mercredi 10 mars - par Mao-Tsé-Toung

Mécanique Quantique - Débat contradictoire pour enfin comprendre la MQ universitaire que d’aucuns ont décrété incompréhensible à tout jamais

Mécanique Quantique - Comparons l'interprétaion de Broglie-Bohm (dBB) à celle de Copenhague (Bohr) -la standard partout aujourd'hui- pour enfin commencer à comprendre cette MQ que d'aucuns ont décrétée incompréhensible à tout jamais !

Feymann (vers 16 MN), un grand de la Mécanique Quantique :

(...personne ne comprend la mécanique quantique)

(l'expérience dite des fentes de Young, ici décrite, est tirée de l'expérience de pensée de Feymann )

---------------------------------------

Rappels :

 Imaginez un bouchon de liège emporté par le courant d’un fleuve ! Le courant c'est l'onde pilote ; le bouchon, le "corpuscule" ! Se présente alors un pont avec un poteau (ou plusieurs) : l'onde pilote se "multiplie" & le bouchon suit tant bien que mal !
 C’est l’analogie métaphorique (macro-physique) des tenants de l’interprétation dBB appllquée aux fentes de Young

 :Résumons : pour l'électron, particule étudiée ici (avec l'expérience des Fentes de Young), nous avons les deux interprétations contradictoires suivantes

Les élecrons sont envoyés les uns après les autres, de manière à ce qu'ils ne puissent pas interférer entre eux !

a)Copenhague nous dit, l'électron se comporte, au passage des fentes

soit comme une onde OU un corpuscule

b)de Broglie-Bohm

soit comme une onde ET un corpuscule

Mes Commentaires sur la vidéo :

1/

Pour ne pas faire long, je vous propose ici d'essayer d'etre exhaustif sur le cas le plus important :

A

a)

les 2 FENTES sont OUVERTES

b)

on cherche à savoir par quelle fente passe l'électron, en plaçant un instrument à coté d'une des fentes

B

a)Copenhague nous dit

a1 : l'instrument perturbe : se réalise alors le collapse (l'effrondement) de la fonction d'onde et l'électron se comporte alors en corpuscule

a2 : explication par le principe de l'onde/corpuscule : l'électron ne peut se comporter à la fois comme onde ET corpuscule : c'est le principe de complémentarité de Bohr

b)de Broglie-Bohm nous dit (vers 18 MN & 25MN )

b1 : l'instrument perturbe les 2 ondes qui partent des fentes : il empeche les interférences d'avoir lieu
b2 : l'électron suit l''onde-pilote qui suit la fonction d'onde selon l'équation de Schrodinger qui esrt réelle dans cette interprétation

-----------------------------------------------

La Vidéo :


Arnaud Amblard fentes de Young

Publicité

Vous ne comprenez rien à la mécanique quantique ? Essayez de Broglie-Bohm !
Arnaud Amblard

•28 août 2020



Bibliographie :

Une conférence de Jean Bricmont, dans laquelle il défend la théorie de de Broglie-Bohm en tant que complétion rationnelle de la mécanique quantique : https://www.youtube.com/watch?v=QBR92fkgp3E

Une présentation de l’expérience des fentes de Young du point de vue de la théorie de l’onde pilote, sur le site d’Alexandre et de Michel Gondran : https://thequantumphysics.wordpress.c...​

à propos du succès prédictif de l'électrodynamique quantique : https://en.wikipedia.org/wiki/Precisi...​

Feynman, Richard P., 1967, The Character of Physical Law, Cambridge, MA : MIT Press.

L’article de Sheldon Goldstein sur l’encyclopédie de philosophie de Stanford : https://seop.illc.uva.nl/entries/qm-b...​

J.S. Bell : Speakable and Unspeakable in Quantum Mechanics. Collected Papers on
Quantum Philosophy, 2nd edn, with an introduction by Alain Aspect, Cambridge
University Press, Cambridge, 2004 ; 1st edn 1993

-------------------------------------------------

Je rapellerai ici :

1/

Bohr  : l’onde émise par la source se TRANSFORME en onde OU "corpuscule"

dBB : l’onde émise par la source se TRANSFORME en onde ET "corpuscule"

Cramer 2006 : l’onde émise par la source est ABSORBÉE (sans jamais se transformer en "corpuscule")

2/

Interprétation de ce qui précède :

Les sommités de la MQ -à l’exception de Cramer— parlent d’un possible comportement "corpusculaire" de la lumière (ex : effet photo-électrique) comme celui d’autres particules comme les électrons.

Nonobstant ce qui précède :

"Mao affirme péremptoire pour sa part, qu’en micro-physique, le concept même de "corpuscule" est erroné."

CHERCHEZ L'ERREUR

--------------------------------------------------------

Ce qui manque à cette super-vidéo de vulgarisation revue & corrigée par Bricmont

1/

un minimum de formalisme : voir Bricmont, Gondran & Miorea notamment pour dBB

2/

Pas de choix retardé de Wheeler

3/

le concept de corpuscule n'est pas du tout discuté, ce qui entraine un certain bégaiement de Amblard : il parle parfois de particule au lieu de corpuscule

4/

Nulle part, l'électron, pourtant invité vedette, n'est envisagé dans sa complexité : notamment il n'est jamais question de son SPIN, si mystérieux ; qui fait intervenir les vecteurs position & quantité de mouvement (impulsion) et qui donc devrait intéresser particulièrement les fans de dBB

5/

Le Système Universitaire au pouvoir, avec des positions propres à des mandarins de jadis, étouffe dans l'oeuf, toute velléité de sortie du cocon établi et empeche l'éclosion d'autres paradigmes qui le dépasserait.



