mardi 9 janvier - par maQiavel

« L’ultime champ de bataille » ! Entretien avec Pierre Santoni sur la guerre en milieu urbain

De Beyrouth à Sarajevo, de Kaboul à Bagdad, la ville s’est aujourd’hui imposée comme l’ultime champ de bataille. C’est désormais dans les zones urbaines ou confinées que les armées modernes manœuvrent. C’est là que se fait la décision. Frédéric Chamaud et Pierre Santoni retracent avec précision l’évolution des combats urbains et des tactiques employées depuis les années 1930, lorsque la guerre s’est installée durablement au cœur des villes.

Issu des troupes de Marine, le chef de bataillon Frédéric Chamaud a servi en unité opérationnelle avant de rejoindre le Centre d’entrainement aux actions en zone urbaine-94e régiment d’infanterie à Sissonne (2011 à 2014). Le colonel Pierre Santoni a passé l’essentiel de sa carrière dans l’infanterie. Il a commandé le Centre d’entrainement aux actions en zone urbaine-94e régiment d’infanterie à Sissonne de 2012 à 2014.

En analysant une douzaine d’affrontements majeurs, les auteurs font découvrir les particularités de ces combats, décryptent l’évolution des opérations et expliquent pourquoi ce « terrain » devient crucial. Avec l’apparition des drones, et bientôt de robots, c’est dans les espaces urbains et confinés que se dérouleront les derniers combats d’homme à homme, où le nombre et la qualité des combattants et des chefs de guerre seront encore déterminants. C’est de manière inattendue le lieu du retour de la manœuvre classique. C’est, en ce début du XXIe siècle, « l’ultime champ de bataille »…

-Un entretien mené par Stéphane Gaudin

- Production : THEATRUM BELLI

- Montage, post-production & recherches documentaires : Pascal Dupont / L A K E L A B, assisté de Charlène Floquet / L A K E L A B

Pour complément d’information, voir l’article agoravox tv « L’art de la guerre urbaine  ».



31 réactions


  • pegase pegase 9 janvier 13:23

    Le champ de bataille en milieux urbain c’est la guerre du pauvre, dans une vraie guerre impliquant des puissances occidentales, la première chose qu’ils font c’est de raser complètement villes et villages en pilonnant littéralement avec l’artillerie pendant plusieurs jours ...

    Souvent c’est l’occupant qui saborde lui même la ville en se repliant, afin de laisser la population en plein désarrois à la charge du libérateur ...

    C’est ce qui s’est passé à La Bresse le 4 novembre 1944, et dans de nombreuses villes et villages des Vosges et d’Alsace, Saint Dié, Gerardmer, Cornimont etc ..
    http://lesvoivres88240.over-blog.com/2014/11/la-bresse-9-novembre-1944.html

    Les Baraques du Don Suisse

    http://www.bol-d-air.fr/medias/pdf/bol_dair_la_baraque_du_don_suisse.pdf

    Le Don Suisse tire son nom des baraquements offerts par le peuple suisse à La Bresse suite à la destruction de la ville au sortir de la 2nde Guerre Mondiale.

    Les allemands en se repliant incendièrent villes et villages sur leur passage, c’était la politique de la terre brulée.

    Leur ville ravagée, les habitants durent fuir de nuit en plein hiver, ce fût "l’exode de Blancfaing" ...

    https://www.tripadvisor.fr/LocationPhotoDirectLink-g651727-d8650059-i155355348-Clairiere_aux_Cabanes-La_Bresse_Vosges_Grand_Est.html





    • pegase pegase 9 janvier 13:26

      En novembre 1944, devant l’avancée des troupes alliées, les Allemands se retirent, dynamitant ce qui n’a pas été détruit par les bombardements des semaines précédentes. L’est du département des Vosges est particulièrement touché , des villages, des villes sont entièrement détruits (Saint-Dié, Gérardmer, La Bresse…). 7 400 bâtiments sont sinistrés à plus de 75 % ; parmi ceux-ci, on dénombre 3 700 habitations, 2 000 fermes, 1 700 locaux industriels ou commerçants, entraînant 25 000 sinistrés sans abri.

