lundi 14 mai 2018 - par crow

Le secret des arbres

 

Ils communiquent, s'entraident, se défendent, ils bougent même ! Les arbres sont dotés d'une véritable forme d'intelligence. Et c’est désormais une certitude scientifique. Les arbres occupent près d'un tiers de notre territoire et des terres émergées de la planète. Indispensables à notre survie, ils sont aussi nos meilleurs alliés face au réchauffement climatique. Pourtant, nous ignorons presque tout d’eux. Loin d’être figés dans leur monde végétal, les arbres ont en fait une vie bien plus riche qu’il n’y paraît. C'est la thèse défendue par un forestier allemand dont le livre, La Vie secrète des arbres (éd. Les Arènes) est devenu un succès planétaire, traduit en 32 langues. Des forêts de hêtres millénaires d’Allemagne jusqu’aux centres de thérapie forestière du Japon, en passant par les laboratoires de l’INRA qui étudient la sensibilité végétale, voyage au cœur de l’univers secret et fascinant des arbres. Un reportage de Raphaële Schapira et Vincent Barral diffusé dans "Envoyé spécial" le 26 octobre.

Le site de l'émission : http://www.francetvinfo.fr/replay-mag...

 



25 réactions


  • medialter medialter 14 mai 2018 17:15

    Msg aux pros de l’ésotérisme (pour les autres, demandez qu’on vous explique) : Dans CC, le PA humain est plus près du PA d’un arbre que du PA d’un insecte. Ca en dit long sur les rapports qu’un initié peut avoir avec eux


    • Belenos Belenos 14 mai 2018 17:23

      @medialter
      De fait, chacun peut constater qu’il est plus facile d’être ami avec un arbre qu’avec une mouche ou même une abeille. On remarquera aussi aisément que les arbres, à partir d’un certain âge, prennent une personnalité formelle, ils se distinguent les uns des autres (d’une manière plus ou moins évidente selon les espèces, c’est moins visible ou plus tardif pour les sapins, par exemple). 


    • medialter medialter 14 mai 2018 17:39

      @Belenos
      Exact ; mais j’ai toujours été intrigué par cette proximité qui n’est pas si évidente à assimiler. Un insecte, à l’instar de l’homme, peut se défendre, pas l’arbre. L’insecte peut se déplacer etc ... Sur le plan de la logique, j’ai du mal, même si la logique n’a rien à voir là-dedans


    • Belenos Belenos 14 mai 2018 20:49

      @medialter
      L’arbre peut se défendre à sa manière mais pas avec des mouvements rapides, donc pas contre le bûcheron. Bien sûr, il ne peut pas fuir. Mais il peut former des épines ou bien parfois modifier sa composition chimique pour repousser l’appétit des insectes. L’arbre existe dans une autre "durée" que celle de l’homme (ce qui est bien évoqué par la lenteur les Ents de Tolkien). 


    • Hijack ... Hijack ... 14 mai 2018 23:38

      @Belenos

      Si l’arbre se défend contre certains insectes et certains animaux qui viennent bouffer ses feuilles, ça voudrait dire que chaque espèce d’arbre sait désigner ses prédateurs ... et ses insectes ou animaux utiles à qui il accorde le droit de se nourrir de ses feuilles, sèves ou branchages. /// A part ça, aucune flore ne peut se défendre contre des attaques violentes, notamment humaines.


    • Belenos Belenos 15 mai 2018 12:31

      Bien entendu, quand on dit "il", on pense à un individu qui prend des décisions personnellement, mais ce n’est pas le cas, ou en tout cas pas si simple pour l’arbre. 


  • BlueMan BlueMan 14 mai 2018 18:02

    En complément, voyez "L’intelligence des plantes - Quand la science rencontre la conscience" :


  • Hijack ... Hijack ... 14 mai 2018 18:29

    Merci pour ce sujet, d’importance.

    Sans en avoir conscience, étant très jeune, j’étais attiré par les forêts et leurs arbres ... ne comprenant pas pourquoi je m’y sentais si à l’aise -par rapport à mes camarades-, contrairement à la ville où je m’y suis simplement adapté (en quelque sorte, nous sommes tous des sauvages qui se sont adaptés à la vie citadine ... chacun au niveau, en rapport avec des données qui nous sont propres) ... le Prof japonais, donne une excellente explication à ce phénomène que je ne suis bien sûr et heureusement pas le seul à connaître. 
    L’allemand, au début du reportage ... démontre parfaitement, que d’étranger aux arbres (et même plus, car ile ne ressentait rien pour eux), il en est devenu un vrai ami.
    Quant aux explications sur l’adaptation des arbres ... leur intelligence, les rapports entre eux, sont fascinants ... mais pas étonnants pour ceux qui les observent depuis longtemps, comme le prouvent ces "docteurs" des arbres.


  • PumTchak PumTchak 14 mai 2018 18:35

    On a remarqué aussi que les arbres sont très polis entre eux.




    • Clocel Clocel 15 mai 2018 15:00

      @PumTchak

      On appelle ça de la timidité !

      Mais ils ne le sont pas tous !


