jeudi 31 décembre 2015 - par Olaf

Les origines hébraïques de l’islam : démonstration par la prière

Les découvertes récentes de la recherche historique ont montré que l'islam provient de la transmission aux Arabes d'une ancienne espérance messianiste née en milieu judéo-chrétien hétérodoxe, développée et portée par le groupe des judéonazaréens (les "nasara" / "nazaréens" que décrit le Coran). Ethniquement issus des Hébreux, ils ont transmis aux Arabes le substrat biblique que l'on retrouve dans le Coran, le projet musulman de conquête du monde au nom de Dieu, et bon nombre de leurs traditions : circoncision, pèlerinage, rites d'abattage ou de pureté, et également prière, comme l'illustre cette vidéo.

 

Comme le dit le Coran :

 

Et tu trouveras certes que les plus disposés à aimer les croyants sont ceux qui disent : "Nous sommes NAZARÉENS." C'est qu'il y a parmi eux des prêtres et des moines, et qu'ils ne s'enflent pas d'orgueil.

Publicité

(Sourate 5, Al Maidah, v. 82)

 

Il est, parmi les Gens de la Torah [Les Juifs] une communauté droite qui, aux heures de la nuit, RÉCITE LES VERSETS D'ALLAH EN SE PROSTERNANT. Ils croient en Allah et au Jour dernier, ordonnent le convenable, interdisent le blâmable et concourent aux bonnes œuvres. Ceux-là sont parmi les gens de bien. [ce sont les Nazaréens, ou judéonazaréens].
(Sourate 3, Al Imran, v.113-114) 

 

Pour aller plus loin : http://legrandsecretdelislam.com - on pourra y lire et y télécharger librement une synthèse de ces découvertes.

 



122 réactions


  • cathy cathy 31 décembre 2015 11:49

    Olaf, document très intéressant.

    les pharisiens ont surtout transmis leurs traditions complètement dénuées de sens, sans Dieu, puisque les fêtes ou sabbats étaient l’ombre des choses à venir (Jésus il y a 2000 ans).
    Marc 2.22
    22 Et personne ne met du vin nouveau dans de vieilles outres ; autrement, le vin fait rompre les outres, et le vin et les outres sont perdus ; mais il faut mettre le vin nouveau dans des outres neuves.

    Mais voilà, le vieux vin est meilleur tout comme les traditions.

    Mais je vois bien la nouvelle religion mondiale se dessiner.

    • Zaraï Sarah 5 janvier 2016 16:56

      @cathy
       

      Meilleurs voeux pour cette nouvelle année.


    • Olaf Olaf 5 janvier 2016 22:03

      @Sarah
      Merci Cathy. Tous mes bons voeux également.

      Qq questions, si vous le voulez bien : vous êtes nazaréenne, à ce que je crois comprendre de vos commentaires. Qu’est ce que cela recouvre, comment le définiriez vous ? Comment vous situez vous par rapport au nazaréisme défendu par Ruth ?


    • Zaraï Sarah 5 janvier 2016 23:24

      @Olaf

       
       En résumé, c’est le Judaïsme additionné de la foi en Jésus-Christ.

       

      Ruth : je n’ai pas suffisamment lu son forum pour me faire une idée précise mais sur l’essentiel, cela me paraît exactement ça ; à titre personnel, je la trouve trop intransigeante sur la question des « fêtes païennes » (cf. sa page d’accueil) et la question de l’idolâtrie (pour moi, ce n’est pas à prendre à la lettre) mais c’est secondaire.


    • Zaraï Sarah 5 janvier 2016 23:28

      @Olaf

       
       C’est la religion des Apôtres. A l’époque, Nazaréens tout court mais ce nom ayant pris plusieurs sens, nous disons Israélites nazaréens en français ou Netzarim.

       


      La base est avant tout la Torah. Même si ce n’était pas le cas au Ier siècle, et à part la foi en Jésus le Messie, nous nous différencions très peu des Juifs orthodoxes (je suis juive de naissance) et sommes en fait presque de la même religion que les Juifs Messianiques.


    • Zaraï Sarah 5 janvier 2016 23:48

      @Olaf
       

      Nous ajoutâmes au Ier siècle le livre des Jubilées, le livre d’Hénok et l’Evangile des Hébreux à la Bible.

       

      Longtemps nous avons rejeté le Judaïsme rabbinique et les Talmuds mais ce n’est plus le cas aujourd’hui.


       Officiellement, seul l’Evangile de Mathieu a été ajouté mais en pratique nous utilisons constamment les 3 autres reconnus par les Chrétiens (Marc, Luc et Jean) et aussi certains déclarés par eux apocryphes.

       

      Nous avons ajouté récemment des rouleaux de Qumran, tels que le Manuel de Discipline, le Rouleau des Guerres et quelques autres.

       

      Sur ce plan-là, nous n’avons pas les interdits des Chrétiens quant à l’étude.


    • Olaf Olaf 5 janvier 2016 23:50

      @Sarah

      Ruth m’a quasi banni de son forum parce qu’elle ne supporte pas le terme de judéonazaréen (repris par EM Gallez à Ray Pritz pour qualifier le mouvement à l’origine de l’islam, pourtant distinct des judéochrétiens ou de la communauté messianique de Jérusalem sous l’autorité de Jacques à laquelle Ruth et vous semblez vous rattacher). Je peux certes comprendre son point de vue, mais je ne comprends pas sa réaction épidermique : au fil de l’histoire, de très nombreux groupes se sont appelés "nazaréens", avec des doctrines très différentes, avant Jésus, après Jésus, le reconnaissant ou non comme messie sauveur, ou comme messie politique ...

      Qq questions, encore (je suis un curieux infatigable) :

      - connaissez vous les recherches sur le christianisme des apôtres promues et développées par www.eecho.fr (je fais partie de l’association, avec des chrétiens dont des Juifs messianiques) ?

      - à quelle tradition apostolique est-ce que vous vous rattachez (celle de Jacques le Juste, j’imagine) ? Comment vous est-elle parvenue ? Ou dit autrement, comment êtes vous devenue chrétienne (ou nazaréenne, ou messianique, ou disciple de Jésus Messie Sauveur) ?

      - qu’est ce que vous pensez des Eglises de Rome (fondée par Jacques le Majeur, Paul et Pierre), de Ninive et Ctesiphon, future Eglise chaldéenne (fondées par Thomas, Barthélémy, Jude Thaddée et Simon), de Byzance et de la Mer Noire, futures Eglises orthodoxes (fondée par André), ou encore de Meliapour, futures Eglises d’Inde syro-malabar et syro-malenkar (fondée par Thomas), et des autres Eglises apostoliques ? Comment vous situez vous par rapport à elles ?


    • Zaraï Sarah 5 janvier 2016 23:54

      @Olaf
       

      N.B. : j’écris « nous » pour simplifier bien que nous n’ayons pas de filiation physique directe ; elle est spirituelle.

       

      La renaissance s’est faite très lentement à partir du XVIIe mais surtout dans la seconde moité du XXe siècle.


    • Zaraï Sarah 6 janvier 2016 00:27

      @Olaf
       

      En français, nous disons Netzarim ou Israélites nazaréens.

       

      Aux USA, Canada, Australie, le terme employé est le plus souvent Nazarene Jews mais on trouve aussi Nazarene Israelites ; sans refuser le premier, je préfère aussi le second pour marquer le fait que nous ne sommes pas un courant du Judaïsme.

       

      « sous l’autorité de Jacques à laquelle Ruth et vous semblez vous rattacher »

       

      Il n’y a pas que Ruth et moi ; sur ce point précis, nous sommes tous d’accord : le successeur de Jésus n’est pas Pierre (cela se base sur un jeu de mots).

       


      «  connaissez vous ... www.eecho.fr  »

      Non, je regarderai.


    • Zaraï Sarah 6 janvier 2016 00:33

      @Olaf
       « à quelle tradition apostolique est-ce que vous vous rattachez (celle de Jacques le Juste, j’imagine) ? »

      Nous considérons Jacques le Juste comme le vrai successeur de Jésus mais il n’y a pas de « tradition apostolique » à proprement parte.

      La base est avant tout la Torah.

      Je suis devenue nazaréenne au Canada après rencontre avec des « Nazarene Jews ».


       

      « qu’est ce que vous pensez des Eglises de Rome ... et des autres Eglises apostoliques ? »

      Je vais vous décevoir : en fait, rien ! Il faudrait que je prenne le temps d’étudier mais ce n’est pas mon but principal.


       

      « Comment vous situez vous par rapport à elles ? »

      Comme les autres Israélites Nazaréens, nous ne occupons pas des autres mais uniquement et avant tout de l’observance de la Loi


    • Olaf Olaf 6 janvier 2016 00:42

      @Sarah

      Il y a forcément une tradition apostolique ! L’Evangile a été proclamé par les apôtres, puis leurs disciples et descendants. Tous les judéochrétiens ou judéomessianiques des premières communautés étaient sous l’autorité d’un des apôtres ou des 72 (comme Jacques le Juste) à la tête des premières Eglises. Cette filiation peut être très très lointaine, mais elle existe forcément, même avec des médiations bizarres comme par exemple Jésus>Pierre>Eglise de Rome>Luther>Evangéliques américains>rencontre avec des Juifs>Nazaréens

      D’où l’intérêt des recherches sur les origines du christianisme, sur le christianisme des apôtres : il transcende toutes les divisions entre chrétiens


    • Zaraï Sarah 6 janvier 2016 00:43

      @Olaf
       

      Quand j’écris « rien », ce n’est pas tout à fait vrai : les Catholiques romains ont sciemment déformé la pensée du Christ et de Paul en prétendant qu’ils avaient préconisé d’abandonner la Torah alors que c’est exactement le contraire.

       

      Jésus et Paul ont eux-mêmes obéi à la Loi, l’ont enseigné et demandé que leurs disciples lui obéisse.


    • Olaf Olaf 6 janvier 2016 00:52

      @Sarah
      D’où l’intérêt du retour aux sources ... et aux traditions apostoliques. Considérez aujourd’hui les Eglises assyriennes et chaldéennes, de langue araméenne. Elles sont les héritières (avec l’Eglise arménienne) des traditions de la communautés judéochrétienne d’Israël (particulièrement Jérusalem), après la 2e guerre juive et la dispersion qui a suivi : la langue, la prière, les rites et même la génétique (les Assyriens sont bien plus proches des Hébreux que les Ashkénazes !). Avec eux, vous remontez en droite ligne à Jacques, Simon, Justus, Judas (crucifié par Bar Kochba), Zachée, Tobie et toutes les têtes de l’Eglise de Jérusalem.

      Il faudrait que vous lisiez les ouvrages de Pierre Perrier là dessus, cela vous passionnerait. Vous pouvez commencer par Evangiles de l’oral à l’écrit 


    • Zaraï Sarah 6 janvier 2016 01:00

      @Olaf

       

      Pour que vous compreniez quelle a été ma démarche :


      1. Au départ, je ne m’étais occupée avant tout que de la pratique de ma propre religion d’abord le Judaïsme puis le Nazaréisme.

       

      Plus tard je fus obligée de commencer à examiner l’islam puisqu’ils nous ont ouvertement déclaré la guerre. Nous nous serions volontiers passé de cela mais sommes obligés de prendre cette menace très au sérieux.

       

      Cependant, je n’avais fait aucun rapprochement entre nous et l’islam et n’en avais absolument pas entendu parler au sein des nos mouvements : ce n’est que depuis l’an dernier que j’apprend cette la filiation Netzarim-islam, suite à vos récentes découvertes.

      Nos prédécesseurs ont fait une erreur monumentale smiley


    • Zaraï Sarah 6 janvier 2016 01:05

      @Olaf (suite)

       

      2. Je suis passée du Judaïsme orthodoxe au Nazaréisme.

       

      Pour ceux qui viennent du Christianisme, l’effort est beaucoup plus important puisqu’il doivent se mettre à étudier et à appliquer la Torah.


    • Olaf Olaf 6 janvier 2016 01:08

      @Sarah
      Détrompez vous, ce ne sont pas vos prédécesseurs (c’est ce que Ruth n’a pas du comprendre).

      Il s’agit d’un mouvement postérieur au judéochristianisme premier auquel vous vous rattachez, déjà en germe parmi les Hébreux, certes, mais très différent de la "voie" de Jésus. Il a fallu que les espérances nouvelles apportées par Jésus se répandent pour que ce mouvement les dénature (d’où sa postériorité). Il est le fait d’Hébreux n’ayant vu en Jésus que le "messie roi politique", libérateur d’Israel, et conquérant du monde, qu’ils voulaient voir. Toute l’ambiguïté, c’est qu’il a conservé pour ses adeptes le nom de "nazaréens", comme beaucoup de judéochrétiens l’ont fait aussi (notamment ceux qui sont partis en Chaldée). Lisez mon bouquin ou son résumé à télécharger sur mon site, je pense avoir bien évité l’amalgame judéonazaréens / nazaréens de Sarah !


    • Zaraï Sarah 6 janvier 2016 01:16

      @Olaf
       

      « Cette filiation peut être très très lointaine, mais elle existe forcément, même avec des médiations bizarres comme par exemple Jésus>Pierre>Eglise de Rome>Luther>Evangéliques américains>rencontre avec des Juifs>Nazaréens  »


      L’exemple que vous donnez est celui de Chrétiens évangéliques qui viennent vers nous mais ce n’est pas ma filiation.


      « D’où l’intérêt des recherches sur les origines du christianisme, sur le christianisme des apôtres : il transcende toutes les divisions entre chrétiens »


      Je ne nie pas l’intérêt de ces recherches, bien au contraire : elles ne peuvent que conduire les Chrétiens vers le Salut.

      Le Christianisme même unifié reste une apostasie.

      Le Christ (puis Paul) a été formel : seuls ceux qui observeront la Loi seront sauvé à la Fin des Temps. Ceux qui se contentent de croire ne le seront pas.


    • Zaraï Sarah 6 janvier 2016 01:47

      @Olaf
       

      « D’où l’intérêt du retour aux sources ... et aux traditions apostoliques. »

      Le site vers lequel vous m’envoyez est justement eecho.fr. Je n’ai eu le temps que de parcourir la page d’accueil ; je regarderai plus en détail ultérieurement.

      Ce site me paraît exclusivement chrétien.

      De plus, il emploie le terme de « Nouvelle Alliance », ce qui implique qu’elle remplace ce que les Chrétiens appellent « l’Ancienne Alliance ».

       

      Or, pour nous, cela est totalement inacceptable.

       

      Jésus est venu renouveller l’Alliance sans abandonner la Première.