40 réactions


  • Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 10 mars 11:47

    b)de Broglie-Bohm nous dit (vers 18 MN & 25MN )

    b1 : l’instrument perturbe les 2 ondes qui partent des fentes : il empêche les interférences d’avoir lieu

    b2 : l’électron suit l’onde-pilote qui suit la fonction d’onde -selon l’équation de Schrödinger- qui est réelle dans cette interprétation (contrairement à l’interprétation de Copenhague)


  • sls0 sls0 10 mars 13:10

    Une théorie doit être élégante, en tout cas elle me parait plus élégante que la théorie standard.

    Une théorie il faut la démontrer d’une façon expérimentale c’est là où ça coince ou plutôt coinçait.

    Il y a des expériences macros depuis peu qui semble démontrer cette théorie.

    https://youtu.be/nmC0ygr08tE

    L’expérimental est tout jeune, il y a de l’inertie.

    Bon tout ça ne m’empêche pas de dormir vu que les formules fonctionnent.

    C’est très bien d’être curieux mais il ne faut pas non plus que ça empêche d’avancer.

    Pour aller d’un endroit à un autre mon voisin et moi employons une carte. Tous les deux on arrive au même endroit. Le fait que j’ai suivi des cours de géomètre fait que je connais mieux une carte. N’empêche que mon voisin qui ne connait pas les formules de Delambre arrive aussi au bon endroit.


    • JC_Lavau JC_Lavau 10 mars 15:00

      @sls0. Expérience ? Farpaitement invalide.


    • sls0 sls0 10 mars 15:52

      @JC_Lavau
      Venant de JC Lavau c’est un argument compréhensible.
      Venant de JC Lavau c’est un argument à ignorer.


    • Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 10 mars 16:06
      sls0 10 mars 15:52

      @JC_Lavau
      Venant de JC Lavau c’est un argument compréhensible.
      Venant de JC Lavau c’est un argument à ignorer.

      """""""""""""""""""""""""
      @sls0
      Pourquoi être ici péremptoire sans argumenter ?

      Vous n’avez pas lu l’article de Serge le québécois sur Ago.fr ? (concernant le comportement habituel des Trolls)


    • JC_Lavau JC_Lavau 10 mars 16:58

      @sls0 : "les formules fonctionnent". et pour cause : le formalisme est strictement ondulatoire... Après corrections par Pauli en 1927 et surtout Dirac en 1928, l’équation d’onde de matière de Schrödinger est correcte. Tandis que la narrative hégémonique de la secte Göttingen-København est délirante, et contradictoire.
      Aussi le rendement pédagogique de la secte hégémonique est consternant et inavouable.


  • Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 10 mars 13:51

    A propos de Jean Bricmont : rappel de ma mise au point récente

    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

    Covid-19 : débat (tendu) entre Étienne Chouard et Jean Bricmont

    Mao-Tsé-Toung 8 mars 19:02

    1/
    "tout écrivain & PROF qu’il est en MQ : ce n’est pas un cador de la spécialité, réservée justement -au plus haut niveau- aux conceptuels !

    "
    2/

    Sa thèse, cad l’interprétation qu’il préfère, est celle dite de dBB**, autrement appelée de l’onde-pilote : j’ai publié et commenté souvent sur cette approche ! Dans cette interprétation,

    particulièrement, la compréhension de ce que j’écris ci-dessus :
    le concept même de corpuscule est erroné en MQ

    3/
    le concept même de corpuscule est erroné en MQ !

    """"""""""""""""""""""""""""""""
    @beo111
    Correction & Compléments
    1/
    Le langage est toujours fait -plus ou moins— de sous-entendus !
    Ici le sous-entendu de mon dire dirait qu’il existe aujourd’hui des cadors dans la spécialité de Bricmont, à savoir la PQ théorique : or en fait il n’en n’est rien*
    2/
    Je me propose de publier tantôt un article où Bricmont

    aura la vedette en tant que principal soutien de Sa thèse, cad l’interprétation qu’il préfère, dite de dBB !
    En opposition frontale -sur le pb fondamental de la mesure en MQ— avec celle de Bohr, dite de Copenhague, dBB est davantage séduisante sur le plan conceptuel, tout en ayant un formalisme très proche qui vérifie aussi bien, toutes les expériences connues, de même que tout "l’existant quantique de la nature", cad le "réel", tel qu’il est est interprété en 2021
    3/
    le concept même de corpuscule sera déterminant dans cette comparaison qui restera quand même bancale, vu que personne ne voit pourquoi il est essentiel ici...

    *Voir mes articles avec JPPetit où ce dernier cite son maitre es-Mathématiques Appliquées :

    Jean-Marie Souriau : aucune avancée conceptuelle remarquable depuis 1950 environ !


  • Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 10 mars 15:08

    Correction & compléments

    """"""""""""""""""""""""""

    Je rapellerai ici :

    1/

    Bohr  : la particule émise par la source -ici un électron se TRANSFORME en onde OU "corpuscule" au passage des fentes

    dBB : la particule

    émise

    par la source -ici un électron

    se TRANSFORME en onde (ici dite onde-pilote) ET "corpuscule" (guidé par l’onde) au passage des fentes

    Cramer 2006 : la particule

    émise

    par la source -ici un électron

    est ABSORBÉE (sans jamais se transformer en "corpuscule")


    • JC_Lavau JC_Lavau 10 mars 16:23

      @Mao-Tsé-Toung. Ce fut le 23 août 2003 que j’ai signalé sur Usenet fr.sci.physique avoir appris être antériorisé de 12 ans sur plusieurs points par John Cramer : 1986 contre 1998.
      Je ne trouve plus le lien sur ce message initial, mais voici un où il y a des rappels :
      https://groups.google.com/g/fr.sci.physique/c/Yfb2NIczvEk/m/VQAsu0TS1FIJ

      et 
      https://groups.google.com/g/fr.sci.physique/c/c_jueKWyhfg/m/BEgzMVziIHgJ

      Et :

      https://groups.google.com/g/fr.sci.physique/c/Tft0Ws1yQ9Y/m/rGNFKT8FJW4J



    • Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 10 mars 17:45

      @JC_Lavau

      Complétez SVP ce tableau :

      """""""""""""""""""""""""""

      1/

      Bohr  : la particule émise par la source -ici un électron— se TRANSFORME en onde OU "corpuscule" au passage des fentes

      2/

      dBB : la particule émise par la source -ici un électron—

      se TRANSFORME en onde (ici dite onde-pilote) ET "corpuscule" (guidé par l’onde) au passage des fentes

      3/

      JC_Lavau

       : la particule émise par la source -ici un électron—


    • JC_Lavau JC_Lavau 10 mars 19:00

      @Mao-Tsé-Toung. Je comprends ou crois comprendre que dans la question le projectile-onde est un électron, lancé depuis une cathode chauffée, par un jeu d’anodes percées, jeu dit "canon à électrons".
      Les "fentes" sont les deux côtés d’un ensemble de trois fils chargés, d’abord - pour diviser-diverger le faisceau en deux nappes, puis + et enfin - pour refocaliser. Dans l’expérience plus complète type Aharonov Bohm, un whisker magnétique ou un fin solénoïde est interposé après le fil diviseur, pour décaler les franges d’interférences, selon la loi de Laplace. Figure : http://jacques.lavau.deonto-ethique.eu/Syntaxe0_fichiers/image020.gif
      dans l’article http://jacques.lavau.deonto-ethique.eu/Syntaxe0.htm

      Contrairement à ce qui est écrit dans "Pour la science", le faisceau n’a évidement pas "une" phase, mais chaque électron du faisceau en a une. Et elles interfèrent durant la convergence de l’onde depuis le diviseur vers l’absorbeur. Les calculs que nous avions faits en optique géométrique de Fresnel en Terminale scientifique sur la différence de phase sont toujours valides, pour calculer l’impédance, ou son inverse l’admittance entre chaque émetteur potentiel (dans le canon à électrons) et chaque absorbeur potentiel sur l’écran, ou la cible sensible. Là où l’admittance est pleine, la transaction [émetteur-espace-absorbeur] se produira souvent, là où elle est nulle, aucune transaction potentielle n’aboutira. Ainsi en foule, ou en longue répétition sur des mois, la répétition des transactions individuelles produit bien les franges d’interférences que nous avions constatées en classe d’optique si le professeur était bon expérimentateur. Alors que chaque électron n’interfère qu’avec lui-même, et passe des deux côtés du diviseur-non-absorbant ; jamais il ne s’est transmuté en corpuscule.

      "Electron" ou "onde électronique", c’est chou vert et vert chou.
      "Photon" ou "onde électromagnétique individuelle" c’est bonnet blanc et blanc bonnet.
      Aucune transaction n’habite dans notre macro-espace-temps du laboratoire, comme expliqué dans l’article cité plus haut. Notre macro-espace-temps, et sa flèche du macro-temps thermodynamique n’ont aucune compétence en microphysique.
      En microphysique transactionnelle, les électrons en vol et les photons cessent d’être exemptés des lois de la physique, alors qu’ils en sont individuellement exemptés dans la mythologie enseignée par la secte Göttingen-København, toujours au pouvoir depuis 1927.
      En microphysique transactionnelle, les absorbeurs existent, et sont causaux. Leurs propriétés existent, et ne peuvent être remplacées par des slogans hâtifs.
      Il est impossible de prédire quelle transaction aboutira ni quand : les bruits de fonds brogliens qui baignent émetteurs et absorbeurs sont incontournables, non écrantables, et définitivement impossibles à monitorer (Théorème de la variété nécessaire de W. R. Ashby).


    • Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 10 mars 23:32

      "Je comprends ou crois comprendre que dans la question le projectile-onde est un électron, lancé depuis une cathode chauffée, par un jeu d’anodes percées, jeu dit "canon à électrons".

      "
      ’Les "fentes" sont les deux côtés d’un ensemble de trois fils chargés, d’abord - pour diviser-diverger le faisceau en deux nappes, puis + et enfin - pour refocaliser’

      "Dans l’expérience plus complète type Aharonov Bohm...

