lundi 20 mai - par childéric

Vote pour l’interdiction quasi-totale de l’IVG en Alabama

Sweet Home Alabama !!!



27 réactions


  • ezechiel ezechiel 20 mai 21:50

    Porter atteinte à la vie d’autrui n’est pas un droit, le foetus humain n’a pas le même ADN que sa mère, il est donc un corps étranger, un être unique, une identité à part entière, une vie en puissance.
    Y mettre fin volontairement est un crime, commis de manière la plus horrible, révélé dans le célèbre documentaire du docteur en gynécologie Bernard Nathanson "le cri du silence" (âmes sensibles s’abstenir), où une échographie filmée en temps réel pendant un avortement, montre en détail la destruction du foetus qui résiste et essaie d’échapper à la mort.


    • Belenos Belenos 20 mai 22:09

      @ezechiel

      Il y a du vrai dans ce que vous dites et la question n’est pas simple.

      Cependant, dans la plupart des cas, l’avortement ne concerne pas un foetus mais un embryon.

      https://labodessavoirs.fr/chroniques/foetus-embryon-difference-de-taille-nom-de-loi/

       


    • maQiavel maQiavel 20 mai 22:11

      Je suis du même avis qu’ ezechiel  smiley , comme quoi , tout peut arriver … 


    • tobor tobor 21 mai 00:20

      Ah qu’il était bon le temps où les femmes engrossées à regrets usaient de l’aiguille à tricoter pour tenter de harponner la créature, je comprend votre nostalgie !


    • vesjem vesjem 22 mai 07:00

      @Belenos
      c’est un peu facile, pour se donner bonne conscience, de déléguer au droit sa propre morale ; ce droit a été rédigé par des gens "intéressés", peu scrupuleux, voire peut-être sataniques ;
      la question relève de la philosophie plutôt que de la science et de la politique


    • Belenos Belenos 23 mai 02:13

      @vesjem
      "la question relève de la philosophie plutôt que de la science et de la politique"

      C’est vrai. Pour autant, il faut bien aussi que la loi prenne position. Et ceux qui préparent les lois sont aussi des êtres humains qui se posent des questions philosophiques sur la vie et la mort, le bien et le mal, le nécessaire et le superflu, etc. 


  • Norman Bates Norman Bates 20 mai 23:21

    Mouais..."il est interdit de tuer" gnagnagna...personne ne pense au spermatozoïde tout frétillant propulsé vers la vie qui s’écrase cruellement contre une paroi de latex...ou celui qui fait une "mauvaise route" genre dans la malle arrière où c’est pas un ovule qui va lui ouvrir les bras...il sent le mazout, cet innocent spermatozoïde, peut-être.. ?

    De toutes manières le morveux qui sort des cuisses de sa génitrice est aussitôt condamné à mort, c’est pour ça qu’il pousse son premier barrissement...

    Lorsque la digue contraceptive cède il faut penser aux conséquences...c’est bien beau de faire risette à un tube digestif sur pattes qui bave, qui est bête...et qui sent mauvais...

    C’est aussi morfler des emmerdements à perpétuité avec une peine de sûreté incompressible de 18 ans, sachant que l’avortement postnatal reste proscrit par la loi, chose que ma propre mère déplore...elle s’en ronge les doigts d’avoir manqué de réactivité...

    Et puis...quand on voit l’état du monde...la gueule de la planète, les vaccins, la malbouffe, la haiiiine, partout la haiiiine, des guerres, le concours de l’Eurovision, les virus et bactéries, la fin du pétrole on va rouler en Fenwick oh punaise...

    Bref...on peut discuter du concept antédiluvien de l’acharnement thérapeutique vers la vie et proposer le projet progressiste d’une euthanasie préventive à visée humanitaire...

    En amont il faut instaurer le permis de procréation, ligaturer des trompes comme à la parade, à moins de vouloir une société avec des mioches encore plus grossiers, violents, et vitrifiés par les écrans...y a des usines pour fabriquer des machines...


    • guepe guepe 21 mai 00:17

      @Norman Bates

      " Lorsque la digue contraceptive cède il faut penser aux conséquences. "

      Oui , c est vrai. C est pour moi l’un des principaux points faibles des anti- avortement. Même très bien suivi , aucune méthode de contraception n’est fiable à 100% et la plus efficace d’entre elles , la pilule , est contre indiqués chez quand même , pas mal de femmes. Et encore, faut il qu’elles connaissent bien les modes d’utilisation des différents moyens de contraception, mais vu qu’en plus, les anti avortement sont les mêmes personnes qui s’imposent aux cours d’éducation sexuelle.