      Nous employons les expressions « Première Alliance » et « Alliance renouvelée ».


      De plus nous utilisons nos propre sources et non celles des Chrétiens occidentaux (par ex. AENT, Netzari Press).


    • Zaraï Sarah 6 janvier 2016 01:50

      @Olaf
       

      Je me permet d’insister : la base reste la Torah ; ceux qui observent la Torah pourront être sauvés même s’il ignorent Jésus-Christ.

       

      Ceux qui « croient » en Jésus-Christ mais n’obéissent pas à la Loi ne le seront pas.

       

      Le Jugement portera sur leur obéissance à la Loi et sur leurs actions et non sur ce qu’ils croient ou disent.


    • Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 6 janvier 2016 01:55

      Sarah (---.---.---.52) 6 janvier 01:16


      Le Christ (puis Paul) a été formel : seuls ceux qui observeront la Loi seront sauvé à la Fin des Temps. Ceux qui se contentent de croire ne le seront pas.

      °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

      @Sarah

      Vous en connaissez beaucoup qui remplissent les conditions ?

      C’est de la masturbation d’intello !

      le Kali-Yuga : savez-vous de quoi il en retourne ?

      Merci

      CQFD


    • Zaraï Sarah 6 janvier 2016 02:12

      @Olaf
       

      « Il s’agit d’un mouvement postérieur au judéochristianisme premier auquel vous vous rattachez, déjà en germe parmi les Hébreux, certes, mais très différent de la "voie" de Jésus... Lisez mon bouquin ou son résumé à télécharger sur mon site, je pense avoir bien évité l’amalgame judéonazaréens / nazaréens de Sarah ! »


      J’ai lu votre livre ainsi que ceux de EM. Gallez mais je n’ai pas senti de différences fondamentales entre ceux qu’il nomme judéo-nazaréens et nous. Il y a bien quelques coups de patte un peu agaçant (on sent que EM. Gallez est chrétien smiley mais sinon je n’ai pas en première lecture trouvé à redire.


      Pour eux comme pour nous, la base est la Torah, leur référence au Renouvellement de l’Alliance est l’Evangile des Hébreux, Jésus est le Messie et Il doit revenir.


      Ils ont certes commis une erreur d’interprétation en croyant qu’il suffirait de reconquérir Jérusalem et de bâtir le 3e Temple pour qu’Il revienne mais ceux qui auraient pu les corriger n’étaient plus là.


      De notre côté, nous pensons que la reconquête de Jérusalem (c’est presque fait, il reste encore un quart à libérer) et la construction du Temple sont nécessaires avant Son Retour mais, contrairement à eux, que cela ne sera pas suffisant.


    • Zaraï Sarah 6 janvier 2016 02:30

      @Olaf
       

      « Il est le fait d’Hébreux n’ayant vu en Jésus que le "messie roi politique", libérateur d’Israel, et conquérant du monde, qu’ils voulaient voir. »

       

      Il est un fait qu’aujourd’hui Il ne sera pas simplement un « roi politique ». Encore une erreur d’interprétation de leur part.

       

      « Libérateur d’Israël » : c’est vrai mais ce sera beaucoup plus que cela puisqu’Il réunira les maisons de Juda et d’Ephraïm (dont, vous les Occidentaux êtes issus) dans la terre d’Israël.

       

      « conquérant du monde » : il ne s’agit pas de la conquête matérielle du monde actuel mais de Son Règne à la Fin des Temps.

      Cela dit, lors de Son Retour, Il sera à la tête des Armées Célestes.


    • Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 6 janvier 2016 02:30

      @Mao-Tsé-Toung

      observer la Loi : savez-vous au moins, prétentieuse et inconsciente Sarah, que vous en êtes loin... très loin !?

      Merci

      CQFD


    • Zaraï Sarah 6 janvier 2016 02:49

      @Mao-Tsé-Toung
       

      "Vous en connaissez beaucoup qui remplissent les conditions ?"

       

      Jésus a dit : « ...beaucoup seront appelés, mais peu seront élus. » (Matthieu 22,1-14)


    • Zaraï Sarah 6 janvier 2016 03:20

  • Fidol Castré Fidol Castré 31 décembre 2015 12:13

    Dire de manière exclusive que les musulmans ne réclament rien de l’hébraïsme est légèrement exagéré... L’islam est une religion monothéiste, abrahamique (et par là rattaché à certains rites juifs et chrétiens de certaines branches, comme illustré dans la vidéo) et à part des ignorants et des extrêmistes (ces derniers profitant des autres...), aucun musulman de bonne foi si je puis dire, ne remet en cause cette filiation abrahamique.

    Donc à part pour vendre un livre et essayer de faire croire que ces trois monothéismes sont finalement semblables, induisant que ce n’est qu’une seule et même religion, tout ceci est abusif.


    • Olaf Olaf 31 décembre 2015 12:28

      @Fidol Castré

      Ce qui est abusif, c’est de déformer ce que j’ai présenté dans la vidéo, à savoir le discours musulman lui même, qui affirme que les musulmans tiennent leurs traditions de Mahomet et de sa révélation, et non d’une transmission par des descendants des Hébreux.

      En effet, les musulmans ne réclament rien de l’hébraïsme puisque selon eux, rien ne leur serait venu des Hébreux, tout leur serait directement venu de Dieu à une époque (la jahiliya) où les Arabes étaient rendus, selon le discours musulman lui même, à un état de barbarie sans foi ni loi, ni traditions hébraïques. Ce serait Mahomet qui aurait, par la seule force de sa révélation, enseigné à tout un peuple ses vraies origines, sa filiation abrahamique, ses traditions et ses manières de prier.

      Libre à eux de le croire. Force est de constater cependant que l’évidence montre que ce n’est pas vrai.


    • Fidol Castré Fidol Castré 31 décembre 2015 13:02

      @Olaf
      L’islam est une religion révélée. Par conséquent, il veut être une rupture avec les anciennes traditions même si -et en cela je suis d’accord avec vous-, il en a repris certains grands axiomes. Il suffit de lire effectivement la Génisse (dans la traduction de Kasimirsky en tout cas) ça sonne d’ailleurs comme "la Genèse" avec l’accent arabe (c’est une boutade), pour s’en convaincre, le récit de la Création est quasiment identique.

      Donc je maintiens simplement qu’il n’y a pas 100% des musulmans qui rejettent la filiation abrahamique des deux autres monothéismes, c’est tout.


    • Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 1er janvier 2016 04:34

      @Fidol Castré
      "L’islam est une religion révélée." 


      La thèse soutenue par Olaf - si je l’ai bien comprise - est justement que l’Islam n’est pas une religion révélée par un ange à un prophète qui aurait transmis le messages aux populations, mais qu’elle est en réalité une religion hybride, un mélange de judaïsme dégradé et de christianisme mal compris, et qu’elle entretient la méconnaissance historique de sa propre genèse. 

      Olaf corrigera si je me trompe.


    • Fidol Castré Fidol Castré 1er janvier 2016 19:11

      @Qaspard Delanuit
      Merci pour l’explication de texte Qaspard.

      Mais la thèse d’Olaf, si intéressante soit elle, importe peu au final. Les religions se construisent en permanence et créént surtout leur propre mythologie originelle. On peut s’intéresser aux travaux de Jean Solers sur les premiers monolâtres que constituent les hébreux et croyez-moi, à la fin, la belle affaire, on pourra dire que les juifs ne prient pas Yahvé, que les chrétiens sont inspirés par des proto-sectes minoritaires esséniennes ou que les musulmans sont aller piocher chez les uns et les autres. Tout cela est secondaire en réalité. Car moi j’ai la vague impression que l’auteur veut en arriver à nous faire avaler que les trois monothéismes, c’est la même chose... Et comme dit plus haut, j’insiste, mais la filiation abrahamique est avérée et acceptée par 99,99% des théologiens de ces trois religions.


    • Fidol Castré Fidol Castré 1er janvier 2016 19:13

      Je voulais glisser cette réflexion hilarante de Desproges...


      "Judaïsme : n. m. Religion des juifs, fondée sur la croyance en un Dieu unique, ce qui la distingue de la religion chrétienne, qui s’appuie sur la foi en un seul Dieu, et plus encore de la religion musulmane, résolument monothéiste."
      (Pierre Desproges / 1939-1988 / Pierre Desproges de A à Z)


    • Fidol Castré Fidol Castré 1er janvier 2016 19:15

      Je voulais caser cette citation hilarante de Desproges...

      "Judaïsme : n. m. Religion des juifs, fondée sur la croyance en un Dieu unique, ce qui la distingue de la religion chrétienne, qui s’appuie sur la foi en un seul Dieu, et plus encore de la religion musulmane, résolument monothéiste."
      (Pierre Desproges / 1939-1988 / Pierre Desproges de A à Z)


    • Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 1er janvier 2016 20:30

      Fidol Castré (---.---.---.175) 1er janvier 19:11

      Car moi j’ai la vague impression que l’auteur veut en arriver à nous faire avaler que les trois monothéismes, c’est la même chose... Et comme dit plus haut, j’insiste, mais la filiation abrahamique est avérée et acceptée par 99,99% des théologiens de ces trois religions.

      °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

      @Fidol Castré

      ... la filiation abrahamique est avérée et acceptée par 99,99% des théologiens de ces trois religions.

      Evidemment ces gus ne connaissent, comme des non théologiens comme René Guénon parmi beaucoup d’autres, que la version mythique de Mohammed !

      Olaf lui fait des recherches historiques, donc il peut parler d’une probable version historique  ; votre insistance montre que vous ne vous êtes jamais posée la question de savoir si l’on peut parler de deux versions concernant Mohammed !

      Par définition, la version mythique de Mohammed est le fond de commerce des dits théologiens ; et vous, s’en rire, vous voudriez qu’ils s’embarrassent avec une probable version historique ; autrement dit, ils sont sur la question : juges et partie évidemment !

      Merci

      CQFD



    • Fidol Castré Fidol Castré 1er janvier 2016 20:51

      @Mao-Tsé-Toung
      Très bien oui, les mythes et l’histoire... vous avez dit de manière plus longue ce que j’ai exactement écrit au-dessus.


    • Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 1er janvier 2016 22:27

      Fidol Castré (---.---.---.175) 1er janvier 20:51

      @Mao-Tsé-Toung
      Très bien oui, les mythes et l’histoire... vous avez dit de manière plus longue ce que j’ai exactement écrit au-dessus.

      °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

      @Fidol Castré

      non camarade Fidol, nous ne disons pas exactement la même chose ; loin s’en faut !

      "les mythes et l’histoire... "

      vous parlez du général,

      je parle moi surtout du cas particulier de Mohammed, objet ici de l’étude de Olaf !

      C’est le plus récent des vedettes que je citais tantôt ; les versions historiques de ces autres cracks qui m’intéresseraient beaucoup aussi, sont difficiles à établir [obligation donc d’avoir pour eux une autre approche], sinon impossible ; d’où mon intérêt très particulier pour le "sceau des prophètes", pour lequel, la "recherche historique" de type universitaire a toujours un sens aujourd’hui !

      C’est assez complexe d’ailleurs, car ici il ne faut pas confondre le travail de l’historien des religions qui n’a de cesse de questionner de nouvelles pistes, avec celui de l’historiographe correspondant !

      Merci

      CQFD


    • Zaraï Sarah 5 janvier 2016 16:06

      @Fidol Castré

       

      « L’islam est une religion monothéiste, abrahamique »

      Faux, la filiation abrahamique est une usurpation de leur part, inventée pour s’auto-justifier.


       

      « aucun musulman de bonne foi si je puis dire, ne remet en cause cette filiation abrahamique.  »

      Et pour cause ! C’est ce qu’affirme le Coran !

       

      « L’islam est une religion révélée.  »

      Êtes-vous islamiste ? Si non, pourquoi reprenez-vous la version officielle des Mahométans ?


       

      « Les religions se construisent en permanence  »

      Faux pour l’islam, définitivement figé, à l’interprétation fixée une fois pour toutes.


    • Zaraï Sarah 5 janvier 2016 16:12

      @Fidol Castré
       

      « les premiers monolâtres que constituent les hébreux »

      Non.


       

      « les trois monothéismes, c’est la même chose »

      Faux à double titre ; il y a d’autres monothéismes ; l’islam n’est pas à mettre sur la même plan que les deux premiers.

      En outre, le terme de « religion » pour le Judaïsme est inexact, quant à l’islam, c’est avant tout une idéologie politique.


    • philouie 5 janvier 2016 16:43

      @Sarah

      l’islam n’est pas à mettre sur la même plan que les deux premiers.

      ben oui.

      le premier est tribal.

      le deuxième idolâtre.

      l’islam est le seul monothéisme à portée universelle.


    • Zaraï Sarah 5 janvier 2016 16:57

      @Olaf
       

      Meilleurs voeux pour cette nouvelle année.


      Bonne santé et bonnes recherches.


    • AHMED_AMINE AHMED_AMINE 6 janvier 2016 01:48

      @Sarah

      En réponse à : « L’islam est une religion monothéiste, abrahamique »

      Vous dites : "Faux, la filiation abrahamique est une usurpation de leur part, inventée pour s’auto-justifier."

      A le lecture de vos interventions, j’ai constaté que vous êtes une femme méticuleuse est assez précise, donc je vous proposes ces deux documents


      1er document : http://media.wix.com/ugd/ba5608_670ef14b9e0842e283adae3e6a0bba5e.pdf


      2ème document en complément : http://media.wix.com/ugd/ba5608_3e22c66d9626470f80d738ffbe8e06fd.pdf


      J’attends avec curiosité vos remarques

      Bonne lecture


    • Zaraï Sarah 9 janvier 2016 12:56

      @AHMED_AMINE

       

      Merci pour ces liens, je regarderai.


  • alanhorus alanhorus 31 décembre 2015 12:47

    On comprend mieux pourquoi ils laissent construire des mosquées un peu partout ou les sionistes tiennent le pouvoir.


    On comprend mieux aussi la sourate 38 où Ibliss c’est à dire satan dit à dieu puisqu’il le chasse du paradis qu’il égarera tous les hommes sur terre à l’exception de son peuple élu. parfois traduit par peuple qui lui est dévoué.
    Ainsi Donc d’aprés le coran ibliss protège les élus.
    Mais qui sont ceux qui tentent en ce moment mais en fait de tout temps de duper les êtres humains ?
    Surtout avec leurs falses flags made in hollywood ? 11 septembre, bataclown, fausse attaque des quartiers d’ajaccio en corse.

    Je prédis que bientôt les mosquées seront plus désertés encore que les églises.