    • PumTchak PumTchak 15 mai 2018 19:31

      @Clocel

      Oui, cela s’appelle en française "la fente de timidité".

      Je trouve cette expression moche et de tous les arbres que j’ai grimpé, je n’ai jamais rencontré de timidité de leur part.

      Ils ont plutôt cette stature monarchie disponible au repos de tout oiseau, tout insecte, protecteur du sol contre les ardeurs du Soleil, nettoyeur de l’air, sans compter leur fonction à rendre les espaces habités. 

      Je trouvais que "polis" les qualifiait mieux.


  • crow le celte 15 mai 2018 07:09

    A la différence des arbres qui vivent en symbiose avec les éléments, l’être humain combat pour la vie. Ce n’est pas la même approche primitive, mais le temps est si court pour l’Homme qu’il se dépêche de le rattraper, devenant par conséquence un corps étranger forcément hostile aux cycles d’équilibre naturel !...On ne vit pas au même rythme que la lenteur ma bonne dame !

    C’est un sujet qui mériterait de soulever la question des relations entre public et science, cette dernière s’étant complètement déconnecté de l’humain tout en travaillant sur sa "progression", c’est pas un peu fort de café ça ? smiley


    • crow le celte 15 mai 2018 07:12

      @le celte
      Correction : "...devenant par conséquent..."


    • pegase pegase 15 mai 2018 14:43

      @le celte

      Arduinna était une vaste forêt de la Gaule septentrionale, allant du plateau de Langres, des Vosges, jusqu’aux Rhin selon César ...

      Dans la mythologie Celtique, Arduinna était une déesse protectrice de la forêt et de la faune, c’est le thème principal de la série "Zone Blanche"dont la deuxième saison devrait bientôt arriver sur les écrans, avec une apparition de Cernunnos, le Dieu celte aux bois de cerf qui aurait sauvé Lauren le capitaine de gendarmerie ...

      http://www.telez.fr/2018/04/17/tournage-zone-blanche-saison-2/

      https://mythologica.fr/celte/cernunnos.htm

      L’équipe de tournage était dans le secteur de Gérardmer encore ce we ...

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Arduinna

      Dans la mythologie celtique, Arduinna (Arduena, Arduina, Arduenna, Ardvinna, Ardbinna, Ardoina) est une divinité celte topique de la faune. Elle est devenue une déesse gallo-romaine, de la chasse et des bois, protectrice de la forêt d’Ardenne parfois assimilée à Artémis/Diane sous le nom de Diana Arduinna.


    • crow le celte 16 mai 2018 07:31

      @pegase
      Je ne connaissais pas cette série, merci pour l’info.

      c’était effectivement une région très boisée, dans ces régions de basses montagnes seules les parties sèches des abords de fleuves étaient exploités (Plaine d’Alsace marécageuse jusqu’à 20 km du fleuve). "Argentorate" (Strasbourg celte), bâtie sur pilotis était déjà considéré par les romains comme un "jardin", dans lequel ils s’installèrent avant de se précipiter vers la tombe des forêts de Germanie. 

      Concernant les dieux et déesses celtes il faut savoir que la plupart sont issus de faits très réels, ce sont des hommes et des femmes divinisés pour leurs actions exceptionnelles que les druides prenaient pour exemple.

      Pour synthétiser et se rapporter au sujet principal, les Celtes ont calqué leur organigramme idéologique sur l’architecture du chêne, chaque "organe", des racines aux brindilles en passant par le tronc est interconnecté et en lien avec les éléments principaux. Ils n’ont pas choisi comme les Romains de croire en la supériorité de l’intelligence virtuelle d’architecture pyramidale.


  • Clocel Clocel 15 mai 2018 15:02

  • ZardoZ ZardoZ 15 mai 2018 18:34

    Je pense contrairement au forestier allemand que les arbres se battent à mort pour leur survie et qu’ils n’hésitent pas à "flinguer" le voisin pour s’accaparer un peu plus de lumière.

    Toutes ces fadaises à la sauce baba-cool peace and love c’est peut être bien dans l’air du temps, mais ce n’est pas la vérité. La vérité c’est que la nature ne fait pas de cadeau et que la guerre est totale chez les végétaux, c’est d’ailleurs grâce à cette dernière que règne l’harmonie telle que nous pouvons la voir.


    • PumTchak PumTchak 15 mai 2018 19:36

      @ZardoZ

      Il y a les deux : la compétition comme la coopération.

      Cela dépend des arbres, par exemple. Le conifère est agressif : il acidifie le sol et débarrasse toute autre espèce de plante. Alors que le feuillu est partant pour tenir compagnie à toutes sortes de variétés.


    • crow le celte 16 mai 2018 07:41

      @PumTchak

      C’est juste, il semble évident que les végétaux n’échappent pas aux lois darwiniennes, les résineux dont vous faites allusion sont des arbres primitifs, ces "extrêmophiles" n’ont pas pris conscience de l’intérêt de la symbiose ! smiley


    • PumTchak PumTchak 16 mai 2018 12:02

      @le celte
      .