      Qu’est ce que l’on va dire alors à toutes ces femmes , qui ne voulaient pas d’un enfant , alors qu’elles ont suivis des moyens de contraception ? Tans pis, c est la vie , faut faire avec maintenant ? Ça concerne quand même la majorité des femmes qui avortent.

      En plus , l’interdiction de l’avortement n’a jamais empêché sa pratique. Ce sera le retour des aiguilles à tricoter , des médecins charlatans , des coups de pied dans le ventre,... Avec toutes les conséquences sanitaires que cela va causé à ses femmes.

      L’avantage de l’autorisation, c’est qu’elle permets aussi d’encadrer cette pratique.


    • Belenos Belenos 21 mai 00:52

      Je suis du même avis que la Guêpe   , comme quoi , tout peut arriver … 


    • vesjem vesjem 22 mai 07:08

      @guepe
      pour avoir raison, tu te fais le défenseur de quelques rares cas de contraception dus aux incidents techniques ; comparés aux centaines de milliers d’avortement inutiles, l’argument est un peu léger


    • @Norman Bates
      "De toutes manières le morveux qui sort des cuisses de sa génitrice est aussitôt condamné à mort, c’est pour ça qu’il pousse son premier barrissement..."

      Vous avez typiquement la mentalité dépressive des jeunes d’aujourd’hui, rejetons de rejetons de soixante-huitards, kikoules dépressifs qui n’aiment pas la vie, mettent les animaux ou les plantes au-dessus du genre humain, ne veulent pas faire d’enfants, pas prendre de responsabilités, vivre en dehors de la vie sur leurs réseaux sociaux... Or, le sens de la vie est précisément déterminé par la mort, même d’un point de vue non-religieux. Quand vous serez bien vieux, vous nous redirez si vous avez encore envie de vivre, si la mort ne vous apparaît pas attirante finalement.


    • Norman Bates Norman Bates 23 mai 02:08

      @Jean Robin contre Fantômette

      Merci docteur pour cette édifiante séance d’introspection...finalement je me connaissais mal...et vous avez détecté tous ces éléments de mon portrait mental sans savoir jusqu’à quel âge j’ai fait pipi au lit...juste un texte un tantinet décalé pour scruter de votre torche frontale les recoins les plus obscurs de mon âme...
      Je vais apprendre à vivre avec ce diagnostic, les molécules que vous allez me prescrire m’aideront à surmonter le choc...


    • @Norman Bates
      Quand on peut aider.


  • joelim joelim 21 mai 20:45

    L’avortement si on va au fond des choses est une solution de confort (aux dépends d’un individu potentiel ce qui est inimaginable quand on y réfléchit). En effet, nombre de couples mixtes ne pouvant pas avoir d’enfant n’arrivent pas à adopter (ou alors grosse galère/loterie dans des pays lointains avec de plus un côté malsain la GPA n’est pas loin ). La solution évidente serait que la femme ne voulant pas son enfant choisisse parmi les candidats à l’adoption de l’enfant qu’elle ne veut pas.

    Mais quelle horreur, la fille ne va ressembler à rien pendant des mois, pas cloper, pas boire, et en plus elle risque de s’attacher et de souffrir d’une séparation (c’est vrai). Ce dernier point est la véritable raison de l’existence de l’avortement. Ce que ça m’inspire est entre le pitoyable et le monstrueux. Bien sûr il y a des cas particuliers où l’avortement peut être judicieux mais je parle du cas général. Un jour j’ai dit à un pro-IVG que le foetus était vivant (il bouge non ?) et il a rétorqué "Propagande !" smiley. Les poissons qui sont dans l’eau ne sont pas vivants ? D’ailleurs même les bébés-poissons sont mieux lotis par la législation (on doit les remettre à l’eau, évidemment c’est intéressé mais ils sont mieux considérés qu’un foetus quelque part...)


    • tobor tobor 23 mai 00:51

      @joelim
      Avant de développer un système nerveux allié à des capteurs sensoriels, l’embryon n’est pas en mesure de ressentir de douleur ou d’avoir des regrets. Autant pleurer pour nos spermatozoïdes, petits poissons inaccomplis !
      Que pensez-vous des fausses-couches ? Femmes assassines, coupables d’incompétence biologique ?
      .
      Un bébé ne vient au monde qu’à sa naissance. Avant ça, son monde est la femme qui le porte. Elle a plein pouvoir et pleine légitimité quant à ce qui se passe en elle, n’en déplaise aux textes qui légifèrent sur la question. Elle garde ce plein pouvoir que les femmes ont toujours eues, quitte à se mutiler ou à se donner la mort.
      .
      Les élans de bonne-conscience à outrance dans les divers commentaires signifient peut-être qu’il y a peu de parents parmi les commentateurs/trices ?!