  • Avlula 31 décembre 2015 13:16

    Ah d’accord, l’intérêt de cette information est expliqué à la fin, je ne savais pas que l’islam niait cette affiliation dans les rituels (elle parait plutôt évidente pourtant... enfin la nouvelle information pour moi c’est d’apprendre qu’il existe des juifs et chrétiens ayant des rituels semblables à ceux de l’islam).


    • ffi 31 décembre 2015 13:58

      @Avlula
      Il parle d’une secte juive historique, parmi les divers courants du christianisme naissant : La thèse d’Olaf est en effet que certains chrétiens attendaient le retour imminent du messie, conditionné à la reconstruction du temple de Jérusalem : on désigne ce courant du christianisme naissant par le nom de « Judéo-nazaréen », fort présent en Syrie. Cela est plausible : en effet, dès que l’Islam conquit Jérusalem, le calife fit construire une mosquée sur le mont du temple, le dôme du rocher (au-dessus du mur des lamentations, ce qui demeure une cause permanente de conflit entre juifs et arabes). Hélas, toujours selon la thèse d’Olaf, le messie n’étant pas venu, il fallut se rendre à l’évidence : la prophétie des judéo-nazaréens n’en était pas une et ce courant disparu. C’est suite à cet échec de la prophétie qu’il fallut au pouvoir politique inventer une nouvelle religion, pour justifier sa domination sur la région : l’Islam.


    • cathy cathy 31 décembre 2015 14:18

      @ffi
      Le dôme du rocher est un bâtiment romain avec des colonnes corinthiennes, il ne peut donc en aucun cas être un bâtiment musulman.

      Le deuxième temple n’a pas été construit au même endroit que le premier. 

      Les chrétiens ne pouvaient pas attendre la reconstruction du 3e temple parce que le temple de Dieu est en eux.


    • Olaf Olaf 31 décembre 2015 14:40

      @ffi

      Pour être plus précis :

      - Il ne s’agit pas d’un courant chrétien. Il ne suffit pas de se référer à Jésus pour être chrétien (à ce compte, l’islam ou le raëlisme sont des "christianismes"). Cf. Saint Jérôme, lettre à Saint Augustin (112, 13, 404) " Jusqu’à aujourd’hui, dans toutes les synagogues de l’Orient, il y a une secte que l’on appelle les minim [les hérétiques en hébreu] qui est jusqu’ici condamnée par les pharisiens [les juifs de tradition rabbinique]. Ils les appellent vulgairement nazaréens… tandis qu’ils veulent être à la fois juifs et chrétiens, ils ne sont ni juifs ni chrétiens."

      - Le Dôme du Rocher a été construit par Abd al Malik en 692. Il a remplacé le "Temple", reconstruit par Omar et les judéonazaréens vers 638-640. Ce dernier a été surnommé "mosquée d’Omar" ("lieu de prosternation d’Omar", ne pas faire d’anachronisme avec la mosquée comme on la connait aujourd’hui). Ce surnom est passé au Dôme du Rocher.

      On pourra lire et télécharger la synthèse de mon bouquin pour une mise au point rapide en qq pages à propos de toutes ces nouvelles découvertes : http://legrandsecretdelislam.com


    • Olaf Olaf 31 décembre 2015 14:48

      @cathy

      Le Dôme du Rocher est la copie de l’église de la Kathisma, entre Jérusalem et Bethléem, dont on a retrouvé les vestiges en 1992. Cette église très ancienne (5e siècle) présente exactement le même plan en triple octogone que le Dôme du Rocher. Elle a été laissée telle quelle par les conquérants arabes au 7e siècle, puis convertie en mosquée après Abd al Malik.


    • cathy cathy 31 décembre 2015 17:12

      @Olaf
      Le dôme du rocher, et la mosquée Al aqsa sont des bâtiments romains : 

      https://www.youtube.com/watch?v=BVT6QnluXIk


    • Zaraï Sarah 5 janvier 2016 17:21

      @Olaf
       

      « Il ne s’agit pas d’un courant chrétien  »

       

      Justement : vous n’êtes pas du tout intervenu sur votre précédent article or je vous y avais posé une question sur les termes employés par le Pr EM. Gallez  :

       

      http://www.agoravox.tv/actualites/religions/article/l-islam-est-il-vrai-quand-l-51537#forum13026548

       

      Auriez-vous une réponse ?


  • cathy cathy 31 décembre 2015 13:56

    Olaf

    je vous mets sur une autre piste au sujet des ablutions traditionnelles juives selon la mishnah, passées à la religion musulmane. 

    Traditions juives sur les ablutions :

    On retrouve déjà cette tradition dans le nouveau testament quand les pharisiens sont outrés parce que les disciples de Jésus ne se sont pas lavés les mains avant de manger. Jésus leur dit deux mots sur leurs traditions rabbiniques orales. 
    Marc 7.5
    Là-dessus les pharisiens et les scribes lui demandèrent : D’où vient que tes disciples ne suivent pas la tradition des anciens, et qu’ils prennent leur repas sans se laver les mains ?


     Dans Exode 30, seul les sacrificateurs et leurs descendants devaient faire des ablutions pour entrer dans la tente d’assignation : 
    17 L’Eternel parla à Moïse, et dit : 18 Tu feras une cuve d’airain, avec sa base d’airain, pour les ablutions ; tu la placeras entre la tente d’assignation et l’autel, et tu y mettras de l’eau, 19 avec laquelle Aaron et ses fils se laveront les mains et les pieds. 20 Lorsqu’ils entreront dans la tente d’assignation, ils se laveront avec cette eau, afin qu’ils ne meurent point ; et aussi lorsqu’ils s’approcheront de l’autel, pour faire le service et pour offrir des sacrifices à l’Eternel. 21 Ils se laveront les mains et les pieds, afin qu’ils ne meurent point. Ce sera une loi perpétuelle pour Aaron, pour ses fils et pour leurs descendants.

    Il y a aussi le lavages des mains pour les cadavres, la gonorrhée, et les menstrues et c’est tout. 



  • chafy chafy 31 décembre 2015 17:30

    @ Olaf

    "Et tu trouveras certes que les plus disposés à aimer les croyants sont ceux qui disent : "Nous sommes NACARAS ." C’est qu’il y a parmi eux des prêtres et des moines, et qu’ils ne s’enflent pas d’orgueil.
    (Sourate 5, Al Maidah, v. 82)"

    pas NAZAREENS, pratiquant le vœu du NAZIR, contrairement à NACARAS qui eux ne connaissent pas cette pratique car inexistante dans le coran et totalement absente comme rituel chez les musulmans pourtant pratique centrale chez les premiers.
    l’on connait très bien votre tour de passe passe afin de faire dire au coran ce qu’il ne dit pas, et ce, jusqu’à aller faire croire vos lecteurs en l’existence de pseudos falsifications faites par des scribes en procédant par un sois disant remplacement de mots tels que jus de raisin par jeu de hasard afin de berner le lectorat que le coran est une émanation judéo-nazaérenne, vos fameux corono impossible de prouver leur existences, mais ce n’est pas grave, votre providence sont les manuscrit à qui vous faites aussi dire des énormités, enfin, votre acolyte, j’ai nommé E.M.G.

    Autre chose, F.DONNER : https://remmm.revues.org/246 démontre clairement que ce que vous appelez courant ou espérance messianiste est totalement absente du coran, et qu’elle ne trouve justification que dans la tradition, dont on sait aujourd’hui qu’elle été contaminée par cet idée de messianisme juif par le trio ABOU HOURAYRA, KAAB AL AHBAR et le calife MOUA’OUIA :
    http://mlouizi.l.m.f.unblog.fr/files/2009/07/iltaitunefoisuninfodsurlechemi ndedamas.pdf

    les trouvailles archéologique de C.DAUPHIN : http://www.christusrex.org/www1/ofm/sbf/Books/LA43/43223CD.pdf&nbsp ; démontre l’existence d’églises-synagoges trouvées en Syrie. Avec la croix et le chandelier à 8 branches... qui démontrent qu’il s’agissait de juifs chrétiens et non de Nazareens comme prétend EMG.
    elle démontre l’inexistence de ce groupe, elle date les traces au 4 ème siècle... Rien au 6 et 7ème.. Zéro preuves archéologiques, zéro témoignages historique, les témoignages parlent de toute sorte de qualificatifs sauf de Nazareens ou d’ébionites.

    E.M.G dans sa réponse par apport à ses découvertes, essaie de faire croire Qu’il s’agit d’une preuve de l’existence d’une communauté de judeo-Nazareens, sauf si on suit sa thèse ils devraient être ni vraiment juifs. Ni vraiment chrétiens Or Claudine prouve qu’ils étaient à la fois juifs et chrétiens.
    Pour s’en sortir il essaye de prouver que ces judeo-chretiens avec le temps ont abandonné leur dogme d’origine à savoir la crucifixion de Jésus et sa résurrection au profit d’un nouveau dogme purement monothéiste sans apporter la moindre preuve de ce changement anti historique ( sauf si on admet l’islam avec une nouvelle révélation qui corrige le paganisme judeo-chretien, la c’est votre anti-thèse !)

    Aussi, pour ce qui est des rituels, bien qu’il y est concordance entre certaines, vous omettez de parler de celles qui diffèrent.
    la circoncision ne trouve nulles part ni dans le coran, ni dans les hadith sa justification, si tradition il y aurait, à coup sur elle doit être balayée car un verset du coran considère que toute déformation qui touche l’intégrité du corps, est un fait satanique, mais la masse des musulmans, continuent toujours à honnorer des pratiques relevant de la loi mosaïque, car des siècles durant, malheureusement l’islam a subit à une contamination essentiellement de pratiques et rituels juifs, alors que le message primordiale de l’islam est justement le retour aux sources de la HANAFIA SAMAHA, celle d’IBRAHIM ou ABRAHAM, c’est à dire le pure monothéisme exempt de toute association.

    pour aller plus loin comme vous le dites, aux lecteurs de connaitre les réponses à la thèse d’E.M.G faites par une personne avec qui vous avez eu le plaisir d’échanger, et qui a bien synthétisé les divers travaux de l’islamologie savante pour démontrer la supercherie de l’islamophobie savante !

    le coran et les thèses orientalistes :
    http://lechemindroit.webs.com/lecoranetloccident.htm

    réponses aux thèses chrétiennes :
    http://lechemindroit.webs.com/rponseauxpolmiques.htm


    • Olaf Olaf 4 janvier 2016 16:21

      @chafy

      Ce bon Chafy, de retour dans le débat !

      Je vois que vous n’avez rien retenu des fessées que vous avez prises dans les commentaires de mon site (http://legrandsecretdelislam.com), où vous avez fait valoir ces mêmes arguments, tous démontés un par un ...

      Sur le travail de Fred Donner : Donner pose le présupposé dans l’étude que vous citez que le Coran aurait été compilé entièrement dans la forme que nous lui connaissons aujourd’hui avant la 1ere guerre civile. Or c’est faux, et la majorité des spécialistes le reconnait désormais (avez vous les émissions d’Arte Jésus et Mahomet  ?). A la décharge de Donner, on pourra dire qu’en 1998, date de son papier de réfutation de la cristallisation tardive du Coran, il pouvait disposer encore des matériaux que nous avons aujourd’hui : manuscrits anciens qui portent les stigmates de grattages, lavages et réécriture de termes cruciaux pour la théologie musulmane, études de Guillaume Dye, de Manfred Kropp ou encore d’Edouard-Marie Gallez. Je conteste de plus absolument son interprétation comme quoi le Coran n’aurait pas de caractère messianiste, comme vous le soutenez Chafy. Le Coran regorge de passages exaltant les musulmans comme la meilleure des communautés, les élevant au dessus des autres, vilipendant les Juifs, les chrétiens, et tout le reste de l’humanité (jusqu’à la Fatiha, répétée a minima 17 fois par jour par les bons musulmans...). Le Coran sépare donc clairement l’humanité et le monde en 2 camps, les bons, qui sont les musulmans, et les autres, qui ne sont qu’impureté. D’autres passages expliquent par ailleurs que le monde entier doit revenir aux musulmans, que la terre leur appartient, et qu’il leur revient d’étendre l’islam à toute l’humanité. C’est exactement la définition du messianisme politique global !

      Sur Claudine Dauphin et l’interprétation de ses découvertes par EM Gallez (qui écrit 5 ans après leur publication), je renvoie les lecteurs à l’amical débat de commentaires qui a eu lieu sur mon site avec vous, Ahmed Amine et le compère "Ali Baba".

      Enfin, sur ce fameux site du "chemin droit", qui aurait produit une démonstration de la "supercherie de l’islamophobie savante", je renvoie une fois de plus les lecteurs aux commentaires laissés sur mon site par Ahmed Amine, qui citait lui aussi abondamment le "chemin droit", et je les renvoie surtout à mes réponses. En substance, je vous y avais déjà expliqué que si vous souhaitez réfuter le travail d’EM Gallez, vous êtes bien sûr tout à fait libre de le faire, et je vous y invite d’ailleurs pour faire avancer le débat. Mais alors, renoncez aux procédés malhonnêtes de ce site "chemin droit", qui ne sont pas droits du tout, puisqu’ils consistent à déformer et travestir les arguments présentés pour réfuter non pas les arguments eux-mêmes mais leur déformation et leur travestissement. Le tout bien sûr en diabolisant vos contradicteurs, leur prêtant les plus sombres intentions et les plus abjects partis-pris ... Tout cela pour éviter de juger et critiquer une argumentation historique sur son fonds même, mais sur les idées et représentations que vous vous en faites, et plus encore, en pratiquant des attaques ad hominem censées discréditer de facto vos interlocuteurs sans avoir même à considérer leurs arguments. Ce genre de pratique signe une évidente malhonnêteté intellectuelle. Bref, le "chemin droit" revendiqué par ce site ne l’est pas vraiment, s’il faut en croire ce qui y figure.


