mardi 5 janvier - par Tchakpoum

Monographie d’une manifestation française : celle du 12 décembre 2020 à Paris

Ce court document vidéo est intéressant à deux titres :

Publicité

 

  • La République Française nous a habitués, malheureusement, à ses violences policières. Ce document détaille la tactique la plus récente sur le terrain. Il présente aussi la gestion de la manifestation depuis la Préfecture de police à Paris, le travail des médias au retournement de faits, le mensonge politique qu’elle nourrit, la participation judiciaire au piétinement des libertés individuelles.

 

  • C’est un trop rare travail d’investigation journalistique qui manque tant : abouti sur le fond et la forme. Sur le fond, le document présente le détail des activités de la République Française sur une manifestation de citoyens qui manifestent un désaccord. Sur la forme son montage saisit les faits et les effets de la manifestation avec une construction visuelle qui fournit une information tout autant dense que synthétique et consomme peu de temps à l’internaute.

 

C’est un travail de Sébastien Bourdon, Camille Polloni, Antton Rouget, Antoine Schirer, pour Médiapart, publié le 3 janvier 2021.

https://www.mediapart.fr/journal/france/030121/comment-les-forces-de-l-ordre-ont-sabote-la-manifestation-du-12-decembre-2020

 



9 réactions


  • sls0 sls0 5 janvier 12:34

    Manifester est un droit constitutionnel, légalement on a difficile a les bloquer.

    La peur et le mensonge sont un bon moyen de bloquer.

    Depuis Seattle en 99 que les blackblocs étudient ces méthodes et y mettent des parades.

    Les forces de l’ordre c’est 0,3% de la population, ici c’est 60% de la population, 200 fois plus et ils sont organisés.

    Disperser et désorganiser devrait équilibrer un peu.


    • juanyves 5 janvier 22:35

      @sls0
      Ça serait intéressant si quelqu’un a compris ce que dit sls0 qu’il nous l’explique ou nous le traduise si c’est une autre langue que je ne maitrise pas.


  • méditocrate méditocrate 5 janvier 12:37

    Implacable.

    Je pensais qu’ils ne pourraient pas trouver plus pathétique que simplet, et, tadaaaaa ! Darmanin.

    Je dois reconnaitre une chose à LAREM, quand on pense qu’ils touchent le fond, ils savent toujours creuser plus bas...


    • Tchakpoum Tchakpoum 5 janvier 17:26

      @méditocrate

      C’est une loi qui veut malheureusement que le président d’avant était mieux (moins pire) et que le suivant sera pire. Donc celui d’après Macron sera pire. Mais c’est un impensable, avec lesquels les « présidentiables » soutenus par les médias sont familiarisés, pendant que les citoyens en restent au « ce n’est pas possible » se tapant à chaque fois la cuisse en se disant comment ils ont pu voter macronhollandesarko.

       

      On peut regarder en arrière, ça vient de loin.

      Les confidences de Mitterrand en fin de vie à Georges-Marc Benamou dans « Le derniers Mitterrand » (voir Wiki) :

      « “En fait je suis le dernier des grands présidents.” Il me dit ça vite, dans un mélange de pudeur et de grandiloquence. Comme s’il craignait que je le prenne pour un vieux fou, il tente de rationaliser l’aveu qu’il vient de me faire : “Enfin, je veux dire le dernier dans la lignée de De Gaulle. Après moi, il n’y en aura plus d’autres en France… À cause de l’Europe… À cause de la mondialisation.”.. ».

      « À cause de l’évolution nécessaire des institutions… Dans le futur, ce régime pourra toujours s’appeler la Ve République… Mais rien ne sera pareil. Le président deviendra une sorte de super-Premier ministre, il sera fragile… »

      Et c’est lui qui a refilé les clés de la France à l’UE avec le référendum de Maastricht obtenu à l’arrachée grâce aux médias (49% non, 51% oui).

      Et c’est lui qui a promu le néolibéralisme et la mondialisation sur le continent européen, après son tête à queue économique, oui, oui, textuel :

       https://www.nouvelobs.com/economie/20110916.OBS0537/la-gauche-francaise-pionniere-de-la-deregulation-financiere.html

      Et tout le monde acclamait son socialisme, « tonton laisse pas béton ».