      "
      °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
      @JC_Lavau
      C’est quoi ces propos ?
      L’expérience dont on parle ici tout le monde la connait -et vous ne faites pas exception évidemment—, aussi soyons clairs & directs à la fois :
      1/
      Dites-nous que les dBBistes, cad ici Bricmont -Amblard n’étant qu’un prête nom sont aussi escrocs que les Bohristes, car pas plus que ces derniers, ils n’ont jamais réalisé en labo, "l’expérience

      de pensée" de Feynmann ici décrite (figure de Feynmann

      donnée avec cotes comprises) !
      2/
      A partir de là arrive JC_Lavau

      qui nous tient d’entrée le baratin ci-dessus -TOTALEMENT HORS SUJET-, pourtant lui-même grand pourfendeur d’escrocs du monde quantique du Système Universitaire au pouvoir !

      Pourquoi toute cette tchatche de votre part alors que les questions posées -et les réponses sont simples & archi-connues dans l’interprétation des Bohristes !
      Les dBBistes, a priori, nous donnent les leurs ici !

      La question que je pose ne peut-être plus simple :

      Qu’en est-il de l’interprétation de JC Lavau -point par point, par rapport à ces deux concurrents—, si possible en quelques mots ?
      (sous-entendu évidemment que l’expérience

      proposée ait un sens à vos yeux, dans le monde quantique, à qqs détails près, si vous voulez)

      CQFD


    • JC_Lavau JC_Lavau 11 mars 10:26

      @Mao-Tsé-Toung. Si tu "voulais dire" expérience photonique, pourquoi ne l’as-tu pas dit ? Tu sais ou tu ne sais pas de quoi tu prétends parler ?

      La photonique était traitée là :

      Une preuve définitive par l’astigmatisme ou la myopie

  • Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 10 mars 23:42

    Qu’en est-il de l’interprétation de JC Lavau -point par point, par rapport à Ses deux concurrents—, si possible en quelques mots ?

    (sous-entendu évidemment que l’expérience proposée ait un sens à vos yeux, dans le monde quantique, à qqs détails près, si vous voulez)


    • JC_Lavau JC_Lavau 11 mars 10:17

      @Mao-Tsé-Toung. Combien de fois faudra-t-il te répéter qu’ils sont tous corpusculistes, et newtoniens quant au macro-temps du dieu d’Isaac Newton ?
      Donc avec une narrative contradictoire au formalisme.
      Tu l’ouvres parfois, le catalogue de leurs 26 postulats subreptices et clandestins ?
      Vingt-six postulats clandestins et nocifs, et les remèdes.


    • Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 11 mars 13:39
      JC_Lavau 11 mars 10:17

      @Mao-Tsé-Toung. Combien de fois faudra-t-il te répéter qu’ils sont tous corpusculistes, et newtoniens quant au macro-temps du dieu d’Isaac Newton ?
      Donc avec une narrative contradictoire au formalisme.
      Tu l’ouvres parfois, le catalogue de leurs 26 postulats subreptices et clandestins ?
      Vingt-six postulats clandestins et nocifs, et les remèdes.

      """"""""""""""""""""""""""""""""""""
      @JC_Lavau
      Préambule :
      restons-en à l’objectif premier de cet article*, pour ne pas noyer le poisson en voulant -par l’expression d’une trop indigeste érudition traiter toutes les contradictions de nos sommités d’un coup !

      1/
      tous corpusculistes

      Évident ! Car c’est leur seule explication possible aux "impacts" des électrons sur les murs

      2/
      tous

      newtoniens quant au macro-temps d’Isaac Newton 

      Évident

      aussi !

      Car partant du fait que le formalisme de la MQ est correct -jusqu’à preuve du contraire & ondulatoire avec la fonction d’onde de Schrödinger, complétée par Dirac, l’espace-temps (R,t) apparaissant dans cette dernière, ne peut-être que celui de la Relativité Restreinte, sous-peine de nier cette dernière !

      3/
      Conclusion :

      Je vois là que nous sommes bien d’accord sur l’essentiel !

      *l’objectif premier de cet article

      était de montrer -pas à pas- en s’appuyant sur une vidéo de vulgarisation dBBiste, les interprétations -certes corpusculistes de nos sommités**, en insistant sur leurs énormes contradictions et sur l’ignorance crasse -qu’elles partagent sur la particule électron, dans ses pérégrinations -réelles ou supposées- dans l’expérience des fentes de Young, à supposer que l’on puisse garantir un "état quantique" en assurant notamment un vide suffisant !

      **ici Bohristes & dBBistes

      CQFD

      Merci beaucoup pour votre exceptionnelle contribution

      *


    • JC_Lavau JC_Lavau 11 mars 14:34

      @Mao-Tsé-Toung. Si on se donne la peine de lire Erwin Schrödinger dans le texte, et non la défiguration, et féroce dé-Schrödinger-isation qu’enseignent ses ennemis, puis les héritiers de ses ennemis, on constate que jamais il ne parle d’une "fonction d’onde dont le carré hermitien donne la probabilité-d’apparition-du-corpuscule" (et de la vierge à Fatima), mais bien de l’onde matérielle qu’est un électron, avec phase ; 1926.

