vendredi 22 mars - par Simple citoyenne

Macron le petit chef désarmé

Suite à l'information du mercredi 20 mars 2019, celle de faire intervenir des militaires de l'opération Sentinelle non pas contre des terroristes mais à l'encontre de ses propres citoyens, renfort pour le samedi 23 mars 2019, une tournure autoritaire que beaucoup de nos concitoyens avaient tout de même "un peu prédit l'avenir", car cet autoritarisme en France d'un président qui se prend pour un roi et qui s'accroche, mis à part justement Louis XVI, roi de France, reste inédit, quelqu'un d'autre peut-être ? sinon je ne vois pas.

Un tournant inédit en France donc, celui de mettre des militaires en renfort de la police, en tout cas, pour le samedi 23 mars 2019, et depuis le début de cette information que nous avons appris le 20 mars 2019, je me pose la question suivante, comme se l'est posé très justement Jean-Luc Mélenchon lors d'un échange dit "musclé " avec Bayrou, je cite Jean-Luc Mélenchon "Et qu'est-ce qui se passe après ? ils tirent ?! [...|si vous mettez un militaire devant un bâtiment, et que vous lui dites, qu'il faut protéger le bâtiment et que quelqu'un vient quand même, qu'est-ce qu'il fait ? ! " Fin de citation

J'ai pensé à tous ces blessés et mutilés à vie et à l'avenir définitivement compromis, par une police qui a obéi à une "autorité" Castaner, alors que, je me rappelle, nos concitoyens dès le départ du mouvement le samedi 17 novembre 2018, avaient été solidaires, des policiers que les conducteurs bloqués par des barrages, forçaient, quitte à écraser des officiers de police, mais que les gilets jaunes rattrapaient.

Chaîne

Certes, si les policiers avaient encore le choix de désobéir à ladite "autorité" appelée Castaner, (Source Blog Médiapart : Castaner et Belloubet : peuvent-ils risquer la Cour pénale internationale ?) il n'en va pas de même pour notre armée mais tout de même, il s'agit de Français contre l'armée Française... notre armée doit-elle se soumettre et obéir au petit chef Macron désarmé, en manque d'autorité ?

Oui ! Comme le dit Mélenchon : "Et qu'est-ce qui se passe après ? ils tirent ?! [...|si vous mettez un militaire devant un bâtiment, et que vous lui dites, qu'il faut protéger le bâtiment et que quelqu'un vient quand même, qu'est-ce qu'il fait ? !

Soumission à l'autorité : Chaîne you tube Antoine Cordelois

Chaîne leonstyle14



37 réactions


    • sls0 sls0 22 mars 17:16

      @Simple citoyenne
      Sans oublier qu’entre la sortie de ce film et maintenant la novlangue est apparu.
      On nous a supprimé des mots. Les mots servent pour conceptualiser une idée, une pensé. Sans les mots décrivant un problème le problème disparait.
      En renomant un objet, l’objet par lui même ne change pas mais l’idée qu’on s’en fait si. 
      Le dernier exemple, les GL passe du statut de manifestant à celui d’émeutier
      Une vidéo de Lepage qui explique très bien.
      https://youtu.be/TZCPOvE5oPI


    • TotoRhino TotoRhino 23 mars 09:51

      @sls0
      Tout à fait d’accord !
      Il y a actuellement un révisionnisme de la langue française réalisé par le pouvoir médiatico-politique. C’est une façon de contrôler l’opposition de la pensée qui n’aura plus de mot pour s’exprimer et de diaboliser ceux qui oseraient se référer à la définition dictionnairique de ceux-ci pour dénoncer les agissements du pouvoir.


    • louis 23 mars 16:01

      @TotoRhino
      La langue Française est d’un apprentissage peu facile peu de gens la connaissent en entier mais malgré cela elle nous permet de pouvoir exprimer avec ses mots , phrases tout ce qu’on veut dire précisément ou alors noyer le poisson en ayant deux voir trois lectures .