    • Belenos Belenos 23 mai 01:04

      @tobor
      "Un bébé ne vient au monde qu’à sa naissance. Avant ça, son monde est la femme qui le porte. Elle a plein pouvoir et pleine légitimité quant à ce qui se passe en elle"

      A partir de là, vous exagérez un peu ! Si, si quand même, vous exagérez.  smiley


    • Belenos Belenos 23 mai 01:09

      @joelim
      "L’avortement si on va au fond des choses est une solution de confort (aux dépends d’un individu potentiel ce qui est inimaginable quand on y réfléchit)."

      Tout est "solution de confort". Parfois, ne pas tuer est aussi une solution de confort moral.

      Oui, je sais, moi aussi, j’exagère.   smiley


    • tobor tobor 23 mai 02:12

      @Belenos
      Si elle meurt, bébé meurt !
      Si elle prend un mauvais choc, bébé meurt !
      Si elle a décidé qu’elle ingurgite de la sauge et autres "remèdes de femmes", en début de grossesse, elle peut mettre un terme.
      Si elle est décidée, à l’encontre de tous les avis extérieurs, elle peut légalement le faire, ou à l’étranger, ou en cachette ou ...ou ...jusqu’à la célèbre aiguille à tricoter !
      .
      Puis, pour le fœtus, c’est tout son univers cet utérus, c’est là que ça se passe ! Il a des branchies dans un monde aquatique qui rétrécit et prend fin à la naissance, où le voilà musculairement inadapté dans un élément aérien qu’il ne connaît pas, qu’il ne soupçonnait pas (comme pour l’esprit après la mort ???)
      La naissance est donc d’office une "petite mort", ça a été la fin du monde et il a fallu s’éveiller à une nouvelle réalité.
      Ou pas...


    • @tobor
      "Un bébé ne vient au monde qu’à sa naissance."

      C’est une lapalissade. N’empêche que la vie est apparue avant, qu’il est même impossible de déterminer le début de la vie puisque ce sont deux êtres vivants qui donnent vie à un nouvel être, sans discontinuité biologique. L’avortement est donc bien un meurtre, une rupture de la continuité biologique.

      Je suis pour la peine de mort donc pourquoi pas... Mais le nombre de ces meurtres est juste effrayant, surtout qu’ils ne touchent que les enfants blancs, européens. Les Européens ne veulent plus se perpétuer.


    • tobor tobor 23 mai 22:15

      @Jean Robin contre Fantômette
      Lapalissade sûrement mais il semble que les points sur les "i’s" ne sont pas si évidents et qu’on fait facilement l’amalgame bébé/fœtus/embryon. Fœtus et embryons évoluent dans le même milieu aquatique puis bébé apparaît à l’air libre sous la pesanteur telle qu’on la connaît et doit accepter de remplir ses tous nouveaux poumons, organe aussi improbable que salvateur ! Embryon n’existe plus dès que fœtus prend la relève et la vie de fœtus se termine lorsque commence celle de bébé.
      .
      Certes, la vie est là avant, elle habite déjà chaque spermato voué à l’échec et chaque ovule qui n’attend que ça. Néanmoins, dès que le processus reproductif s’engage, la seule personne vraiment concernée et légitime à prendre les décisions est la femme fécondée et porteuse. Elle s’est toujours donné les moyens d’y mettre un terme si fermement déterminée, éventuellement sans que personne ne soit au courant de quoi que ce soit. Vous pouvez appeler ça "meurtre", ça reste son aventure intérieure, laquelle ne vous regarde en rien, sur laquelle vous n’avez pas plus d’emprise que de légitimité. Objectivement, même le père n’a pas son mot à dire.
      .
      L’avortement a été légalisé pour tenter de mettre fin aux pratiques obscures qui sévissaient depuis toujours (et pas que chez les blancs caucasiens) et auxquelles on retournera inexorablement si votre courant "bien-pensant" a gain de cause. Je ne comprends pas trop l’intérêt (?)
      .
      Les homosexuels étaient la risée dans les ’70s (de même que les handicapés mentaux), tout le monde riait grassement mais, parfois aussi, leur pétait la gueule !


    • @tobor
      Vous regardez l’avortement uniquement du point de vue féminin. Or, c’est un problème social car comme déjà dit, dans les pays occidentaux, l’avortement est d’abord pratiqué par les populations natives, les blancs fatigués de vivre.

