgueguerre L’Equatorien 15 novembre 2016 15:16

    Pourquoi les pensées des philosophes amateurs comme BHL, Onfray ou Eric Guéguen sonnent creux ? Car leurs auteurs ne souffrent pas, ni dans leur chair, ni dans leur esprit, c’est pourtant une des deux écoles indispensables pour bien comprendre et surtout vivre les concepts dont ils se targuent de connaître, sans connaître, l’école de la souffrance et l’école d’apprendre en s’amusant, sans même s’apercevoir qu’on apprend ou alors en ayant du plaisir. Mais la plus efficace pour moi reste celle de la souffrance, un enfant ne remettra pas deux fois sa main sur la plaque chauffée au rouge, à moins de s’appeler Michou et d’avoir un abonnement annuel à la Fistinière, tandis qu’un gars qui s’est contenté de savoir par autrui que le feu ça brûle n’aura jamais l’information ancrée dans son épiderme pour apprécier tous les degrés de la dite sensation à décrire ensuite pour épater ses amis masturbins du cervelet, par hobby.
    ^^
    Vivez, observez, expérimentez, souffrez et apprenez, sinon vous resterez à jamais en surface, superficiels éternels, à admirer les Nietzsche et autres Baudelaire, qui eux, ont mal fini et on su ce que c’était de souffrir, donc ne parlaient pas dans le vide sans avoir vécu les choses dans leurs corps, leurs coeurs et leurs âmes.
    ^^
    Les vrais philosophes sont des êtres torturés, pourvus d’une empathie, d’une sensibilité et d’un altruisme plus grands que la moyenne, on ne s’improvise pas philosophe, on peut devenir philosophe, pas juste pour passer un examen et obtenir un diplôme pour frimer devant les copines, mais surtout philosophe, on l’est ou on ne l’est pas, car c’est un style de vie, une manière de vivre, pas une posture qu’on prend entre deux séances de ciné, une vie affective et/ou familiale heureuse et accomplie et jouir comme un despote de la vie avec ses potes qui ont lu Platon ou Aristote.
    ^^
    Méditez là dessus, je reviendrais dans 400 ans ramasser les copies...
    ^^


    • Éric Guéguen Éric Guéguen 15 novembre 2016 16:01

      @L’Equatorien
       
      C’est quoi « vivre » ? Se prendre des coups ? Perdre des proches par accident ou maladie ? Avoir des soucis d’argent ? Voir les gens que l’on aime se déchirer et souffrir ? Que faut-il de plus pour avoir droit de lire Platon et Aristote ? Une amputation des jambes ? Un exil forcé ? Un cancer des poumons au stade avancé ? Plusieurs faillites financières, façon Trump ?
       
      C’est quoi « vivre », vous qui êtes expert ? Venir chaque jour endosser un pseudo jovial et poser une pêche verbale sur deux ou trois sites ? C’est un concours de souffrances auquel vous me conviez ? Un concours de sacrifices ? C’est bien ça ? C’est là le seul moyen à vos yeux d’attacher une once de légitimité à un propos rendu public ?
       
      Tout ceci, la plupart des gens y ont droit un jour ou l’autre et je ne déroge pas, soyez sans crainte. Mais au-delà de ça, vivre une vie d’homme, n’est-ce pas se poser continuellement des questions et partager le fruit de ce questionnement avec ses quelques semblables ayant les mêmes scrupules ? J’espère pour vous que vous ne mettrez pas 400 ans à le comprendre, puisque vous n’êtes pas homme à postures.


    • Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 15 novembre 2016 16:02

      @L’Equatorien
      Le "philosophe amateur" est le véritable philosophe indépendant. Le philosophe professionnel, celui qui gagne sa vie avec la philosophie, c’est celui que la tradition antique nomme le sophiste. La philosophie fait partie des pratiques dont le professionnalisme détruit l’intégrité, comme par exemple la sexualité (un amant professionnel est un gigolo ou une putain mâle). BHL n’est certainement pas un philosophe amateur, car il gagne très bien sa vie avec ses grimaces et ses discours. Sans doute vouliez-vous dire autre chose, mais il faut trouver les bons mots pour le dire (surtout à propos de philosophie). 


    • Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 15 novembre 2016 16:17

      C’est d’ailleurs une singulière manifestation du matérialisme ambiant que de croire que le "professionnalisme" d’une activité impliquant l’âme pourrait lui conférer une plus grande valeur (poète professionnel, artiste professionnel, philosophe professionnel, amoureux professionnel et pourquoi pas bientôt mère professionnelle). 


    • Éric Guéguen Éric Guéguen 15 novembre 2016 16:21

      @Qaspard Delanuit
       
      Tout à fait. Ce grossier m’a tellement gonflé que je n’ai pas eu la présence d’esprit de le renvoyer à ma vidéo introductive de l’an dernier, celle où je martèle précisément que je suis amateur (à 5 ou 6 reprises, je ne sais plus), et tiens à le demeurer.


    • Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 15 novembre 2016 17:27

      @Éric Guéguen

      Marc Aurèle était empereur professionnel et philosophe amateur. Et c’est plutôt l’amateur qui m’intéresse quand je lis ses écrits.  smiley



    • Arnaulde Schwarzandgueguerre L’Equatorien 15 novembre 2016 18:52

      @Éric Guéguen
      Tout à fait. Ce grossier m’a tellement gonflé

      ^^

      Un rien vous gonfle et vous fait tomber dans l’invective la plus basique, il suffit donc d’un commentaire du premier rigolo qui passe pour vous faire enfler tel le ballon gavé d’hélium, mais sans en avoir la légèreté, vous n’êtes pas très aérien comme garçon, alors que le philosophe justement, le vrai, celui dont c’est la vocation non pas pour se faire mousser auprès d’un public ou toucher des compensations financières, bassement matérialistes mais pour mettre en perspective l’environnement qui l’entoure et dont il fait partie pour en tirer la substantielle moelle afin d’en faire une synthèse de son point d’observation. Car nous faisons partie d’un tout, et nous sommes une partie de ce tout. Ce qui se gonfle en vous quand on vous apporte la contradiction, c’est l’égo. Et le philosophe essaiera de faire taire son égo.

      ^^

      Non cher Eric, pas de concours de qui souffrira le plus loin, nul besoin de ça car je gage que vous auriez un sérieux handicap de départ, un vrai philosophe ne sait pas qu’il est philosophe, c’est sa nature profonde et pas un greffon qui vient s’implanter parmi les nombreuses exigences multitâches qu’exigent nos existences modernes, la solitude est sa meilleure amie, le dénuement aussi, il s’agit plus d’une vocation que d’une profession pour corriger mes propos relevés par Qaspard Delanuit qui l’ont interpellé comme si il se sentait visé directement.

      ^^

      Un philosophe pour accéder à une forme de vision globale des évènements de son époque, doit à la fois faire partie de cette époque tout en pouvant s’en extraire pour être véritablement objectif, pour appréhender la complexité relative et la simplicité de la nature humaine et de la nature en général pour revenir à la source, aux origines afin de pouvoir trier le bon grain de l’ivraie, le vrai du faux, l’utile de l’inutile et l’indispensable du futile.

      ^^

      C’est à dire que pour avoir cette vision globale, cette forme de meta pensée, le philosophe doit faire preuve d’humilité, bien sûr, mais avant cela se détacher, se reformater de son éducation originelle, aller au seuil de l’auto destruction par la remise en question, par la connaissance de soi, aller au bout de l’exploration de son univers interne, ce qui implique des sacrifices, de la douleur, des échecs, des découvertes, du changement, de la connaissance, ce qui n’est pas sans risque pour lui même, ou autrui, si tant est qu’il élève des porcs pour survivre matériellement, voire pour ses proches car vivre avec un philosophe n’est pas une sinécure pour tout le monde, enfin ceux qui sont pour leur majorité des gens lambdas,avec un QI et QE relativement bas, donc assez cousins du ruminant moyen, surtout dans cette époque qui manque cruellement de grands penseurs ayant accès aux médias de masse et au miroir des peuples, à savoir faire le buzz sur ce miroir des peuples qu’est l’internet, pour rappeler aux masses que le chemin que suit l’humanité n’est pas le bon pour l’ensemble du vivant, que l’humanité se trompe, qu’elle se cherche sans avoir le loisir de se trouver, mais ce chemin est individuel et ne concerne pas les suiveurs mais ceux qui marchent en dehors des sentiers battus, ils ne sont pas nombreux proportionnellement aux troupeaux bien fournis. C’est dommage car ce fonctionnement général et moutonnier favorise le gaspillage génétique de personnes qui, en d’autres circonstances, auraient pu devenir des futurs Montaigne si ils n’étaient pas nés au fin fond du Sahel. Mais le gaspillage de matière organique et vivante n’est il pas le choix de la nature qui fait une shoah de spores à chaque éclosion mycologique afin qu’un ou deux individus aillent plus loin, au gré du vent et des multiples causes et effets qui perturbent leur courte existence pour définir si ils alimenteront ou non, le mycélium sous terrain pour perpétuer l’espèce dont ils ne sont que des représentants aussi éphémères que chacun de nous ? Vivre selon la nature devrait être une priorité de l’humain, retrouver l’humilité de la servir avant de vouloir s’approprier une planète dont il n’est qu’un locataire parmi d’autres, pour des profits matériels et artificiels