  • numocobo 22 mars 12:38

    Bonjuor,

    Je vous conseille de vous mettre au garde a vous, anglais francais américain indien russe je m’en fout, de faire des V de la victoire et des index pointés vers le soleil. Faite vous plaisir avec les slogant du roman national, 

    Mais évitez la queunelle, le poing levé, le doigh d’honneur américain (fuck) et anglais(yo), les bras d’honneur, Les tapotement sur le cul, EXCETERA !

    Evitez le ’cache oeuil’, ou glissez le sur le chemin du garde a vous subtilement.

    Soyez pertinenent sur les signes pacifistes, bras levé, paumes tendues, ne vous "rendez pas" a moins qu’on ne vous l’ordone, que vous n’ayez besoin de vous placer sous la protection de celui a qui vous faite face, a ce moment la.

    Les rapels a l’honneur se fond bras croisée sur le torse, main sur les épaule, ou ’au repos’ militaire, pas paumes levé. Vous assoir, c’est de l’indiférence. Vous agenouiller, c’est vous soumettre.

    Mettre vos main deriére la téte, c’est pour les fouilles, vous n’avez pas besoin de tenir la pose, c’est a cause d’un abus policer de début de mouvement que cette posture de "prisonier de guerre", a été popularisé comme "flash-mob militant".

    Soyez parcimonieux et civiques, avec les codes d’alertes conventionnels.

    Bras en l’air main tendues (en Y, fixe) C’est un code d’alerte pour la sécurité.

    Les mains peuvent indiquer un code de 1 a 25, respectez la convention FR.

    Ne le faite pas a la légère, vous demandez explicitement police/pompier.

    Si vous avez filmé le diable quel que soit son déguisement, Sachez que le brut, le format de la carte SD avant extraction, et pleins de méta-donné. Il a mille fois plus de valeur pour l’enquéte que le converti en ligne.

    Ce sera tout.


  • sls0 sls0 22 mars 15:46

    Deux remarques :

    Les militaires sont appelés pour surveiller les bâtiments importants ce qui rentre dans leur mission.

    Il se sont pas là pour les gilets jaunes, le remplacement de flics par des militaires pour une mission de prévention du terrorisme dégage des effectifs.

    Deshabiller Paul pour habiller Jacques peut affaiblir le dispositif anti-terroriste. Les dispositions changent mais pas les terroristes.

    C’est cool en ce moment pour les terroristes, les flics font une fixette sur les retraités, les mères de familles qui eux ont plus de chances de faire trembler le pouvoir que les terroristes qui eux renforcent le pouvoir.

    Deuxième remarque : Si la police et la gendarmerie ont comme attribution la défense des institutions, les militaires c’est la défense du peuple.

    Cette remarque je l’avais faite au colonel de mon régiment dans les années 70 en Moselle où ça chauffait pas mal.

    On était consigné pour éventuelle être déployé.

    Après les explications du colonel il a demandé si l’on avait des questions. C’est la que j’ai demandé sur qui on devait frapper, les flics ou les manifestants ?

    Bien difficile à répondre pour le colonel qui connaissait le rôle constitutionnel de l’armée.

    Aucun bidasse n’est sorti des casernes.

    Les militaires haut placés ont un certain sens de l’honneur. En ce moment les GL nous redonnent la fierté d’être français au contraire du gouvernement.

    Après l’épisode du général de Villiers, pas sûr que Macron soit dans les bonnes grâces coté état major militaire.

    Il joue avec le feu depuis un bout de temps le Macron, il vaut mieux pas qu’il joue avec du constitutionnel armée.


    • Simple citoyenne Simple citoyenne 22 mars 16:48

      @sls0 Merci pour votre commentaire.

      Je me permets de vous citer "C’est cool en ce moment pour les terroristes, les flics font une fixette sur les retraités, les mères de familles qui eux ont plus de chances de faire trembler le pouvoir que les terroristes qui eux renforcent le pouvoir.