    • chafy chafy 4 janvier 2016 22:25

      @Olaf

      des fessées quelle bonne blague !

      le chafy a changé depuis, mais bon passons.

      sauf que selon le grand spécialiste du parchemin du coran, j’ai nommé F. Déroche : http://www.college-de-france.fr/site/francois-deroche/_audiovideos.htm

      n’est pas du même avis que vous à propos de cette supposée compilation tardive qui ne repose que sur des méthodes sélectives, vous choisissez la méthode qui sied à votre approche et vous balancez celle qui ne convient pas, je connais très bien votre procédé commun parmi ceux qui partagent votre approche, n’essayez pas svp avec moi de vous parez de ce qu’il ne vous habille pas, j’ai passé des mois et des nuits à lire et voir comme documentaire de ceux de votre bord et le camp opposé, vous balayez d’un revers de main la tradition islamique sous prétexte tardive, vous l’avez invalidé parce que contredisant sur certains points la thèse défendue par vos soins, mais quand celle ci vous arrange vous n’hésitez pas à la citer comme source.

      le seule texte sur le quel se base Gallez à ma connaissance (peut être que je me trompe), dans sa thèse pour étayer le supposé messianisme est le hadith narré par "Abou Hourayra" (identité obscure, probablement juif lui aussi) dont on sais aujourd’hui qu’il a été la courroie de transmission par l’intermédiaire de "Kaab Al Ahbar" un rabbin juif faussement convertie pour inonder la tradition musulmane justement de messianisme, de toutes façon avec ou sans F.DONNER le coran est claire est nette il n’existe pas de messianisme, seul deux versets sont cités par les partisans du retour de jésus sont :(S43/ V61 et S4/ V159) sujet de controverses entre érudits , si c’est le cas faites moi la démonstration en m’opposant des versets claire et nette sans interprétation ou autres verbiage, et ne me sortez pas le coup de la prévalence d’une communauté sur les autres, et la vision supposé binaire entre deux mondes, le coran ne s’adresse pas à des extra-terrestres !

      moi je vous oppose les versets 109 et 117 de la sourate numéro 5, et ils sont sans appel il n’y a pas de messianisme ni de retour d’un messie qui soit, le coran ne dit point un mot sur le supposé antichrists, que le retour d’un messie signerai sa fin ! rien ! nada ! walou ! c’est une lecture judéo-chrétienne dont l’islam est totalement en opposition et évitez de faire dire coran ce qu’il ne dit par vos petits tour de passe passe, c’est un livre claire, en arabe pour celui qui sait lire l’arabe du 7eme siècle de la région du Hijaz. 

       je fais partie d’un groupe dont la tache et de relire le coran selon sa propre sémantique et constructions phraséologique, c’est à dire que nous faisons un travail de recherche sur la récurrence de mots ou concepts, que nous essayons afin d’en comprendre le sens de comparer avec d’autres dans le coran, tout en excluant la tradition musulmane du contexte historique, et cette approche nous a permis de découvrir le texte coranique sous un autre angle, il existe des publications dans ce sens mais elles sont en arabe.

      je prends l’exemple du mot QUR’AN en arabe, se divisant en deux syllabes formant deux mots distincts. que j’ai expliqué dans un de mes commentaires ce topique.

      je sais que vous avez fait de la thèse d’E.M.G la votre, l’on vous a fait la démonstration par la méthode linguistique à l’appui que E.M.G utilise un procédé propre à lui pour faire dire au coran ce qu’il a envie de lui faire dire, et vous êtes venu avec un travail vraiment petit pour nous faire croire que la graphie du mot "AL MAYSIR" aurait été retouché pour faire dire au texte que le mot aurait été changé par celui de jus en araméen ? et que vous avez été incapable d’étayer votre assertion avec un autre exemple, vous prenez les gens vraiment pour des demeurés ? nous connaissons mieux que vous, Gallez, et le père Moussali l’arabe, vous n’êtes même capable de faire la différence élémentaire vous tous sur une règle de grammaire que les collégiens apprenant l’arabe savent à savoir de

      "HOUROUF AL AATF" : AL WAWOU, FA, THOUMA et AWOU, quatre lettre qui forment cette règle, comment une telle règle élémentaire a pu échapper au père Moussali qui a enseigné libanais arabophone ?

      vous pouvez vous et les autres balancer de la poudre aux yeux aux non arabes, mais pas à ceux qui manient le verbe arabe. et les exemples de manipulation ne manquent pas comme dans le premier verset de la sourate 17.

      "...manuscrits anciens qui portent les stigmates de grattages, lavages et réécriture de termes cruciaux pour la théologie musulmane..."

      des palimpsestes sur des parchemins que vous ne pouvez pas affirmer à 100% qu’ils étaient des"Massahif" mais plutôt des supports de travail, d’écriture et de ré-écriture à des fins de compréhension ou de récitation, comme c’est le cas dans les écoles coraniques que nous fréquentions petits, sur un petite tablette en bois on devait écrire, effacer, et ré-écrire des versets coraniques dans le but d’une récitation. nous lavions ces tablettes, mais il restait toujours des traces d’encre, et vos lectures pourront vérifier ce que j’écris.

      vous faites dire vous tous chantres de l’islamophobie savante au parchemin ce qu’il ne dit, vous lui tordez le cou.

      comment se fait que la rareté des supports ne vous a pas alerté sur le fait que c’est tout fait normal face au problème de production de parchemins fait de peaux, que le grattage ou lavage soit quelque chose de normal et pas forcément de la manipulation des scribes ?

      pour ce qui est du site d’Ahmed Amine je lui laisse de répondre. laissons les lecteurs juger de ce qu’il en est.


    • chafy chafy 5 janvier 2016 00:47

      @Olaf

      tenez puisque vous affectionnez la fessée ! défoulez vous,

      dans votre vidéo et comme d’habitude vous excellez dans l’art de la feinte, en matière de prière le coran n’a jamais prétendu que la prière était un rituel que Mohamed aurait inventé, vous dites dans votre vidéo :

      "...l’islam est la seule à exclure ... que sa façon de prier viendrait seulement de la révélation de Mohamed ... "

      et pourtant le coran dans les textes suivants CONTREDIT ce que vous affirmez :

      S2/ V125

      S3/ V39 V43

      S10/ V87

      S14/ V37 et V40

      S19/ V31, V43, V58 à V60

      et puis la forme diffère et absence d’ablutions !

      La circoncision ne trouve nulles parts de justification dans le coran, ni dans la tradition, et si un ou deux hadiths la mentionne surement c’est une allégation sans fondement, car comment le prophète pourraient maudire d’un coté ceux qui pratiquent le tatouage car touchant à l’intégrité du corps humain chose sacré chez les musulmans et en même temps dit que c’est une tradition des prophètes en parlant de la circoncision ?

      autrement dit comment peut on dire que le prophète autorise une pratique qui touche à cette intégrité et qu’en même temps il en interdit une autre ?

      Voir S4/V119.

      les juifs font ils des pèlerinages circumbulatoires identiques à ceux fait par les musulmans autour de la Kaaba ?


    • Zaraï Sarah 5 janvier 2016 18:36

      @chafy
       

      « les trouvailles archéologique de C.DAUPHIN... ?elle démontre l’inexistence de ce groupe ... Rien au 6 et 7ème.. Zéro preuves archéologiques, zéro témoignages historique, les témoignages parlent de toute sorte de qualificatifs sauf de Nazareens ou d’ébionites. »

       

      Amusant ces gens qui font de l’archéologie en nous cherchant partout sans se renseigner et qui « démontrent », « preuves » à l’appui que nous n’existons pas smiley


       

      « Or Claudine prouve qu’ils étaient à la fois juifs et chrétiens. »

      Au lieu de vouloir « prouver » avec des suppositions, ils suffisait de nous demander : nous ne sommes ni juifs ni chrétiens.


    • Zaraï Sarah 5 janvier 2016 18:42

      @chafy
       

      « est un fait satanique »

      Amusant de lire un adorateur de Baal parler de satanisme smiley

       

      « malheureusement l’islam a subit à une contamination essentiellement de pratiques et rituels juifs »

      Le rire est bon pour la santé ; ici, nous sommes servis smiley

       

      « alors que le message primordiale de l’islam est justement le retour aux sources de la ... c’est à dire le pure monothéisme exempt de toute association. »

      Voilà les (mauvais) plagiaires demandant aux plagiés de retourner aux sources smiley


    • chafy chafy 5 janvier 2016 18:43

      @Sarah

      bonne année, meilleurs vœux,

      "...Au lieu de vouloir « prouver » avec des suppositions, ils suffisait de nous demander : nous ne sommes ni juifs ni chrétiens. "

      voulez vous bien vous identifier svp ?


    • Zaraï Sarah 5 janvier 2016 18:52

      @chafy
       

      Merci. Meilleurs vœux pour vous aussi

       

      Voir mon profil : je suis netzari (israélite nazaréenne).


    • Zaraï Sarah 5 janvier 2016 19:03

      @Olaf
       

      « Ce bon Chafy, de retour dans le débat !

      Je vois que vous n’avez rien retenu des fessées que vous avez prises dans les commentaires de mon site »


      Ce n’est pas seulement une fessée virtuelle qu’il va prendre bientôt, s’il persiste.

       

      @Chafy

      Dépêchez-vous, il vous reste très peu de temps, sachant que pour les Mahométans, ce sera plus ardu que pour les autres s’ils veulent être sauvés.


    • chafy chafy 5 janvier 2016 19:11

      @Sarah

      occupez vous de vos fesses, et évitez de vous adressez à moi de la sorte.


    • Olaf Olaf 5 janvier 2016 21:52

      @chafy
      Bonsoir !
      Dites moi Chafy, êtes vous le même "Chafy" que celui qui a abondamment commenté mon site ? Qu’est ce que cela veut dire "le chafy a changé depuis" ?

      Pour préciser les choses à propos du messianisme du Coran et de l’islam, je crois qu’il y a quiproquo. J’ai l’impression que pour vous, cela ferait référence au retour de Jésus-Issa à la fin des temps (cf les versets du Coran que vous avez cité, plus la sunna). Je mentionne en fait tout autre chose : le messianisme global, c’est tout projet politique ou politico-religieux qui vise à établir un monde parfait sur terre, un monde délivré du mal. Tous ces projets dans l’histoire divisent l’humanité en 2 camps, ceux qui portent le projet et ceux qui s’y opposent, les bons et les méchants. C’est dans ce sens que j’affirme que l’islam est un messianisme, qu’il y ait ou non intervention de Jésus-Issa dans son scénario (le communisme, par exemple, est aussi un messianisme, mais sans Jésus - et pour paraphraser l’aphorisme de Rodinson, le communisme, c’est l’islam sans Dieu). Je ne vois pas comment vous pourriez me dénier cette interprétation : l’islam est un messianisme.

      Sur ces affaires de grattage, je vais bientôt publier quelque chose. Vous verrez que sur les manuscrits les plus anciens, photos HD à l’appui, on ne peut pas soutenir qu’il s’agirait de supports "d’apprentissage", mais bien de réécriture de termes spécifiques et isolés dans le sens voulu par l’élaboration de la théologie musulmane (exemple : grattage d’Isaac, remplacé par Ismaël). Affaire à suivre !

      Je vous remercie par ailleurs pour ce document sur les manuscrits anciens du Coran, j’en ferai bon usage. Si vous avez la main dessus, je vous recommande absolument d’en retirer toute mention aux fausses lettres de Mahomet (à Héraclius, au gouverneur d’Egypte ...). Elles invalident toute prétention historique de votre louable tentative.Toute personne sensée sait qu’il s’agit en effet de faux : on n’a aucune trace de ces lettres avant le 16e siècle, date à laquelle elles apparaissent comme par magie sous l’autorité d’un sultan ottoman qui sortait de ses soutes des reliques de Mahomet par paquets de dix, toutes plus authentiques les unes que les autres mais dont personne ne sait comment elles ont bien pu lui parvenir ... Qq questions toutes simples à ce sujet : comment la pseudo lettre à Héraclius a-t-elle été retrouvée et conservée ? Pourquoi n’y en a-t-il aucune trace, aucune mention dans les archives byzantines ? Comment aurait-elle survécu au sac de Constantinople ? 

      Enfin, sur les rites de prières, vous vous méprenez une fois de plus sur ce que j’affirme dans la vidéo. Je n’ai jamais insinué ce que vous avez écrit : "le coran n’a jamais prétendu que la prière était un rituel que Mohamed aurait inventé". Je dis simplement que le discours islamique, qui stipule que les Arabes auraient vécu dans l’ignorance et dans le paganisme avant Mahomet, et tiendraient leur monothéisme et leurs rites de prières uniquement de leur islamisation par Mahomet, est absolument invalidé par le "choc des photos" ou plutôt celui des vidéos. Elles montrent avec toute la force de l’évidence qu’existaient à l’époque même de Mahomet ce même monothéisme et ces mêmes rites de prières, jusque dans l’entourage le plus proche des Arabes qoréchites de Syrie, environnés de chrétiens syriaques qui adoraient le Dieu unique et le priaient comme vous les voyez faire dans la vidéo. Libre à vous de croire que c’est Mahomet tout seul qui aurait transformé un peuple de païens en adorateurs prosternateurs. Je soutiens au contraire que les Arabes "proto-musulmans" étaient déjà des adorateurs prosternateurs, certainement pas des païens, avant toute "révélation" de Mahomet, et donc que celui-ci ne leur a rien révélé ni apporté sur ce point.

      "Comment le prophète pourraient maudire d’un coté ceux qui pratiquent le tatouage car touchant à l’intégrité du corps humain chose sacré chez les musulmans et [comment pourrait on affirmer] en même temps [que ce serait] une tradition des prophètes en parlant de la circoncision ?" Et bien, c’est un indice de plus des racines juives de l’islam (ou plutôt judéonazaréenes). La Torah présente exactement le même paradoxe de commander la circoncision tout en maudissant les modifications corporelles.

      Gén 17,10 : "Et voici mon alliance qui sera observée entre moi et vous, et ta postérité après toi : que tous vos mâles soient circoncis"

      Lév 19,28 : "Vous ne vous ferez pas d’incisions dans votre chair pour un mort, et vous ne vous ferez pas de tatouage" (le verset précédent commandant d’ailleurs la pousse fournie de la barbe ...)

      A bientôt, cher (ou chers) Chafy...


    • Olaf Olaf 5 janvier 2016 23:30

      @chafy
      https://www.youtube.com/watch?v=BSj0sIr1OmY

      Pas mal de trucs intéressants ... 


    • chafy chafy 6 janvier 2016 00:48

      @Olaf

      chafy, chafys, chafou... on s’en fou !