      ^^

      C’est tout cela être philosophe, et pas seulement s’extasier à en perdre son latin d’admiration sur des régimes politiques, qui ne sont que des instruments au service d’idéologies parfois, mais surtout au service d’une minorité qui s’est approprié le vivant depuis quelques siècles, voire millénaires, afin que l’ensemble de l’humanité ne s’émancipe de leur dictature matérielle et retrouve sa véritable utilité à savoir, servir la nature pour, tel le spore mycologique dansant au gré du vent, trouver une terre fertile à ensemencer afin de perpétuer le magnifique et insondable cycle du vivant. Quelle couleur politique donneriez vous à la nature cher Eric ? Nazie ? Fasciste ? Pratiquant l’eugénisme ? Le massacre de masse ? Est elle de gauche ou de droite, les deux à la fois ? Centriste ? Extrémiste ? Modérée ? Tyrannique ? Satanique ? Despotique ? Laxiste ? Tout cela à la fois ?

      ^^

      Tout dépend du point d’observation, de l’oeil de l’observateur, et de l’observateur...

      ^^

      Bravo, vous venez de perdre un temps considérable à me lire. Bon, redevenons sérieux et sinon, que pensez vous d’aller se taper une bonne bière devant un match de foot ? C’est plus à notre portée comme concept, vous ne trouvez pas ?



    • medialter medialter 15 novembre 2016 19:32

      @L’Equatorien
      "pour corriger mes propos relevés par Qaspard Delanuit qui l’ont interpellé comme si il se sentait visé directement"

      *

      Non, Qaspard est l’avocat en A.J. de Guéguen, un oeil à la réponse de beauf qu’il vous a faite ci-dessous à 19h06 pour vous rendre compte que vous n’avez rien à en craindre. Les 2 font la paire, ils génèrent eux-même ici leur propre déchetterie


    • Ozi Ozi 15 novembre 2016 20:29

      @L’Equatorien :"Ce qui se gonfle en vous quand on vous apporte la contradiction, c’est l’égo. Et le philosophe essaiera de faire taire son égo."

      Évidemment, mais toute la nuance se trouve dans le verbe "essayer", il n’est pas question de réussite absolue pour rentrer dans le club des "certifié sans égo" ...

      Sinon ton commentaire est juste beau et résonne..  smiley


    • Éric Guéguen Éric Guéguen 15 novembre 2016 21:13

      @L’Equatorien
       
      Je n’ai pas tout lu, désolé. Plus de temps ni d’envie.
      On perd suffisamment de temps à répondre à des gens qui ne sont là que pour polémiquer, genre Medialter avec lequel je n’ai jamais eu un seul débat en quatre ans par ici. Chose rare, et j’ai pourtant discuté avec beaucoup de gens, et parfois de sacrés emmanchés avec lesquels j’ai fait preuve de beaucoup (trop) de patience. C’est impossible car ce Monsieur commence par vous prendre de haut et il est difficile de débattre avec quelqu’un qui ne cherche qu’à démontrer que vous n’êtes qu’une sous-merde illégitime étrangère à son génie stratosphérique (tout le monde ici en conviendra je pense). Il continuera néanmoins d’écouter chacune de mes vidéos, c’est garanti et je me contenterai de ça.
       
      Ça fait belle lurette que le débat n’est plus possible sur ce site et qu’il n’y a plus que des invectives. Et la manière dont vous m’avez abordé en témoigne. Il suffisait de trois lignes pour dire pourquoi mon propos vous semblait vain, ou même de passer votre chemin. Vous avez pondu un roman pour me dire que depuis toujours je me la joue et ne comprends rien à rien. Je ne vais pas me formaliser, j’ai l’habitude ici. Vous faites partie des gens à qui j’avais soumis mon manuscrit (comme Yoananda et quelques autres). Le jour où j’ai annoncé que j’étais publié, vous m’avez sorti "tu me donnes combien pour que je diffuse pas le pdf ?" Bien sûr c’était de l’humour. Comme toujours. Tout ce que vous dites n’est que de la farce et on a toujours tort de ne pas le prendre ainsi, pas vrai ?
       
      À présent j’ai d’autres priorités. En des lieux où les échanges sont possibles et... accrochez-vous bien... constructifs. J’admire micnet qui prend encore la peine de relayer mes trucs car lui aussi perd son temps. Zéro débat, la vérité est ailleurs. Comme à chaque fois. Peut-être parce que je ne suis pas du niveau pour poster sur Agoravox. Sûrement même, tellement il y a de génies cachés derrière des pseudos devenus piliers de bar.


    • Arnaulde Schwarzandgueguerre L’Equatorien 15 novembre 2016 23:22

      @Éric Guéguen
      Je n’ai pas tout lu, désolé. Plus de temps ni d’envie.

      ^^

      Je suis la contrainte temporelle et la lassitude d’Eric

      ^^

      Chose rare, et j’ai pourtant discuté avec beaucoup de gens, et parfois de sacrés emmanchés avec lesquels j’ai fait preuve de beaucoup (trop) de patience.

      ^^

      Je suis la générosité sans borne et sans égale d’Eric

      ^^

      C’est impossible car ce Monsieur commence par vous prendre de haut et il est difficile de débattre avec quelqu’un qui ne cherche qu’à démontrer que vous n’êtes qu’une sous-merde illégitime étrangère à son génie stratosphérique (tout le monde ici en conviendra je pense).

      ^^

      Je suis la complainte victimaire et la jalousie compétitive d’Eric

      ^^

      Il continuera néanmoins d’écouter chacune de mes vidéos, c’est garanti et je me contenterai de ça.

      ^^

      Je suis la satisfaction ironique, suffisante et modeste d’Eric

      ^^

      Ça fait belle lurette que le débat n’est plus possible sur ce site et qu’il n’y a plus que des invectives.

      ^^

      Je suis la désillusion désenchantée et dépressive d’Eric

      ^^

      Et la manière dont vous m’avez abordé en témoigne. Il suffisait de trois lignes pour dire pourquoi mon propos vous semblait vain, ou même de passer votre chemin.

      ^^

      Je suis l’égo blessé et l’espérance meurtrie d’Eric.

      ^^

      Vous avez pondu un roman pour me dire que depuis toujours je me la joue et ne comprends rien à rien.

      ^^

      Je suis l’exagération et la lucidité négatives d’Eric

      ^^

      Je ne vais pas me formaliser, j’ai l’habitude ici

      ^^

      Je suis le Caliméro d’Eric... Wanna free hugs ?

      ^^

      Comme toujours. Tout ce que vous dites n’est que de la farce et on a toujours tort de ne pas le prendre ainsi, pas vrai ?

      ^^

      Je suis la certitude hâtive et l’indigestion des dindons culpabilisante d’Eric

      ^^

      À présent j’ai d’autres priorités. En des lieux où les échanges sont possibles et... accrochez-vous bien... constructifs.

      ^^

      Je suis l’ambition démesurée et le jugement méprisant d’Eric

      ^^

      Peut-être parce que je ne suis pas du niveau pour poster sur Agoravox. Sûrement même, tellement il y a de génies cachés derrière des pseudos devenus piliers de bar.

      ^^

      Je suis le constat philosophique et la soif de rigolade d’Eric

      ^^

      C’était un échange entre Eric "Tyler" Durdenn et l’Equatorien

      ^^

      Cher Eric, sans vouloir paraître pédant et cynique, je voudrais vous poser une question ou deux, voire trois : Comment conciliez vous votre rapport au matérialisme et votre désir de vous ranger parmi les philosophes que vous avez lus et que vous jalousez d’égaler ? Juste sous le regard conjugué du Schtroumpf à lunettes et du Grand Schtroumpf, un message subliminal trahissant vos aspirations profondes ? Etre une synthèse entre les deux ? D’où la barbe poivre et sel naissante ? Les lunettes en attente de la première cataracte en embuscade ?

      ^^

      Socrate, tout le monde connaît, surtout à st Tropez, il était cuit du matin au soir...

