jeudi 18 juin - par mat-hac

Pourquoi le racisme systémique n’existe pas

Les mouvements antiracistes ou décoloniaux fondent leurs "revendications" sur l'idée que l'Etat français, et plus largement, la civilisation européennes, se seraient construits fondamentalement sur l'exploitation et la discrimination des peuples Noirs. Or, si l'esclavage et la colonisation du continent africain, avec leurs tragédies, ont bel et bien existé, il n'est pas juste d'affirmer que l'Occident doit son développement à ces pratiques... ni que celles-ci persisteraient aujourd'hui encore en Europe.

Une idéologie dangereuse, qui promeut la haine et la division raciale. Dans cette "logique", les Blancs ne pourraient jamais être discriminés ou oppressés, quelle que soit la situation vécue. Or, par le passé, les faits nous montrent le contraire.

Le racisme systémique ou racisme d'Etat est une théorie élaborée à la fin des années 1980 dans l'objectif de "déconstruire" l'ordre traditionnel et naturel de la civilisation occidentale. A travers une relecture de l'Histoire aussi incomplète qu'anachronique, les militants de l'antiracisme nourrissent l'objectif d'effacer nos racines en provoquant une véritable haine de soi qui mène au rejet de notre identité. En effet, c'est la condition indispensable à l'instauration d'une société multiculturelle...

Dans cette vidéo, je vais démontrer que le racisme systémique n'existe pas, et remettre certaines évènements historiques à l'endroit, en apportant des précisions sur certains sujets qui ont fait polémique ces dernières semaines, notamment l'esclavage, le Code Noir de Colbert et la colonisation en Afrique.



11 réactions


  • Étirév 18 juin 10:41

    Orgueil et misanthropie, les deux mamelles du racisme.
    C’est principalement dans les conditions physiologiques, psychiques et morales de la nature du sexe masculin que nous trouvons les causes du racisme.
    La manie de la priorité règne sur la terre depuis longtemps, elle s’est manifestée de mille manières. D’abord par « l’orgueil terrestre », qui a fait croire à l’homme que son petit monde était tout dans l’univers, puis par « l’orgueil humain » qui lui a fait croire qu’il était le premier parmi les êtres créés. Cependant si, sortant du genre humain, nous mettions en présence un spécimen de chaque espèce animale, nous les verrions tous croire et déclarer leur espèce la meilleure.
    Après l’orgueil humain vient l’orgueil de race qui fait faire aux hommes des distinctions suivant leur couleur et leur origine et les persuade tous qu’ils sont les premiers dans le genre humain. Après l’orgueil de race, l’orgueil national qui persuade à chaque peuple que le pays où il a vu le jour possède une supériorité quelconque sur les autres nations. Après « l’orgueil national », l’orgueil de clocher qui, dans une même nation, fait encore supposer aux hommes que, parmi ceux qui la composent il existe des différences et que leur province, leur commune, leur village valent mieux que les autres. Enfin, l’orgueil de sexe qui, dans la famille même, crée des distinctions en faisant croire aux hommes qu’ils possèdent une supériorité quelconque sur les femmes.
    Plus l’homme progresse dans l’évolution descendante, plus il affirme qu’il s’élève, plus il veut dissimuler sa misère morale en se plaçant au-dessus des autres.
    À propos de misanthropie, Thomas Hobbes a dit : « L’homme est un loup pour ses semblables ».
    C’est que la haine naît en lui dès son entrée dans la vie sexuelle. Le petit garçon commence à détester la vie dans les autres en attendant que l’homme déteste les hommes. Faire souffrir ses petits camarades, ses petites sœurs, les vexer, les narguer, les taquiner est déjà un plaisir pour lui.
    Cette haine de la vie se manifeste aussi envers les animaux, envers les insectes qu’il torture pour le plaisir de les torturer.
    On dirait qu’il veut se venger sur l’univers tout entier des conditions physiologiques et psychiques qui s’imposent à lui.
    L’homme décroit moralement, c’est-à-dire sensitivement, à mesure que la sexualité s’accentue en lui. Dans l’enfance il possède une douceur de caractère, une vivacité d’imagination, une rectitude de jugement, une lucidité d’esprit qui s’atténuent peu à peu, et disparaissent dans l’homme livré à ses passions.
    C’est pourquoi tant d’hommes, qui n’ont pas su mettre un frein aux impulsions de leur instinct sont devenus des êtres dégradés chez lesquels tous les bons sentiments ont disparu. Chez eux, plus rien de l’exquise sensibilité de l’enfance et de l’activité intellectuelle qui en résulte, plus aucune élévation d’esprit, plus aucune notion de justice.
    En considérant un homme arrivé à cet état de déchéance on est forcé d’affirmer une loi toute contraire à celle de la théorie Darwinienne.
    L’homme qui s’abandonne aux impulsions de sa nature, c’est-à-dire qui agit selon la sélection naturelle, cet homme-là ne vient pas du singe, il y va.
    Cependant il y a deux espèces de misanthropie. A côté de celui qui s’isole par haine des hommes qu’il croit supérieurs à lui, il y a celui qui s’isole dans la grandeur du génie, dans l’élévation de l’esprit, celui qui se sent mal à l’aise dans une société indigne de lui et cherche la solitude pour fuir le contact du vice ou de la bêtise humaine. Gardons-nous bien de confondre ces deux genres de misanthropie qui sont l’opposé l’un de l’autre.
    La misanthropie du vice n’existe réellement que chez l’adolescent ; elle se perd vite dans les sociétés où l’abaissement moral est général.
    Quand les hommes dégradés se trouvent nombreux, ils ne se cachent plus, le nombre leur sert d’excuse ; ils se soutiennent mutuellement, et loin de cacher leur déchéance dans la solitude ils affirment leurs vices et s’en font des vertus.
    Dans le « Li-Ki » des Chinois, il est dit des hommes : « Ceux qui avaient perdu le sentiment du devoir étaient considérés comme des hommes morts »
    C’est également le sujet du « Livre des morts » égyptien, qui traite, non de la mort réelle du corps, mais de cette mort de l’âme, qui n’empêche pas les hommes de vivre.
    Aussi, on comprend pourquoi la vie morale était tout dans cette société antique.