      La Bresse est vraisemblablement la commune la plus touchée par les destructions ; une grande partie de l’agglomération a été détruite, mais ce sont surtout les fermes isolées qui ont été systématiquement dynamitées. Sur les 1 018 bâtiments recensés en 1936, 672 sont sinistrés et 499 totalement détruits ; il faudra construire 409 bâtiments provisoires pour reloger les familles et les services.


    • maQiavel maQiavel 9 janvier 14:35

      @pegase

      C’était la seconde guerre mondiale. Les choses ont changé depuis qu’on est passé à la guerre de quatrième génération. La guerre de l’information y a une place fondamentale. Et rasez les villes, c’est une manière de la perdre en passant pour le bourreau. Et comme souvent ce sont des guerres asymétriques, c’est la défaite assurée (car la guerre n’est rien d’autre que la politique par d’autres moyens, sans issues politiques pas de victoire). 


    • pegase pegase 9 janvier 15:36

      @maQiavel

      Il n’a pas parlé du rôle l’aviation pourtant prépondérante, aujourd’hui la maitrise du ciel est un préalable à l’avancée d’une armée, si une poche de résistance se présente, l’aviation bombarde la position, que ce soit en ville ou en rase campagne ...

      C’est exactement ce qui s’est passé en 44, les choses n’ont pas changées d’un iota, un de mes oncles s’est présenté dans la vallée de Remiremont avec 600 goumiers (première armée De Lattre de Tassigny), ils sont tombés sur deux postes de tir de mitrailleuses lourdes dans le secteur de Rupt sur Moselle verrouillant la vallée => coup de bigophone à l’aviation qui est venue leur régler leur compte ...

      Notez que chaque intervention était comptabilisée et facturée à la France, qui a du payer la note après guerre, sous entendu => on ne déplace pas les avions de chasse pour une petite poche de résistance ne disposant pas d’armes lourdes ...


    • pegase pegase 9 janvier 15:46

      Dans les 400 morts rien que pour cet épisode faute d’avoir lourdement insisté avant de se rendre à l’évidence qu’il fallait faire intervenir l’aviation, il y a des monuments commémoratifs un peu partout, une abomination cette guerre smiley


    • maQiavel maQiavel 9 janvier 16:12

      @pegase
      Non , il n’en a pas parlé mais c’est certainement dans son livre. 

      Il y’a eu ces derniers mois de bon exemples de bombardements aériens en zone urbaine. A Mossoul et à Alep pour ne prendre que ces deux exemples. 


    • pegase pegase 9 janvier 20:45

      @maQiavel

      C’est ce qui se passe en ce moment autour d’une poche à Harasta (nord de Damas), où les SAA sont encerclés dans une base de blindés ...

      https://www.reuters.com/article/us-mideast-crisis-syria-rebels/syrian-army-breaks-siege-of-army-base-near-damascus-idUSKBN1EW0U5

      Frappes de l’aviation ... (je ne sais pas si le lien est valide, pas testé)

      <iframe src="https://www.facebook.com/plugins/video.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2F102241070381108%2Fvideos%2F144729086132306%2F&show_text=0&width=560" width="560" height="315" style="border:none ;overflow:hidden" scrolling="no" frameborder="0" allowTransparency="true" allowFullScreen="true"></iframe>

      Une photo de la base encerclée ..

      https://scontent-cdg2-1.xx.fbcdn.net/v/t1.0-9/26169684_144731102798771_3649757750963601918_n.jpg?oh=ef284b8c5015d0cf299f4c5503303e22&oe=5AE6A64D


       à quelques km de la base encerclée ... (c’est dire que c’est chaud)

      les SAA envoient des "Goliath" Chinois avec des RPG.

