vendredi 24 septembre - par News

Suspension de soignants : le coup de massue de trop pour les établissements de santé

Publicité

L'hopital public en déshérence. 

 

La situation réelle des hopitaux est toute autre des déclarations officielles.

 



8 réactions


  • levy levy 24 septembre 08:59

    La mort des Hôpitaux est programmée depuis longtemps pour imposer le privé, les politiciens qui se succèdent au pouvoir travaillent dans ce sens...il y a une accélération sous Macron, les investisseurs privés s’impatientent ?


  • sls0 sls0 24 septembre 09:46

    Il y a une semaine je lisais dans le journal local qu’au CHU la vaccination c’était 99,4% et ça ne parlait pas de licenciement.


    • sls0 sls0 24 septembre 09:50

      @sls0
      Ce qui n’enlève rien à la justesse du commentaire de Lévy ci-dessus.


    • Joe Callagan Joe Callagan 24 septembre 10:38

      @sls0

       je lisais dans le journal local qu’au CHU la vaccination c’était 99,4%

      .

      Hmmmmm, ça fleure bon la fake news bien suave... 


    • sls0 sls0 24 septembre 11:02

      @Joe Callagan
      Du coup je suis allé voir une autre source, c’est 99,5% et 18 non vaccinés mis à pieds.
      En tout les cas 99,4 ou 99,5%, pour moi l’affaire est pliée du moins localement.


    • albert123 24 septembre 11:53

      @sls0

      oui l’humanité c’est plié et les socks de sang contaminés à la protéine de pointe finiront d’achever les lucides pour le plus grand plaisir des collabos et des idiots utiles 


  • sirocco sirocco 24 septembre 13:38

    Pas de surprise fracassante dans cette énumération de mauvaises nouvelles.

    Tout le monde a maintenant compris du moins on espère... que le dictateur a été mis au pouvoir en France par les merdias pour, entre autres, détruire le système public de santé selon le programme de la Commission européenne. Il fait son boulot sans état d’âme : puisqu’il ne rencontre pas, jusqu’à présent, de forte résistance populaire, il aurait tort de se priver...

    Les syndicats ne font rien (pour soutenir les soignants et autres salariés), nous dit Philippot. Et pour cause : les leaders syndicaux français sont les pires traîtres et les pires corrompus qu’on n’ait jamais vus. Mais la plupart des "syndiqués" ne voient rien, ne s’aperçoivent de rien et continuent d’obéir aux mots d’ordre de ces félons.

    Notamment les enseignants qui, malgré leur bac+x, n’ont pas encore compris qu’ils feraient mieux de grossir les rangs des protestataires chaque samedi plutôt que de perdre une journée de salaire pour rien en semaine à "revendiquer" sous les fenêtres du rectorat et à se faire ficher.

    Ils sont pourtant dans le collimateur du despote qui va s’employer à démanteler l’éducation nationale après les hôpitaux publics et qui a déjà commencé son sale boulot : grosses difficultés des étudiants pour s’inscrire dans la fac de leur choix, presque plus de remplaçants dans les établissements scolaires, plus d’accompagnants de vie scolaire pour les élèves handicapés...


Réagir