      On hérite de la vision rousseauiste, comme de la vision darwiniste. Je pense que les deux modes de relations sont réellement mis en oeuvre et intriqués.

      Vous pouvez passer la soirée avec votre chat, une boule de douceur et d’intelligence qui vous met en paix avec le monde. Puis le lendemain matin, en sortant de la maison, vous voyez à votre porte quatre passereaux éclatés, avec du sang partout.

      .

      Il est important en effet de prendre en compte les formes d’intelligence dans le règne animal, comme végétal. 

      L’ophrys, qui est une variété d’orchidée, imite parfaitement la forme et les couleurs de l’abeille. Cette fleur dégage un parfum d’hormone sexuel de l’abeille femelle, qui attire et excite le mâle. Tout à son excitation, l’abeille frotte le pollen qui s’agrippe à ses poils et antennes, qu’il ira déposer vers d’autres orchidées-lupanars.

      https://www.youtube.com/watch?v=-h8I3cqpgnA

      Sauf que, quand même, rappelons qu’une fleur n’est pas insecte, elle n’a ni yeux, ni oreille, ni cerveau, ni nerfs, pourtant l’orchidée a parfaitement profilé ce qu’est une abeille, sa forme et comment elle vit, et comment sont ses "sentiments" pour l’utiliser à des fins de reproductions.

      Pour curiosité, chaque orchidée a choisi son insecte vecteur de pollinisation et son type de piège pour l’attirer.


    • Belenos Belenos 17 mai 2018 07:50

      Tout ce qui est vivant veut vivre encore et davantage, mais rien ne peut vivre seul. La vie dans la nature implique les deux principes : concurrence et coopération Cela se manifeste biologiquement mais aussi psychologiquement. Le scorpion, à sa manière, aime aussi les câlins. 


    • crow le celte 17 mai 2018 08:50

      @PumTchak

      - Mon avis ?...Le chat a sélectionné ces passereaux comme vous l’avez choisi lui pour satisfaire un moment factuel devenu par la suite efficace et répondant à vos attentes. C’est ce mécanisme de survivance programmé dans le logiciel du vivant qui pousse cette alchimie symbiotique. Les lichens étant à l’origine de ce concept terrestre d’évolution performante.

      - Oui je connais cette orchidée usurpatrice d’identité...Il y a plein de "phénomènes" dans la nature et c’est génial de pouvoir les observer. Par-contre je constate aussi le changement brutal que subit l’environnement par son appauvrissement de variété des espèces faune/flore les plus fragiles, causé essentiellement on le sait, par l’exploitation intensive des produits dérivés de l’industrie pétrochimique. Ça me dépasse mais bon, c’est un autre débat.


    • Heimskringla Heimskringla 17 mai 2018 10:52

      @Belenos

      "Le scorpion, à sa manière, aime aussi les câlins."

      Belle citation. 


    • PumTchak PumTchak 17 mai 2018 12:26

      @le celte

       

      Oui, du coup j’ai ajouté mon écosystème : des frottages prolongés au cou et au ventre quand il m’apporte des souris, des torgnoles et coups de pieds quand il m’apporte des oiseaux.

       

      Plus sérieusement (ou plus humainement, en tout cas), nous sommes des êtres intelligents. Nous savons lire des livres, pour en tirer des enseignements. Reste l’étape ultime à notre condition, si ce n’est déjà trop tard : savoir lire le Livre Premier. Celui de notre nature.


  • Étirév 9 juin 2018 04:04

    À côté des Temples des déesses existait un Bois sacré.
    C’est que l’enseignement de la Cosmologie donné dans le Temple était complété par un enseignement des sciences naturelles donné dans le Bois sacré.
    Ce Bois est sacré parce qu’on y enseigne l’origine végétale de l’homme et les lois de son évolution, et, pour démontrer ces idées abstraites, on montre à l’étudiant l’Arbre de vie, conservé avec soin, jamais mutilé, afin de pouvoir observer en lui les phases de l’évolution qu’il traverse et qui sont fidèlement reproduites par l’embryon qui se forme dans l’utérus maternel en repassant par les étapes de la vie végétale.
    Des nymphes appelées Hamadryades avaient la garde des arbres. On disait qu’elles naissaient et mouraient avec l’arbre dont la garde leur était confiée.
    Le culte de l’Arbre est resté dans toutes les traditions, mais on n’en comprend plus la haute portée philosophique. L’arbre révèle les puissances de la Nature. L’homme était arbre avant d’être devenu homme.
    On dit l’Arbre de la science parce qu’il contient en lui tout le mystère de l’évolution et des lois biologiques. Qui connaît ces lois possède la science.
    Les familles des castes supérieures avaient leur arbre sacré qu’on soignait religieusement. De là est venue cette expression : l’arbre généalogique.
    Les Hindous avaient édicté des peines sévères contre ceux qui endommageaient les arbres.
    Les Athéniens punissaient de mort quiconque osait couper des branches aux arbres des Bois sacrés ou des cimetières.
    Nos racines, notre Abre Généalogique : nos véritables origines
    Cordialement.


Réagir