      Non, jamais la Relativité n’est sortie de son domaine macrophysique, seul domaine où elle ait été pleinement validée. Son enseignement s’accompagne d’ordinaire de plein de déductions en slogans, qui n’ont pas été validées. La première liaison avec la microphysique apparaît avec la thèse de Louis de Broglie en 1924, puis avec l’équation d’onde électronique de Dirac en 1928.
      Restent valides : la constance de la célérité de la lumière dans le vide, loin des masses, la constance des masses au repos, les longueurs d’ondes de Broglie mc²/h et Dirac-Schrödinger 2mc²/h, le théorème d’harmonie des phases de Louis de Broglie.
      La déduction thermodynamique et standard vers "la flèche du temps" ne sera jamais validable en microphysique, et j’ai publié de nombreux contre-exemples expérimentaux. Dirac fut le premier à la remettre en cause en 1938, suivi par Wheeler et Feynman en 1941 : leur théorie commune de l’absorbeur des photons donnait la bonne masse pour l’électron léger.
      Laissant dans le mystère les masses du muon et du tauon.

      Le coup du "pas à pas, puis ceci, puis cela" implicite que l’on fait de l’artillerie de corpuscules. C’est invalide dès le départ.


    • Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 11 mars 14:44

      ...il ne parle d’une "fonction d’onde dont le carré hermitien donne la probabilité-d’apparition-du-corpuscule"

      """"""""""""""""""""""""""""""""""""
      @JC_Lavau
      ça c’est l’idée de Max Born !
      Ok ?


    • Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 11 mars 14:56

      Non, jamais la Relativité n’est sortie de son domaine macrophysique, seul domaine où elle ait été pleinement validée. 
      """""""""""""""""""""""""""""""
      @JC_Lavau
      la Relativité Générale vous voulez dire, avec des masses (absentes en Relativité Restreinte) dont la présence déforme l’espace-temps macro-physique !

      Ok ?


  • Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 11 mars 15:37

    @JC_Lavau

    J’ai déjà écrit UN TRUISME de la MQ bizarrement pas évident pour tout le monde :

    1/

    Dans l’espace Vectoriel de Hilbert : on calcule avec des valeurs, a priori, complexes !

    2/

    Dans notre espace Vectoriel d’Euclide dit "réel" : on mesure avec des valeurs

    obligatoirement réelles !

    3/

    Notre espace euclidéen fait partie d’un espace macro-physique

    dont l’espace micro-physique

    ne peut-être qu’un sous-ensemble "permanent" !

    Alors l’espace-temps apparaissant

    dans le formalisme (R,t), cad dans son équation fondamentale de la MQ, que devient-il quand on passe chez Euclide

     ?

    Sans masses -tout au plus "négligeables"— mais dans UNE macro-physique, incluant obligatoirement la micro-physique

    A méditer

    Merci


  • Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 11 mars 23:55

    Tableau

    des interprétations les plus courantes de la MQ résumées par WIKIPEDIA ici :

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Interpr%C3%A9tation_de_la_m%C3%A9canique_quantique


  • Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 12 mars 02:00

    Faisons un point rapide avant de nous coucher :

    1/

    Amblard nous dit que les seules mesures effectuées par les dBBistes ici étaient la position des "impacts" sur les murs !

    De ces "impacts"

    donc découle leur interprétation !

    2/

    Les Bohristes eux en appellent aux densités de présence calculées par la théorie de Max Born dont nous avons déjà vu les formules à diverses reprises

    3/

    JC Lavau -ici présent que j’ai sollicité, n’a pas voulu concourir, au prétexte que ses adversaires considéraient l’électron comme une petite bille, cad comme un corpuscule, au lieu d’une onde de matière ! Pour lui ils ont tout faux dès la sortie de l’électron

    du canon à électrons (et même avant) ! Je reviendrais sur cette position de JC Lavau

    plus tard !

    A bientôt si Dieu le veut !

    Bonne nuit les petits !

    CQFD


    • Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 12 mars 10:41

      Vu la rareté des publications sur l’expérience présentée ici, je vous donne ce que j’ai trouvé de mieux, cad de plus récent ! Si vous avez mieux, je suis preneur !
      """"""""""""""""""""""""""""""""""
      @Mao-Tsé-Toung
      https://scienceetonnante.com/2018/04/13/lexperience-des-fentes-dyoung-en-mecanique-quantique/
      https://iopscience.iop.org/article/10.1088/1367-2630/15/3/033018/meta


    • Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 12 mars 12:24

      Essayons de disséquer l’expérience
      """"""""""""""""""""""""""""""
      @Mao-Tsé-Toung
      A
      Le canon à électrons

      1/
      JC Lavau

      nous dit notamment :
      -’Je comprends ou crois comprendre que dans la question le projectile-onde est un électron, lancé depuis une cathode chauffée, par un jeu d’anodes percées, jeu dit "canon à électrons".’

      -"En microphysique transactionnelle, les électrons en vol et les photons cessent d’être exemptés des lois de la physique, alors qu’ils en sont individuellement exemptés dans la mythologie enseignée par la secte Göttingen-København, toujours au pouvoir depuis 1927."

