lundi 29 janvier - par Mao-Tsé-Toung

La Voie du guerrier des anciens chamanes toltèques comparée à celle enseignée par la BG avec le guerrier Arjuna !

Le Chamanisme Toltèque

L'œuvre de Carlos Castaneda a transmis cette connaissance Toltèque héritée de son bénéfactor don Juan Matus

--------------------------------------------
LA VOIE DU GUERRIER* DES ANCIENS CHAMANES TOLTEQUES (notamment par Don Juan, maitre de Carlos Castaneda)


Wiki
Leur religion paraît avoir été de type chamanique, ne nécessitant pas de lieux de culte permanents. Les dieux étaient cosmiques et représentaient le ciel, l'eau, la terre. Cependant leur monde religieux a généré la grande figure de Quetzalcoatl. Les Toltèques avaient mis en place un système de croyance dualiste.

CASTANEDA Carlos, "LA ROUE DU TEMPS". Pages 1 à 165
La Cie FullArt
 
 
15 954 vues 11 janv. 2019
Livre lu par Sylvie MOREL-PINATEL
 LACIEFULLART.SIMPLESITE.COM

La Roue du temps, recueil de citations sur la vie, la mort, l'esprit...des Chamans du Mexique ancien.

Carlos Castaneda

Carlos Castaneda, né le 25 décembre 1925 à Cajamarca, Pérou et mort le 27 avril 1998 à Los Angeles (Californie), est un écrivain américain, docteur en anthropologie. Il est connu pour ses ouvrages relatant l'enseignement chamanique qu'il dit avoir reçu d'un « homme de connaissance » yaqui dénommé don Juan Matus.

Ses ouvrages publiés dans les années 1960, alors que les États-Unis s'enlisaient dans la Guerre du Viêt Nam et dans une période de contre-culture naissante, ont tous été des best-sellers. Ils ont été vendus à 28 millions d'exemplaires et traduits en 17 langues. Ils ont reçu les louanges des critiques avant que certains ne suggèrent qu'ils soient des ouvrages de fiction. Si la controverse est toujours vive, ses défenseurs pensent cependant que ses livres traitent bien de faits réels ou du moins qu'ils ont une valeur philosophique et qu'ils décrivent des pratiques permettant un accroissement de la conscience.

Carlos Castaneda se retire en 1973, dans une grande maison de Westwood en Californie avec trois de ses collègues : ses « compagnons sur le chemin de la conscience ». Il fonde l'organisation Cleargreen Inc. afin de promouvoir la Tensegrity décrite comme la version modernisée de certains mouvements appelés « passes magiques » développées par des shamans indiens qui vivaient au Mexique avant la conquête espagnole et qui permettaient d'accroître leur pouvoir de perception.

La vie de Castaneda est mal connue, car celui-ci, disant obéir à la pensée de don Juan, l'a entourée d'une aura de mystère. Il dit parfois être né à São Paulo ou Mairiporã, au Brésil en 1931 et d'autres fois en 1935. Un enregistrement brésilien montre qu'il maîtrise parfaitement la langue portugaise1. Castaneda s'installe aux États-Unis au début des années 1950 et en devient citoyen en 1957, il orthographie désormais son nom sans tilde et Castañeda devient Castaneda ; les documents enregistrés au bureau de l'immigration indiquent qu'il est né à Cajamarca, au Pérou2. Castaneda a affirmé que son père, César Arana Burungaray, était professeur de littérature alors qu'il était joaillier3, Castaneda explique qu'il a été adopté par ce dernier1.
Études et publications
Façade de la bibliothèque Powell, de style hispanique, sur le campus d'UCLA. où Castaneda rencontre les premiers éditeurs.