      "l’islam est un messianisme."

      vous voulez dire le coran seule ou l’islam dans sa dimension globale regroupant et le texte coranique, et la tradition, que se soit celle des paroles "SOUNA KAWLIA", celle des faits "SOUNA F’ILIA" ou celle des "BALAGHATES" récits rapportés dans les recueils des hadiths ?

      car le coran vous contredit si vous affirmez qu’il y aurait un messianisme politique et j’aimerai bien que vous m’apportiez des versets qui le soutiennent, je sais vous allez me dire que vous avez répondu à cette question et tralali et tralala...

      vous imaginez bien que si je la reprends c’est que vos arguments ne tiennent pas la route car je vous oppose un seule verset qui démonte votre certitude : S18 /V29, et il y en a d’autre, mais je connais d’avance votre esquive !

      effectivement si des califes sont partis à la conquête des terres et des contrées ce n’est surement pas le coran qu’ils a encouragé mais ils ont eu la même lecture que vous faites du coran pour justifier ce que vous nommer messianisme politique, vous le savez très bien vous qui maniez si bien le verbe coranique (en français bien sur)... que l’on peut faire dire au coran ce qu’il ne dit point, vous et vous comparses vous excellez dans cet art, n’est ce pas ?

      vous n’avez pas besoin de me produire un grattage ou lavage pour soutenir ce que vous dites, comme je vous ai dit le chafy à changé, il l’a lu votre vulgate, des centaines d’articles, des échanges, visionnage... et tout ... et qu’il fait parti d’un groupe de travail sur le coran et il sait que ce n’est pas "Ismael" qui concerné par le songe mais "Isaac" sans que vous produisez votre parchemin, par conséquent je vous épargne le temps et l’effort ainsi vous pouvez vous consacrer à vos prières.

      le manuscrit est un moyen d’apprentissage que vous le vouliez ou non, le coran est tel quel, et votre militantisme prosélyte vous discrédite plus qu’il ne vous crédite.

      j’aimerai bien que J.J WALTER applique sa méthode sur un autre texte pour valider son hypothèse que le coran serait l’œuvre de plusieurs personnes, mais je crois que l’on va attendre un bail !

      la méthode de grattage et/ou lavage a été utilisé tant que l’utilisation du papier ne s’est pas démocratisé, si vous voulez soutenir qu’il y a eu grattage, vous devriez identifier la personne qu’il l’aurait fait pour connaitre son intention dans cette entreprise, et ça, vous risquerez de ne jamais le démontrer, comme par exemple votre incapacité à nous donner les noms des chefs des judéo-nazaréens ?

      à part Waraqa, rien ! pas un seul personnage historique hormis ce vieillard, c’est le désert à perte de vue  ?

      je n’ai la main sur rien, et je sais que les lettres sont sujet de doute, mais j’aurais aimé avoir votre avis sur le travail de l’auteur au lieu de vous occuper de ce qui sujet de controverse, d’ailleurs c’est votre marque de fabrique, mais passons.

      regardez votre vidéo à 4mn et 31s et dites moi ce que je dois comprendre, peut être que je ne sais plus lire le français  ?

      choc des photos ! lol ! c’est connu depuis des lustres parmi les populations musulmanes de l’orient cette ressemblance des formes de prière, comme si vous aviez fait la découverte du siècle ?

      qui sait qui mérite une fessée pour avoir pris les gens pour des imbéciles à l’heure ou le monde est connecté H24 ? sacré exploit vous avez fait !

      que pensez vous du culte des bétyles en Arabie ? est il un culte païen ou autre ?

      vous dites :

      [ "Comment le prophète pourraient maudire d’un coté ceux qui pratiquent le tatouage car touchant à l’intégrité du corps humain chose sacré chez les musulmans et [comment pourrait on affirmer] en même temps [que ce serait] une tradition des prophètes en parlant de la circoncision ?" Et bien, c’est un indice de plus des racines juives de l’islam (ou plutôt judéonazaréenes). La Torah présente exactement le même paradoxe de commander la circoncision tout en maudissant les modifications corporelles.]

      ceci est preuve claire et définitive de l’infiltration des traditions juives dans l’islam, comme ils ont infiltré votre religion, ils ont réussis à dénaturer la notre, et c’est la ou s’inscrit mon combat, gratter et laver l’islam de cette tradition, autrement dit vous venez de confirmez ce que j’ai dit au début que le tandem Abou Hourayra et Kaab Al Ahbar ont bien inondé la tradition musulmane de cette même contradiction comme quoi le criminel laisse toujours son empreinte sur la scène du crime !

      donc exit l’origine juive de l’islam mais son infiltration par les tradition de celle ci.

      vous pouvez répondre à ma dernière question :

      les juifs font ils des pèlerinages circumbulatoires identiques à ceux fait par les musulmans autour de la Kaaba ? oui ou non ?

      Ps : pour la vidéo je la verrai quand j’aurais le temps, et le temps j’en ai pas beaucoup, je le consacre aux recherches intéressantes.

      tenez une dernière pour la route, vous qui chérissez tant la science, sa méthodologie et vous n’arrêtez pas d’avancer celle ci comme seule préoccupation et patati et patata ... quand allez vous nous présentez un travail digne du grand secret de l’islam sur la grande religion chrétienne ?

      ainsi comme on vous l’a fait remarqué cela vous permettra de vous laver de tout soupçon de prosélytisme ?

      n’est ce pas la une procédé communiste de faire taire un rameau concurrent et imposer sa foi quitte à profiter de travaux sujets de désaccords et de discordes pour les faire passer comme aboutit ?

      A bientôt Olaf, Odon , ou qui se cache derrière ces pseudos ?

      curieuse manière de faire !


    • AHMED_AMINE AHMED_AMINE 6 janvier 2016 01:31

      @Sarah

      Vous avez raisons sur pas mal d’interventions.

      Pour les Nazaréens authentiques, effectivement comme les Ebionites et les Kazaites ce ne sont ni totalement Juifs ni vraiment chrétiens, donc pas de croix dans leur lieux de culte, Or ce qu’a trouvé Claudine Dauphin c’est des lieux de culte Judéo-chétiens où la croix fait bon ménage avec le chandelier à 8 branches et ça date apparemment du 4ème siècle donc rien avoir avec les Nazaréens à moins de penser qu’ils se sont convertis en masse au christianisme dominant.

      Cordialement


    • Olaf Olaf 6 janvier 2016 01:56

      @chafy

      1. Tralali et tralala !
      2. Patati et patata !

    • chafy chafy 6 janvier 2016 02:07

      @Olaf

      c’est bien mon fils continuez ! et dites nous quand vous irez au show comme ça on viendra vous encourager ! n’hésitez pas hein !


  • eQzez eQzez 31 décembre 2015 18:13

    je n’ai pas encore regardé la video.

    Deja si c’est une video à charge contre l’islam, pour la presenter comme un judaisme 2.0, je vous arrete tout de suite.

    Je vous rappelle que les prophetes ne font que rappeler qui est le Dieu, et comment le venerer, l’adorer et comment faire des supplications etc, et chaque prophete ne fait que completer, simplifier le message du prophete ou messager précedent.

    Je vous rappelle aussi que Abraham ou Moise n’ont pas fondé le judaisme et Jesus également n’a pas fondé le christanisme et encore moins le catholicisme.


    • Zaraï Sarah 5 janvier 2016 16:18

      @eQzez
       

      « Jesus également n’a pas fondé le christianisme et encore moins le catholicisme. »

      C’est tout à fait vrai ; le Christianisme est une apostasie.


  • chafy chafy 31 décembre 2015 19:06

    @ Olaf

    je rajoute aussi, que non seulement cette idée de messianisme est absente, non seulement dans l’islam primitif, mais aussi dans le coran, voir pire même, ce dernier lui même la nie d’une façon catégorique, sans extrapolation ou interprétation alambiquée, dans les versets 109 à 117 de la sourate (Sourate 5, Al Maidah).

    il faudra nous expliquer par quelle magie, ce messianisme apparait du jour au lendemain si vraiment il y eu des le départ un endoctrinement des arabes par vos judéo-nazaréens ?


  • AHMED_AMINE AHMED_AMINE 31 décembre 2015 19:15

    Salam/Shalom/Salut à tous,

    Pour le croyant Hanif , la prière des musulmans est la continuité de la prière de tous les prophètes de Dieu, cela ne perturbe pas la foi des croyants, personnellement j’avais préparé une page sur la prière depuis de nombreuses années en se basant sur les même vidéos et en utilisant les textes de la Bible ; je vais la partager avec vous ici :

     http://lechemindroit.webs.com/laprieredabraham.htm


    J’invite notre ami Olaf de lire les 3 documents dans le lien ci-dessous avec sincérité et nous donner son avis en toute objectivité, je lui donne le temps nécessaire pour l’étudier attentivement avant de répondre.

    Genèse d’un mensonge : 
    Bonne lecture

    Que le paix de Dieu soit avec vous tous

    • njama njama 1er janvier 2016 13:20

      @AHMED_AMINE

      "la prière des musulmans est la continuité de la prière de tous les prophètes de Dieu,..."

      c’est l’évidence, et si cette explication peut éclairer quelques lanternes :

      « masjid » (mosquée en arabe) est emprunté à l’araméen masged, lequel dérive d’une racine proto-sémitique signifiant « poser le front au sol », rappelant qu’il s’agit d’un lieu de prosternation.

      Les communautés Falashas, juifs éthiopiens, (Beta Israel) n’avaient pas de synagogue ni de rabbin. Leur lieu de culte était appelé masjid.


    • Hijack ... Hijack ... 1er janvier 2016 19:10

      @AHMED_AMINE

      Merci pour ces documents qui vont en choquer quelques uns ...

      .

      Il est en effet évident que tous les prophètes sont musulmans (que d’aucuns le veulent ou pas) ... de même que tous les croyants le sont.


  • Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 1er janvier 2016 06:09


    Ce qui est évident en tout cas, comme je l’ai écrit à maintes reprises, le mythe de Gabriel consacrant Mohammed comme dernier des prophètes, ne tient pas la route... de l’histoire !
    J’ai écrit aussi, que le jeune Mohammed, être curieux et studieux, fréquentait les sectes juives et chrétiennes, ou plutôt "écoutait" les propagandistes "juifs" et "chrétiens" qui passaient par La Mecque —si c’était bien La Mecque, qu’il habitait— ou qui habitaient La Mecque... !
    Cette vidéo confirme, s’il en était besoin cela ; elle suggère la source de l’inspiration d’où vient la pratique du culte musulman : la prière !

    Encore une fois pour tous ces fondateurs de religions : les Moise, les Christ, les Mohammed... et autres Bouddha, il faut bien distinguer le mythe et l’histoire !
    Ce n’est pas du tout la même chose... !

    Merci

    CQFD


    • Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 1er janvier 2016 06:29

      @Mao-Tsé-Toung
      Encore une fois pour tous ces fondateurs de religions : les Moise, les Christ, les Mohammed... et autres Bouddha...

      ... pour les esprits chagrins incapables de s’élever à l’essentiel, je sais par exemple, que certains attribuent à Paul la fondation du christianisme... mais au fond, si cette précision, s’avérait historiquement vraie, ça changerait quoi ?

      Remplacez si ça vous fait plaisir le mot fondateur par celui d’inspirateur... ou autre synonyme !

      Merci

      CQFD


  • alanhorus alanhorus 1er janvier 2016 08:10

    Il existe une autre interprétation.

    Je ne suis pas certain qu’elle soit vraie.
    Car j’avais appris que le Christianisme fut implanté dans le monde du Maghreb par les romains et ils assistèrent à un rejet et une non compréhension du dogme chrétien après un certain de pratique. D’où peut être la création de l’islam.
    Ce qui est inquiétant est que ces religions furent implantés sur des peuples qui avaient d’autres religions avant celles là or elle semblent avoir été effacées des mémoires des hommes.
    Les gaulois avaient des lieux de cultes et des pratiques or il semble qu’il n’en reste rien ou enfoui dans restes archéologiques ou dans les langues anciennes.
    Il semble qu’en matière de religion une forme de domination fasciste ait déjà opéré sans que l’on s’en soit réellement rendu compte.

  • alanhorus alanhorus 1er janvier 2016 11:49
    Le culte des donatiens christianisme chez les berbères :
    Le christianisme apparaît vers l’an 256, et durant le siècle suivant, les populations des villes côtières algériennes, ainsi qu’une minorité de la population dans les campagnes se convertissent à la nouvelle religion.

    En 313, les crises politiques et économiques poussent les populations à une nouvelle révolte qui sera encore une fois Amazigh. Mais cette fois la révolte est religieuse et politique. En effet, le donatisme (du nom de l’évêque Donatus) s’est développée en Algérie à Baghad, dans les Aurès et en Tunisie : ses partisans refusent la réintégration dans l’Église des clercs ayant apostasié lors des persécutions du début du siècle 95 Le donatisme quittera rapidement le champ religieux pour devenir une opposition politique à Rome. En effet, les donatistes récusent la politique religieuse de Constantin Ier, le premier empereur romain chrétien, et, exigeant la séparation de l’État et de la religion, finissent par déclarer l’empereur comme étant le diable en personne. Ils rejettent aussi le rite romain.

    Dès lors, Constantin envoie ses troupes les réduire au silence, dans ce qui est considéré comme la première persécution de chrétiens par d’autres chrétiens96. La répression ne fait qu’accroître le soutien populaire des donatistes ; en 321 les légions romaines se retirent.

    Toutefois vers l’an 340, l’idéologie donatiste donne naissance à une secte populaire, celle des « circoncellions », (ceux qui encerclent les fermes). Les donatistes, à l’instar des autres chrétiens, célébrant les martyrs, les circoncellions, ouvriers agricoles, deviennent des radicaux qui, considérant le martyre comme la plus grande vertu chrétienne, abandonnent toutes les autres valeurs (Humilité, Charité, Agape, etc.). Leur but étant de mourir au combat, les circoncellions, munis de matraques de bois, - ils refusent de porter des armes en fer en vertu du précepte évangélique : « Qui a vécu par l’épée, périra par l’épée » - attaquent les voyageurs, cernent puis rançonnent les exploitations agricoles (d’où leur nom), tuant, violant, volant les stocks, exigeant l’affranchissement des esclaves. Lorsqu’ils n’arrivent pas à se faire tuer, ils se suicident en sautant du haut d’une falaise. Ce dérapage du culte donatiste noircit encore plus leur réputation à Rome.

     
    Ce serait plutôt cela l’explication les berbères n’aurait eut la foi chrétienne uniquement pour pouvoir mourir en se faisant tué allant jusqu’à se transformé en bandit pour atteindre ce but ce n’est pourtant pas la doctrine du christianisme, peut être ont ils eut du mal à accepter une religion qui met en scène un homme mourant sur une croix dans des souffrances atroces.

  • Hijack ... Hijack ... 1er janvier 2016 15:00

    Faux et archi-faux !