      2/
      Pour les Bohristes -à la sortie du canon l’électron est une onde de matière présentant la potentialité de se transmuter en "corpuscule"  ; mais selon le principe de complémentarité de Bohr l’électron

      ne pourra s’envisager à la fois, comme onde & "corpuscule"

      3/
      Pour les dBBistes -à la sortie du canon l’électron

      est une onde de matière guidant un "corpuscule"

      B
      Analyse d’un premier "impact" de l’électron

      sur le mur comportant les 2 fentes
      1/
      Je laisse ici JC Lavau

      nous donner sa version
      2/
      Pour les Bohristes

      l’"impact" de type "corpusculaire"

      s’apparente à une mesure et entraine automatiquement le collapse de la fonction d’onde.
      3/
      Pour les dBBistes

      l’"impact" de type "corpusculaire" est une mesure et entraine le collapse de la fonction d’onde, l’électron

      étant empêché de poursuivre sa course.

      nota bene) ici, pour les trois interprétations, l’électron

      est censé avoir voyagé en ligne droite.

      CQFD


    • Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 12 mars 13:46

      Suite
      """"""""""""""""""""""""""""""
      @Mao-Tsé-Toung
      C
      Passage des fentes : une seule fente est ouverte

      1/
      Je laisse ici JC Lavau nous donner sa version

      s’il le veut bien

      2/ 
      Pour les Bohristes l’électron poursuit sa course en ligne droite et "impacte" le second mur

      3/
      Pour les dBBistes

      l’électron poursuit

      sa course en ligne droite et "impacte" le second mur

      D
      Passage des fentes : les deux fentes sont ouvertes & un détecteur est placé près d’une des fentes pour savoir par quelle fente passe l’électron

      1/
      Je laisse ici JC Lavau nous donner sa version

      s’il le veut bien

      2/
      Pour les Bohristes l’électron

      poursuit

      sa course en ligne droite avant d’ "impacter" le second mur

       : le détecteur a empêché le phénomène d’interférences d’avoir lieu en obligeant l’électron de se comporter comme un "corpuscule".

      3/
      Pour les dBBistes

      l’électron poursuit

      sa course en ligne droite,

      comme un "corpuscule",

      guidé par son onde-pilote avant d’ "impacter" le second mur

       : le détecteur a empêché

      l’onde-pilote

      de produire le phénomène d’interférences.

      CQFD


  • Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 13 mars 17:31

    Choix retardé de Archibald

    Wheeler*

     : quand la mécanique quantique semble « agir » sur le passé

    Ici Wheeler

    -impressionné par l’étude qui précède-, notamment quand la présence du détecteur fait disparaitre les interférences, nous propose une expérience de pensée qui consiste à remplacer ce dernier par deux télescopes (afin de savoir par quelle fente est passé l’électron)

    pointés sur les deux fentes, qui ne seront activés qu’une fois que les électrons auront dépassé "franchement" le mur des fentes.

    J’espère qu’un (ou plusieurs) courageux vont prendre le relai pour nous interpréter dans le détail comment JC Lavau, les Bohristes & les dBBistes sont censés répondre à ce défi !

    Aspect propose une expérience très connue avec des photons qui confirmerait Archibald Wheeler

    *Voir mes articles et commentaires précédents & toute publication, y compris évidemment WIKIPEDIA


    • JC_Lavau JC_Lavau 16 mars 14:36

      @Mao-Tsé-Toung. Aucun corpusculiste ne expliquer, et encore moins prédire les sections de capture d’un photon I.R. par la molécule qui résonne précisément sur cette fréquence ; le phénomène est strictement ondulatoire, tandis que la croyance en l’extrapolation du macro-temps vers la microphysique est incompatible avec la convergence du photon vers ce minuscule absorbeur, un bon millier de fois plus petit.
      Même défi concernant toutes les sections de capture intervenant en spectrométrie, en colorimétrie, en technologie des colorants et teintures, ou encore la persistance des bons effets anti-reflets, ou les variations des couleurs interférentielles quand l’incidence s’écarte notablement de la normale.


    • Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 16 mars 18:21

      @JC_Lavau
      Merci beaucoup pour votre contribution que j’apprécie.
      Nonobstant bien que comprenant l’importance de la "photonique", je veux être péremptoire en disant qu’il faut éviter, à tout pris -dans la mesure du possible de traiter plusieurs sujets à la fois !
      Dans cette expérience par exemple, je n’accepte pas que les Aspect & Co viennent nous dire qu’il est équivalent d’opérer avec des photons (et avec les lois de la polarisation de la lumière) notamment pour le choix retardé de Wheeler auquel je tiens tant, sans avoir aucun

      a priori, quant à la conclusion ! Évidemment que sans parler des Trolls -et autres malades mentaux ici présents je ne tiens aucun compte de ceux qui disent savoir, sans argumenter, cad des ânonneurs impénitents... quel que soit le niveau réel ou supposé auquel les Universités de France et de Navarre les placent ; et ceci, bien sur, prix NOBEL compris !

      En revenant à nos moutons, cad au choix retardé de Wheeler, je propose de comparer les seules interprétations qui vaillent ici, cad celles des "impacts" & de leurs corollaires évidents, cad le respect des lois de la physique, à savoir les "interdites" trajectoires, revues & corrigées si nécessaire évidemment.

      Et puis au dernier moment -l’électron* ayant "franchement" dépassé les fentes- on choisit soit un écran, ou à la place 2 télescopes ! J’accepte par avance les modalités techniques qui seraient justifiées...