      <iframe src="https://www.facebook.com/plugins/video.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2F102241070381108%2Fvideos%2F144727129465835%2F&show_text=0&width=560" width="560" height="315" style="border:none ;overflow:hidden" scrolling="no" frameborder="0" allowTransparency="true" allowFullScreen="true"></iframe>


      https://www.google.fr/maps/place/Harasta,+Syrie/@33.5633252,36.3289123,12.5z/data= !4m5 !3m4 !1s0x1518ef5eb7e640ab:0xe715f453ca1b4b8a !8m2 !3d33.5583385 !4d36.3660597


  • jimontheair jimontheair 9 janvier 17:14

    Bon, en somme, il semblerait que la ville c’est pas pour les lopettes, quoi  smiley 


  • erQar erQar 9 janvier 22:07

    Salut maQ,
    -
    Intéressant mais c’est quand même un peu le panégyrique du soldat pauvre... ?
    -
    je t’invite à voir ça, une arme étrange..si tu connais le principe......je suis à l’écoute
    -
     https://www.youtube.com/watch?v=m5uxN4n6tBk
    -
    A mon avis ce genre d’arme ferait du dégât en ville et ce sergent n’en parle pas


  • psychorigide psychorigide 10 janvier 07:42

    Oui les grenades thermobariques, les russes ont tout compris.

    La question de la complicité de la population nous prépare à la guerre dans nos banlieues. Un blocus complet les fera sortir.
    On doit aussi penser à l’utilisation des gaz de combat et aux armes bactériologiques.
    Les robots tueurs alliés à des drones miniaturisés.
    Bref les considérations de la ganache de la vidéo on s’en fout. Ils ont juste perdu toutes les guerres depuis 1870  smiley 


    • maQiavel maQiavel 10 janvier 08:27

      @psychorigide
      "La question de la complicité de la population nous prépare à la guerre dans nos banlieues"

      Ok. Soit vous n’êtes qu’une grande gueule déblatérant à tort et à travers juste histoire d’être trash, soit vous pensez réellement ce que vous dites et en tel cas, vous êtes un fou dangereux. 


    • psychorigide psychorigide 10 janvier 17:37

      @maQiavel

      A la base j’avais édulcoré mon propos.

      Au départ je pensais à un missile Pluton.

      Je vois que mes efforts ne servirons à rien, je resterais toujours un nazi à vos yeux ...  smiley


  • wendigo wendigo 14 janvier 09:47

    Lol des "conventionnels" nous parlant en pro d’un type de guerre qui n’a pour l’instant pas dévoilé ni découvert toutes ses pleines capacité.
    Pour comprendre le combat urbain et son avenir il faut d’abord comprendre le pourquoi du combat urbain ... c’esst un lieu restreint, à géometrie variable, idéale pour abolir toute supériorité technique et numérique (en clair, c’est le milieu parfait où les ewoks, peuvent battre dark vador) les robots tueurs n’ont aucun avenir en ville, pas plus que les drones, les blindés y sont facile à plomber, les seules différences qui puisse s’y faire sont sur la malice et l’ardeur au combat. L’urbain, c’est le milieu naturel du piège à con, là où l’homme peut laisser aller toutes ses fantaisies vicieuses. Ici c’est la paradis du sniper et du mineur. L’eden du guerrier, l’enfer du militaire.

     Nous ne sommes qu’au début de ce type de guerre qui a commencé à stalingrade ; ce que dit le monsieur dans la vidéo est nul et non a venu ; l’esprit militaire d’une armée conventionnelle ne pouvant pas réfléchir correctement à ce type d’événement culturel ...


  • nephis 14 janvier 11:40

    c’esst un lieu restreint, à géometrie variable, idéale pour abolir toute supériorité technique et numérique (en clair, c’est le milieu parfait où les ewoks, peuvent battre dark vador)

    Sauf si Dark Vador n’a plus de scrupules moraux et décide d’utiliser l’Étoile noire. smiley


    • maQiavel maQiavel 14 janvier 14:22

      @nephis
      Dans la vraie vie , ce ne sont pas les scrupules moraux qui empechent nos dark vador d’utiliser ce qui ressemblerait dans notre monde à l’étoile noire. 


    • nephis 14 janvier 15:24

      @maQiavel

      Évidemment !