    Le judaïsme est bien introduit dans la propagation des hadiths sunnites, uniquement sunnites ... via certains califes, mais jamais au grand jamais dans l’Islam à proprement parler. Cela étant, il ne fait aucun doute que comme le Christianisme, l’Islam a bcp de liens avec le la Judaïsme de la Torah. 
    En effet, certains juifs Mohammed se sont convertis à l’Islam ... soit sincèrement (il y en a eu), soit pour un objectif bien précis, participer à la partition de cette grande religion ... notons que cela a bien réussi jusqu’ici, à travers notamment le sunnisme. Comme on le voit, d’après vous, que servent les islamistes terroristes actuellement ... est-ce l’Islam ou autre chose ???
    .

    Les islamophobes ont parfois de bonnes idées mais les utilisent dans le mauvais sens.
    .

    En fait, tant que les sunnites ne feront pas de nettoyage dans leurs sources, ils vont tout le temps s’exposer a des attaques de ce genre.

    .

    Ainsi, pour le soi disant côté judaïque de l’islam, c’est pareil. Il y a eu comme dit plus haut, des infiltrations du judaïsme dans l’islam sunnite. Parfois c’est gros comme une pyramide. Pareil, tant que les sunnites ne procèderont pas à un nettoyage par le fond, peut facilement leur dire que leur religion c’est une version simplifiée du judaïsme et qu’elle a même été créée par les juifs.
    .

    Par exemple :

    http://en.wikipedia.org/wiki/Ka%27ab_al-Ahbar

    Abi Hurayra était un Rabbin Yéménite qui soit disant s’est converti a l’Islam.

    Abi Hurayra a raconte presque autant de hadiths qu’il y a de versets dans le Coran.

    Il n’a côtoyé le prophète que 2 ans et raconte 5200 hadiths !!! Alors que des gens qui l’ont côtoyé pendant des décennies en disent bien moins.
    A noter que : Abi Hurayra est passé de misérable a riche pendant qu’il racontait ses hadiths dans les châteaux des Omeyyades... 
    .

    .

    *

    Un rabbin témoigne - l’islam est la religion !


    • chafy chafy 1er janvier 2016 15:25

      @Hijack ...

      personnellement je ne fais aucune différence entre les différents courants théologiques en islam, quand j’aborde la question de la contamination des hadiths car celle ci s’est produite dans une période ou ces courants ne connaissaient pas encore une assise idéologique, donc l’on ne distinguait pas encore un courant par apport à un autre.

      je parle donc d’une manière général, et concernant Abou Hourayra on ne connait pas son affiliation surtout du coté de son père, il y a plus d’une quarantaine de récits a propos de celle ci, on ne connait que sa mère et son pays d’origine, dire qu’il était un rabbin, il n’y a rien qui confirme ce que tu dis.

      si l’on suit la travail historique de Bouhandi, dont une partie est contenu dans le livre de M.LOUIZI, Abou Hhourayra n’aurait jamais pu se convertir du vivant du prophète,

      sa richesse la doit du fait que le calife Omar l’ait nommé gouverneur de Bahreïn.


    • Hijack ... Hijack ... 1er janvier 2016 15:54

      @chafy

      Comme je l’ai maintes fois dit, les hadiths ont été contaminés, ça ne fait pas de doute ! Mais les hadiths ne sont pas l’Islam. Le but étant justement, de travestir l’Islam -sunnite- par certains hadiths.


    • Hijack ... Hijack ... 1er janvier 2016 18:54

      Correction post plus haut :

      .

      En effet, certains juifs (durant la vie de Mohammed et après) se sont convertis à l’Islam ... soit sincèrement (il y en a eu), soit pour un objectif bien précis, participer à la partition de cette grande religion ... notons que cela a bien réussi jusqu’ici, à travers notamment le sunnisme. Comme on le voit, d’après vous, que servent les islamistes terroristes actuellement ... est-ce l’Islam ou autre chose ???


    • chafy chafy 1er janvier 2016 23:15

      @Hijack ...

      mon avis est que certes certains se sont convertis sincèrement comme vous le dites, mais d’autres avait un intérêt à ce que les musulmans deviennent les maitres car ceux la sont de moindre mal que l’empire chrétien byzantin qui a interdit leur culte et démoli leur temple, et c’est la ou se trouve l’utilité de la contamination messianiste de la tradition, je parle bien sur des hadiths qui ont trait à cette doctrine dont le plus gros pourvoyeur a été Abou Hourayra, ce messianisme absent du coran et meme nié par celui ci devait garantir aux générations de juifs de continuer de vivre aux alentour du temple et pouvoir y pratiquer leur culte en toute liberté, car les musulmans ne s’intéressaient pas aux querelles inter religieuses entre chrétien et juifs.

      les terroristes s’inscrivent dans la même lignée que les sionistes, tous deux sont entraines de donner corps à des prophéties messianistes, d’ailleurs c’est pour ce la que la plupart des noms de groupes terroristes tirent leur origine de l’ensemble des hadtih traitant de l’eschatologie islamique.

      convergence d’intérêt donc et l’explication la plus juste, car quand on observe qui les finance on comprends mieux le but recherché, purement messianique.


  • Hijack ... Hijack ... 1er janvier 2016 15:25

    Arrêtons de penser qu’un musulman/e est soit un barbu avec djellaba ou une enfoulardée ... ces tenues et attitudes sont la poudre aux yeux dirigée vers ceux qui sont aptes à les recevoir !
    L’Islam n’est pas uniquement arabe ... comme le dit si bien le Sheikh Imran Hosein. Et, ne pas confondre un converti au maghrébisme avec un vrai converti à l’Islam (en fait, ils sont peu). Le converti qui pense qu’il suffit de porter la barbe pour être musulman ferait mieux de se dé-convertir ... que dire de ceux qui pensent qu’il faut aller en Syrie faire le jihad pour le compte des vrais ennemis de l’Islam. Eh bien non, la Syrie syrienne est le vrai Islam et tout part de là ... qu’elle soit défendue par la Russie rejoint le fait que le Christianisme Orthodoxe et l’Islam, sont appelés à s’unir, de même qu’avec bcp de Chrétiens non Orthodoxes et même quelques juifs ... comme c’est mentionné dans le Coran, par ailleurs.

    .

    David Lively est né dans la ville de Philadelphie dans le nord-est des Etats-Unis, il a étudié les mathématiques à l’université de laquelle il fut diplômé en informatique. Voici ce que dit David à propos de lui-même, de sa conversion ...


  • Hijack ... Hijack ... 1er janvier 2016 17:58

    Mettons plutôt les choses à leur place :
    .

    Comment la Kabbale a pénétré le Judaïsme pour donner naissance au Sionisme ...par Youssef Hindi

    - 1 >>> *- & 2 >>>

  • alanhorus alanhorus 1er janvier 2016 19:38

    Une théorie en effet semble accrédite une origine hebraique de l’islam.
    Même le Quran qui viendrait de Qara, verbe hébreu signi­fiant crier, lire ou réciter en public.
    http://www.salve-regina.com/salve/Le_myst%C3%A8re_des_origines_de_l’Islam_enfin_%C3%A9clairci
    Cette théorie parle d’un mystérieux rabbin d’Arabie saoudite ayant côtoyer Mohamed.


    • chafy chafy 1er janvier 2016 22:58

      @alanhorus

      à défaut d’etre validée par des faits probant, elle restera une théorie.

      Olaf affirme que "QUR’AN" n’est autre que le "Coron’o", texte liturgique, afin d’établir un lien entre les judéo-nazaréens et l’islam, son explication se base sur un plan linguistique, mais comme il n’est pas arabe, maitrisant encore moins la langue arabe, en fait ce mot ne veut pas dire un lectionnaire, mais autre chose de complétement différent.

      le mot "QUR’AN" est divisé en deux syllabe, la première renvoi au sens se fixer, s’encrer, se stabiliser... et la seconde renvoi au mot maintenant, donc quand je prononce le mot QUR’AN en arabe je suis entraine de dire il se fixe/s’encre/se stabilise.. maintenant, qui ? ce que je lis se fixe dans ma mémoire et mon cœur à l’instant ou je le lis.

      Olaf ne trouvera jamais cette explication chez des linguistes, car eux mêmes ne comprennent pas l’alchimie des mots en arabe.


    • alanhorus alanhorus 2 janvier 2016 01:26

      @chafy

      http://www.missionislam.com/quran/qurandefinition.html

      Ici ils disent que cela veut dire lire. Donc rien à voir avec la proposition de la thèse d’edouard-marie Galez.

      Merçi de la precision chafy...le probléme c’est que les mots on peut leur faire dire n’importe quoi surtout quand on connait pas les langues.


  • jeanpiètre jeanpiètre 1er janvier 2016 20:27

    on attend d’olaf le même travail sur le nouveau testament, afin de ne pas passer pour un prosélyte, mais un chercheur consciencieux 


    • njama njama 1er janvier 2016 21:24

      @jeanpiètre

      Of course, Olaf et EMG mettront-ils la même ardeur à nous prouver que les Évangiles seraient assurément "Paroles Révélées" ...

      Wait and see ...


    • Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 1er janvier 2016 22:45

      jeanpiètre (---.---.---.241) 1er janvier 20:27

      on attend d’olaf le même travail sur le nouveau testament, afin de ne pas passer pour un prosélyte, mais un chercheur consciencieux

      °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

      @jeanpiètre

      Moïse, c’est il y a 3000 ans ! Excusez du peu !

      Mohammed serait né en 632 ! C’est relativement récent !

      Vous n’êtes pas conscient que là vous en demandez un peu trop à Olaf  ?

      Lisez mes autres commentaires, et vous comprendrez !

      Merci

      CQFD


    • Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 1er janvier 2016 23:07

      @Mao-Tsé-Toung
      Excusez moi ! j’avais cru lire l’ancien testament !

      Donc 632 ans ! votre propos se comprend beaucoup mieux !

      En ce qui me concerne je pense que, le Christ "historique", qui marchait sur l’eau et faisait des miracles en veux-tu, en voilà n’a pas existé ! Probablement des Christ historiques, comme les Sages des "manuscrits de la mer morte", avec lesquels Paul a fondé le christianisme en les "enjolivent" !

      Merci

      CQFD


  • alanhorus alanhorus 1er janvier 2016 22:20

    Le texte de salve Regina ayant disparut brutalement je le copie ici c’est long mais cela restera dans le cache.

    Présentation de la thèse d’Edouard-Marie Gallez,
    intitulée « Le Messie et son prophète. Aux origines de l’islam »[1]

    Où en est la recherche historique sur cette religion en pleine expansion, dont les fidèles ont largement dépassé le milliard et qui attire de plus en plus les intellectuels ? Comme dans de nombreu­ses questions « sensibles », il y a une « histoire partiale » et une « histoire vraie », pour reprendre l’expression de Jean Guiraud[2]dans ses études sur la « légende noire » anti-catholique. Officiellement, alors que de semblables affirmations sont ridiculisées lorsqu’il s’agit du christianisme, les « spécialistes » feignent de croire aux révélations reçues par Mahomet[3], sur le mont Hira, de l’ange Gabriel, à son voyage nocturne sur Burak, sa jument à tête de femme, et à d’autres éléments fort peu scientifiques de sa lé­gende, et chaque année des thèses universitaires avalisent les ré­cits merveilleux de la sira[4], à grand renfort de citations et de notes érudites. Nous ne nous étendrons pas sur les raisons du véritable terrorisme intellectuel qui a imposé cette version offi­cielle, encore en vigueur, du moins en France jusque dans les débuts du XXI siècle.
    Avec la récente parution de la thèse d’Edouard-Marie Gallez, Le Messie et son prophète. Aux origines de l’islam, nous passons véritablement de la légende à l’histoire. Par sa critique impitoya­ble des sources, l’auteur écarte systématiquement toutes les inven­tions orientales et toutes les forgeries des prétendus historiens. Il se fonde, pour en faire une grande synthèse, sur les travaux du petit nombre de chercheurs honnêtes qui, surtout depuis une trentaine d’années, ont osé, dans des études partielles, s’écarter de la version admise par les islamologues patentés. Voyons d’abord, avant de présenter les travaux d’Edouard-Marie Gallez, quels sont ces savants qui ont étudié de façon scientifique la question de l’apparition au Proche-Orient d’une nouvelle religion dans la première moitié du VIIee siècle.
    Les chercheurs
    Déjà, dans les années 1950, le dominicain Gabriel Théry, écrivant sous le pseudonyme de Hanna Zakarias[5], avait imaginé une hypothèse[6] capable de rendre compte, principalement à partir d’une analyse du texte officiel du Coran[7], des incohérences et des absurdités qui s’y trouvent. Pour lui, l’islam est une « entreprise juive » mise en œuvre par le rabbin de la Mecque, qui aurait converti au judaïsme un jeune arabe nommé Mohammed. Ayant traduit en langue arabe un résumé du Pentateuque (aujourd’hui perdu, mais dont on retrouve des fragments dans le Coran actuel), ce rabbin aurait tenté d’utiliser cet Arabe pour entraîner son peuple dans l’entreprise messianique de reconquête de la Terre promise… pour le compte des Juifs. Possédant maintenant un livre sacré capable de faire pièce à l’Ancien et au Nouveau Testament, les Arabes auraient repris ce projet à leur compte. Cette hypothèse, qui ne tenait déjà pas compte de certaines études partielles publiées antérieurement sur le sujet, est aujourd’hui abandonnée à la suite des travaux des chercheurs que nous allons mentionner. Il n’en reste pas moins que nous pouvons saluer le courage de ce savant, qui a contribué à faire sauter la chape de plomb qui étouffait alors la recherche en matière d’islam.
    Tout va changer avec la publication en 1977 de la thèse du professeur (à Cambridge, puis à Princeton), Patricia Crone[8], qui, faisant la synthèse des travaux antérieurs et des découvertes récentes, en particulier en matière d’archéologie, donne enfin une explication plausible des événements qui se déroulèrent au Proche-Orient à partir de 614 (prise de Jérusalem par les Perses).
    Ce grand savant a définitivement établi :
    - que l’islam n’est pas né dans le Hedjaz (nord-ouest de la péninsule arabique), mais en Syrie ;
    - que le Coran ne peut pas être considéré comme un document historique authentique du Vile siècle ;
    - que le Mahomet historique n’a rien à voir avec le person­nage dépeint par la sira ;
    - que le mécanisme de la tradition islamique empêche de considérer les textes qui en sont issus comme des documents exploitables par les historiens.
    Ces études du professeur Patricia Crone ont donné les nouvelles pistes les plus intéressantes de la recherche actuelle.
    D’autres érudits ont continué sur cette lancée :
    - Le P. Antoine Moussali, par sa connaissance de l’arabe et de la psalmodie, a rétabli le texte de certains versets du Coran et identifié des ajouts postérieurs dans certaines sourates impor­tantes, permettant de nouvelles interprétations. Ce travail, qui semble indispensable avant toute traduction définitive, n’avait jamais été seulement commencé par la pléiade de spécialistes qui, depuis le XIX siècle, se sont penchés sur cet écrit, et qui faisaient confiance au texte officiel du Coran établi par les docteurs de la foi ! Le P. Moussali[9] a dégagé des indices très clairs qui montrent que le « Coran » dont parle (65 fois) l’actuel livre sacré des musulmans était un lectionnaire, traduit de l’araméen en arabe dans les années 610-630. Ce lectionnaire était en usage dans une secte dont nous parlerons plus loin, les judéo-nazaréens. A ce « Coran » primitif, les premiers califes ont ajouté un texte fait d’une compilation d’écrits en arabe, qui, remaniée peu à peu, devint l’actuel Coran au cours du VIII siècle.
    - D’autres chercheurs se sont attachés à des aspects partiels de la question et à l’établissement de certains points d’histoire. Parmi eux, citons Ray A. Pritz pour son étude sur la secte des judéo-nazaréens[10] – même si l’affirmation de leur disparition au IVe siècle est aujourd’hui contestée – et Alfred-Louis de Prémare pour sa publication de la liste des documents nouveaux découverts et étudiés depuis une trentaine d’années, avec de très intéressantes monographies sur les différents auteurs et chroniques[11], ainsi que son étude sur l’élaboration du corpus coranique aux VII et VIIIee siècles[12]. Travail indispensable, même si on peut regretter qu’il ait montré trop de timidité à en tirer les conclusions qui pourraient sembler logiques et fait dans ses commentaires sur Mahomet quelques erreurs pour sacrifier à la vérité officielle.
    - Cependant, la véritable synthèse de toutes ces études est la thèse d’un jeune savant, Edouard-Marie Gallez, qui a été soutenue en novembre 2004, sous le titre Du messianisme nazaréen au prophétisme islamique. Cette thèse a été publiée en juillet 2005 sous le titre de Le Messie et son prophète. Aux origines de l’islam.Auparavant, l’auteur nous a autorisés à en publier un résumé et quelques « bonnes feuilles »[13]. Les quelques notes qui vont suivre ne font qu’exposer cette nouvelle hypothèse historique qui donne enfin une explication plausible de la naissance de l’islam.

