lundi 28 décembre 2020 - par Tchakpoum

Un gospel à Noël pour Julian Assange

Le traitement médiatique de cette chanson n’aura pas lieu. Parce qu’avec le monde qui vient, Noël sera une tradition identitaire à éviter. Les chanteurs seront des racisés victimes de l’esclavage colonial. Le gospel, comme l’oncle Ben’s ou Banania, sous une image sympathique, ne sera que la stigmate véhiculant le stéréotype du racisme structurel. Assange sera un mâle blanc de moins de cinquante qui a cru, avec sa notoriété acquise, pouvoir se laisser à des pulsions prédatrices contre la minorité sexuelle entretenue dans la soumission. 

Avec ces chanteurs, Noël existe encore. En dépit de la très sainte papauté, qui verse du côté de ses décombres, avec sa crèche 2020 du Vatican à faire peur aux petits enfants.

Publicité

Le London Gospel Choir, est une compagnie qui organise des concerts de gospel, ces chants nés dans les plantations de cotons, avec le negro spiritual.

La compagnie est allée sur le parvis blême d’une des pires prisons de l’Union Européenne. Elle s’est installée au milieu des gyrophares bleus, omniprésents maintenant sur les espaces publics de l’Europe otanique.

La chanson Something Inside So Strong avait été créée par Labbi Siffres pour encourager les africains du Sud, alors emmurés alors par l’Apartheid, à croire en eux. Elle est adressée cette fois ci au journaliste le plus célèbre du monde, qui donne mauvaise conscience à tous les médias, pour avoir fait son travail d’informer. Détenu, il lutte contre la mort par suffocation de l’isolement, dans le pays de la Magna Carta, initiateur du statut de prisonnier politique.

Ce cadeau offert est un moment de répit, un monde d’avant qui vit encore.

Gospel de Noël pour Assange

En savoir plus sur RT France : https://francais.rt.com/international/82156-gospel-noel-pour-assange-devant-prison-londonienne-ou-il-est-detenu



1 réactions


  • sls0 sls0 28 décembre 2020 14:45

    Ca ne bouge pas lorsqu’on emmure Assange.

    Ca veut dire que l’on est prêt à être emmuré aussi.

    Ce ne sera plus un apartheid racial mais un apartheid riches/pauvres.


Réagir