      ^^

      Savez vous que j’ai rencontré les plus grands et beaux philosophes, pas dans des livres, pas dans des documentaires, pas dans des vidéos, grands et beaux philosophes à mes yeux, car démunis, dépouillés, spoliés, déclassés, meurtris, blessés par la vie, et être piliers de bar était devenu, leur raison de survivre, leur raison de tromper la mort, leur raison de s’accrocher à la vie, non, le concept de l’âme n’est pas forcément un sentiment religieux, il peut être influencé, certes, par notre éducation religieuse, par l’influence trop grande des religions dans le monde, des religions qui sont devenus instruments politiques, qui n’ont plus rien à voir avec la spiritualité, très proches du concepts d’abrutissement de masse par Hollywood et les tv’s, le concept de l’âme part avant tout de l’instinct, de ce sentiment enfoui, oublié, nié, par tant de mensonges, que l’individu fait partie d’un tout, et que ce tout fait partie de nous, c’est la clé de la philosophie, que de considérer le tout, l’infiniment grand comme l’infiniment petit, mais surtout se débarrasser de ses habitudes bourgeoises, car ce qui peut arriver de pire à un philosophe, c’est de s’embourgeoiser, (Rocky Balboa, autre philosophe), généralement, ce n’est pas voulu au départ, d’être dépouillé des habitudes bourgeoises pour quelqu’un de la classe moyenne, par exemple, mais suite à une tragédie personnelle, souvent, qui ramène l’élève croyant avoir fait ses classes à la case départ, à l’école de la vie, école qui apprend bien plus que les livres ne pourront jamais le faire ou la connaissance acquise par procuration dans les écoles officielles et reconnues, les habitudes bourgeoises sont mêmes devenues une finalité, un but en soi, pour un très grand nombre, qui va du migrant au prolétaire, en passant par ceux qui sont dépendants de l’appartenance biologique à un groupe, pour ceux qui veulent exister au travers du regard des autres, pour éviter de se regarder soi même dans son miroir avant de se perdre dans celui des peuples, en se donnant une illusion d’existence, mais toujours convenable au regard d’autrui, celui qui ne veut pas rester anonyme, celui qui veut qu’on le voie, qu’on le regarde, qu’on le considère, et pourquoi pas, qu’on l’admire, tel un Narcisse moyen.

      ^^

      Les plus grands philosophes qu’il m’aie été donné de connaître, étaient des anonymes, des marginaux, des laissés pour compte, des exclus, qui ne reviendront plus, dans la "société" dite "normale" avec un numéro de sécu, un compte en banque, une carte d’identité, un nom et prénom respectables tant que l’on reste économiquement viables, ils sont anonymes, pour toujours, ce sont des pseudos joviaux sur internet, mais aussi sur la grande toile du très deep web qu’est la misère ignorée des gens prétendument cultivés et respectables, ils souffrent quotidiennement, mais ils ont parfois un bagage intellectuel qui dépasse l’entendement, une douceur dans la voix, un humour, un phrasé, une dynamique, une humanité préservée que l’on ne retrouve plus chez les robots qui suent toute la journée pour des miettes oligarchiques afin d’avoir la sensation d’exister, d’être dans le paraître, ils sont les âmes silencieuses du peuple, celui qui pue, qui rote, qui pète, qui révulse le regard des raffinés, mais qui réfléchit, qui pense, qui philosophe avec son coeur, son instinct, son bon sens, son expérience, son innocence, son silence, son amour de la vie, car ils refusent de mourir, coûte que coûte et ne se suicident pas pour avoir été harcelés sur internet, ni pour un ongle cassé, ils vivent chaque jour comme si c’était le dernier, l’hiver comme si c’était leur tombeau, au jour le jour, sans plan cosmique tiré sur la comète de Halley, ils vivent et apprennent, transmettent et meurent, incognitos, ils ne demandaient pas mieux, ainsi jamais l’Histoire ne retiendra leurs noms, jamais personne ne saura qu’ils ont vécu, qu’ils avaient tant de choses à donner, tant de découvertes humaines à partager, ils valent mieux que tous ceux qui brillent dans la fausse lumière des spotlights, pourtant, ils ont été les héros de l’ombre de bien des tragédies, mais aussi de bien des actes de bravoure, de cette gloire ordinaire qui font les grands contes et romans, quand il s’agit de beautiful people, mais qui perdent de leur intérêt, de leur glamour, quand ce sont des piliers de bar qui écrivent ces faits divers ignorés des "philosophes" autorisés qui ont jalonné l’Histoire depuis Platon et consorts. Charles Bukowski pouvait être l’un d’eux.

      ^^

      Mais ne désespérez pas, chacun à son utilité, de Wagner à Justin Bieber, chacun à sa pierre à apporter à la musique, tout comme Nabilla et Montesquieu, qui ont apporté leur rime à la littérature, tout un chacun peut devenir le marche pied d’un autre, tout dépend de la qualité que l’on ambitionne d’atteindre, d’égaler ou de dépasser, le beau est dans celui qui regarde, les goûts et les couleurs... Nous avons tant apprendre, les uns des autres...

      ^^

      Mettriez vous en compétition les philosophies orientales et occidentales ? Ou les considérez vous comme complémentaires Eric ?

      ^^

      Je vais finir là dessus :

      ^^

      Essayons de penser comme des adultes, de vivre comme des djeunz, de conseiller comme des anciens et de rêver comme des gamins. C’est un bon concept philosophique synthétisant à peu près tous les bons moments des différentes périodes de la vie d’un humain qui se veut complet non ?

      ^^

      Alors passons à l’exercice pratique, je viendrais distribuer les bons et les mauvais points dans 4000 ans.


    • Éric Guéguen Éric Guéguen 16 novembre 2016 01:08

      J’entends trois choses :
       
      * Premièrement, un "philosophe" est nécessairement démuni matériellement (Jésus plus que Sénèque).
       
      * Deuxièmement, le "titre" doit immanquablement lui être conféré à son insu (donc post-mortem, dans l’idéal).
       
      * Troisièmement, poser et faire des phrases devant une bibliothèque, qui plus est d’ouvrages de philosophie, c’est fatalement faire preuve de vanité et manquer les deux premiers points.
       
      -------------
      Tout homme devrait être naturellement porté à philosopher, autrement dit à se poser des questions d’ordre existentiel, car en définitive c’est à peu près la seule chose qui le distingue de l’animal (avec le rire me semble-t-il). Seulement nous sommes déjà loin du compte et de moins en moins de gens correspondent à cela, en partie pour la raison évoquée succinctement dans la présente vidéo. Alors si pour être reconnu "philosophant" il faut en plus remplir un cahier des charges... Que de précautions prises pour en arriver, au bout de 300 lignes, à des arguments ad personam !


    • Arnaulde Schwarzandgueguerre L’Equatorien 16 novembre 2016 02:31

      Tout homme devrait être naturellement porté à philosopher...
      ^^
      Ha oui ? Encore faut il qu’il en aie le loisir, et le loisir se traduit par le facteur temps, aujourd’hui il est synonyme d’argent pour la plupart de ceux qui se veulent inscrits dans les marges acceptables de la "normalité" en vigueur, et qui n’ont pas pour priorité la question de la survie immédiate, en plus de s’affranchir des obligations liées au ode de fonctionnement moderne, c’est que quand un mec lambda rentre du boulot après des heures dans le métro, rejoindre sa famille qu’il nourrit par ce même boulot, pour lequel il n’avait pas la vocation et qu’il subit, mais qu’il ne veut pas perdre, parce que sinon, plus de famille, adieu veau, vache, cochon, couvée et niquer sa meuf trois jours par semaine en plus d’aller voir ses potes et vider quelques bières en refaisant le monde, avant d’aller rendre visite à ses parents à l’hospice ou l’hopital, il ne lui reste pas beaucoup de temps pour philosopher, entre deux parties de world of warcraft et un joint pour décompresser de tout ce stress...
      ^^
      Réfléchir est devenu un luxe aujourd’hui, ceux qui sont dans l’immédiateté de la société capitaliste basée sur la compétition à tous les étages, qui exige performance, jeunisme, beauté et santé pour avoir une place au soleil, ses prétendants sont encore légion mais leurs troupes s’amenuisent comme neige au soleil, car ce qui est fondamental, c’est que l’horloge biologique n’a pas eu le temps de s’adapter aux exigences de l’horloge électronique qui régit nos vies, régule le vivant à son rythme, définit le prix du paquet de pâtes que l’on bouffe à la place du caviar que s’enfilent les horlogers des marchés sur le dos des milliards de piles qui les fournissent en énergie au détriment de la richesse originelle des sols sacrifiés au nom de la productivité.
      ^^
      Tout homme devrait être porté à philosopher, si tant est qu’on lui accorde du temps pour penser et qui sont ceux qui ont du temps pour se prendre le chou aujourd’hui si ce n’est quelques nantis, confortablement installés dans un cocon sécurisé et d’autres qui travaillent avec moins de filet de sécurité que sont les exclus de la société, les chômeurs, les laissés pour compte, ils ont du temps pour penser en plus de bénéficier d’une sorte de rudesse de vie qui les oblige, en plus, à survivre au milieu de rien, alors que le bourgeois philosophe ou le chômeur longue durée qui bénéficie d’un toit et d’autres espoirs, de réintégrer une société à la dérive basée sur des valeurs plus fausses les unes que les autres, aura du répis à s’accorder pour affiner sa pensée, le dénominateur commun entre les deux c’est le facteur temps, car penser prend du temps, surtout avec tous les paramètres à analyser et considérer à notre époque, des paquets de données considérables à traiter, ce qui n’était pas le cas du temps de Platon ni d’Aristote, ni de Marc Aurèle, qu’on le veuille ou non, notre époque est chargée en paramètres à tenir en compte, paramètres souvent artificiels qui résultent des mensonges divers et variés que nous devons redétricotter pour tenter de dénouer la pelote du vrai et du faux, puisque nous bénéficions d’un flux d’informations continu et en temps réel, ce qui est inédit dans l’histoire connue de l’humanité, en comparaison aux données dont bénéficiaient les philosophes d’autre fois.

