mardi 16 mars - par Simple citoyenne

Nitrate d’ammonium : la France reste très exposée à ce produit, à l’origine de l’explosion sur le port de Beyrouth

Enquête France Info 30/01/2021 15:46  : La France est le premier consommateur de nitrate d’ammonium en Europe et le deuxième au monde. Pourtant, six mois après la catastrophe de Beyrouth, notre enquête montre que les contrôles sont encore insuffisants. Plusieurs sites sensibles ont été identifiés, en Alsace, en Loire-Atlantique et en Gironde.

Le 4 août 2020, l’explosion d’un stock de nitrate d’ammonium dévastait le port de Beyrouth, faisant plus de 200 morts et 6 500 blessés. Six mois après, la cellule investigation de Radio France a voulu savoir si une telle catastrophe serait possible en France. Notre pays est en effet le premier consommateur de nitrate d’ammonium agricole (ammonitrate) en Europe, et le deuxième dans le monde. Or la législation a encore des failles, et les contrôles ne sont pas systématiques.

[...]

Des "bombes agricoles" en puissance

[...]

Des précédents dramatiques existent

Publicité

[...]

Le transport de tous les dangers

[...]

Une zone sensible en Alsace

[...]

Yara : une multinationale des engrais contestée

[...]

La crainte d’un accident

[...]

Gros point noir : les inspections

[...]

Une redevance sur les engrais azotés discrètement écartée

L'article entier sur France info enquête

ENQUÊTE RADIO FRANCE - Nitrate d’ammonium : la France reste très exposée à ce produit à risque

6 aout 2020



6 réactions


  • personne 16 mars 10:28

    La cellule investigation de Radio France a attendu Beyrouth ! Pas assez de victimes pour AZF ? Catastrophe pourtant in situ


  • sls0 sls0 16 mars 11:16

    Une liste des explosions impliquant du nitrate d’ammonium.

    https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Liste_d%27explosions_accidentelles_impliquant_du_nitrate_d%27ammonium

    La fiche technique de prévention des risques pour le nitrate d’ammonium.

    https://agriculture.gouv.fr/sites/minagri/files/documents/pdf/fiche_nitrate_ ammonium-1-2.pdf

    En général il y a deux types d’ammonitrate. L’agricole qui est mélangé avec des produits inertes il est moins sensible mais ça peut exploser en cas de mélange avec d’autres produits plus incendie.

    Il y a le nitrate pour explosif, il est employé dans les tirs de mines sous forme de nitrate/fioul. Son explosion est déclenchée par une explosion primaire de dynamite en général. C’est le nitrate qui était stocké à Beyrouth. C’est le nitrate d’ammonium employé dans l’attentat d’Oklahoma City.

    L’ammonitrate est un engrais crée chimiquement (ammoniac et acide sulfurique) il n’est donc pas tel le phosphate tributaire d’extractions minières qui seront épuisé dans une vingtaine d’années.


    • sls0 sls0 16 mars 15:11

      @pegase
      A une certaine époque les inspecteurs de la DRIRE je les voyais souvent. Ils faisaient leur boulot, je faisais le mien.
      En allant sur leur site je me suis aperçu que c’était une mine de renseignements pour tout terroriste en herbes. Je leur en ai fait part.
      Les routes d’accès, où couper le jus et le téléphone, les plans, les emplacements, la totale pour un stockage d’explosifs.

      Un peu de discrétion c’est pas mal aussi.
      Quand on sait où chercher on trouve, pour Lubrizol le lendemain j’avais leur stock en qualitatif et quantitatif max, leur analyse de risques, leur plan de prévention.


    • Simple citoyenne Simple citoyenne 16 mars 15:25

      @sls0 L’information a été rendue publique par France info en janv 2021, ce sont les seuls à avoir enquêté et, enfin, à avoir fait leur travail d’information pendant que d’autres promeuvent et vendent des vaccins. Il y a eu Lubrizol pas une seule fois, mais deux fois, ainsi comme le souligne le commentateur plus haut, il y a eu AZF, les gens ont le droit de savoir !


    • sls0 sls0 16 mars 16:20

      @Simple citoyenne
      Et les gens ont aussi le droit de se renseigner.
      On achète en zone innondable.
      On achète en zone argile.
      On achète en zone de coulées de boue.
      On achète au dessus d’anciennes mines.
      Tout ça on trouve sur le le site du BRGM.
      Pour le risque Seveso ont trouve sur les sites de la Drire, sur environnement.gouv et d’autres sites.
      A la préfecture il y a le dossier départemental des risque majeurs. C’est pas sur gloser ou agoravox qu’on a ces éléments.
      Les gens se renseignent, dans le reportage il y a de l’amalgame, de l’imprécis. Sympa pour faire peur mais peu d’informations.

      Des incidents ou incendie dans du Séveso il y en a c’est recensé. Pendant Lubrisol à Rouen dans la région parisienne tout les poissons étaient ventre en l’air à cause d’un accident dans du seveso. A Rouen ils ont bien réagit pas en région parisienne. Où on jette la pierre à Rouen, à Paris il valait mieux pas regarder c’était pas très clean, il y avait du politique.
      La citoyenne veut être informée elle regarde les médias mais n’est pas au courant pour Paris.
      Sls0 va voir la base de données des accidents dans les sites Seveso. Il y a la gravité et les erreurs.
      Pour Rouen Lubrisol était dans les clous via son analyse de risques et ses parades. L’imprévu c’était du stockage pirate chez son voisin.
      A Paris une merde au niveau management engendré par des politiques, comme la Seine a été empoisonné, le SDIS local a été moins efficace que le SDIS du coté de Rouen. A Rouen ils ont bien protégé l’aquatique, les mesures de l’air ont été rapides et bien suivis. Il n’ont pas pris en compte les phobies et les fantasmes mais c’est pas moi qui vais jeter la pierre sur le sujet.


  • MAZIG 20 mars 11:46

    Certes le risque existe mais il est ou sera de nature accidentelle pour la simple et unique raison que la France n’a pas comme voisin agressif l’état belliciste et terroriste d’Israel. Quoi que .... tant que la France cède aux caprices du "peuple auto élu".


Réagir