mardi 16 août - par jojotv

Jean Paul Allouche - L’évolution de la recherche française

Le PREMIER CERCLE associé au mouvement GÉNÉRATION FREXIT se veut le carrefour des opinions souverainistes. Il a pour objet de s’ouvrir à des personnalités de la société civile qui viennent partager avec nous leurs expertises dans des domaines les plus divers, participant ainsi à une réflexion commune et un enrichissement intellectuel par l’acquisition de compétences. LE PREMIER CERCLE RECOIT JEAN-PAUL ALLOUCHE.

Jean-Paul Allouche est mathématicien, membre émérite du CNRS. Dans cet exposé, il dresse, à partir de sa discipline, un état des lieux de la recherche française et de son évolution depuis les années 80.

 



1 réactions


  • christophe nicolas christophe nicolas 16 août 11:05

    Il y a rois niveaux pour évaluer la recherche dans les sciences objectives :

    1  est-ce que ça fait avancer la vision de la réalité pour qu’elle soit conforme au réel ce qui est l’objet même de la recherche (physique, chimie, biologie, géologie, etc...) ce qui va orienter la recherche des outils

    2  est-ce que ça fait avance les découvertes (physique & Co et mathématiques pour donner l’ingénierie qui va elle même donner des outils d’observation)

    3  est-ce que ça fait avancer l’outil qui permet de décrire la réalité (mathématiques) ce qui va faire progresser les précédents aspects

    Les trois aspects sont indissociables mais ont leur propre existence. Illustrons cela. Dans le domaine 1 Copernic change la vision de la réalité et on ne connait plus aucun des calculateurs des trajectoires des planètes en épicycles. En revanche, le mathématicien du domaine trois qui a découvert la cycloïde reste tout à fait dans le coup ainsi que le découvreur du roulement à bille qui appartient au second domaine.

    Enfin, il y a l’association du politique cynique, de l’affairiste cupide et du scientifique corrompu qui produisent des recherches pour se donner des arguments afin de manager les gens dans le sens qu’il désire en les prenant pour des cons.

    Ce quatrième aspect commence par un "S" et comporte 6 lettres en latin mais seulement cinq en Français ayant perdu un "a" en fin de mot....

    Ceux qui mangent à sa table prétendent qu’il n’existe pas, est-ce que vous voyez de qui je parle ?


Réagir