      ^^
      Oui si vous vous considérez comme universel, tout homme devrait être, selon votre propre appréciation, amené à philosopher, si tout le monde était comme vous, quoi... Mais tout le monde n’est pas comme vous. Cher Eric, c’est là, que votre normalité se heurte à la différence d’autrui, personne n’est obligé de se prendre le chou dans l’espoir d’apporter ses lumières au genre humain, c’est encore votre égo qui parle, Eric.
      ^^
      Heureusement que personne n’est contraint de se masturber le cervelet, même si ça peut sembler regrettable pour nous autres cérébraux qui réfléchissent avant d’agir, mais ce n’est pas le cas pour ceux qui ont un autre mode de pensée plus instinctif et moins embarrassé de scrupule que nous le sommes, c’est ce qui fait la richesse et la diversité du monde, de notre espèce et de l’apparent bordel ambiant.
      ^^
      C’est pourquoi, la théorie ne remplacera jamais la pratique, et croyez moi, j’étais comme vous, c’est pour cela que je me permets de vous titiller un peu sur votre démarche un peu naïve d’appréhender votre monde, le monde, justement, ne marche pas sur la tête, il est parfaitement normal, puisqu’il n’est que la résultante, au niveau humain, d’une infinité de cause et d’effets qui font de notre présent, la conséquence du passé, et le contour de notre futur proche... L’humain n’est qu’un paramètre de cette réalité, et vous comme moi, ne sommes que des paramètres de cette humanité. A partir de là, où placez vous les frontières de la philosophie ? A l’individu ? A la commune ? Au canton ? Au département ? A la nation ? Au continent ? A la planète ? Plus loin ? Moins loin ? seules les limites de votre ouverture d’esprit, définissent les démarcations de vos champs d’action...

      ^^
      Et croyez moi, les arguments "Ad Personam" comme la réductio ad hitlérum, me sont étrangers, vous m’êtes sympathique, humainement parlant, mais ce n’est pas la question, nous échangeons, sur un forum internet, rien de plus, rien de moins, n’est ce pas là, le principe de base, non dénué d’intérêt ni de charme, d’une correspondance de bon aloi, entre amateurs échangistes de l’onanisme cérébral discutant de tout et de rien, de sujets aussi complexe que la météo ou de la nature humaine, les deux étant parfois, imprévisibles, malgré nos apparentes connaissances du sujet ?...


    • Éric Guéguen Éric Guéguen 16 novembre 2016 10:19

      @L’Equatorien
       
      Voilà enfin le grand problème mis au jour : celui du temps. En tout cas vous semblez en avoir vous, du temps, et être très peu sensible à l’esprit de synthèse.
       
      Et vous croyez que j’en ai, du temps devant moi ? J’en ai RAREMENT, du temps devant moi, et je le prends TOUJOURS, même pour lire au mieux et répondre aux gens. Je ne sais pas où vous vivez mais pour ma part, quand je réponds à 2 heures du mat’, il est 2 heures du mat’. Et j’en ai tellement peu de temps – comme la plupart des gens ici je suppose – que je dois faire des sacrifices. Et vous voudriez me reprocher de me rétribuer en « ego » ? La seule chose que mon ego tire de cette aventure, c’est la satisfaction de voir des efforts payer (pas ici, mais ils paient, je vous l’assure, il suffit déjà de lire la plupart des commentaires spontanés sur YouTube). Je ne serais peut-être pas si attaché à l’audience si je n’avais pas à justifier continuellement ma démarche, et c’est quelque chose qui, curieusement, n’est valable QUE sur Agoravox. Le fait que j’aie en quelque sorte « fait mes premières armes ici » n’y est sans doute pas étranger.
       
      Et en effet, ici, malgré le peu de temps que je peux avoir devant moi, la majeure partie doit être consacrée en permanence à montrer patte blanche et à prouver qu’on est légitime aux yeux de gens qui ne savent plus que vous reprocher. Oui parce qu’en définitive, je ne sais toujours pas ce que vous me reprochez… Mais bon, à chaque production c’est la même chose, quand ce n’est pas vous, c’est un autre qui s’y colle.
       
      On publie sur Agoravox, et hop, on attire à soi des gens qui remettent en cause toute légitimité préalable. On dit qu’on écrit un bouquin, et hop, rebelote. On sort le bouquin, ça ne suffit toujours pas. On écrit des articles sur différents sites, c’est que l’on commence à faire partie « du système », ou d’un réseau quelconque. On produit des vidéos ? Quelle horreur ! Ego surdimensionné ! On passe sur TVlibertés ? Et alors ? Pour quel résultat ? Tout ceci, je l’ai entendu. À chaque étape, il faut avoir affaire aux esprits chagrins, auxquels j’ai encore la faiblesse de répondre, ce qui est une perte de temps considérable quand on se revendique « amateur », chose déjà méprisable en soi pour certains. Je produis des choses, je suis certains conseils de lecture, je rencontre des gens : je ne compte donc pas m’arrêter là. Je poursuis mon petit bonhomme de chemin.


    • crow le celte 16 novembre 2016 11:21

      @Qaspard Delanuit

      Pas trop d’accord avec votre commentaire, voici mon point de vue :

      L’artiste professionnel n’envisage pas de faire autre chose de sa vie.

      Il a un statut social et assume un métier.

      Il s’inscrit dans un choix de vie

      Il alimente les réflexions esthétiques et intellectuelles par une démarche.

      Cela ne lui confère évidemment pas plus de talent ni de ne pas émouvoir, mais il s’agit d’une approche moins personnelle et moins ludique.

      CDT


    • Carmela Carmela 16 novembre 2016 11:55

      @L’Equatorien

      Bonjour,

      "C’est pourquoi, la théorie ne remplacera jamais la pratique,......."

      Quelle belle énergie retranscrite dans vos écrits ! J’ai apprécié lire votre cri du coeur comme libéré des contingences du temps, dépollué des grossièretés de l’égo, prêt à étendre, magnifier de nouvelles cornes d’abondances au sein de notre "hybride" humanité, digne du noble terme "d’avortons sublimes en devenir". Et comme vous l’avez joliment exprimé, nous, les humains de base avons à bien des égards en notre nature propre une similitude avec "les trompettes de la mort", dont nous propageons du mycélium non seulement pour la décomposition d’anciens matériaux conceptuels mais concrètement pour régénérer en de nouvelles pratiques du mieux vivre ensemble.

      Serons nous capable de sauver le monde ? smiley

      "http://vodstorage.arte.tv/trailers/127821/BA_127821_0-VF-0.mp4"

      Bonne journée à vous,



    • Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 16 novembre 2016 19:56

      @Éric Guéguen
      "On publie sur Agoravox, et hop, on attire à soi des gens qui remettent en cause toute légitimité préalable. On dit qu’on écrit un bouquin, et hop, rebelote. On sort le bouquin, ça ne suffit toujours pas. On écrit des articles sur différents sites, c’est que l’on commence à faire partie « du système », ou d’un réseau quelconque. On produit des vidéos ? Quelle horreur ! Ego surdimensionné !"

      Dénigrement compulsif et acharné généralement pratiqué par des anonymes invisibles qui lancent des tomates pourries, sans risque, en restant planqués derrière leur écran... à des personnes qui se présentent au grand jour sous leur véritable identité. 


  • Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 15 novembre 2016 19:06

    "un vrai philosophe ne sait pas qu’il est philosophe, c’est sa nature profonde"

     

    En revanche, vous, vous savez qui est philosophe ou ne l’est pas.  smiley

    • Arnaulde Schwarzandgueguerre L’Equatorien 15 novembre 2016 19:18

      @Qaspard Delanuit
      Au moins autant que vous semblez savoir ce que je sais et ce que je ne sais pas smiley


    • Ozi Ozi 15 novembre 2016 20:14

      Un partout balle au centre..