      Donc quoi, tout ça pour la vantardise d’un mec qui se dit le dernier monarque de type « après moi le déluge » ? Qu’il a consciemment organisé ?

      L’impensable était déjà là.

       

      Comme s’il y avait deux histoires parallèles, à deux paysages. Le peuple dans la grotte (pour détourner celle de Platon) : il a les partis, les idéologies prêtes à l’emploi, et, oh ! des trahisons. Et il doit frayer avec ça. Et la caste sociopathe, en gros l’énarchie républicaine, ceux qui sont dans « le salon » pour reprendre Christophe Guilluy, qui ont les « vrais » interlocuteurs : UE, US, Israël, Saoudie, Chine, CAC40, GAFAM, j’en passe, et puis Excel pour mouliner ce qui convient au peuple : le job des « technos ».

       

      Alors une manif, hein, rien à foutre on connaît le bétail.

       

      C’est pour ça que j’aime bien ce reportage, car il court-circuite ces deux paysages. Le passeur, c’est le média. Si le quotidien était scanné pendant 3 mois sur les chaînes tévés avec la même factualité que ce reportage, la république des hauts fonctionnaires serait par terre. Ainsi que l’Exécutif assis dessus. Parce qu’enfin on comprendrait qui sont nos ennemis. « Ils ne sont pas corrompus, ils sont la corruption », comme dit Juan Branco, qui a croisé les deux paysages (qu’on adhère ou pas à ses idées, peu importe, je parle ici de sa singularité venue avec sa biographie). Mais l’impensable, c’est ce qu’il y a de plus dur à rentrer dans la caboche.


    • Tchakpoum Tchakpoum 5 janvier 17:40

      @Tchakpoum

      Et la caste sociopathe, en gros l’énarchie républicaine, ceux qui sont dans « le salon » pour reprendre Christophe Guilluy, qui sont dans l’autre paysage avec les « vrais » interlocuteurs : UE, US, Israël, Saoudie, Chine, CAC40, GAFAM(...)


    • méditocrate méditocrate 6 janvier 18:21

      @Tchakpoum
      On est passé du statut de chef d’état, à Sarkosy patron d’entreprise, à Macron techno-manager.
      Le rôle d’un manager n’est pas de demander son avis aux exécutants, il fait accepter les décisions qui viennent de plus haut, avec la carotte (souvent en plastique) puis le bâton. On en est là, pas de gouvernant et des coups de bâton pour les français.


  • Septimanie24 Septimanie24 5 janvier 15:46

    La justice a fait son boulot. Pour le reste, il se prépare une lente et longue révolte.


  • Garibaldi2 5 janvier 15:54

    Ça c’est du vrai journalisme ! Les faits, rien que les faits ! Implacable !

    Il y a une fascisation du pouvoir et une complicité de la plupart des syndicats de police qui ne dénoncent pas l’instrumentalisation des forces de l’ordre pour bâillonner les opposants à cette fascisation. Souvenez-vous de la manifs des syndicats de police où des policiers ont mis la main sur un oeil pour se moquer des éborgnés :

    https://www.20minutes.fr/societe/2625111-20191010-marche-colere-quatre-policiers-filmes-moquant-gilets-jaunes-blesses

    sans déclencher immédiatement des réactions de la part de leurs collègues.



  • alanhorus alanhorus 5 janvier 16:34

    Excellent reportage et decryptage de mediapart.

    Je retiens la charge qui renverse une femme blonde

    https://youtu.be/LgG0cEaUAAw?t=74

    mais aussi les codes des couleurs

    le parapluie vert .

    https://youtu.be/LgG0cEaUAAw?t=86

    https://youtu.be/LgG0cEaUAAw?t=388

    parapluie vert sac a dos avec croix orange ’que l’on voit aussi au début de la vidéo) bien en vue puis carré de tissus jaune

    La maquillage bfm de la violence policière gratuite contre un musicien pacifiste

    Et c’est le mème jour que la garde à vue abusive de Mélanie Ngoye-Gaham

    https://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/le-temoignage-de-melanie-88137

    Conclusion de tout cela : Darmanin démission.

    https://www.youtube.com/watch?v=hwYC-c0uxo8

    Usul. Violences faites aux femmes : grande cause, petits effets

    Les commentaires de cette tés bonne vidéo vont aussi dans ce sens.


Réagir