      "
       
      Effectivement.


  • Ne comparez pas s’il vous plaît Macron à Louis XVI, qui était un homme intègre et sincèrement bon, trop bon même, pas bon politiquement mais humainement. Il aimait son peuple qu’il connaissait mal. Macron n’aime que les gens de sa race, pas "ceux qui ne sont rien". Il n’aime pas les Français blancs non plus mais les cosmopolites et les immigrés. Macron est un jusqu’au-boutiste, il ne sait pas négocier. 


    • Simple citoyenne Simple citoyenne 22 mars 17:45

      @Jean Robin contre Fantômette : Je reconnais que la "comparaison" a été " facile" sur le moment, mais, voyez force est de constater, que beaucoup se moquent de Macron en le surnommant, je cite plusieurs sites lisez  :

      Affaire Benalla : Emmanuel Macron, Président-monarque ou chef de ...

      Emmanuel Macron ou le retour du monarque républicain

      Le monarque Macron agit comme Louis XVI | Le Club de Mediapart


    • @Simple citoyenne
      Personnellement, je ne lis pas Médiapart... les gens de gauche attaquent systématiquement le régime (stable) alors que c’est l’homme, Macron, qui est en cause. La monarchie républicaine me convient très bien mais Macron se comporte comme un chef de parti, pas comme un Président.


    • Simple citoyenne Simple citoyenne 22 mars 20:35

      @Jean Robin contre Fantômette : Ok, mais ceci n’était que trois sites, entre autres Mediapart parmi d’autres, attrapés au hasard sur Google, sans plus, il s’agissait simplement de démontrer quels que soient les sites d’actus que Macron donnait la même impression, celle de se comporter et d’agir, comme s’il était " Le Roi". Tout simplement.


  • Simple citoyenne Simple citoyenne 22 mars 18:14

    Le petit roitelet, défend son système et nous humilie encore plus devant au conseil européen ! Gilets Jaunes : Le Président Emmanuel Macron défend le recours au dispositif Sentinelle demain - VIDEO


    • sls0 sls0 22 mars 20:54

      @Simple citoyenne
      C’est du France info donc gentil vis à vis du gouvernement, il y a peut être un malaise plus important.
      Pour l’état major l’opération sentinelle c’est un million par jour pour du non militaire, c’est une déqualification du personnelle et 7 suicides depuis le début.

      Pour celui qui s’était engagé pour le coté aventureux c’est le pied, c’est 100km à pied pour ses 4 jours de vacation avec 20 sur le dos. Il y a quand même un coté avantureux, ce sont eux les principales cibles des détraqués.


    • Zatara Zatara 22 mars 21:15

      Non content du contre emploi inhérent à la fonction de soldat, la hierarchie ne semble pas rendent pas compte du danger qu’il y a à les exposer dans un cadre (la rue) qui se prête aisément à des manipulations diverses dans le cadre des manifestations des GJ...

      D’autre part, je profite de ce post pour rappeler autre chose :
      https://www.youtube.com/watch?v=yKjsOzPaHKg&feature=youtu.be&t=5631


    • sls0 sls0 22 mars 21:22

      @Zatara
      Je n’entends rien d’hallucinant.
      A haut niveau les militaires n’apprécie pas Macron.
      Leur coté réserve et le fait que Macron est officiellement le chef des armées lui empêche de critiquer cette manip.
      Dans l’article de France info il est écrit qu’en ce moment il y a du monde dont des avocats qui regardent la légalité de cette histoire et de ce qui peut en sortir.
      J’ai plutôt l’impression qu’ils prennent toutes les précautions pour se permettre de renvoyer le chef des armées dans ses 18m.
      Macron a pissé sur l’armée avec l’histoire du général de Viliers. La couture du pantalon étant mouillée, pas sûr qu’ils aient envie d’y appliquer le petit doigt.
      Ennemi de l’extérieur c’est le petit doigt. Ennemi de l’intérieur ça touche le constitutionnel dont ils sont le garant.