Carlos Castaneda aurait d'abord suivi des cours à l'Académie des beaux-arts de Lima avant de se tourner vers les arts plastiques. Il dit avoir passé la plus grande partie de sa jeunesse en Argentine avant de se rendre aux États-Unis pour y suivre des études d'anthropologie. Il indique également avoir été membre des Special Forces américaines, ce qu'aucun document n'a jamais corroboré.
Doña Ramona, une chamane dans le désert mexicain de Sonora, lieu présenté comme celui de multiples rencontres de Castaneda et de son mentor don Juan Matus. La chamane tient à la main des herbes rituelles (plantes de pouvoir ou plantes psychoactives, que Castaneda désigne — entre autres — par l'expression « herbe du diable », dans un de ses ouvrages.

D'après le Time, Castaneda aurait eu une fille naturelle avant son départ du Pérou3.

Selon l'étude de Claudie Voisenat et Pierre Lagrange sur l'ésotérisme contemporain4, Carlos Castaneda arrive aux États-Unis en 1951, étudie la psychologie jusqu'en 1959 au Los Angeles City College et s'intéresse à l'ethnobotanique et aux effets du peyotl. C'est en 1959 qu'il devient étudiant en anthropologie à l'Université de Californie à Los Angeles (UCLA). Son premier ouvrage, The Teachings of Don Juan. A Yaqui Way of Knowledge est d’abord accepté et publié par les presses de l’université, et rencontre un succès inattendu pour une publication académique à tel point que Michael Korda des éditions Simon & Schuster, publie en 1968 son mémoire dans une édition moins confidentielle. The Teachings of Don Juan. A Yaqui Way of Knowledge, raconte à la première personne la rencontre avec don Juan Matus en 1960, un sorcier yaqui dont il reçoit les apprentissages5. L'ouvrage dans sa traduction en français est publié en 1972 sous le titre L'Herbe du diable et la petite fumée.

Ses ouvrages suivants - Voir et Voyage à Ixtlan - (publiés en français chez Gallimard dans la collection Témoins) sont écrits alors qu'il est encore étudiant en anthropologie. Ils sont présentés comme des carnets de recherches décrivant un apprentissage traditionnel avec un « homme de connaissance ». Il obtient son doctorat (Ph. D.) en anthropologie en 1973 sur la base de ces ouvrages qui seront plus tard controversés6,7.

Publicité

En 1974, il publie son quatrième livre, Histoires de pouvoir, qui décrit la fin de son apprentissage sous la tutelle de don Juan Matus. Castaneda continue d'être un auteur à succès avec les publications suivantes qui développent d'autres aspects de l'enseignement de don Juan.

Il écrit que don Juan l'aurait reconnu comme étant le nouveau nagual ou leader du groupe des voyants de sa lignée. Don Juan utilise aussi le terme nagual pour nommer la part de la perception humaine appartenant au domaine de l'inconnu, qui reste cependant accessible aux êtres humains. Pour les voyants de ce groupe, don Juan aurait joué le rôle de lien avec cet inconnu. Castaneda fait souvent référence au domaine de l'inconnu sous le terme de « réalité non-ordinaire ».

Le terme nagual est utilisé en anthropologie pour désigner un chaman ou sorcier qui prétend être capable de se métamorphoser en animal ou prendre métaphoriquement une autre apparence grâce à des rituels magiques ou à la prise de plantes psychotropes.

Durant sa période de célébrité, Castaneda ne fait que de rares apparitions publiques. Il fait la couverture du Time le 5 mars 1973 : « Carlos Castaneda : Magic and Reality ». Une controverse est déclenchée lorsqu'il est révélé que la photo qu'il a donnée pour le magazine est celle de quelqu'un d'autre. Lorsque la journaliste Sandra Burton le confronte à propos des incohérences de son autobiographie, il répond : « Me demander mes données autobiographiques pour que vous vérifiiez ma vie... est comme si vous utilisiez la science pour valider la sorcellerie. Cela prive le monde de sa magie et nous rend semblables à des bornes kilométriques. » Comme beaucoup d’Indiens, Castaneda s’opposait à la photographie ou à l’enregistrement parce que, disait-il, « c’est une façon de figer quelqu’un dans le temps »8.