      Je répondais à Wendigo sur le fait que les darks vadors du XXIème siècle disposent désormais d’armes et de vecteurs (drones miniatures, munitions intelligentes, systèmes d’observation et inter-armes ultra-réactifs, nano-robots, maîtrise de l’information à un niveau inégalé auparavant, etc.) qui surpassent largement l’avantage que l’on pouvait avoir avec une stratégie de guérilla urbaine. Et nul besoin d’utiliser des armes de destructions massives même s’ils ne s’en priveront pas dans les temps troubles à venir. Bref, les conflits à venir surpasseront ceux du XXè dans l’horreur : ça va être sale, très sale !

      Par ailleurs, merci à vous pour votre trouvaille sur le collectivisme oligarchique. Dommage qu’un tel ouvrage n’est pas pu être disponible plus tôt.

      « Toutes les grandes défaites se résument en deux mots : trop tard. » Général Douglas MacArthur


    • wendigo wendigo 14 janvier 23:52

      @nephis

      Toutes les armes dont vous parlez ne font pas la différence dans un conflit urbain. En "cycle urbain" chaque chose, tout objet peut être ou devenir une arme, une ville ce n’est pas que des rues et des immeubles à étages, mais aussi des égouts, métro, catacombes etc etc. C’est au corps à corps que cela se joue, oui bien sur il y a la possibilité d’irradier un peu le terrain, mais alors pourquoi envisager la guerrilla urbaine, parce que tel est le vrai nom de ce type de conflit, "guerrilla". Une ville ce sont des civiles, des combattants ... quelle différence entre les deux ? Face à une guerre asymétrique des forces conventionnelles n’ont pas une chance, regarder l’exploit de l’OTAN et avant eux de l’URSS en afghanistan ; les talibans ont foutue la branlé aux dark vador, alors qu’ils n’ont un budget militaire qui ne dépasse pas le pouvoir d’achat d’une ménagère Grecque. Elles ont servi à quoi vos armes du futur ? juste à avoir l’air plus con !
      Le principe même de la guerrilla asymétrique est l’impacte psychologique ; guet-apen esquive, coup de pute esquive, EOD, attentat .... avec pour objet final, les troupes ennemis organisées, les forces conventionnelles, ont le moral au talon pour finir par se suicider en rentrant au bercail ! On ne gagne pas une guerre avec une armée de zombie et le sale effet de vos armes de SF, est qu’elle servent à un peu plus fragiliser le moral des troupes.
      Demandez aux forces US quel effet cela fait de se faire botter le train par une bande de somalien déchirés au Qat, armée d’une pine et d’un couteau ? L’opération Irène est l’exemple type de ce que peut donner une armée moderne dans une guérilla urbaine.
      Le deuxième problème de vos armes du futur, hors mis le fait qu’elles coutent la peau du Q et sont énergivore ce qui est un luxe dans un conflit ; est, et cela nous a été démontré durant toute l’histoire martiale, l’adaptabilité des forces inférieurs !
      L’instinct de survie et la malice sont les caractéristiques propres à l’homme, comme les crocs et les griffes sont ceux du lion. C’est par ces capacités là que l’homme ; petit macaque des steppes est arrivé tout en haut de l’échelle alimentaire. Au vietnam des hélico Iroquois se sont fait plomber par des flèches.
      Vous pouvez envoyer tous les drones, robots et autre saloperies connectées, chaque maison, chaque pièce, chaque cave, chaque placard, c’est à main d’homme que vous devrez le nettoyer et à dos d’homme encore que vous devrez le sécuriser et le garder ... c’est ça les réjouissances avec les rats des villes.
       Et tout ceci et bien plus encore les arguments ne manquent pas, n’est a étudier que dans le cadre de forces armées inégales au niveau technologie ..... mais dans le cas où l’OTAN voulait en découdre avec la Russ-asie, un conflit urbain à armes égale ... préparez les sacs à viandes et les cellules psychologiques.
      Perso je ne pense pas que ce soit à des officiers formatés ou de simple fantassins d’envisager ce genre de projets, mais aux éléments des forces spéciales ; seules unités qui ont la science de ce type d’action et aussi l’état psychologique, l’asymétrie s’est leur truc.
      Enfin visiblement les officier et le commandement Français ne semblent pas avoir les prérequis pour s’adonner à ce genre de réflexion, surtout quand ils abandonnent le FAMAS (arme parfaite pour le combat urbain et de campagne) pour le 416, une merde trop longue pour l’urbain et pas polyvalente pour deux sous .... Quand on voit des conneries pareilles, désolé mais la vidéo porte à rire.