    • Zatara Zatara 22 mars 21:28

      @sls0
      Rien compris... c’est une bouillie sans queue ni tête, merci de de prendre le temps d’être précis et intelligible.


    • Simple citoyenne Simple citoyenne 22 mars 21:33

      @Zatara Merci pour vos liens.


    • Simple citoyenne Simple citoyenne 22 mars 21:42

      @sls0 A 5 mn.22 secondes. je cite :" Et s’il le faut ils pourront tirer,"

      Je crois que, effet, là c’est hallucinant !


    • Zatara Zatara 22 mars 22:04

      @sls0
      A haut niveau les militaires n’apprécie pas Macron.
      Peut être que c’est vrai en parti... Mais quel rapport ici ?
      Leur coté réserve...
      comme un camel-back ?
      ....et le fait que Macron est officiellement le chef des armées lui empêche de critiquer cette manip.
      Incompréhensible.. qui est ce "lui" ?... de quel "manip" s’agit il ?... En quoi "critiquer" a une quelconque importance dans ce déploiement ?
      Dans l’article de France info il est écrit qu’en ce moment il y a du monde dont des avocats qui regardent la légalité de cette histoire et de ce qui peut en sortir.
      un lapin d’un chapeau ? Est ce qu’on ne regarde pas la légalité avant de procéder à un déploiement de ce genre ? Et quand bien même ce serait légale, en quoi un soldat est-il adapté, formé et équipé pour du maintien de l’ordre ? S’il ne l’est pas, êtes vous à ce point aveugle ou hypocrite, pour ne pas voir le danger inhérent de cette situation ?
      J’ai plutôt l’impression qu’ils prennent toutes les précautions pour se permettre de renvoyer le chef des armées dans ses 18m.
      Sauf s’il y a corner.. et dans cas, le drop est possible s’il vise bien le panier... Qui prends des précautions ? Pourquoi ? Quel rapport entre des militaires qui prendraient des précautions et leurs ordres de déploiement ? Est ce que vous avez pris de la drogue aujourd’hui ?
      Macron a pissé sur l’armée avec l’histoire du général de Viliers.
      Oui, mais il a aussi adressé ses seuls vœux officiels à l’armée... De toute façon, l’armée peut bien se désoler d’un président en particulier, elle fait ce qu’on lui dit de faire. C’est un devoir au delà d’une quelconque appréhension d’ordre politique.
      La couture du pantalon étant mouillée, pas sûr qu’ils aient envie d’y appliquer le petit doigt.
      Ennemi de l’extérieur c’est le petit doigt. Ennemi de l’intérieur ça touche le constitutionnel dont ils sont le garant.

      P.tain, mais vous êtes bourré ?


    • Zatara Zatara 22 mars 22:15

      @Simple citoyenne
      Je crois que, effet, là c’est hallucinant !

      Ce gradé vient juste de dire que des soldats pourront tués des français s’ils se sentent en danger.

      Ce qu’il faut bien comprendre ici, c’est que le fait qu’il s’agirait ou non de casseurs n’a strictement aucune importance au regard de ce que ça implique :

      ils viennent de donner un permis de tirer, de tuer à des soldats de l’armée fr contre des français et sur le territoire nationnal.


    • Simple citoyenne Simple citoyenne 22 mars 22:20

      @Zatara : Exactement !


    • Zatara Zatara 22 mars 22:48

      Permettre une confrontation entre armée et GJ augmente sensiblement les risques d’une bavure, sans parler des manipulations possibles... Je vais me répéter mais c’est logiquement extrêmement dangereux à plusieurs niveaux.


    • Zatara Zatara 22 mars 23:02

      Ce sens de l’organisation et de la hiérarchie... Heureusement qu’on a des professionnels de la politique en France...