La journaliste écrit : « Castaneda permet au lecteur d'expérimenter la pression des vents mystérieux, le frissonnement des feuilles au soleil couchant, l'attention particulière du chasseur aux sons et aux odeurs, la froideur implacable des indiens, le parfum cru de la Tequila et le goût fibreux du peyotl, la poussière sur la voiture et l'envol d'un corbeau. C'est un cadre superbement concret, dense, avec une signification animiste. Ce qui rend le récit très juste, compte tenu de l'extrême étrangeté des événements qui s'y déroulent. » À la suite de cette interview, Castaneda se retire complètement de la scène publique.

Parmi ses admirateurs : John Lennon, William S. Burroughs, Jim Morrison, George Lucas ou Federico Fellini qui en 1984 souhaite adapter L’Herbe du diable et la petite fumée au cinéma. Le film ne se fera pas, mais sera évoqué en 2011 dans l'hommage filmique Suenando con Tulum, omaggio a Federico Fellini9.
Tensegrity
Page d’aide sur les redirections

« Tenségrité (Castaneda) » redirige ici. Pour le concept scientifique, voir Tenségrité.

Castaneda réapparaît publiquement dans les années 1990 pour promouvoir la Tensegrity10, la forme moderne de séries de mouvements. D'après lui, ces mouvements proviendraient d'une lignée de chamans toltèques longue de 25 générations. Le 16 juin 1995, l’organisation Cleargreen Inc. est créée. La déclaration d'intention annonce :

« Cleargreen est une organisation qui sponsorise et organise des ateliers et des séminaires de Tensegrity, ensuite elle est une maison d'édition. »

Lorsque Castaneda était encore en vie, Cleargreen a publié trois vidéos sur la Tensegrity. Castaneda lui-même n’apparaît pas sur les vidéos. Cleargreen continue à donner des ateliers en ligne et dans le monde. Elle forme et certifie aussi des enseignants.
Incertitude sur la date de sa mort
cerficat de décès
certificat de décès de Castaneda

Castaneda est mort le 27 avril 1998 des suites d'un cancer du foie mais l'annonce ne sera faite, pour des raisons inconnues, que deux mois plus tard, le 19 juin 199811. Ce retard serait dû à l'existence d'un fils qui aurait exigé le silence pour des raisons testamentaires12.

Le corps a finalement été incinéré et les cendres dispersées au-dessus du haut désert mexicain, dans la plus grande discrétion13.
Après sa mort : les disparitions

Après la mort de Castaneda, plusieurs de ses disciples disparaissent : Florinda Donner-Grau, Taisha Abelar, Amalia Marquez et Kylie Lundahl, ainsi que, quelques semaines plus tard, Patricia Partin, sa fille adoptive, supposée être également sa maîtresse. En février 2006, des ossements trouvés dans le désert se sont révélés être ceux de Partin. Bien que non élucidées, ces disparitions pourraient être expliquées par le suicide, selon certains1. Amy Wallace (fille d'Irving Wallace), proche du groupe de Castaneda rapporte une conversation qu'elle aurait entendue entre Partin et son père adoptif : « Si tu veux t'élever vers l'infini, prends ta petite voiture rouge, roule aussi vite que tu le peux dans le désert, et alors tu feras ton ascension ». Wallace conclut : « C'est précisément ce qu'elle a fait : elle a pris sa voiture, a conduit dans le désert mais n'a pas vécu « d'ascension », elle est sortie, a marché et est morte de déshydratation ! »1,14.
Travaux
Témoignages anthropologiques d'un Sud-américain en Amérique du Nord
Des Yaqui, au début du XXe siècle.

Carlos Castaneda a écrit douze livres « autobiographiques » décrivant son expérience du chamanisme sud-amérindien sous la conduite d'un sorcier Yaqui du nord du Mexique qu'il appelle don Juan Matus (« don Juan » est décrit, dans un ouvrage tardif, comme rattaché à une tradition toltèque), l'imprécision à ce sujet viendrait de la volonté de Don Juan de masquer ses origines.