    • medialter medialter 15 novembre 2016 20:28

      @Ozi
      Non, l’avocat a perdu, son boulot est d’être convainquant, pas gamin


    • Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 16 novembre 2016 00:15

      @L’Equatorien
      "Au moins autant que vous semblez savoir ce que je sais et ce que je ne sais pas" 

      Je ne l’ai pas deviné, je m’en tiens à ce que vous avez effectivement écrit.  smiley


  • Miona Miona 15 novembre 2016 22:10

    Un extrait de l’Apologie de Socrate tiré d’un article de Michel Constantopoulos : « Le souci de soi de Michel Foucault ou comment faire de sa vie une œuvre » (sur cairn.info)
     
    « Foucault soutient par conséquent que le précepte delphique : gnôthi seauton, connais-toi toi-même, fait son entrée dans la philosophie avec le personnage de Socrate en étant subordonné au principe plus large du souci de soi. Il y a un passage de l’Apologie où Socrate parle à ses juges de sa façon d’apostropher les Athéniens : « Quoi ! Cher ami, tu es Athénien, citoyen d’une ville qui est plus grande, plus renommée qu’aucune autre pour sa science et sa puissance, et tu ne rougis pas de donner des soins (epimeleisthai) à ta fortune, pour l’accroître le plus possible, ainsi qu’à ta réputation et tes honneurs. Mais quant à ta raison, quant à la vérité et quant à ton âme, qu’il s’agirait d’améliorer sans cesse, tu ne t’en soucies pas, tu n’y songes même pas (epimelê, phrontizeis). » »


    • Miona Miona 15 novembre 2016 22:32

      Le passage de l’Apologie de Socrate d’où est tiré l’extrait

       

      « « Admettons que, malgré cela, vous me teniez ce langage : « Socrate, nous ne voulons pas en croire Anytos, nous voulons t’acquitter, à une condition toutefois : c’est que tu ne passeras plus tout ton temps à examiner ainsi les gens, ni à philosopher. Si on t’y reprend, tu mourras. Cette condition là, juges, si pour m’acquitter, vous vouliez me l’imposer, je vous dirais : « Athéniens, je vous sais gré et je vous aime ; mais j’obéirai au dieu plutôt qu’à vous ; et tant que j’aurai un souffle de vie, tant que j’en serai capable, soyez sûrs que je ne cesserai de philosopher, de vous exhorter, de faire la leçon à qui de vous que je rencontrerai. Et je lui dirai comme j’ai coutume de le faire : « Quoi ! cher ami, tu es Athénien, citoyen d’une ville qui est plus grande, plus renommée qu’aucune autre pour sa science et sa puissance, et tu ne rougis pas de donner tes soins à ta fortune, pour l’accroître le plus possible, ainsi qu’à ta réputation et à tes honneurs ; mais quant à ta raison, quant à la vérité, quant à ton âme qu’il s’agirait d’améliorer sans cesse, tu ne t’en soucies pas, tu n’y songes pas ! Et si quelqu’un de vous conteste, s’il affirme qu’il en a soin, ne croyez pas que je vais le lâcher et m’en aller immédiatement : non, je l’interrogerai, je l’examinerai, je discuterai à fond. Alors, s’il me paraît certain qu’il ne possède pas la vertu, quoi qu’il en dise, je lui reprocherai d’attacher si peu de prix à ce qui en a le plus, tant de valeur à ce qui en a le moins. jeunes ou vieux, quel que soit celui que j’aurai rencontré, étranger ou concitoyen, c’est ainsi que j’agirai avec lui, et surtout avec vous, mes concitoyens, puisque vous me tenez de plus près par le sang. Car c’est là ce que m’ordonne le dieu, entendez-le bien ; et, de mon côté, je pense que jamais rien de plus avantageux n’est échu à la cité que mon zèle à exécuter cet ordre. Ma seule affaire, c’est en effet d’aller par les rues pour vous persuader, jeunes et vieux, de ne vous préoccuper ni de votre corps, ni de votre fortune aussi passionnément que de votre âme, pour la rendre aussi bonne que possible ; oui, ma tâche est de vous dire que la fortune ne fait pas la vertu ; mais que de la vertu provient la fortune et tout ce qui est avantageux, soit aux particuliers, soit à l’État. Si c’est par ce langage que je corromps les jeunes gens, il faut donc que cela soit nuisible. Quant à prétendre que ce n’est pas là ce que je dis, quiconque l’affirme ne dit rien qui vaille. »« Là-dessus, dirais-je, croyez Anytos ou ne le croyez pas, Athéniens, acquittez-moi ou ne m’acquittez pas - mais tenez pour certain que je ne changerai jamais de conduite, quand je devrais mille fois m’exposer à la mort. » »
       

      Vous me le dites si je deviens pénible avec mes extraits d’un extrait d’un passage de... (O_o)


    • Éric Guéguen Éric Guéguen 16 novembre 2016 00:33

      @Qiroreur
       
      Bonsoir.
       
      Je ne vois pas non plus la spiritualité comme un refuge, mais comme composante essentielle d’une vie d’homme bien remplie, c’est-à-dire conforme à la nature humaine. Je parlais de refuge eu égard à certaines idéologies mettant tout en œuvre pour produire la solidarité mais disposant au service d’une telle fin des moyens strictement matériels, soit les moins enclins à la susciter.
       
      Et pour répondre à votre question, il me semble que toutes les tentatives "communautaires" ou "socialisantes" qui ont émaillé le XIXe siècle ont, toutes autant qu’elles sont, constitué des réponses plus ou moins heureuses et plus ou moins bancales au défi lancé par le libéralisme et à l’individualisme anthropologique qui le sous-tend. Il s’agissait de renouer le lien ancestral rompu sans en passer par des moyens holistes - en quelque sorte - en réenchâssant les individus dans des communautés d’appartenance (malheureusement socio-économiques la plupart du temps).


    • Éric Guéguen Éric Guéguen 16 novembre 2016 22:31

      @Qiroreur
       
      Merci de votre confiance. Les réponses à vos questions s’y trouvent en partie III, amplement développées. Pour le "service après-vente" dialectique ou tout problème de réception :
      chl91@hotmail.fr
      Bien à vous.


  • Constant Danlerreur Constant Danlerreur 16 novembre 2016 00:22

    Ah c’est superbe, rien à redire, de la musique d’introduction au décor derrière un homme visiblement bien bâti avec une tête bien faite ET bien plein, c’est assez rare pour le souligner, depuis peu que je fréquente internet, il m’est arrivé, je crois, d’avoir une aussi bonne impresion que deux fois, une fois en visionnant ce monument d’érudition synthétisée avec une culture physique hors du commun, que j’avais presque envie de me remettre au rameur à 86 ans, vous pensez l’impact que ma fait ce garçon, j’ai rajeuni de 40 ans d’un coup, voyez plutôt, vous allez vous aussi vous faire subjuguer par un charisme hors norme et une fulgurance de pensée qui laisserait le penseur de Rodin sur les starting blocks comme disent les chinois :
    https://www.youtube.com/user/freddelavier
    .
    Et bien je retrouve ce même effet kiss cool chez ce monsieur qui sans se démonter nous expose en long, large et travers, ce que sont les dérives de l’extrême droite la plus dure depuis la triste période de Louis XVI, qui est encore dans toutes les mémoires avant que ce grand homem de gauche qu’était Robespierre ne vienne siffler la fin de la récré, oui le matérialisme capitaliste atlantiste détruit tou, oui, MARX avait raison, OUI nous devons tendre vers un néocummunisme inspiré des descendants de Mao, oui nous devons remettre Trotski au centre du débat, OUI nous devons renouer avec le stalinisme honteusement injurié dans les livres d’histoire, OUI nous devons nous débarasser des nègres et des bougnoules comme le préconnisait, longtemps avant Mles fascistes d’aujourd’hui que sont le F-Haine et Jean-Marie Le Pen, Georges Marchais, qui, pour des raisons humanistes, de bon sens de gauche et de visionnarisme léniniste universaliste, voulait un peuple ethniquement homogène, hétéro centré et oeuvrant pour une hiérarchie centralisée à toute épreuve pour mener l’humanité, dans son ensemble vers des horizons spirituels à portée de main gantée.
    .
    Alors oui j’apprécie les propos de ce skinhead à bouc scandinave, aux pectoraux engageants et à la voix martiale, qui a si bon goût en matière de musique, d’ailleurs, si j’osais me permettre de vous demander quel est le morceau de l’introduction je vous serais infiniment reconnaissant pour le reste de ma longue existence au service de la gauche la plus noble, mais il faurt savoir faire des concessions envers l’ennemi héréditaire, que vous représentez, afin de rendre service à l’épanouissement général du pays dont nous sommes les enfants, n’est ce pas, car les chinetoques sont à nos portes, le péril jaune autant que jeune nous menace, aux armes citoyens, tous aux urnes, votez François Hollande en masse, le seul rempart à notre disparition programmée par le fascisme globalisé ! Sus aux matérialistes sanguinaires, SUS aux profiteurs qui bouffent nos retraites, SUS aux dépensier outranciers, SUS aux vampires qui boivent notre sang pour rester jeunes ! Moi je dis ! SUS !!!!!! Allez y devant, mes enfants de la patrie, je vous couvre...