      "En revanche, le chef d’état-major des armées François Lecointre n’avait été prévenu de rien. C’est l’un de ses collaborateurs qui lui a rapporté la déclaration de Benjamin Griveaux alors que lui-même l’avait découverte dans les médias."

      https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/force-sentinelle-mobilisee-le-chef-d-etat-major-des-armees-n-avait-pas-ete-prevenu-7797264882


    • sls0 sls0 22 mars 23:36

      @Simple citoyenne
      Les militaires ont toujours eu le droit de tirer en état de légitime défense.
      A Strasbourg ils ont blessé le terroriste en état de légitime défense.
      Comme maintenant ils sont assez souvent la cible de détraqués dans le cadre de vigipirate, ils ont déjà tiré.
      Personne n’y a trouvé à redire.
      Coté militaire c’est beaucoup plus encadré.
      De la légitime défense contre des armes, des vraies pas une poubelle.
      Un militaire qui tire sur la foule c’est un jour avant la révolution où des militaires tireront sur d’autres militaires. On est prudent.
      Si ça chaufferait coté militaire, c’est les gendarmes ou flics qui interviendraient car les militaires se replieront. Un officier ne tient pas à rester dans l’histoire comme celui qui a été la cause d’une révolution.

      On arrête de fantasmer, même Macron qui ne doit pas être étranger à ce scénario y va sur la pointe des pieds, il donne toutes les garanties dans ses discours.
      Il sait qu’il est mal aimé par l’armée, il est le chef ok mais gare au faux pas.

      Les gilets jaunes c’est le pire qu’il puisse arriver à un gouvernement qui bosse pour une oligarchie. Là il joue sa survie, c’est plus de la manif pour les 32 heures même les 16h. C’est sa survie et celle de l’oligarchie. Au XIX et début du XXème siècle il y a eu la même chose. La peur, ça a fait des morts, une justice expéditive. Certains ont été jusqu’à dire que c’est peut être un cause de la guerre 14-18. Tant que l’armée ne bouge pas ça passe, il vaut mieux ne pas exposer l’armée, pas sûr de ses réactions.

      Les conditions extrêmes engendre la révolte. Comme on est parti pour retourner aux conditions qui ont engendré l’anarchie, elle revient.
      L’anarchie sent le souffre, quand on sait à qui appartient la presse il est normal qu’elle ait mauvaise presse.
      Quand on c’est un peu intéressé à l’anarchie, c’est de l’auto-gestion, le peuple décide, plus de gains extrêmes sur le compte de la pauvreté. Et oui on y retrouve les revendications des GJ.
      C’est un mouvement du peuple qui en a marre, c’est un mouvement anarchique.
      On ne le nomme pas ainsi sinon les gens s’intéresseraient et essayeraient de comprendre l’anarchie.
      D’un point de vue pouvoir ou possédant c’est l’horreur absolue. D’un point de vue sociologique c’est très égalitaire avec des gens responsables.
      Il y a une vidéo qui explique pas mal et qui évite de lire des tonnes de bouquins. Elle dure 3h30 quand même.
      https://m.youtube.com/watch?v=4SAjq4WaLaA

      Après vous vous poserez la question de savoir qui va mourrir, le mouvement GJ ou l’oligarchie. C’est sans compromis, avec le RIC l’oligarchie est à poil, il n’y a plus le tampon des politiques entre le peuple et eux.
      L’oligarchie trop mouillée avec ses amitiés nazies a dû laisser faire le comité national de la résistance et les communistes. Et ce dans pas mal de pays. De là découle tout nos avantages sociaux.
      Une fois que ceux qui savaient et les résistants ont dû mettre un dentier il ont repris du poil de la bête et ont commencer à regrignoter les avantages sociaux, imposer la novlangue. Oui la moitié des années 80.
      Maintenant ça grignote furieux et c’est trop visible et bing les GJ.