      *l’électron

       : être mystérieux dont on est loin encore de connaitre toutes les facettes


    • JC_Lavau JC_Lavau 16 mars 21:25

      @Mao-Tsé-Toung. La définition transactionnelle d’un photon est plus simple, car il ne préexiste pas, ni ne post-existe à son transfert. Alors qu’un électron conserve charge et spin avant, pendant et après son vol.
      Quand on professe "Et puis au dernier moment -l’électron* ayant "franchement" dépassé les fentes- ", on a renoncé au raisonnement physicien, et on se réfugie dans l’émotion : Ce train d’onde est tellement bref à nos yeux, qu’il est instantané !
      La cascade énergétique que déclenche la capture à l’arrivée est tellement soudaine, qu’elle est instantanée !
      Mais la réalité ne suit pas ces émotions infantiles.
      Si vous changez d’absorbeur, vous changez l’expérience. Que l’on se raconte "Oui mais je la change après" n’a aucune pertinence.


    • Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 16 mars 23:20

      1/
      "Et puis au dernier moment -l’électron* ayant "franchement" dépassé les fentes- ",
      2/
      on a renoncé au raisonnement physicien, et on se réfugie dans l’émotion : Ce train d’onde est tellement bref à nos yeux, qu’il est instantané !
      La cascade énergétique que déclenche la capture à l’arrivée est tellement soudaine, qu’elle est instantanée !
      3/
      Mais la réalité ne suit pas ces émotions infantiles.

      """"""""""""""""""""""""""""""""""
      @JC_Lavau
      Le vrai piège qu’indique ici votre propos est sémantique et nullement conceptuel !
      Or jouer sur les mots : je laisse ça aux trolls & autres malades mentaux  !

      1/
      "l’électron", je ne prétends pas le connaitre parfaitement dans sa complexité ; pas moins, pas plus que quiconque : mais ici ce n’est nullement le pb et je m’en tiens à l’essentiel, cad aux "impacts" entrainant ici des franges d’interférence sur le second mur, si on ne change RIEN dans ce "choix retardé" dit de Wheeler, tant que le second mur n’est pas retiré...
      2/
      Là nous sortons de la physique pour entrer dans l’idéologie : en religion on parlerait de dogme : c’est clair vous professez votre dogme...
      Je n’ai pas d’idéologie, pas de dogme :
      l’expérience décrite ici m’oblige alors seulement à constater des "impacts" indiscutables, qui induisent des "trajectoires" (je mets des guillemets car leur constat est induit), certes "interdites" par certains, mais ayant obligatoirement lieu (avec des "inconnues" -précision que je ne pourrais peut-être lever que si l’on me propose un labo) : en multipliant le expériences et en écartant, plus ou moins les murs, on aurait suffisamment de points d’impact pour les construire statistiquement : statistique évidemment différente -et résultat a priori différent- de celle de Max Born !
      3/
      Ne soyez pas présomptueux, la réalité

      dont vous parlez -mine de rien dépasse de loin la PQ qui n’est qu’une modélisation mathématique du "réel", toujours très mystérieux, si on est conscient, de la probabilité de ses multiples facettes encore inconnues !


    • JC_Lavau JC_Lavau 16 mars 23:30

      @Mao-Tsé-Toung. Aucune capture n’est "instantanée", même si l’on se raconte "click !" à son sujet.
      Aucun train d’onde n’est instantané. Aucun "franchissement" DES fentes n’est "instantané".

      Rappel de l’équation d’onde électronique de Dirac : deux des quatre composantes de l’électron sont rétrochrones — même si nos plus sommitales sommités sont devant ce fait comme une poule qui aurait trouvé un couteau. Alors la narrative avec une "flèche du temps" extrapolée de la macrophysique et surtout de l’artillerie, elle peut retourner au vestiaire, se rhabiller.


    • Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 16 mars 23:59

      Aucun train d’onde n’est instantané. Aucun "franchissement" DES fentes n’est "instantané".

      """""""""""""""""""""""""
      @JC_Lavau
      Pb de sémantique qui persiste : nous ne parlons pas -en fait- la même langue qui plus est, toute langue

      est surtout faite de sous-entendus.

      Ce n’est pas mon expérience de pensée, c’est celle de Wheeler : donc l’"instantanéité"

      dont vous parlez n’est pas de mon fait ; je ne vois même pas où vous l’avez trouvé dans mon propos, ou même chez Wheeler


    • JC_Lavau JC_Lavau 17 mars 10:09

      @Mao-Tsé-Toung : "constater des "impacts" indiscutables, qui induisent des "trajectoires" ".
      Et pourtant, les fibres optiques et les lentilles gravitationnelles et même au quotidien de l’observateur, la turbulence atmosphérique, démontrent que des "trajectoires" peuvent être incurvées. Les expériences d’interférences démontrent qu’un photon ou un électron, voire un atome d’hélium, voire un fullérène passent pas plusieurs trajectoires simultanément entre l’émetteur et l’absorbeur. 


  • Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 17 mars 11:07

    Je n’ai pas d’idéologie, pas de dogme :
    l’expérience décrite ici m’oblige alors seulement à constater des "impacts" indiscutables, qui induisent des Je n’ai pas d’idéologie, pas de dogme :
    l’expérience décrite ici m’oblige alors seulement à constater des "impacts" indiscutables, qui induisent des "trajectoires" (je mets des guillemets car leur constat est induit), certes "interdites" par certains, mais ayant obligatoirement lieu (avec des "inconnues" -précision— que je ne pourrais peut-être lever que si l’on me propose un labo) : en multipliant le expériences et en écartant, plus ou moins les murs, on aurait suffisamment de points d’impact pour les construire statistiquement : statistique évidemment différente -et résultat a priori différent- de celle de Max Born !

    , certes "interdites" par certains, mais ayant obligatoirement lieu (avec des "inconnues" -précision— que je ne pourrais peut-être lever que si l’on me propose un labo) : en multipliant le expériences et en écartant, plus ou moins les murs, on aurait suffisamment de points d’impact pour les construire statistiquement : statistique évidemment différente -et résultat a priori différent- de celle de Max Born !

    """""""""""""""""""""""""""""""""

    "trajectoires" (je mets des guillemets car leur supposée existence est à la fois induite par les impacts & "statistique"* si je puis dire

    )

    1/

    Effectivement l’espace-temps peut être précisé ici, bien que cela ne soit pas du tout le but recherché : je suggère que la RRestreinte est la meilleure approche ici, bien que probablement incomplète !

    2/

    Bien distinguer :

    l’espace-temps

    théorique (R,t) de l’espace de Hilbert, apparaissant dans l’équation

    de Schrödinger relié à l’espace-temps

    pseudo euclidéen de l’expérience

    *Quant à la réalité physique de ces "trajectoires" "multiples"

    que vous suggérez : elles sont -au mieux une approche du réel et ne peuvent être autre chose.

    Vous me faites trop tchatcher....

    -------------------------------

    Je ne prétends nullement que mon approche

    serait davantage sensée que la votre, mais surement plus "opportune" si nous voulons traiter le sujet proposé ici, cad le choix retardé de Wheeler avec des électrons  :

    des "électrons" solitaires partis -après les fentes pour dessiner des franges d’interférence sur un mur :

    on supprime le mur & on le remplace par 2 télescopes : c’est le présupposé de Wheeler

    QUE SE PASSE-T-IL ALORS ???

    That’s the question ; c’est en vérité la seule question

    que je pose ici, sans vouloir du tout entrer dans des considérations, plus ou moins savantes !


    • JC_Lavau JC_Lavau 17 mars 12:35

      @Mao-Tsé-Toung. Ce qu’avait prouvé Pierre de Fermat dès le 18e siècle, est qu’un trajet lumineux réel a une épaisseur réelle non nulle, correspondant à une stabilité de la phase avec ses proches voisins. Proches de combien ? La réponse n’a pu advenir qu’au 19e siècle avec Thomas Young et Augustin Fresnel, quand ils ont mesuré les longueurs d’ondes. D’où la géométrie des fuseaux de Fermat, approximée à :
      http://jacques.lavau.deonto-ethique.eu/GEOMETRIE_infond.htm

      19e siècle encore (1837 ?), William Rowan Hamilton a prouvé une identité formelle entre l’optique et la mécanique : un trajet mécanique réel est partout orthogonal avec les surfaces iso-action. Ce ne fut qu’en 1924 que Louis de Broglie expliqua pourquoi : les surfaces iso-action sont aussi isophases pour toute onde broglienne. Celle d’un électron par exemple. Aussi, la polarisation en moins et le spin et la charge électrique en plus, l’optique électronique relève de l’optique de Fresnel. Nous pratiquons ainsi la radiocristallographie et la microscopie électronique sur une base quotidienne.


    • JC_Lavau JC_Lavau 17 mars 12:35

      @JC_Lavau. Oups ! Pierre de Fermat : 17e siècle.


    • Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 17 mars 19:44

      @JC_Lavau
      Que cela soit clair : je trouve très intéressants vos propos !

      Nonobstant je redis ce que j’ai déjà dit maintes fois :
      ici l’objectif de cet article était -et le reste- de débattre autour de la vidéo Amblard/Bricmont en le prolongeant avec l’expérience dite du choix retardé de Wheeler avec des électrons à laquelle je tiens tant.

      Récemment Claude ASLANGUL Pr d’Université émérite -interviewé, entre autres, sur cette question a botté en touche... avec précipitation. RIEN !
      Je crois que vous nous avez dit que ce gus vous avait "snobé", je ne sais plus dans quelle circonstance...
      Je crois que de ce type de "sachant", à part ânonner, on ne peut rien en attendre au niveau recherche...


    • JC_Lavau JC_Lavau 17 mars 20:02

      @Mao-Tsé-Toung. Cette vidéo prend 35’ 31". Si son contenu était écrit, cinq minutes suffiraient pour en connaître le contenu. Or la vie est brève.
      Claude Aslangul ? Oui, il espérait écrabouiller de son mépris quelque inférieur, et il a tenté de synthétiser un inférieur sur mesure.


  • yoananda2 17 mars 12:55

    Je m’intéresse à la MQ depuis longtemps. Une chose est sûre, ce n’est pas ici que je viendrais en discuter avec les cons escrocs et trolls qui pullulent et dont je fais parti.


Réagir