    Les Qurayshites
    Les Arabes sont un très vieux peuple du Proche et Moyen- Orient, qui n’a jamais eu d’histoire propre. Divisé en de nom­breuses tribus nomades ou sédentaires, ils formaient déjà une des composantes de l’empire perse de Darius I à la fin du Vere siècle avant Jésus-Christ. Les textes bibliques en parlent comme de riches négo­ciants faisant le commerce des aromates, de l’or et des pierres précieuses, et des pasteurs nomades vivant de brigandage. La razzia leur permettait de compléter leur ordinaire par l’appro­priation de biens divers et d’esclaves. Ils peuplaient les confins de la Mésopotamie le long de l’Euphrate, et à l’est de la Syrie.
    Ces nomades étaient devenus partiellement sédentaires, formant à partir de la fin du Illesiècle, deux royaumes, les Lakhmides autour de Hira (en Mésopotamie, sur l’Euphrate), et les Ghassanides avec trois lieux de résidence aux confins du désert de Syrie et dans le Golan[14].
    « En raison de leur mobilité et de leurs capacités guerrières, les Ghassan étaient pour Byzance des alliés indispensables, qu’il lui fallait ménager », écrit A.L. de Prémare. « Aussi jouaient-ils, comme les Lakhmides, leurs ennemis du côté perse, un rôle important sur l’échiquier politique ».
    Au IV siècle, une autre tribu, celle desSaracènes (Saraceni)[15], sous la direction de la « reine » Mauvia (Mawiyya) tentera de secouer la tutelle de Rome : après avoir battu les trou­pes de l’empereur arien Valens (373), elle finit par s’entendre avec les Romains. C’est à partir de cette date que les Arabes com­mencèrent à prendre conscience de leur force militaire : au VIsiècle, ils se mirent, comme mercenaires, au service des deux grands empires qui se disputaient la suprématie au Proche-Orient, Byzance et les Perses. Les Ghassanides seront vassaux de Byzance, les Lakhmides de la Perse.


  • alanhorus alanhorus 1er janvier 2016 22:21

    Mais parmi les différentes tribus arabes, il y en a une qui va prendre une importance considérable dans l’Histoire, celle des Qoréchites (en arabequrays), dont est issu Mahomet. L’écrivain syrien Narsaï, écrivant vers 485, mentionne déjà la cruauté des Qurays au cours des razzias qu’ils faisaient dans la région de Beith Aramayé, à l’ouest de l’Assyrie[16]. Il semble qu’au VI siècle, ils se soient reconvertis dans le commerce, peut-être à cause d’une christianisation, au moins superficielle[17]. De plus, de nombreux noms de lieux portent leur nom en Syrie, et non dans le Hedjaz, comme on pourrait s’y attendre. Le géographe René Dussaud[18] a relevé le nom d’une rivière qui porte leur nom (nar al quraysiy) qui traverse les ruines d’un village d’Arabes semi-nomades (un caravansérail, centre de commerce et halte pour les caravanes) appelé Khan el-Qourashiyé, situé 30 km au nord-est de Lattaquié. Les chroniques nous donnent encore d’autres indications sur l’activité de ces Arabes, qui se situe entre la Syrie et la Palestine : la Chronique de Jacob d’Edesse (fin du VIIe siècle), traduite par A.L. de Prémare[19] précise que Mahomet « alla pour le commerce en terres de Palestine, des Ara Çaya (région arabe de Mésopotamie) et de Phénicie des Tyriens ». D’autres traditions mentionnées par ce même chercheur situent autour de Gaza le lieu de l’activité commerciale de Mahomet et la tombe de son arrière-grand-père ; sa famille y possédait des terres[20].
    Les judéo-nazaréens
    Mais revenons en arrière, pour parler d’une autre force, spirituelle celle-là, sans laquelle l’islam n’aurait pas pu naître, la secte des judéo-nazaréens. Leur existence, très mal connue jus­qu’à ces dernières années, a été mise en valeur par Ray A. Pritz dans son étude Nazarene Jewish Christianity… Rappelons que c’est ce chercheur qui les a baptisés « judéo-nazaréens » pour éviter les ambiguïtés du vocable « nazaréens »[21] sous lequel ils étaient connus jusqu’ici. Il s’agit d’une déviation des chrétiens d’origine juive appartenant à la communauté du premier évêque de Jérusalem, Jacques (l’apôtre Jacques le Mineur ou le « frère de Jésus » Jacques le Juste ? ; la question est pendante), mort martyr en 62 après J.C. Ces judéo-nazaréens (avec E.M. Gallez, adoptons cette dénomination qui, à défaut d’être reconnue par tous les islamisants, a le mérite d’être claire) croient que Jésus n’est pas mort sur la croix (il y aurait eu une substitution), mais qu’il est gardé en réserve au ciel dans une perspective politique de conquête du monde.
    Parmi les écrits qui expriment cette idéologie politico-religieuse, il faut détacher le Deuxième livre de Baruch ou Livre syriaque de Baruch, un apocryphe datant des années 80 après Jésus-Christ[22]. Tout en prônant l’observation scrupuleuse de la Loi dans le présent, ce texte annonce dans l’avenir un monde nouveau et bien concret, qui viendra sur la terre après les douze époques de cette vallée de larmes. Alors, le Messie, qui est comparé à une vigne et aussi à une source d’eau vive, régnera sur le monde entier, et Jérusalem sera rebâtie. Ce n’est qu’au terme du règne messianique qu’aura lieu la résurrection des corps : « C’est pour toute la terre que cela arrivera… Dès que sera accompli ce qui doit arriver dans ces parties (du temps), le Messie commencera de se révéler »[23].
    Il y a dans ces textes, « Une vision dialectique du monde », selon l’expression d’E.M. Gallez. En effet, les judéo-nazaréens se distinguent de façon polémique des judéo-chrétiens (les chrétiens de Palestine) et des juifs orthodoxes. Aux chrétiens (ne recon­naissant que leur seul Evangile, copié de celui de Matthieu, à l’exclusion des autres), ils reprochent d’avoir contaminé de paganisme la pure tradition juive, le Messie-Jésus ne devant pas être « mêlé » à Dieu. Aux juifs, ils ne pardonnent pas la lapidation de Jacques le Juste, la non reconnaissance du Messie, et surtout l’introduction, dans le corpus des livres sacrés, de la Mishna et des Talmudin, qui donnent une fausse interprétation de la Tora. Ils sont donc les représentants de la vérité entre deux erreurs opposées.
    Comme tous les hétérodoxes, les judéo-nazaréens auront tendance à se diviser, et au Proche-Orient, ce morcellement s’inscrit dans la géographie, chaque groupe sectaire possédant un ou plusieurs villages ou quartiers d’une ville. Et comme ceux-ci vivent habituellement en autarcie, leur religion peut parfaitement rester ignorée du monde intellectuel, même pendant plusieurs siècles. Cela doit être particulièrement vrai pour les judéo-nazaréens qui étaient coupés du monde religieux juif et chrétien. Ces coutumes expliquent l’ignorance et les confusions faites par les Pères de l’Eglise, qui ont voulu appréhender le phénomène du développement des hérésies qui s’étendent, en particulier en Syrie, dans les premiers siècles après Jésus-Christ. En ce qui concerne les judéo-nazaréens, la plupart des exégètes sont incapables de les définir clairement. C’est le cas par exemple de saint Jérôme qui en 404 écrit à saint Augustin à leur propos : « Tandis qu’ils veulent tout ensemble être juifs et chrétiens, (ces hérétiques) ne sont ni juifs ni chrétiens »[24].
    En réalité, ils voulaient fortement se distinguer des uns et des autres ! Aussi bien le petit nombre de documents que nous possédons sur cette secte ne signifie pas qu’elle n’a pas existé et même prospéré, non seulement jusqu’au IV siècle, mais bien au-delà, contrairement à l’opinion de Ray A. Pritz. En effet, celui-ci ignore un témoignage capital qui n’a pas échappé à un autre chercheur, Simon Claude Mimouni[25], à savoir celui du pèlerin anonyme de Plaisance qui, vers 570, visita la Palestine. Il fait état d’une communauté d’Hébreux qui ne s’entendaient pas avec les chrétiens, mais qui n’étaient pas non plus des juifs talmudistes. Il ne pouvait s’agir que de judéo-nazaréens, analyse E.M. Gallez, qui donne d’autres preuves épigraphiques se trouvant en parti­culier dans des villages ruinés du plateau du Golan. Mais le texte capital qui nous fournit la preuve que, au VII siècle, les judéo- nazaréens n’avaient nullement disparu, c’est… le Coran lui-même, aussi curieux que cela puisse paraître. Mais le Coran étudié, non avec les lunettes roses de la légende musulmane, mais avec les outils de l’analyse historique et théologique utilisés par E.M. Gallez. En effet, le Coran que nous connaissons mentionne un « coran » auquel il se réfère, et cela soixante-cinq fois. Comme il ne peut pas se référer à lui-même, il s’agit bien d’un autre texte. Quel est-il ? Pour répondre à la question, il faut faire appel à l’étymologie. Le Mot Quran vient de Qara, verbe hébreu signi­fiant crier, lire ou réciter en public. C’est également le sens du syriaque qorono qui désignait un florilège chrétien d’extraits bi­bliques, destiné à la lecture publique, appelé aussi « lection­naire ». Cela s’applique parfaitement à l’usage que les musulmans firent du Coran élaboré par les califes à partir du VIIIee siècle, qui servait à des lectures journalières. Mais de quel lectionnaire s’agit-il dans les sourates qui parlent du « coran » ? La Sourate 3, 113 fait allusion à « Une communauté debout (umma) (qui) récite les versets de Dieu durant la nuit et ils se prosternent. »
    Ce n’est évidemment pas la communauté naissante des musulmans, mais une autre, qui est désignée ailleurs (Sourate 5, 66) : « Parmi eux (les Juifs), il y a une communauté qui va sans dévier ». Cette communauté qui, selon une tradition biblique ancienne, se lève la nuit pour réciter des psaumes, est évidemment celle de l’auteur qui, n’étant pas un Juif orthodoxe (ceux-ci constituent l’autre communauté qui « dévie »), ne peut que faire partie du groupe judéo-nazaréen qui nous occupe. Des citations de nombreuses autres sourates viennent conforter cette analyse d’Edouard-Marie Gallez.


  • alanhorus alanhorus 1er janvier 2016 22:24

    Ainsi, nous avons la preuve que les judéo-nazaréens n’avaient pas du tout disparu au début du VIIe siècle, puisque leur lectionnaire, avec le Pentateuque (tora) et l’Evangile (celui de Matthieu, injil), se retrouve dans l’actuel Coran. A partir de ce moment, nous avons une « grille » qui va nous faire avancer dans l’explication des événements qui vont se produire dans la pre­mière moitié du VIIe siècle. Cette découverte d’Edouard-Marie Gallez va lui permettre de bâtir une hypothèse scientifique qui va « coller » à la réalité géographique et historique.