      Pour être franc avec vous, je voyais la classe moyenne glisser gentiment dans la pauvreté sans trop de bruits.

      Et voilà les GJ, quelle bouffée d’air pur. Il fallait voir l’air étonné et heureux du peu d’intellectuels qui ne sont pas vendu au néolibéral. Même eux ont été surpris.
      Pour l’oligarchie tout marchait bien avec des gouvernements de droite ou de gauche comme disciples zélés.
      Eux aussi ont été surpris mais ont mis trop de temps à comprendre. Maintenant ils l’ont dans l’os, ils tuent ou sont tués. Là ça tombera vite dans le style haine.

      Bon visionnage si 3h30 ne vous fait pas peur, sinon je vous conseil la lecture de Proudhon, seul à être du milieu ouvrier parmi les pères de l’anarchie. C’est plus attente du peuple qui pour lui n’est pas théorique.


    • Zatara Zatara 23 mars 00:25

      @sls0
      Tiens, papi-chourro, prends toi ça avec une tisane, et réfléchis un peu :
      https://youtu.be/bUbGeW76_Nk?t=338
      et te sens pas obligé de pondre un pavé hors sujet sans queue ni tête non plus.


    • sls0 sls0 23 mars 01:18

      @sls0
      Proudhon pour moi n’est qu’un connard de phalocrate, antisémite et beliqueux.
      Si je vous propose de le lire c’est qu’il n’est pas qu’un connard, j’apprécie son coté pragmatique.
      Comme d’autres auteurs il y a des idées intéressantes et d’autres moins. Ce n’est pas un cathéchisme mais une boite à idées.
      Je trouve ridicule les anarchistes qui suivent des dogmes. Par définition l’anarchiste est libertaire donc il y a incompatibilité avec des dogmes.


    • crow crow 23 mars 09:44

      @Zatara
      Avec des armes allemandes ! 


    • Garibaldi2 23 mars 10:56

      @sls0

      Il est vrai que si les militaires sont agressés, ils peuvent répliquer. Le 13 novembre 2015, n’étant pas agressés, ils n’ont pas eu à répliquer ! Ils ne sont pas intervenus non plus quand on a brûlé l’un de leurs véhicule, près de la tour Eiffel, lors de l’acte 18, et ce sont les street médic qui ont empêché que le second véhicule de Sentinelle, stationné près de celui qui brûlait, ne soit embrassé ! On voit là les limites de Sentinelle, qui ne s’arrêtent pas là :

      ’Auditionnés par notre commission, les fonctionnaires de la BAC ont déploré n’avoir pu intervenir faute d’équipement approprié. Désemparés, ils ont même sollicité, en vain, les huit militaires de la force sentinelle présents sur les lieux, pour qu’ils engagent une riposte ou à tout le moins qu’ils leurs prêtent leur fusil d’assaut, « FAMAS », mais le règlement militaire l’interdisait, en l’absence d’ordre donné par les responsables de la sécurité intérieure.

      .../...

      L’intervention des soldats de l’opération Sentinelle autour du Bataclan, le soir du 13 novembre, a fait l’objet de nombreux débats au sein de la commission d’enquête.

      Auraient-ils dû entrer dans le bâtiment de leur propre initiative pour faire cesser la fusillade ? Non, ont répondu les interlocuteurs entendus sur ce point. Les circonstances, tout d’abord, ne l’ont pas permis, nous l’avons vu dans la chronologie : arrivés sur les lieux un peu après 22 heures, ils sont venus se positionner aux côtés des policiers de la BAC 94, à l’angle du passage Saint-Pierre Amelot, qui étaient alors pris à partie. Aucun ordre en ce sens ne leur a été ensuite donné par les autorités civiles, sous l’autorité desquelles ils doivent inscrire leur action, car l’unité de la chaîne de commandement est primordiale a rappelé le ministre de la Défense. Le gouverneur militaire de Paris, le général Bruno Le Ray, a pour sa part précisé à la commission d’enquête qu’il n’avait jamais reçu de demande d’autorisation en ce sens – qu’il aurait par ailleurs refusée, faute de plan d’action prédéfini (439). Le ministre de la Défense a également rappelé que ces soldats appartenaient aux forces conventionnelles de l’armée de terre, « c’est-à-dire qu’ils ne sont pas formés aux interventions avec prise d’otages, et c’est encore plus vrai lorsque de telles interventions ne sont en rien anticipées » (440), et qu’il existait précisément des forces spécialisées, comme la BRI, le RAID ou le GIGN pour faire face à ce type de situation.