  • micnet micnet 16 novembre 2016 11:41

    Bonjour à tous,

    Je dois admettre que j’ai commis une erreur dans mon article ou, tout du moins, une "demi-erreur" lorsque j’écris "Gageons que ce sujet proposé par Eric, probablement un des plus passionnants qui soit pour peu qu’ on aime la philosophie, n’attirera pas les foules." car à défauts d’avoir beaucoup de vues, il y a en tout cas beaucoup de commentaires smiley (et par rapport à l’actualité avec l’élection de Trump notamment, je considère que c’est un exploit d’attirer autant de monde sur ce fil !)

    Par ailleurs, Je suggère à Eric de ne pas trop se formaliser avec les commentaires à la con : le fait qu’il y en ait beaucoup, quand bien même ceux-ci sont négatifs, est la démonstration qu’Eric ne laisse personne indifférent et qu’il a réussi à s’imposer ici avec sa veritable identité, contrairement à la plupart d’entre nous qui ne sommes que des pseudos. Medialter a beau faire le malin, il ne représente rien et n’est rien tout simplement (il nous fait juste marrer, ce qui, il est vrai, n’est déjà pas si mal) !


    • Carmela Carmela 16 novembre 2016 12:14

      @micnet

      Bonjour,

      "(et par rapport à l’actualité avec l’élection de Trump notamment, je considère que c’est un exploit d’attirer autant de monde sur ce fil !)"

      Oui, vous faites bien de le relever, beaucoup ont tendance à ne voir que du noir...

      " Medialter a beau faire le malin, il ne représente rien et n’est rien tout simplement (il nous fait juste marrer, ce qui, il est vrai, n’est déjà pas si mal) !"

       Médialter est une belle amanite des césars et c’est tout à son honneur de croitre au sein d’ une végétation dont l’ hygrométrie adaptée connait de fortes fluctuations spatio-temporelles smiley

      Bonne journée à tous,



  • Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 16 novembre 2016 12:34

    Mon constat, sans avoir vraiment visionné cette vidéo qui m’a paru d’entrée comme la plus indigeste de la série ; je dois dire que les autres non plus... pas trop vues, ou pas du tout !

    Résultat des courses :
    ... déchaînement tchatchique sans queue, ni tête : la plupart y vont de leurs délires, censément à leurs yeux, quelque part du moins, merveille philosophique... ; et les plus jobars -comme on dirait à Marseille- nous pondent une vraie cagade mal odorante, qui sent à des lieux la vanité du "formatage universitaire" dont je parle depuis toujours !

    ... le "formatage universitaire" que je vous invite à dépasser -fut-il encore possible, pas de démagogie de ma part- en vous cognant à notre réalité du moment, à notre intelligentsia d’hier -celle de mai 68, pour ne pas remonter trop loin avec notamment le fameux JP Sartre- et d’aujourd’hui : les héritiers et épigones des premiers
     avec notamment les inénarrables BHL, Yann Moix & autres acolytes ; qui plus est, se réclamant d’un nazi philosophe : Martin Heiddegher- sévissant en tout lieu, malgré certaines apparences, dans un silence pourtant assourdissant !

    Plusieurs articles publiés... et personne pour m’accompagner... ! C’est ça la vérité ; notre vérité !

    CQFD CQFD


    • Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 16 novembre 2016 12:40

      @Mao-Tsé-Toung
      les héritiers et épigones des premiers -avec notamment les inénarrables BHL, Yann Moix & autres acolytes ; qui plus est, se réclamant d’un nazi philosophe : Martin Heiddegher- sévissant en tout lieu, malgré certaines apparences, dans un silence pourtant assourdissant !


  • Zoé 16 novembre 2016 13:26

    " Je suis corps absolument, et rien d’autre ; et âme n’est qu’un mot pour désigner une qualité du corps"

    La dialectique platonicenne c’est caca.


  • Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 16 novembre 2016 14:22
    Zoé 16 novembre 13:26

    " Je suis corps absolument, et rien d’autre ; et âme n’est qu’un mot pour désigner une qualité du corps"

    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
    "âme n’est qu’un mot pour désigner une qualité du corps"

    ... les "indiens" dont je parle souvent ont leur philosophie -ou mieux leur métaphysique- dont un certain Kapila serait le maître !

    Il en donne une approche -que certains disent athée & matérialiste- qui se rapproche de votre définition, avec une argumentation intéressante qui va loin, très loin : prakriti
     fondement de notre corps- avec ses 3 gunas -qualités- qui est l’expression de tout ce qui est manifesté ; et donc en particulier de l’homme !

    Nonobstant, un autre maitre Patanjali, nous a concocté une autre version reposant toujours dans ses principes sur Kapila, avec le trio enfanté par les 3 gunas : buddhi -l’intellect- ahamkara
     l’égo- et manas -le mental- formant un ensemble indestructible que certains appellent l’âme, et qui se retrouverait lors de nos multiples pérégrinations dans le Samsara !

    Cela pour dire que la question est complexe ; et que s’impose une réflexion préalable à toute affirmation péremptoire, a priori, toujours suggérée par notre conditionnement dit culturel !

    CQFD CQFD


    • Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 16 novembre 2016 14:44

      @Mao-Tsé-Toung
      prakriti, fondement de notre corps avec ses 3 gunas -qualités- qui est l’expression de tout ce qui est manifesté ; et donc en particulier de l’homme !


  • ART.35 16 novembre 2016 14:57

    bah en gros tout ca juste pour reduire le materialisme marixste a une vision puérile et des conclusions erronées ? Du genre "le christianisme plus cohérent" (dans l idée du partage) . On vois bien la vision du partage et d égalité en regardant les richesses du vatican et ses positions prises dans la lutte anti communiste . "LEs pauvres auront l appétits et les riches, la nourriture" . Encore un dualisme entre possédant et possédés, croyants ou "sachant" ....
    Assertion qui aurait au moins merité un plus large développement tant le role de l eglise pour le maintient de l ordre (si si, et surtout meme ) et l equilibre générale est critiquable et totalement désuète
    Ainsi vous resumez le materialisme Marxiste au consumérisme . Pour Marx c etait plus un outil analytique en sa qualité d anthropologue et d historien . Quelque chose de concret pour analyser les structures politiques , sociales et economiques . Analyser ce qui a été crée, donc ce qui est réelle et palpable . Qui possède les outils de productions . Qui a battis quoi et pour quels raisons . Qui est in fine celui qui a le pouvoir de décider et de controler . Car pour Marx toute création matériel etait le fruit d une pensé et d une volonté ( ou d une "ame" ou d un "conatus" si vous preferez) . En analysant le "materiel" il analysait la pensé, la réalité économique et sociale de tel ou tel cité avec ses croyances et sa politique
    Toujours plus efficace comme outil que ce qui est de l ordre des croyances . Car c est pas en analysant les ecrits de vieux bouquins poussiéreux (comme la bible) que l on pourra réellement comprendre le fonctionnement d une cité . Ce ne sont pas les croyances et les mauvaises certitudes des gens qui permettent l analyse du pouvoir et l effet qu a l économie sur le peuple . L extreme élasticité qu on les religions monothéiste dans le sens que l on peux donner a ses ecrits, dans l interpretation que l on peux en avoir nous donne ou la paix ou la guerre (sainte ?), le bien comme le mal . De meme que l "âme" est tout a fait conceptuel et sujet a interprétation varié
    L "ame" ou le spirituel contre la société de consommation, le capitalisme .....et pourquoi pas le gri gri vodoo et le sacrifice de vierges ??


    • Éric Guéguen Éric Guéguen 16 novembre 2016 16:20

      @ART.35
       
      Alors, je suis peut-être passé à côté, mais pouvez-vous me dire si l’analyse marxienne offre un outil à mettre au service de la solidarité, hors de la matière ?


    • maQiavel maQiavel 16 novembre 2016 17:13

      C’est une critique que j’ai failli formuler en écoutant la vidéo mais j’ai du la réécouter deux fois pour m’assurer qu’Eric ne confondait pas le matérialisme dialectique comme outil d’analyse et le matérialisme comme l’ attitude de celui qui s’attache avec jouissance aux biens matériels, aux bien être matériels et plus généralement qui n’accorde de réalité qu’aux objets "matériels".