    Les apories de l’histoire officielle
    Mais voyons d’abord ce qui s’est passé et comment la pseudo-histoire officielle nous explique la naissance et le dévelop­pement de cette religion guerrière qui, comme un raz-de-marée, va bientôt submerger non seulement le Moyen-Orient, mais une partie du bassin méditerranéen. Le début du VIIe siècle est une période de troubles dans l’empire romain d’Orient. L’empereur Maurice est détrôné et assassiné par un centurion, Phocas, élevé au trône par ses soldats (602). Ce dernier laisse ravager et conquérir ses provinces d’Asie par le Perse Chosroès II (Khusraw II). Mais en 610, il est à son tour détrôné et tué par Héraclius, le fils de l’exarque ou gouverneur général de la province d’Afrique. Attaqué de tous les côtés par diverses peuplades, l’Empire est sauvé par Sergius, le patriarche de Constantinople, qui fait jurer à Héraclius de le défendre, alors qu’il voulait transporter le centre du pouvoir à Carthage. Mais les Perses continuent leurs conquêtes et en 614 s’emparent de Jérusalem emportant la Sainte Croix à Ctésiphon (aujourd’hui Bagdad), leur capitale. Ayant enfin pu réunir une armée suffisante, Héraclius recommence la conquête de l’Asie mineure à partir de 622 et finit par vaincre les Perses à Ninive (628). Chosroès II est renversé par une révolution de palais et ses successeurs restituent aux Byzantins toutes leurs conquêtes, ainsi que la Sainte Croix qu’Héraclius replace solennellement à Jérusalem (631). C’est alors que les Arabes, qui n’avaient pas participé en tant que peuple à ces événements, vont soudain apparaître et tout balayer sur leur passage, faisant en l’espace d’un siècle, la conquête de la Palestine, de la Syrie, de la Perse, de l’Egypte, puis dans un second temps, du Maghreb et de l’Espagne (632-750).
    Les explications données par les historiens officiels sur la rapidité de cette conquête sont les suivantes : le Prophète, inspiré par Dieu, aurait essayé de convertir les polythéistes de la Mecque. Il aurait été d’abord expulsé et se serait replié sur Yatrib (future Médine), où il aurait composé le Coran et créé l’islam, aurait levé une armée, reconquis la Mecque, et de là serait monté vers le nord, comme un ouragan qui aurait tout renversé sur son passage.
    Or cette version, qui ressemble à un conte des mille et une nuits[26] butte contre les impossibilités ou les absurdités suivantes :
    - La Mecque, située dans un lieu particulièrement insalubre, n’existait pas au temps de Mahomet. Cette ville a été créée quelques dizaines d’années après par les califes pour des raisons religieuses et politiques[27] ;
    - Le Coran est truffé d’histoires juives et de recomman­dations d’appliquer les prescriptions de la religion judaïque. Or, les sources juives, comme le reconnaît de Prémare[28], sont muettes sur la présence de colonies juives dans cette partie du Hedjaz. Et ce n’est pas l’activité de marchand de Mahomet qui a pu lui donner une pareille érudition ;
    - L’idéologie messianique de conquête du monde qui était celle des conquérants arabes, est dénoncée par l’évêque de Jérusalem Sophrone en 635[29]. Or cette idéologie n’est pas arabe, ces peuples s’étant contentés jusqu’au VII siècle de guerroyer pour faire du butin ou d’être mercenaires des Byzantins ou des Perses ;
    - Contrairement à ce qu’affirme A.L. de Prémare après les islamologues officiels, Mahomet n’a jamais revendiqué pour lui la qualité de prophète. Dans les documents d’époque cités, il est écrit que les gens disaient qu’il l’était, ce qui n’est pas la même chose[30].

    Un essai d’explication : de Gabriel Théry à Edouard-Marie Gallez
    Voilà quelques objections (il y en a d’autres) qui sont insurmontables pour la vulgate officielle. Le Père Gabriel Théry avait bien vu les trois dernières, et pour y répondre, il avait avancé l’hypothèse du rabbin de la Mecque, mentor de Mahomet, qui l’aurait initié au Pentateuque, aux commentaires rabbiniques de la Bible, et aux arcanes de la religion juive. Il expliquait aussi l’importance de l’Evangile (injil) dans le Coran par la nécessité pour le rabbin de tenir compte de la communauté chrétienne de la Mecque. Les découvertes de Patricia Crone ont ruiné l’hypothèse du rabbin et de son adversaire, le curé. De toute façon, comment un juif, pour qui Jésus est un imposteur, aurait-il pu parler de façon laudative du Messie et de sa mère Marie ? Cette fausse piste devait donc être abandonnée : les Juifs « orthodoxes » n’étaient nullement responsables de la création de l’islam, c’est un fait maintenant établi. Une autre raison historique militait encore contre cette thèse : les Juifs venaient de subir, de la part des Perses, des persécutions qui ne les mettaient pas en position de force. En 614, par haine des Byzantins chrétiens, ils avaient aidé Chosroès lors du siège de Jérusalem par celui-ci. Pour les récompenser, le Roi des Rois leur avait confié l’administration de la ville. Ils en profitèrent pour se livrer à un grand massacre de chrétiens, si bien que les Perses leur retirèrent cette charge, les expulsèrent de la ville et les déportèrent dans plusieurs villes de leur empire.
    Il fallait donc trouver autre chose. C’est ce qu’a fait E.M. Gallez en avançant l’hypothèse de l’alliance des Arabes qurayshites et du groupe des judéo-nazaréens, qui, nous allons le voir, non seulement intègre les découvertes récentes (ou qui avaient été oubliées) de la science historique, mais surtout répond à toutes les objections que nous venons de mentionner, et explique les obscurités qui entourent l’apparition et le développement d’une nouvelle religion au VII siècle, l’islam. Nous nous borne­rons, dans le cadre de cet article, à mentionner les principaux points de cette hypothèse scientifique :
    - l’islam est né de la conjonction, dans la première moitié du VIIee siècle, de trois éléments : les peuplades arabes puissantes et riches lasses de combattre pour des étrangers (Byzantins et Perses) et récemment humiliées par eux ; ensuite le groupe de chrétiens hérétiques de sang juif, les judéo-nazaréens, porteurs d’une idéologie messianique de conquête non seulement de la Terre (la Palestine), mais du monde entier ; enfin un homme, Mahomet, appartenant à une tribu arabe de marchands disposant donc du « nerf de la guerre » nécessaire au démarrage et à la poursuite d’une opération de cette envergure ;
    - Un contingent d’Arabes ennemis des Byzantins aurait participé activement au siège de Jérusalem par les Perses en 614. En 622, devant l’avance des armées d’Héraclius qui a commencé la reconquête de l’Anatolie, les Qurayshites de Mahomet et les judéo-nazaréens qui les accompagnent, et qui sans doute avaient participé au massacre des chrétiens, décident d’émigrer (ils se nomment d’ailleurs ainsi, les « émigrés », muhadjirun) à Yatrib, la grande oasis du Hedjaz, où les armées byzantines ne risquent pas d’aller les chercher.


  • alanhorus alanhorus 1er janvier 2016 22:25

     Là, Mahomet et les docteurs judéo-nazaréens qui l’entourent (les liens entre eux étaient anciens, et il est probable qu’il avait épousé une jeune femme de ce groupe, nommée Khadija ou autrement) ont une idée de génie, camoufler cette fuite en un repli stratégique pour la reconquête de la Terre (la Palestine), rappelant non seulement l’épisode égyptien de l’« Exode », mais aussi ce qu’avaient fait les Macchabées. Pour bien affirmer cette volonté agressive, ils vont jusqu’à rebaptiser Yatrib en Médine, allusion à la petite ville de Modin[31]d’où ces héros juifs, après avoir abandonné Jérusalem (167 avant J.C.) étaient repartis pour y revenir victorieux, fondant un éphémère royaume asmonéen de 163 à 135 av. J.C. Une autre façon frappante d’exalter ce repli en l’intégrant dans une stratégie offensive fut de transformer 622 en l’an I du calendrier musulman.
    - C’est ce repli de Jérusalem sur Yatrib (et non de La Mecque sur Yatrib, comme le prétend la vulgate officielle), où vivaient déjà d’autres judéo-nazaréens, qui fut nommé l’Hégire (= l’exode). De 622 à 634, Mahomet a sans doute fort à faire pour asseoir sa domination sur les Arabes de la péninsule. Il tente plusieurs opérations militaires, en particulier en 629 où il se fait battre à Mouta, au sud-est de la Mer morte. Ce n’est qu’en 634 que les opérations d’invasion commencent du côté de la Syrie, sous la direction de Mahomet lui-même (qui est censé être mort depuis deux ans), selon divers documents très anciens.
    - Ce sont les califes successeurs de Mahomet qui mettront en œuvre son plan. La prise de Jérusalem a lieu sans combat par les troupes d’Omar en 635, 636 ou 637. Omar, maître de la ville, fait déblayer l’esplanade du Temple, devenue un dépôt d’immondices et, avec ses alliés judéo-nazaréens, offre un sacrifice pour faire revenir le Messie.
    - Celui-ci ne se manifestant pas, les Arabes (les Qurayshites et les Ghassanides, naguère au service de Byzance, qui les ont rejoints) se débarrassent de leurs mentors, les docteurs de la foi judéo-nazaréens, et prennent à leur compte leur lectionnaire, le Coran, qu’ils font réécrire par ceux d’entre eux qui acceptent de « collaborer », pour en faire un livre sacré qui fasse pièce à celui des juifs (la Bible) et à celui des chrétiens (les Evangiles).
    - Cette lente élaboration (qui durera près de deux siècles) d’une religion de conquête sera la base de l’expansion islamique qui s’étendra vers la Perse et le bassin méditerranéen…

    Mahomet
    Mais le plus grand mérite de la thèse d’E.M. Gallez est de donner enfin son vrai relief au personnage de Mahomet. Laissant de côté la « sira », qui en fait un personnage aussi peu crédible que le sont de nos jours les biographies officielles d’un Staline ou d’un Mao par exemple, ce grand érudit, s’appuyant principa­lement sur les (trop) rares témoignages des chroniques du temps, nous peint un de ces grands hommes qui ont marqué l’histoire de leur forte personnalité.
    En effet, il fut à la fois négociant, prédicateur, conquérant et chef d’Etat, plus exactement « Seigneur des Arabes ».
    Négociant, grâce à son appartenance à la tribu des Qurayshites et son mariage avec Khadija, la riche cousine d’un des « prêtres » judéo-nazaréens, Mahomet se déplaçait pour son commerce à travers la Palestine, la Mésopotamie et le Liban-Sud, et Yatrib.
    Prédicateur « très bien instruit et à l’aise avec l’histoire de Moïse », Mahomet, « proclamait la venue du Messie », selon certaines chroniques[32]. Il laissait dire (sans l’affirmer) qu’il était un prophète annonçant en réalité non la venue, mais le retour[33] du Messie-Jésus qui devait être précédé par la « libération de la Terre (la Palestine) » et « la restauration de la Maison de Dieu (reconstruction du Temple) ».
    Egalement, conquérant, Mahomet l’est par son « charisme » de chef de guerre, sa capacité de fédérer les tribus arabes et de leur imposer une idéologie guerrière, mais surtout par sa stratégie consistant à profiter de l’épuisement des deux grands empires pour lancer une grande offensive, et sa tactique géniale de repli sur Yatrib pour mieux revenir vers la Palestine en donnant à ces opérations un caractère messianique.
    Chef d’Etat, enfin, Mahomet l’est par l’instauration de la nouvelle théocratie du califat, et sa vision de la communauté des croyants (umma) transcendant les nations et les empires, qui doit s’imposer au monde entier divisé en territoires soumis (dar el islam) et zones de guerre (dar el harb). Des projets qu’il n’aura pas le temps de mettre en œuvre, mais qui seront réalisés et développés par les califes qui lui succéderont.

    Conclusion
    C’est cette analyse originale que nous devons à Edouard-Marie Gallez, qui éclaire d’un jour nouveau cette période encore très mal connue de l’histoire du Proche-Orient.
    Ces conclusions ne sont encore qu’une hypothèse scienti­fique bien étayée, mais que la recherche historique devra confirmer ou infirmer sur de nombreux points.
    En tout état de cause, cette thèse devra dorénavant servir de référence à tout chercheur honnête sur la question des origines de l’islam.
    Mais soyons réalistes : ces réelles avancées de la science n’empêcheront sans doute pas la désinformation d’avoir encore de beaux jours devant elle dans l’islamologie officielle et la vulgarisation.


  • Hijack ... Hijack ... 1er janvier 2016 23:38

    Au fait, tu parles de révélation (même façon de prier) ... alors que c’est très connu. J’ai même vu des juifs citer Mohammed lors de leurs prières, en disant M’hammad, et à l’oreille, les arabes le prononcent pareil.

    Heu ... Si je dois croire le titre du sujet ... ainsi, les juifs citent le nom du Prophète Mohammed -soi disant de leur création- dont ils vont se servir plus tard !!! Très forts. smiley
    Un peu plus de discrétion de leur part ... aurait été plus crédible.

    .

    Des Rabbins avouent démontrent que le nom du Prophète MOHAMMAD est dans leurs écrits
    .
    . Islam : Le Nom Muhammad (Prière et Salut d’ALLAH soient sur lui) Dans La Bible .

  • alanhorus alanhorus 1er janvier 2016 23:52

    Une série concernant l’islam permet quelque part de comprendre une partie des enjeux qui se jouent dans le monde en ce moment.
    Ce n’est pas une partie d’Échec.
    Or ils ont tout fait pour qu’elle y ressemble.
    Il semble que le juifs sionistes et les musulmans se battent pour la possession du terrain de l’ancien temple de Salomon.
    Les Juifs sionistes prétendent que ce lieux leur appartient et que si il le récupère dieu viendra d’une nuée les féliciter et que le messie viendra vers eux (pour eux ce n’est pas Jésus qu’ils rejettent).
    Les Musulmans croient que Jésus est le messie et qu’il viendra à al-Aqsa parmis eux.
    http://www.islamreligion.com/fr/articles/363/viewall/le-retour-de-jesus-partie-1-de-5/
    Les Chrétiens prétendent qu’il est déjà venu et que c’était bien Jésus le messie et qu’à la fin des temps il reviendra.
    L’analyse de certains Chrétiens est que les Juifs sionistes attendent en fait l’antéchrist.
    http://www.la-question.net/archive/2009/11/28/le-chef-des-juifs-l-antechrist.html
    Dans un sens ils ont raison car le messie est synonyme de paix entre les peuple et de construction alors que les sionistes veulent détruire la mosquée sans se soucier du peuple musulman, ils agissent avec haine contre eux et nous le voyons au jour le jour de plus en plus.
    En fait les juifs sionistes sont pris à leur propre piège car ils mettent comme condition pour le retour du messie la reconstruction du temple de Salomon, c’est à dire donc la destruction de la mosquée d’al-Aqsa et la guerre ouverte avec les musulmans.
    Or eux aussi prétendent que le messie sera un homme de paix et un homme rassembleur pour l’humanité. Il ne peut pas être ainsi si ils détruisent un temple et bafoue tout une partie de l’humanité pour cela.
    Est qu’un Messie qui arriverait dans ces conditions serait crédible pour l’ensemble du monde ?
    Extrait de The Arrivals en français.
    https://www.youtube.com/watch?v=7X4ohHg1AtQ
    C’est de la pure logique. Conclusion si le Messie existe, c’est bien Jésus de Nazareth.
    Bien sur certains disent qu’il n’a en fait pas exister et que c’est un personnage de fable.
    Mais dans ce cas Là c’est encore pire, car cela signifierait que certains auraient dupé le monde tout entier avec une fable qu’il à lui même construite dans un but obscur.
    Nous y voila !


Réagir