Ses ouvrages rapportent non seulement des éléments autobiographiques d'enquête, mais ont été longtemps considérés, et le sont encore par certains, comme de réelles études ethnologiques de l'enseignement chamanique de la tradition toltèque, telle qu'elle a été redéfinie par les naguals don Sebastian, don Santisteban, don Rosendo, don Lujan, don Elias Ulloa, don Julian Osorio et don Juan Matus.

À l'écoute de son maître, Carlos Castaneda prend note de la leçon initiatique d'une culture qu'il suppose être celle partagée par l'ensemble yaqui (il pondérera son propos dans la préface du Voyage à Ixtlan).

Ses ouvrages, qui ont connu un grand succès15, apparurent comme une vulgarisation d'une certaine forme de la pensée chamanique.

L'anthropologue mexicain Guillermo Marín, distingue une progression en trois étapes ; les quatre premiers livres ou enseignements de don Juan constituent la première étape, ils ont un ordre chronologique précis, à la manière d'un reportage anthropologique. La plupart des événements sont datés et l'heure précisée. La deuxième étape à partir du Second anneau de pouvoir est plutôt constituée de dialogues d'approfondissement à propos des enseignements de don Juan, et enfin la troisième étape, à partir de La Force du silence affiche un changement important en ce qu'il proposerait un accès simple à la connaissance par la pratique de mouvements ou « passes magiques »16.

--------------------------------------------

*J'ai publié de très nombreux articles et d'innombrables commentaires sur la métaphysique hindoue : la BG (la voie du guerrier) en fait partie

--------------------------------------------

Débat

LA VOIE DU GUERRIER* DES ANCIENS CHAMANES TOLTEQUES comparée à celle enseignée par la BG avec le guerrier Arjuna

Qu'en pensez-vous ?

Merci pour votre éventuelle contribution



6 réactions


  • Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 4 février 14:57

    A propos d’eschatologie, sujet de cet article :

    1/

    Castaneda dont le regretté medialter -jeté hors Ago.tv par une conspiration immonde nous parlait souvent a intitulé ce génial "témoignage" :

    LA ROUE DU TEMPS

     !

    2/

    En ce qui me concerne, je suis chargé comme je l’ai écrit souvent ici-même de faire tourner le SAUVASTIKA -message transmis par mon pigeon cosmique bleu soit vers la droite (fin de notre manvantara ?), soit vers la gauche (fin de notre kalpa ?)

    Or c’est quoi dans le contexte actuel le SAUVASTIKA

    dessiné sur mon balcon, si ce n’est LA ROUE DU TEMPS ??? ()

    3 :

    Tout se tient !

    Indiens (la BG) & Mexicains (Don Juan témoigne ici par la bouche de Castaneda) antiques même combat, et même langage ; épouicétout !

    4/
    NONOBSTANT CE QUI PRÉCÈDE je ne suis pas né de la dernière pluie !

    Nous vivons la FIN du KY (l’âge de fer pour certains) & en cette FIN donc nous sommes très fatigués, c’est le moins que je puisse dire ; et cette fatigue engendre, y compris chez les initiés dont je suis une terrible maya qui rend notre perception des choses voilée !

    Depuis toujours en qualité de guru -celui qui nous libère de la maya qui lui-meme n’a pas eu de guru "visible" de toute son existence, je me suis appliqué à réviser ce qui était dit par exemple dans les WIKI et équivalents de art le monde !

    C’est ainsi que j’ai été amené à réviser certaines dates de notre KY sans pouvoir remonter vers les ages précédents...

    NONOBSTANT CE QUI PRÉCÈDE je ne suis pas né de la dernière pluie !

    & je suis bien conscient qu’aussi bien que le Don JUAN de Castaneda, proche de nous, que les rédacteurs de la BG beaucoup plus anciens (tous faisant partie de notre KY), tout au moins dans les dernière versions, ont pris la poussière de notre chemin actuel ; dit autrement : nous avons des textes avec énormément de tchatche, cad qu’ils sont en réalité voilés ; épouicétout !