    • yoananda2 18 juin 11:35

      @Étirév
      heureusement on a dépassé ces théories moyen-ageuses.


    • ged252 18 juin 20:35

      @yoananda2
      C’est bien d’encourager un gynolâtre, un type qui ne rêve et qui ne croit qu’au matriarcat.
      .
      C’est très français smiley


    • ged252 18 juin 20:53

      @yoananda

      l’orgueil de sexe qui, dans la famille même, crée des distinctions en faisant croire aux hommes qu’ils possèdent une supériorité quelconque sur les femmes.
      .
      .
      Voilà tu peux prendre ton adhésion à SOS Féminisme
      ..
      l’orgueil de race
      .
      La moraline anti raciste arrive.
      .
      l’orgueil national
      .
      La moraline anti patriote.
      .
      l’orgueil de sexe
      .
      La moraline féministe
      .
      Quand les hommes dégradés

      .
      Et un peu de mysantrhopie tout en la dénonçant, pour finir
      .
      Yoananda n’a plus qu’à adhérer à LFI, pour mettre ses actes en accord avec ses idées..
      .
      LOL smiley


    • Super Cochon 18 juin 22:17

      @Étirév
      .
      .
      " C’est principalement dans les conditions physiologiques, psychiques et morales de la nature du sexe masculin que nous trouvons les causes du racisme. "
      .
      .
      .

      T’as pas l’impression d’écrire de la merde ? ........ En gros , tu nous explique que c’est le sexe masculin qui est responsable du racisme ! Par contre , ton féminisme primaire n’est pas discriminant ? Donc , t’affirmes que le racisme à l’égard des gens de couleur est une abomination , MAIS , discriminer une personne parce qu’il est du sexe opposé est morale ! 
      .
      .
      .

      T’aurais dû fermer ta gueule !


    • Laconicus Laconicus 19 juin 04:57

      @Étirév
      "Orgueil et misanthropie, les deux mamelles du racisme."

      Le racisme est donc féminin ? S’il était masculin, orgueil et misanthropie seraient ses deux testicules. 


  • ezechiel ezechiel 18 juin 13:51

    S’il y a bien un pays qu’on ne peut accuser de "racisme systémique", c’est bien la France !

    La France a accueilli des millions d’Arabes, de Noirs, d’immigrés ces quarante dernières années, ses élus ont fait construire des milliers de mosquées pour les musulmans, des centaines de milliers de personnes venant du continent africain sont prêtes à mourir chaque année pour atteindre les côtes françaises...et la société française serait raciste ?

    C’est une vaste farce !


  • NeufTrois NeufTrois 18 juin 17:56

    ... !!!!

    je suis censé apprendre quoi de cette vidéo...qu’une fille de droite à des idées de droite !!???

    Mais c’est quoi cette dégénérescence qui règne partout ici.


    • Super Cochon 18 juin 22:24

      @NeufTrois
      .
      .
      Par contre , rafaler des mécréants à coups de kalash en criant Allah Akbar est une source de richesse du multiculturalisme !
      .
      .
      .
      Quand on a pas de morale , on évite d’en donner !


    • Laconicus Laconicus 19 juin 04:24

      @NeufTrois

      "Mais c’est quoi cette dégénérescence qui règne partout ici."

      Mais qu’est-ce que c’est que cette réflexion de droite !!??? 

  • Buk100 18 juin 17:56

    J’ai survolé la vidéo.Rien de bien neuf a priori : des faits historiques que toute personne un peu intéressée par le sujet connaît déjà. A quel moment aborde-t’elle le thème annoncé dans le titre de la vidéo ? Merci !


Réagir