       Ewoks 1 ; Dark vador 0


    • nephis 15 janvier 12:41

      @wendigo

      Les exemples que vous citez n’apportent en rien de l’eau à votre moulin :
      - Lors de l’intervention des Soviétiques en Afghanistan, il s’agissait essentiellement d’une armée conventionnelle contre une guérilla en montagne essentiellement (donc non-urbaine) où les armes dont nous parlons n’ont pas été utilisé (car n’existant pas encore). De plus, les ewoks locaux ont bénéficié de l’appui d’une puissance majeure (USA).
      - Même chose pour le conflit au Viêtnam : guérilla dans la jungle principalement, pas d’utilisation d’armes robotiques et soutien de la Chine et de L’URSS.

      Permettez-moi de vous dire qu’il faudrait que vous fassiez une mise à jour de vos connaissances concernant ces armes qu’actuellement très peu d’États (USA, Russie, Israhell) possèdent en unités opérationnelles.
      Je vois mal, par exemple, vos ewoks citadins lutter contre un essaim de nano-robots volants et capables de leur inoculer une substance pathogène par une simple piqûre ou à l’aide d’un gaz ; ou d’agir contre des robots-insectes pouvant utiliser le système de canalisation pour se déplacer en toute liberté. Sans compter l’amélioration considérable de la létalité des armes conventionnelles et des vecteurs (je vois mal vos ewoks abattre des missiles ou empêcher le largage de bombes par des drônes situés en haute altitudes).
      Bref, vous ne semblez pas prendre la mesure de l’arsenal dont peut disposer un véritable Dark Vador aujourd’hui (une entité qui ne s’embarrasserait plus de contraintes "humanistes" dans ses règles d’engagement, qui se contrefoutrait littéralement des populations civiles, qui ferait sien cet adage : « Tuez-les tous, il y aura bien les mauvais dans le tas ! » pour paraphraser Arnaud Amaury).

      La France était pourtant en pointe dans ce domaine (sagem, thalès) mais la ringardise actuelle de nos équipements (sauf pour les drônes d’observation) résulte plus d’un sabotage de son appareil militaire qu’autre chose.


    • wendigo wendigo 15 janvier 17:29

      @nephis

      Non, vous, vous devriez revoir vos copies, vos jolies armes ne sont pas efficaces, les nano-drones sont facilement neutralisable en milieu clos, les missiles coutent un bras et ne sont pas non plus efficaces en cites urbain.
      Vous n’avez pas noté une chose que je vous ai écrit précédemment ; les ewoks ne sont pas forcément des cons, et s’y connaissent aussi en technologie même s’ils ne la possèdent pas. Demandez donc aux commando des forces spéciales israélienne comment ça s’est passé pour eux la dernière fois ; chars explosés et commando décimé par des forces venant des sous sols ... les sous-sols, vous allez me lancer quoi là dessus des "bunker buster" à 3 millions de dollars la pièces juste pour 4 pelés et deux tondus ?
      Vos nano drones tueurs vous voulez les lancer au milieu d’une population majoritairement de civiles ? Ces armes ne sont pas efficace dans un milieu aussi restreint et spécifique qu’une ville.
      Je vous rappele quand même que des drone RQ 190 se sont fait piratés, que des nano drone n’aiment pas les champs magnétiques et que urbain réclame de chasser au scalpel du gibier qui réclame normalement de la chevrotine.
      Je vous citais l’afghanistan pour le coté asymétrique des choses, si déjà c’est la mierda en rase campagne et en montagne (qui ne change que très peu au niveau géométrique) imaginez en ville où du jour au lendemain le terrain a changé radicalement (hier un mur aujourd’hui un terrain vague demain un cratère, après demain un immeuble en gravats ....etc juste pour une petite artère de centre ville)
      Vous vous devez comprendre, que la technologie trouve justement ses limites aux portes des banlieues, faut pas se laisser aller aux rêveries, il faut au contraire être très réaliste et logique et surtout bien comprendre que la ville ce sont les emmerdements maximum pour une mobilité et des possibilités réduites.