      D’un point de vue pratique, il serait évidemment difficile de revenir sur la liberté de l’avortement. Mais je pense que l’Etat ne doit en aucune manière l’encourager, s’il doit le tolérer. Or, nous sommes passés depuis les années 1970 de la permission à la tolérance la plus libérale.

      Vous dîtes n’importe quoi sur les homosexuels. La cage aux folles, vous avez vu ? Ou l’épisode Maigret et l’Etoile du Nord ? La tolérance a toujours été grande en France vis-à-vis de l’homosexualité, avec évidemment les exceptions de mise.


  • C’est enfin ! une première réaction salutaire (peut-être pas satisfaisante) contre l’esprit soixante-huitard qui avait infesté les mentalités occidentales depuis justement les années 1960.

    On peut donc s’attendre avec bonheur dans les années qui viennent à une remise en question de l’avortement généralisé et sans complexe, du mariage unisexe, de la théorie fumeuse du genre, de l’adoption par les couples homosexuels, de la fin de ces horribles "gay prides", de la propagande homosexuelle ou désaxée...


    • tobor tobor 23 mai 01:53

      @Jean Robin contre Fantômette
      vous semblez prendre vos convictions pour un axe entre le bien et le mal mais pendant ce temps, le monde tourne et il est devenu tel que vous le décrivez. Vous aurez beau pousser, les djeunz, eux, kiffent tout ce que vous exécrez !
      Vous auriez dans les ’60s pesté de même sur les féministes et autres anti-apartheid, les baba-cools, la télé à demeure et ç’aurait eu le même effet...
      .
      Ce genre de loi peut changer très rapidement en retournage de veste et peut n’être qu’un miroir aux alouettes pour mettre un peu de tension, créer du sujet pendant que se passe 1000 fois plus grave dans l’ombre.
      .
      Tout ce que vous citez : "l’avortement généralisé et sans complexe, du mariage unisexe, de la théorie fumeuse du genre, de l’adoption par les couples homosexuels, de la fin de ces horribles "gay prides", de la propagande homosexuelle ou désaxée..." ressort de l’inoffensif le plus complet, il s’agit principalement de l’expression occasionnelle d’aventures intérieures pour des minorités autrefois violemment réprimées. Hormis vis-à-vis de l’avortement, je ne suis pas "partisan" du reste mais il est évident que c’est la conséquence directe de ce qui a précédé depuis les ’60s (la médiatisation générale) et bien avant avec l’influence de la théosophie et du fabianisme dans les arts et l’éducation, comme héritiers d’un luciférianisme re-pompé sur des mythes antiques et fondateurs.
      On élimine pas ça de l’échiquier parce qu’on aime pas, on a mangé à ce râtelier comme tout-le-monde et ça nous a offert certains outils pour penser et vivre le monde autrement que les générations antérieures.


    • @tobor
      Vous vous trompez, la mentalité soixante-huitarde est en berne de même que les soixante-huitards sont enfin ! poussés par l’âge de plus en plus vers la sortie (bien qu’ils restent la génération en moyenne la plus riche de l’histoire). C’est la première fois dans la sphère occidentale que l’idéologie du Progrès et toutes ses horreurs est remis en cause, la première fois que le "Progrès" ne va pas dans le bon sens, en somme. J’y vois comme un signe encourageant.

      Il est faux de dire que les homosexuels étaient réprimés, du reste. Sous l’Ancien régime, l’homosexualité était essentiellement pratiquée par une petite partie de l’aristocratie.


  • JPCiron JPCiron 22 mai 17:42

    .

    Surprenant : des Etats Musulmans ont une approche davantage "pro-choice" pour la femme, par rapport aux USA, où l’intégrisme religieux reprend la main.

    https://www.haaretz.com/us-news/.premium.MAGAZINE-alabama-iran-or-saudi-arabia-we-checked-where-abortion-laws-are-better-for-women-1.7271623

    .

    Le monde change ...


  • Belenos Belenos 23 mai 01:12

    En songeant que tous les avortons auraient pu finir à déblatérer des âneries sur Agoravox TV, on se dit que finalement ils sont peut-être aussi bien dans les Limbes smiley


    • tobor tobor 23 mai 02:35

      @Belenos
      Autant pour chaque spermato !
      Par-contre les fœtus baptisés, petits veinards (oui bon, sexisme, ça va hein), eux ils vont direct au paradis, faire angélus dans la section PATER MINAE.


Réagir