    Mon LYCEUM se donne comme objectif principal de les dévoiler dans la mesure du possible, en attente que LA ROUE DU TEMPS

    tourne...


    CQFD

    Comprenne qui pourra


    • Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 4 février 15:17

      @Mao-Tsé-Toung

      Depuis toujours en qualité de guru -celui qui nous libère de la maya— qui lui-même n’a pas eu de guru "visible" de toute son existence, je me suis appliqué à réviser ce qui était dit par exemple dans les WIKI et équivalents de part le monde !

      C’est ainsi que j’ai été amené à réviser* certaines dates de notre KY sans jamais pouvoir remonter vers les ages précédents... des lois de Manu !


      • *J’ai beaucoup publié là-dessus notamment sur Moises fuyant l’Égypte, recueilli par les médianites avec sa smala avant de tous les massacrer à l’exception des jeunes vierges : "histoire" de la "préhistoire" mythique** qui n’a jamais été commentée ici par dégun, malgré tous mes appels...)

      **mythique

      & fondatrice, entre autres, des religions dites judéo-chrétiennes ou abrahamiques si vous préférez...


    • Gollum Gollum 4 février 15:23

      @Mao-Tsé-Toung

      dont le regretté medialter -jeté hors Ago.tv par une conspiration immonde

      Lol voilà notre égopathe qui regrette medialter qu’il ne pouvait piffrer en son temps... 

      Décidément la roue tourne en effet. smiley

      Sinon il n’a été jeté dehors par personne il a quitté les lieux de son plein gré...

      Quelquefois il refait surface d’ailleurs..

      Bon sinon tu le tournes ton svastika ? Qu’on en finisse une bonne fois pour toute. smiley


    • yoananda2 4 février 17:15

      @Gollum
      il est de plus en plus délirant dans ses soliloques...
      le naufrage d’un QI 160 mini qui n’a rien produit de notable et qui essaye d’exister un peu avant de mour... oups, de se transférer dans un autre univers !
      mdr


  • Gollum Gollum 4 février 15:24

    Au fait, beau copié/collé.

    CQFD


  • Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 4 février 21:03

    Effectivement Mao ne balance que des soliloques, cad

    Soliloquie
    La soliloquie est un terme souvent utilisé dans la comédie dramatique lorsqu’un personnage relate seul ses pensées/sentiments à haute voix devant le public. La soliloquie se distingue du monologue et de l’aparté. Wikipédia

    C’est tellement vrai que quand je commentais récemment le post d’un certain Yvan qui parlait d’un certain P Praud, un spectacle à lui tout seul...
    personne ne parlait de soliloques

    de ma part quand je proposais un débat sur ses propos pourtant oh combien d’actualité !

    --------------------------------------

    Jean-Luc Mélenchon nie les « pogroms » du 7 octobre

    Mao-Tsé-Toung 3 février 16:42

    @Mao-Tsé-Toung

    Comprenne qui pourra (cad, interprétation d’un texte dans un contexte donné)

    1/
    CACHEZ MOI CE SEIN QUE JE NE SAURAIS VOIR

    2/
    CACHEZ MOI CE POST (celui d’Yvan évidemment -ci-dessus- que j’ai commenté moi-même) QUE JE NE SAURAIS VOIR

    Nota Bene :
    Pour ceux qui sont trop cons pour ne pas avoir déjà compris ; pas pour les S...... qui font semblant de ne pas comprendre ! Nuance !

    CQFD

    L’imposture de certains tartuffes de Ago.tv qui veulent imposer leur tchatche* charlatanesque— a de trop duré


    *leur tchatche charlatanesque

    qui consiste à parler du sexe des anges

    (que du JC par ci, du JC par là) quand le bateau coule confirmant ainsi, s’il en en était besoin les lois de Manu, et cela chaque jour un peu plus !
    Voir la totalité de mes posts en réponse à celui d’Yvan SVP, mrs les charlatans qui oubliaient de balayer devant votre porte avant de vous moquer des autres comme le fait toujours le plus vulgaire des trolls...

    CQFD




Réagir