      Aussi quand on parle conflits futurs il faut bien prendre en compte ville autres que celles que vous imaginez, mais aussi des patelin tel que Paris Londres Lyon, Berlin ... autre chose que tartous ou la goutta.
      De plus les villes sont le lieu béni des pénuries en tous genres, bouffe, eau, énergie ... espoir.
       Regardez la supériorité allemande ce qu’elle a fait comme différence à Stalingrad .....
      Et puis vous ne prenez pas en compte l’esprit humain, qui quand on invente le char invente le bazooka, qui pour lutter contre le bazooka invente le blindage actif, puis réactif, et pour défoncer cela inventera le lanceur double ogives etc etc etc etc .
      La ville réclame deux choses, la jugeote et les cojones, pas de la hight tech !
      Et les officier de l’école de guerre Français eux, en sont resté à l’esprit de Verdun ...
      Quant à mes connaissances j’admet qu’elles soient limité quant à la technologie martiale, perso je me suis arrêté à des trucs de type coilgun , railgun et autre système Trophy en passant par des drones swarm et les mines hives ; autant dire que je dois me sentir relativement dépassé !


    • wendigo wendigo 15 janvier 18:01

      @nephis

       Maintenant pour ce qui est du conflit moderne en milieu urbain il ni a qu’une seule manière de faire, "le blocus".
      Une armée conventionnelle trouve toute sa splendeur en campagne, c’est là où elle se doit de rester, qui contrôle les campagnes contrôle les villes.
      Les citées, on n’y entre pas, on en bloque les entrées et les sortie (avec votre matériel de SF, il fera très bien l’affaire pour ces basses besognes) un faisseau d’artillerie tout autour pour tenir sous pression, quelques raids aérien (zincs et hélico) pour user les réserves de pansements et mercure au chrome. Et on coupe les vannes de flottes et le ravitaillement en bouffe. On laisse migeoter à feu doux (20 à 30 obus par jours) et on laisse crever. Les civiles on s’en tape (on fait la guerre pas la charité chrétienne), la ville on s’en fout (une ville n’est rien, juste un nid à emmerdes).
      On évite la connerie des allemands sur Stalingrad, surtout ne pas y entrer !
      C’est qu’une fois qu’ils auront commencé à se bouffer entre eux qu’on peut envisager des raids terrestres restreints.
      Cette méthode est économique en homme, en matériel en énergie et en efforts et offre l’avantage d’être éco compatible, puisque les troupes mangent des trucs sains et respirent l’air pur. Le tout étant de trouver des moyens récréatifs pour les occuper, afin qu’ils ne s’endorment ou s’empattent !


    • nephis 15 janvier 21:24

      @wendigo

      Manifestement, il semblerait que vos sentiments pour vos ewoks troublent votre jugement. smiley


      Le conflit israélo-libanais de 2006 n’est pas pertinent non plus puisqu’il n’y a pas eu d’usage massif d’armes robotiques. Comprenez ceci : la miniaturisation et la maturation de ce type d’arme résolvent les problèmes principaux liés aux espaces confinés propres aux milieux urbains.

      Concernant la stratégie d’attrition des villes par le blocus (et le contournement), je pense aussi qu’elle serait efficace, puisque les lignes de communication et de ravitaillement pouvant s’effectuer aisément dans la troisième dimension, la valeur stratégique des villes diminuent et leur capture ne constitueraient plus alors un objectif prioritaire. On y détruirait « plus que » les centre de commandement, les systèmes de communications et de production.

      Bien à vous !


    • wendigo wendigo 16 janvier 09:34

      @nephis

       ais svp arrêtez avec vos robots, soit vous ne savez pas comment ça marche et comment s’en débarrasser soit vous ne voulez pas le comprendre.
      Un robot c’est de l’électronique, donc ça se pirate ou ça se fait disjoncter. Sinon vous savez les EOD marchent aussi très bien sur les robots. (un bot qui se prend un mur sur la gueule marchera tout de suite beaucoup moins bien et des nano swarm qui passeraient sous des portiques IEM perdraient pas mal de capacité de vol, si vous ne leur envoyez pas d’ordre contradictoire par un subtile piratage. C’est le problème avec les robots et drones, on est jamais à l’abrit d’une défaillance ou d’un effet boomrang.)
      Attendez que ces merdes soient sur le terrain vous comprendrez alors au combien elles ne servent à rien sinon juste enrichir les fabriquants.

