mercredi 15 janvier - par JOVTOD

L’État enfouit des déchets toxiques sous une nappe phréatique

L'affaire Stocamine n'est pas simple.
Vincent Lapierre et l'équipe du Média pour Tous se sont rendus sur place, afin de démêler le vrai du faux.

 



7 réactions


  • Traroth 15 janvier 14:24

    Ce scandale qui dure depuis des années révolte tout le monde en Alsace.

    Il montre aussi au passage ce que laisse présager le site d’enfouissement de Bure. Il n’aura fallu que quelques années pour qu’un site aussi sensible soit complètement hors de contrôle et pour que toutes les promesses de "réversibilité" soient oubliées. Alors pour un stockage de déchets nucléaires devant être surveillé et contrôle pendant des millénaires, littéralement, Stocamine démontre clairement que c’est totalement impossible !


    • mat-hac mat-hac 16 janvier 15:28

      @Traroth
      Les autruches font toujours des trous.

      Les députés belges ont abandonné le recyclage partiel des déchets nucléaires en nombre. Donc on enfouit logique.

      Il y avait alors un article indiquant que le thorium n’était que pour la France et pas illimité. Donc ils ont été jaloux et les députés lobbyistes n’ont surtout pas pu spéculer avec ça.

      Par contre il y a des vidéos de scientfiques français qui disent que c’est illimité avec la fusion chinoise. méchants les scientifiques. Il semble que les politiciens ne regardent pas ces vidéos "agréées". L’intérêt d’une vidéo scientifique est la mise en mouvement, contrairement au film.


  • gaijin gaijin 15 janvier 15:22

    extraordinaire les explications : depuis 10 ans rien ne s’est passé comme prévu mais sur mille ans là on est certains ...

    il faut l’oser !


  • crow crow 16 janvier 07:00

    C’est à l’image d’une politique menée par des gens "super-intelligents", sortis des "meilleures" écoles et dirigés ensuite par papa dans un cadre social ultra réseauté et formaté. Insérant à vie une communauté bien mise et compassionnelle exerçant la main sur le cœur, une domination toute salutaire... ! La technocratie oligarchique règne sans partage et les gueux citoyens qui appellent leurs enfants "Manouel" et non "Intellectouel" n’ont qu’à aller se faire irradier en Alsace, à côté de Fessenheim, pas loin de Wittelsheim. Comble du vis, l’inventeur originel de cette source d’emmerdes n’est autre qu’Einstein, un voisin, un mec qui disait du haut de ses 160 de QI : 

    "La théorie, c’est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. Ici, nous avons réuni théorie et pratique : Rien ne fonctionne... et personne ne sait pourquoi !"

    ...va savoir... !

                                  _-oOo-_

    La responsable, vers le début du reportage dit faire confiance et lance : "On sous-traite !"... voilà ! ... le mot est lâché !

    Les boites privées, de connivences, s’occupant du traitement de ces déchets ratifient aussi, par l’intermédiaire de nos politiques ignares, les lois définissant le niveau de dangerosité et les risques encourus par leurs méthodes de travail, des lobbyistes forcément pas intéressssssés du tout ! Bref, la boucle est bouclée dans une sous-traitance proche de la maltraitance, comme dirait l’autre.


    • gaijin gaijin 16 janvier 13:27

      @crow
      " "La théorie, c’est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. Ici, nous avons réuni théorie et pratique : Rien ne fonctionne... et personne ne sait pourquoi !"

      excellent ! smiley
      j’en ai une aussi :
      ingénieur c’est un mec qui quand il s’est planté est capable de t’expliquer pourquoi il a eut raison d’avoir tort


  • ETTORE 16 janvier 15:58

    Il y en a parfois...Dès qu’un trou se présente....il faut le combler !

    C’est sûr qu’en Alsace, question, trous et mines....on a de quoi ....combler.

    Notre centrale Vénérable....,

    Nos voisins Suisses, avec les leurs.....Mais bon, savez bien, et cela a été démontré, que le Rhin, stoppe toutes radiations....et c’est pour cela, que nous stockons juste au dessus de la nappe phréatique toutes les saloperies possibles et imaginables, tant cette eau....est puissante en décontamination.

    Naaaann ! Faut continuer comme ça, on finiras bien par trouver un jour, dans les immenses monocultures diversifiées de maïs, de la région (et arrosées tel que par la mousson), un épi, qui seras directement le fruit de cet engrais magique !

    Imaginez seulement un instant, un champ de maïs .....fluorescent ! Rhaaaaa !!!!


  • sls0 sls0 18 janvier 20:58

    Je suis allé sur wikipedia pour avoir plus d’éléments. Je comprends que les locaux soient échaudés. Le directeur qui interdit à son directeur technique de contrôler des déchets venant d’une entreprise. Soit disant de l’amiante. De l’amiante enterrée j’ai rien contre, c’est dangereux que sous forme de poussières, un bon endroit. Le problème c’est que l’endroit de stockage de l’amiante a pris feu chose impossible avec de l’amiante. C’est qu’il en avait de la merde avec, tout ce qui faut pour faire des fumées très toxiques. Le truc c’est que l’amiante réglementairement quand elle est confinée sauf habilitation on a plus le droit d’ouvrir donc de contrôler le contenu, la bonne excuse.

    Ce qui m’a fait tiquer dans la vidéo :

    Sous la pression une galerie se resserre, c’est normal. Ce qui ne dérange pas pendant l’extraction de la potasse ou du sel devient gênant pour évacuer des déchets.

    Dans une mine on laisse toujours un pourcentage de la surface en piliers de soutènement. Ca tient si c’est bien calculé. Paris est bâti sur un gruyère et ça va très bien.

    Dans cette mine il y a des piliers qui ont du être cerclés et renforcés, personnellement j’ai des doutes sur la tenue dans le temps.

    Coté manifestants :

    La couche de sel a tenu du temps géologique aux infiltrations d’eau. Si l’effondrement de la mine permettrait des fissures qui laisserait le passage à l’eau, elle se transformerait en saumure de densité 1,2. Peu de chance que ça remonte surtout à travers des fissures sur 300m.

    On a beau mettre toutes les normes, les lois, les experts qu’on veut, dans ce cas ci il n’a suffit qu’un homme (le directeur) pour exploser toutes les parades aux risques.

    L’Ineris est dessus, il y a un département infiltration chez eux, des pointures mondiales quand même. Sans avoir confiance à 100%, j’apprécie qu’ils y foutent le nez.

    J’ai aussi apprécié la phrase "l’état s’en occupe" dans la mine ça parle polonais.

    Le lien wikipedia : https://fr.m.wikipedia.org/wiki/StocaMine


Réagir