jeudi 20 février - par TotoRhino

Interdit d’interdire, l’affaire Griveaux

L'américanisation de la vie politique française ?

Interdit d'interdire - L'affaire Griveaux vue par, David Desgouilles romancier et chroniqueur, Ludovic Delaherche spécialiste en communication, Didier Maïsto, président de Sud Radio et l’avocate Caroline Mécary.

Des points de vue intéressants et souvent convergents sur ce qu’est devenue « L’affaire Griveaux ».

 



14 réactions


  • maQiavel maQiavel 20 février 10:13

    Apparemment, pour une partie de la classe médiatico-politicienne, donc les mêmes personnes qui justifient en permanence la dépense de deniers publics pour combattre les théories du complot qui gangrènent la jeunesse et les internautes, l’hypothèse selon laquelle toute cette affaire est montée et manipulée depuis une chambre secrète situé dans un sous-sol du Kremlin est plausible. On a eu le meme accès de fièvre de paranoïa du grand complot avec les gilets jaunes qui étaient supposément manipulé par des puissances étrangères.

    Le complotisme, c’est un peu comme les bon et les mauvais chasseurs des inconnus : il y’a le bon complotiste qui accuse Poutine ou Xi Jiping des plus viles machinations et il y’a le mauvais complotiste qui accuse les Etats unis, Israël ou les gouvernements occidentaux d’un quelconque complot et qui est très dangereux pour la démocratie, la liberté et toussa.


  • Tchakpoum 20 février 15:27

    Le débat est difficile tellement l’affaire Griveaux soulève de sujets. Il y en a un qui n’a pas été soulevé, au nom de "la vie privée qui ne nous concerne pas" : s’il y a, ou non, une question morale.

    .
    Après tout, on ne se promène pas avec les organe génitaux à l’air, c’est même un attentat aux bonnes moeurs. Que des stars de cinéma, ou people fassent du sexe dans tous les sens, d’une certaine manière, c’est leur raison d’être. Un politique, lui, est un représentant du peuple qui le paye pour ça : on lui demande donc compétence et exemplarité. Si c’est trop dur pour lui, il peut chercher du taf et du fric par lui-même et il fait ce qu’il veut.

    .
    Si on prend le schéma prolétaire/bourgeois, ou France périphérique/bobo, pour moderniser un peu, on sait que les univers de valeurs ne sont pas les mêmes, selon les travaux de Bourdieu, y compris en matière de pratiques sexuelles.

    La classe argentée aimerait bien en profiter pour multiplier des expériences de vie, y compris sexuelles : la valeur cardinale est la liberté. Celle plus fragile, est plus sensible à l’égalité, la protection, la justice. Et en matière sexuelle à la fidélité.
    On peut supposer qu’il n’y a guère question morale à la sextape de Griveaux, pour la classe aisée, hormis un problème psychologique à affronter avec sa femme et ses enfants. Mais que cela en est une pour les prolétaires/périphériques, ou la stabilité et la fidélité du couple a plus d’importance pour la vie de la famille et des enfants, puisque les capacités financières peuvent beaucoup moins y suppléer.
    .
    C’est en regardant cette sortie ratée de Shiappa, où deux féminismes s’affrontent, que je me fais cette réflexion. https://www.youtube.com/watch?v=p5qRO5J6lKk


  • TotoRhino TotoRhino 20 février 18:30

    En dehors de l’affaire en question, ce qui m’a surpris dans ce débat c’est la contestation quasi unanime des invités envers la macronie et plus particulièrement sur les violences policières reniées par le gouvernement. Au point que, plus d’une fois, Frédéric Taddeï a dû intervenir pour recentrer le débat. S’il devait s’attendre à ce rejet de la macronie de la part d’un Didier Maïsto, je ne suis pas sûr qu’il s’attendait à ça de la part des autres invités. Seul David Desgouilles (le pauvre...) a quelque peu cherché à modérer certains propos de ces confrères. Quelle claque !


  • Unghmar Unghmar 20 février 18:40

    Quand Taddei dit qu’on peut s’envoyer dans le privé ce genre de vidéo, encore faudrait-il être sûr que la fille ait réclamé de recevoir les œuvres filmiques de Griveaux. Parce que bon, si ce n’est pas le cas, je doute que ce soit très légal de se toucher et d’envoyer ses exploits à des gens de son répertoire ...


  • Scalpa Scalpa 20 février 22:56

    L’abus des élites est la contrepèterie de la bite des élus.


    • louis 20 février 23:23

      @Scalpa
      Les débats de nuit des élus élites lrem a l’assemblée ne doivent pas être tristes , ils doivent transformer l’hémicycle en un joyeux claque .


  • BA 20 février 22:58

    En avril 2019, Benjamin Griveaux convoquait l’hebdomadaire PARIS MATCH pour jouer la comédie du mari modèle.


    Pour faire sa com’, Benjamin Griveaux jouait la comédie du bon père de famille en posant avec son épouse devant les photographes de PARIS MATCH.


    Et la nuit, il se branlait, il se filmait, et il envoyait les vidéos à sa maîtresse.


    Macron et les macronistes, c’est le mensonge permanent.


    Julia et Paris, les deux amours de Benjamin Griveaux.


    https://www.parismatch.com/Actu/Politique/Le-pari-de-Benjamin-Griveaux-1617775


  • Laconicus Laconicus 3 mars 02:35

    "L’affaire Griveaux vue par, David Descouilles romancier et chroniqueur, Ludovic Duderche spécialiste en communication."

    Je sais c’est facile ; et même, c’est bas ! J’ai honte.  smiley


Réagir