mercredi 2 octobre - par mat-hac

Pourquoi le Brexit cause-t-il le chaos... en Grande-Bretagne ?

La situation politique est de plus en plus confuse en Grande-Bretagne autour de la sortie du Royaume-Uni de l’UE. Le Brexit aura-t-il lieu, quand et à quelles conditions ? Que craignent ses opposants ? John Laughland, universitaire britannique et spécialiste des relations internationales, partage son analyse avec le Désordre mondial, présenté par Rachel Marsden.



4 réactions


  • sls0 sls0 2 octobre 19:29

    Un bon éclairage sur du confus parfois ubuesque.


  • louis 2 octobre 20:09

    Faire une association avec la perfide Albion , ce sont des emmerdes a plus ou moins long terme , de Gaulle qui les connaissait bien avait toujours mis son véto a leur entrée dans l’UE .

    Avec elle , il faut toujours s’en tenir aux relations commerciales et éviter les câlins . .


  • Julot_Fr 3 octobre 07:24

    Il n’y pas de confusion, l’etablissement anglais (qui est aussi l’epicentre du globalisme) ne veut pas du brexit.. ca prend des formes etonnantes mais n’a rien de surprenant.. tous les commentaires sur le brexit ne sont que blabla


  • Serge ULESKI Serge ULESKI 5 octobre 09:04

    Chaos ? Où ça ? 

    En cinq ans, je n’ai pas entendu dans tous les médias, pas une seule fois, le poInt de vue de la majorité, ceux qui sont en faveur du Brexit, be They English or not. Une honte !

    Nous sommes là confrontés à un journalisme sur le modèle "je t’informe si je veux, sur ce que je veux et quand je veux )" ; après les classes moyennes supérieurs et les classes supérieures, une grande partie de la classe politique, de la police aussi, c’est au tour des "journalistes" de faire sécession.


    En 40, la GB accouchera d’un Churchill, la France d’un Pétain. Quand à vouloir faire la leçon à Shakespeare, Swift, Dickens et Orwell..... se propose-t-on de leur opposer BHL, star des médias ? C’te bonne blague !


    Il règne en GB une confusion et des tensions cantonnées exclusivement au parlement. Cela dit, l’ Allemagne et les partenaires économiques de la GB ont bien plus à perdre. D’où le matraquage médiatique sur le continent depuis 5 ans.



Réagir