dimanche 10 décembre 2017 - par azyx

L’arnaque de la croissance

La croissance, ce n'est ni bien ni mal. Il s'agit juste d'une mesure de la valeur ajoutée vendue sur une année. De nombreux facteurs peuvent contribuer à la croissance. D'un côté des hausses d'activités qu'on est en droit de vouloir éviter : la surconsommation, l'obsolescence programmée ou la reconstruction après une catastrophe naturelle. De l'autre la monétisation de la société avec la fin de l'entraide, des associations ou du service publics. Pourtant la croissance est vantée comme le bien absolu, la solution à notre recherche du bonheur. La croissance sert bien réellement quelques individus. D'une part les banques qui contrôlent la monnaie et vivent de sa mise en circulation. D'autre part les idéologues du libéralisme qui considèrent que seul le marché est juste. C'est à dire que toute décision, action doit se faire par un achat de la part d'un individu. Pour eux, le mérite de chacun se mesure par sa capacité à avoir de l'argent. Faire la promotion de la croissance revient finalement à faire le jeu des banquiers et des libéraux (qui bien souvent sont les mêmes).



4 réactions


  • jeanpiètre jeanpiètre 10 décembre 2017 19:35

    Effectivement pourrir du cancer 1 an après la retraite est la situation idéale pour une bonne croissance


  • Gokani Gokani 12 décembre 2017 10:51

    "Mettre dans la tête des gens que la croissance c’est nécessaire et que c’est bien, ça ne sert qu’une poignée d’individus : des élus, des technocrates libéraux et des banquiers"
     
    Effectivement, la croissance ça ne sert qu’une poignée d’individus ; et il se trouve que ce sont ces mêmes individus qui s’en sortent aussi le mieux quand il n’y a pas de croissance. Ils gagnent (beaucoup) quoi qu’il arrive... et ils gagneront beaucoup plus s’ils arrivent à faire passer les nouveaux avantages spécifiquement octroyés pour une poignée d’individus.
    Ils auraient tort de se gêner, vu que la masse d’individus lésés les laisse faire.


    • pierre247 12 décembre 2017 11:35

      @Gokani
      Warren Buffett : "Il y a une lutte des classes, évidemment, mais c’est ma classe, la classe des riches qui mène la lutte. Et nous sommes en train de gagner."


    • Gokani Gokani 12 décembre 2017 12:56

      @pierre247
      C’est sûr, sa classe gagne, car elle crée les règles lui permettant de mener la lutte avec des moyens et des méthodes qui dépassent tout ce que la classe battue peut imaginer...


Réagir