      Et j’ai cru comprendre qu’il ne confondait pas les deux mais qu’il considère que le marxisme a promu le matérialisme par des médiations qu’il n’a pas pu expliciter dans cette vidéo de 7 minutes mais que je connais ayant beaucoup échangé avec lui (cfr les luttes pour le pouvoir d’achat des prolots prélude à la société de consommation).

      Je pense qu’il n’a pas tort. Mais voici deux citations de Marx qui permettent de faire la distinction entre Marx et le Marxisme :

      -« Au lieu du mot d’ordre conservateur : "Un salaire équitable pour une journée de travail équitable", ils doivent inscrire sur leur drapeau le mot d’ordre révolutionnaire : "Abolition du salariat". » Salaire, prix et profit

      - « En s’émancipant du trafic et de l’argent, l’époque actuelle s’émanciperait elle-même. L’argent abaisse tous les dieux de l’homme et les change en marchandise. L’argent est la valeur générale et constituée en soi de toutes choses. C’est pour cette raison qu’elle a dépouillé de leur valeur propre le monde entier, le monde des hommes ainsi que la nature. L’argent, c’est l’essence séparée de l’homme, de son travail, de son existence ; et cette essence étrangère le domine et il l’adore ». Sur la Question Juive


    • Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 16 novembre 2016 19:43

      @maQiavel

      Le matérialisme dialectique est un matérialisme (historique, sociologique, ontologique, etc,) car que pourrait-il être d’autre ? Le fait que ses concepteurs puissent par moment montrer qu’ils ont quand même une âme, par quelques déclarations, n’y change rien. La matérialisme basique du "beauf" et le matérialisme plus sophistiqué de l’intello trotskiste ne sont pas sans rapport. 


    • maQiavel maQiavel 16 novembre 2016 21:14

      @Qaspard Delanuit

      Le matérialisme dialectique est un outil d’analyse des sociétés humaines de la perspective du développement des forces économiques productives. Ce n’est pas une idéologie qui postule ou qui encourage les comportements humains à s’attacher à la jouissance des biens matériels. Au contraire, le matérialisme dialectique va permettre de donner une explication (historique, sociologique etc.) à cet attachement de nos sociétés au bien être matériel.

      En ce sens, ces deux contenus qu’on donne au mot « matérialisme » sont différents et sont très souvent confondus. 


    • Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 16 novembre 2016 21:51

      @maQiavel
      "Le matérialisme dialectique est un outil d’analyse"

      Voulez-vous dire qu’il n’est que cela et qu’il n’est en aucune façon aussi une idéologie ?

      "Ce n’est pas une idéologie qui postule ou qui encourage les comportements humains à s’attacher à la jouissance des biens matériels."

      Le matérialisme dialectique est pourtant bien une idéologie qui se fonde sur l’idée que les gens se battent pour s’accaparer des biens matériels pour en jouir. Sous sa forme politique, il encourage logiquement les comportements humains à attacher une importance presque exclusive aux biens matériels allant même jusqu’à contraindre les poètes à écrire des vers sur la production agricole et le rendements des usines.  smiley 


    • maQiavel maQiavel 16 novembre 2016 22:39

      @Qaspard Delanuit

      -Voulez-vous dire qu’il n’est que cela et qu’il n’est en aucune façon aussi une idéologie ?

      ------> Non, pas du tout. Mais il n’est pas une idéologie qui promeut la jouissance des biens matériels.

      -Sous sa forme politique, il encourage logiquement les comportements humains à attacher une importance presque exclusive aux biens matériels allant même jusqu’à contraindre les poètes à écrire des vers sur la production agricole et le rendements des usines. 

      ------> Au contraire, le matérialisme dialectique permet d’affirmer l’abolition du politique car selon cette grille de lecture, le pouvoir politique est à proprement parler le pouvoir organisé d’une classe pour l’oppression d’une autre et que l’instrument de l’asservissement de cette classe ne peut servir d’instrument de son émancipation.

      Je ne dis pas que cette affirmation est bonne et vraie mais que c’est ce qu’on peut déduire du matérialisme dialectique. 

      Certes, des régimes qui se prétendaient "communiste" ont eu ce genre de propagande que vous décrivez mais ce n’est pas le résultat du matérialisme dialectique , il s’agit plutôt là du résultat de l’exigence de productivité d’oligarchies bureaucratiques    Etatiques qui avaient nécessité à mobiliser les masses qu’elles gouvernaient par la propagande dans un contexte de concurrence industrielles entre Etats capitalistes.

       Le matérialisme dialectique ne voue pas un culte de la productivité puisqu’au contraire , selon cette lecture analytique , cet hyper-productivisme conduit indéniablement à des cycles de crises , de guerres et de reconstructions et à un raccourcissement du temps d’intervalle entre  les cycles jusqu’à l’effondrement total.  


    • Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 16 novembre 2016 22:58

      @maQiavel
      "Certes, des régimes qui se prétendaient "communistes" ont eu ce genre de propagande que vous décrivez..."

      "Le matérialisme dialectique ne voue pas un culte de la productivité..."

      Je comprends bien mais ce n’est pas parce qu’une théorie ne décrit pas ses conséquences dans ses textes qu’elles ne se produisent pas dans son incarnation politique. Le matérialisme dialectique a beau ne pas vouer de culte à la productivité sur le papier, quasiment tous les régimes politiques qui s’en sont réclamés (avec une légère nuance pour l’Amérique latine) ont été des religions du productivisme dans les faits. On pourra toujours dire que ce sont des trahisons du vrai marxisme, mais ça me fait un peu penser à ce que disent les musulmans de l’islamisme : un déni. Quand je lis Marx, j’y vois déjà au niveau théorique toutes les apories d’un matérialisme mortifère qui ne veut pas admettre ses inévitables conséquences. Quand je considère l’histoire du XXe siècle, je vois ces mêmes conséquences épouvantables. 



    • Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 16 novembre 2016 23:32

      Citation de Marx : « Ma méthode dialectique, non seulement diffère par la base de la méthode hégélienne, mais elle en est même l’exact opposé. Pour Hegel, le mouvement de la pensée, qu’il personnifie sous le nom de l’Idée, est le démiurge de la réalité, laquelle n’est que la forme phénoménale de l’Idée. Pour moi, au contraire, le mouvement de la pensée n’est que la réflexion du mouvement réel, transporté et transposé dans le cerveau de l’homme. » (Karl Marx : Le Capital, t. I, p. 29, Bureau d’Editions, Paris, 1938.)

       

      La messe est dite et l’enfer s’ouvre dès le fondement du fondement. C’est une position matérialiste qui aboutit logiquement à des comportements matérialistes, quand bien même ses instigateurs le nieraient-ils par fanatisme ou ne pourraient-il le voir dans leur stupide aveuglement. 


    • maQiavel maQiavel 16 novembre 2016 23:51

      @Qaspard Delanuit

      quasiment tous les régimes politiques qui s’en sont réclamés (avec une légère nuance pour l’Amérique latine) ont été des religions du productivisme dans les faits.

      ------> Mais Qaspard, tous les régimes des pays industrialisés ont été des religions du productivisme dans les faits, que ces régimes se soient réclamés du matérialisme dialectique ou pas.

      Si la Russie soviétique n’avait pas cette religion, elle aurait été écrasée militairement par l’Allemagne qui avait cette religion qui elle-même se serait faites écraser par la France et l’Angleterre  si elle n’avait pas cette religion et ainsi de suite …

      La concurrence industrielle entre pays industrialisés conduit tout logiquement à la religion du productivisme et les pays qui ne suivent pas le mouvement sont des espaces de conquêtes coloniales ou néocoloniales, c’est ce qu’avaient compris les Japonais à la seconde moitié du 19 ème siècle lorsque les américains avec quelques canons leur ont appris cette leçon.

      La grille de lecture matérialiste permet justement de comprendre en partie ce phénomène qui a touché tous les pays qui avaient la capacité de s’industrialiser.

      On pourra toujours dire que ce sont des trahisons du vrai marxisme

      ------> Et il y’a l’idéologie et il y’a la pratique. Concrètement, lorsqu’elles arrivent au pouvoir, les classes dirigeantes se cognent contre cette réalité et pour survivre, elles s’y adaptent quitte à faire des infidélités à leurs idéaux de base. Ca c’est une constante historique que l’on pourrait aussi bien appliquer au Marxisme évidemment mais aussi au libéralisme, au nazisme , au christianisme , à l’islamisme ou que sais je encore.