      Pourquoi n’ont-ils pas fait usage de leur arme à feu ? L’ordre de feu ne peut être donné que par une autorité civile, a rappelé notamment le SGDSN, M. Louis Gautier. Positionnés aux côtés des policiers de la BAC, les soldats ont reçu l’ordre oral par ces derniers de neutraliser les terroristes s’ils sortaient du Bataclan. Mais faute de visuel au moment des échanges de tir, ils n’ont pas fait usage de leur arme.’’


      Extrait du rapport de la commission d’enquête de l’Assemblée Nationale relative aux moyens mis en œuvre par l’État pour lutter contre le terrorisme depuis le 7 janvier 2015

      http://www.assemblee-nationale.fr/14/rap-enq/r3922-t1.asp



  • Simple citoyenne Simple citoyenne 23 mars 07:19

    Vous allez presque rire ( jaune) et vous fichez de moi, mais je ne suis plus à ça près, mais cette drôle d’ "ambiance" me donne une impression 1939-1945. Beaucoup parlaient de valeurs inversées,( je ne veux pas les mettre dans l’amarra et je ne les cite pas tant pis) et bizarrement ce sont les gilets jaunes qui apparaissent et se font arrêter ! Il y a dans l’air, comme un air de guerre mondiale quelque chose qui sent mauvais !


  • PumTchak PumTchak 23 mars 09:49

    Bien vu la comparaison avec l’expérience de Milgram.

    En vidéo 2, l’un des protagonistes parle de point de rupture, sans doute désignant le moment où le pousseur de boutons pète un plomb et refuse de continuer.

    Je me demande s’il n’y a pas un premier point de rupture. On peut imaginer que le cobaye pousse les trois premiers boutons par exemple, car ce sont juste des petites châtaignes et il ne se pose pas encore de questions (il est venu pour une expérience, conduite par une blouse qui sait ce qu’elle fait, le type qui prend les décharges a aussi accepté l’expérience). Mais ce "non choix" disparait quand il voit le type haleter et gémir et qu’il vit le conflit entre l’autorité et la conscience personnelle. Il me semble que là est le premier point et rupture, ou la bascule, c’est à dire qu’il accepte le choix de subir l’autorité (mode "c’est le chef qui a dit" puis "t’avais qu’a pas faire l’expérience, connard, c’est bien fait pour ta gueule"). C’est comme quand on dit, vulgairement : "une fois que tu as baissé la culotte, tu ne le relèves plus". Après ce premier choix de rupture, c’est ok pour l’autorité, c’est juste une question de progressivité pour que la conscience morale reste éloignée du zombifié qu’il tient en main. Maintenant les "les GJ sont des terroristes" qui permet de maintenir l’évidence "la France n’est pas une dictature comme sous Maduro".

    Je suis un peu ahuri des députés LREM qui votent, sans débotter, tout ce que dit Macron. Pour la plupart, ce ne sont pas des politiques endurcis, qui ont pour unique carrière de chasser des mandats, mais qui ont pour réference leur expérience de vie leurs succès et déboires professionnels, familiaux, brefs leur vie civile vers laquelle ils pourraient retourner sans problème.Donc oui, ils ont fait la bascule et maintenant, on peut les nazifier comme on veut.


Réagir