       Appliquez du Sun Tsu à la guérilla urbaine et il n’en ressortira qu’une seule chose ... ne pas rentrer dans la ville et jouer la carte du pourrissement.
      Klausewitz, comme sun tsu et même l’agagkuré, sont tous unanimes (pour une fois) sur le sujet, une nasse on ne se jette pas dedans et surtout, surtout on ne mise pas tout sur le matériel, la guerre c’est une affaire d’homme, c’est lui et lui seul qui fait et fera toujours la différence. Les robots et drones, ce sont des trucs de geeks, de neuneus connectés à trottinette. La guerre est une affaire de sauvagerie, là où l’homme retrouve toute sa splendeur et son génie naturel.
      Maintenant vous devriez vous renseigner sur un point, les robots ça ne marche pas à l’air du temps mais à l’énergie et par temps de guerre c’est une denrée très rare, un humain est capable de rester trois semaines sans bouffer et quelques jours sans boire ... un robot, ses piles seront à plat au bout de combien de temps ?
      Les ewoks comprendront assez vite que s’ils ne peuvent l’exploser, ils pourront toujours l’épuiser. Et puis le robot est programmé, l’humain est lui inventif et créatif et dans le domaine des nuisances l’humain est un génie incontesté. Le conflit urbain est un truc d’humain, la technologie vous la gardez pour vos jeux vidéos, ou vos films US, la réalité est bien plus basique que cela.
      Un truc que les IA ne pourrons jamais comprendre ni prendre en considération c’est le facteur humain, des données illogiques et aléatoires qui font tout le charme de la guerre. La guerre est un art, une philosophie, choses que les IA ne pratiquent pas, pas plus qu’elles n’ont d’instinct de survie. Combien de batailles de conflits ont été gagnés par une idée folle ?
      Allons restons cartésien, les robots trouvent une utilité en rase campagne, en cycle urbain ils ne valent pas un rond.


    • nephis 16 janvier 11:16

      @wendigo

      Très bon post dans l’ensemble même si je vous trouve trop tranché ou peut-être est-ce moi que me suis mal exprimé (ma prose n’étant pas brillante, j’en suis conscient).

      Rapidement, je n’ai pas parlé d’IA (d’ailleurs je ne crois pas à la singularité technologique), et je n’ai à aucun moment nié la primauté du facteur humain dans l’usage des armes robotiques. Vos ewoks seront de plus en plus confrontés à des « robots » de mieux en mieux programmés (algorithmique) et contrôlés par des hommes. Les contrôleurs humains n’auront pas à subir les conséquences psychologiques et physiques puisque n’étant plus physiquement présent sur le champ de bataille contrairement à vos wookies. Vous me parlez d’autonomie, mais un nano-robot par exemple n’a besoin que de peu d’énergie pour fonctionner, laquelle peut être disponible immédiatement comme le soleil ; pas besoin de dormir, bref pas d’inconvénients inhérents aux êtres sensibles, etc.

      Malgré la robotisation progressive des armées, la guerre restera, en dernière instance une affaire d’homme, j’en suis convaincu. Toutefois, l’immixtion des machines finira par enlever le peu de dimension sacrale restant (comme la mécanisation avant elle).

      Je finirai par cette citation complétant ainsi les excellentes références de votre précédent post :

      « Il n’est rien de plus exquis que la bravoure virile. Le sang pétille dans les veines en étincelles divines, tandis qu’à travers champs on vole au combat dans un cliquetis d’armes, conscient de sa propre audace. Le pas de charge disperse au vent comme feuilles d’automne toutes les valeurs de ce monde. […] Que peut-il être de plus sacré que l’Homme combattant ? Un Dieu ? » Ernst Jünger


Réagir