      Celles qui ne s’adaptent pas ne survivent pas, c’est aussi simple que ça …

      -Quand je lis Marx, j’y vois déjà au niveau théorique toutes les apories d’un matérialisme mortifère qui ne veut pas admettre ses inévitables conséquences.

      ------> Moi quand je lis Marx, j’y vois l’exact contraire des valeurs que promeuvent nos sociétés matérialistes. 


    • maQiavel maQiavel 16 novembre 2016 23:54

      @Qaspard Delanuit

      Citations de Marx :

      "L’argent étant lui-même la communauté, il ne peut en tolérer d’autres en face de lui [...] Lorsque l’argent n’est pas lui-même la communauté, il lui faut la dissoudre."
      Marx, Grundrisse, chapitre de l’argent

      "La production [capitaliste] ne produit pas l’homme seulement en tant que marchandise humaine [...] Elle le produit [...] comme un être déshumanisé aussi bien intellectuellement que physiquement - immoralité, dégénérescence, abrutissement [...]"
      Karl Marx, Manuscrits de 1844


    • maQiavel maQiavel 17 novembre 2016 00:04

      Une anecdote : David Riazanov, le révolutionnaire Russe qui avait fondé l’Institut Marx-Engels et qui en est devenu le directeur en 1920, a fini fusillé par les bolcheviques pour sa défense de l’autonomie des syndicats et pour cause de production de manuscrits inédits de Marx et Engels trop «  perturbant » smiley

      Engels dans l’Anti-Dühring fait une critique savoureuse du collectivisme Etatique : « L’État moderne, quelle qu’en soit la forme, est une machine essentiellement capitaliste : l’État des capitalistes, le capitaliste collectif en idée. Plus il fait passer de forces productives dans sa propriété, et plus il devient capitaliste collectif en fait, plus il exploite de citoyens. Les ouvriers restent des salariés, des prolétaires. »    

      On comprend pourquoi le pauvre Riazanov s’est fait fusiller, il aurait du se méfier … smiley


    • Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 17 novembre 2016 00:21

      @maQiavel
      "Moi quand je lis Marx, j’y vois l’exact contraire des valeurs que promeuvent nos sociétés matérialistes." 

      Ce ne sont pas les descriptions de valeurs qui comptent dans une théorie sociale (elles peuvent toujours être agréables comme dans toute littérature), mais c’est sa justesse. Reposant sur des postulats erronés, le matérialisme historique n’est pas une pomme véreuse, il est lui même le ver. 


    • Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 17 novembre 2016 00:31

      @maQiavel
      "Moi quand je lis Marx, j’y vois l’exact contraire des valeurs que promeuvent nos sociétés matérialistes." 

      Ne voyez-vous pas plutôt une description chirurgicale du fonctionnement de nos sociétés matérialistes, dans une forme littéraire qui les condamnent au nom d’un idéal ?

      Sinon, en quoi consiste cet "exact contraire des valeurs que promeuvent nos sociétés matérialistes." Pourriez-vous décrire ce que vous voyez ? Ce sont d’autres valeurs ? 


    • Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 17 novembre 2016 00:32

      "dans une forme littéraire qui les condamne"


    • maQiavel maQiavel 17 novembre 2016 01:06

      @Qaspard Delanuit

      -Ce ne sont pas les descriptions de valeurs qui comptent dans une théorie sociale (elles peuvent toujours être agréables comme dans toute littérature), mais c’est sa justesse. Reposant sur des postulats erronés, le matérialisme historique n’est pas une pomme véreuse, il est lui même le ver

      ------> Ce qui compte dans cette discussion, c’est le contenu de la théorie et d’aucune façon , cet outil d’analyse qu’est le matérialisme dialectique fait la promotion du matérialisme compris comme l’attachement aux biens matériels.

      La question de la justesse est une autre question. Et s’il fallait en parler je dirai ceci : le matérialisme dialectique est de mon point de vue un outil d’analyse très performant et décrypte très bien les sociétés capitalistes mais seul il est incomplet, il ne faut donc pas en faire la grille d’analyse unique de notre réalité sociale, c’est un outil qui doit être combiné avec d’autres.

      Et si je ne suis pas d’accord avec tout dans cette grille d’analyse, je suis en accord avec beaucoup.

      -Ne voyez-vous pas plutôt une description chirurgicale du fonctionnement de nos sociétés matérialistes, dans une forme littéraire qui les condamnent au nom d’un idéal ?

      ------> Certes mais comment devraient être décrite le fonctionnement de nos sociétés matérialistes ? Avec lyrisme ? La forme me convient très bien.

      -Sinon, en quoi consiste cet "exact contraire des valeurs que promeuvent nos sociétés matérialistes." Pourriez-vous décrire ce que vous voyez ? Ce sont d’autres valeurs ? 

       

      ------> L’inverse de nos sociétés Etatiques articulée autour de l’individualisme consuméristes : des communautés sobres et sans Etat.

      Je ne dis pas que c’est bien mais que c’est ce que j’y vois. 


    • Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 17 novembre 2016 01:42

      @maQiavel
      "L’inverse de nos sociétés Etatiques articulée autour de l’individualisme consuméristes : des communautés sobres et sans Etat."

      Mais précisément, cette société que Marx appelle de ses voeux n’est pas dans la matière mais seulement dans son âme. Ce n’est pas le matérialisme dialectique ou historique qui donne naissance à ce désir de ce qui n’est pas et à cette idée bien différente du reflet du réel. Pour le dire clairement, vous appréciez l’idéalisme de Marx, les idées qu’il ne peut pas déduire de l’observation de la matière et qui ne sont pas le reflet de la matière dans son cerveau. Mais si Marx avait seulement appliqué sa méthode matérialiste, il aurait seulement pu promouvoir un mode de vie attaché aux choses matérielles. Ce qu’on fait les régimes politiques communistes, qui n’ont pas trahi Marx mais au contraire qui sont la conséquence en droite ligne du principe que Marx décrit comme son postulat ou son axiome (et dont il s’affranchit en revanche dans ses élans et ses condamnations idéalistes). C’est pourquoi je dis plus haut, au départ de notre dialogue à ce sujet, qu’il y a bien un rapport entre le matérialisme épistémologique de Marx et Engels et le matérialisme courant consistant à n’accorder d’importance qu’aux choses "matérielles". 


    • maQiavel maQiavel 17 novembre 2016 11:21

      @Qaspard Delanuit

      Sur l’idéalisme de Marx, je suis tout à fait d’accord.

      Mais ce que j’apprécie chez Marx, ce n’est vraiment son idéal, que je comprends, que je trouve même d’une certaine façon beau mais que je considère de toute façon inopérant.

      Ce que j’apprécie, c’est la dissection qu’il fait de la société capitaliste autrement dit le matérialisme dialectique. En réalité, cette méthode d’analyse ne promeut rien, elle décrit ce qui s’est passé, ce qui se passe et ce qui adviendra. En effet lorsque Marx parle de son idéal, il sort du champ du matérialisme dialectique.

      Concernant les régimes dits « communiste », j’ai déjà répondu plus haut …


    • Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 17 novembre 2016 14:12

      @maQiavel
      Je trouve aussi que la description qu’il fait de la société capitalisme et de ses mécanismes est intéressante. 


    • Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 20 novembre 2016 01:12

      capitaliste


  • ged252 16 novembre 2016 21:25

    Grand n’importe quoi.
    .
    Il n’y a pas d’antinomie entre le matériel ou le marchand et la spiritualité.
    .
    Regardez les protestants, l’élu de Dieu, celui qui reçoit la grâce, vit dans l’aisance, la facilité, tout lui réussi, le lait et le miel, sinon ça servirait à quoi ?


  • ged252 16 novembre 2016 23:05

    Gaspard relaie la propagande qu’il a bien apprise comme le bon élève qui récite bien sa leçon.
    .
    Où tu vois les protestants comme ceux de ta photos, chez les pom pom girls ?
    .
    L’obésité : rein a voir avec le protestantisme


    • Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 16 novembre 2016 23:11

      @ged252
      Où voyez-vous de la propagande bien apprise, espèce de fasciste antisémite violeur de chatons avec un pseudo débile (moi aussi je peux jouer au con  smiley). 


    • ged252 16 novembre 2016 23:16

      Je la vois la propagande dans les clichés anti chrétiens que tu colportes.

      .

      Tu ne t’es jamais aperçu que le système, tous les journalistes, les profs, et compagnie sont anti chrétiens ?

      .

      Tous les anti chrétiens répètent les bétises que l’école leur a mis dans la tête sans même qu’ils en aient conscience.

      .

      Je parle en général hein ... !


    • ged252 16 novembre 2016 23:19

      Tes 2 images c’est typiquement de la propagande anti protestants et anti américains


    • Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 16 novembre 2016 23:20

      @ged252
      "Je la vois la propagande dans les clichés anti chrétiens que tu colportes."

       ??? 


Réagir