lundi 4 juillet - par phan

Happy Birthday Mister President !

La récession programmée :

C’est aujourd’hui une évidence, la récession est inévitable. Bien qu’elle ait partiellement débutée fin 2019, la guerre par procuration avec la Russie n’a fait qu’accélérer les choses. Les sanctions européennes envers la Russie et celles des États-Unis envers la Chine ont dévoilé un point fondamental. Les pays frappés par ces sanctions s’adaptent très rapidement et deviennent de plus en plus indépendants. Un effet boomerang, donc, pour l’Occident qui se place dans une situation embarrassante car elle dépend notamment du gaz russe ou des micro-processeurs chinois. 

Publicité

 

Interlude :

Quand Emmanuel Macron interpelle Joe Biden au G7 pour lui parler pétrole :

L'avocat de Joe Biden : "Mon client est sourd comme un pot !" :

Guy Carlier : "G7 : quand Macron interpelle Joe Biden pour faire du cinéma" :


 



6 réactions


  • LUCA LUCA 5 juillet 15:31

    Le NOM, USAx(Davos+OTAN)² n’est pas con pour la planète, la Russie souverainiste et la Chine opportuniste sont dans un bateau, la Russie tombe à l’eau.......c kiki reste ? le NOM s’emploie déjà à amadouer la Chine par ses mesures liberticides tout en dirigeant son peuple de bovins par la peur, la politique sociale des zozoxidentaux pourra bientôt coller à celle de la Chine moderne, le NOM sera alors un cocktail socialiste pour régime sévère.


    • LUCA LUCA 5 juillet 15:33

      @LUCA
      Le NOM, USAx(Davos+OTAN)² n’est pas con pour uniformiser la planète,


    • Le Glaude Le Glaude 5 juillet 22:49

      .
      .
      COMMENT organiser une Famine ?
      .
      .
      Les Agriculteurs Néerlandais ont bloqué des supermarchés le 4 juillet , protestant depuis des semaines contre le plan gouvernemental de réduction des émissions d’azote, un gaz à effet de serre. Ils dénoncent un impact considérable sur leur activité .
      .
      .
      Barrages sur les autoroutes, blocages devant les supermarchés : les agriculteurs néerlandais ont organisé une série d’actions « coup de poing » le 4 juillet, continuant à contester le projet du gouvernement du Premier ministre Mark Rutte d’imposer une forte réduction des émissions d’azote, gaz à effet de serre, après d’importantes manifestations tout au long du mois de juin contre le plan gouvernemental.
      .
      .
      Ce dernier, présenté le 10 juin, vise une baisse des rejets d’azote allant jusqu’à 70% dans une série de zones, le plus souvent proches de réserves naturelles et de terres protégées. Le texte induit des efforts considérables pour le secteur agricole, les Pays-Bas étant le deuxième exportateur agricole au monde après les États-Unis et comptant de nombreux élevages. « Le but ultime est une campagne vivante avec une nature saine », avait expliqué la ministre de la Nature et de l’Azote Christianne van der Wal, dans un communiqué le 10 juin, affirmant que « cette transition radicale mais nécessaire des zones rurales doit avoir lieu ». « Pour les agriculteurs, cela signifie que les émissions devront baisser de 40%. Cela signifie environ 30% de bétail en moins », a estimé la télévision publique NOS.
      .
      .
      Nous n’avons plus d’avenir Les agriculteurs, qui redoutent des fermetures d’exploitations en cascade, ne l’entendent pas de cette oreille et avaient prévenu, dès l’annonce du plan le 10 juin, qu’ils n’hésiteraient pas à engager une épreuve de force avec le gouvernement, menant aux blocages du 4 juillet. En manifestant devant les supermarchés, « les agriculteurs veulent montrer ce qui se passe lorsqu’il n’y a plus de nourriture dans les rayons », a expliqué Caroline van der Plas, leader du Mouvement agriculteur–citoyen (un parti politique) à la chaîne VRT NWS. Soutenant cette action, qui a commencé à produire des effets sous la forme de premières pénuries de produits laitiers, elle a fait valoir que les agriculteurs se mobilisent pour leur « droit à l’existence » et souligné le « grand désespoir » qui affecte une profession endettée et qui connaît un taux de suicide élevé. 
      .
      .
      « Nous n’avons plus d’avenir »
      .
      .
      , a alerté l’une des soutiens du mouvement, estimant qu’« il n’y aura plus d’agriculteurs à très court terme » aux Pays-Bas, bien que le gouvernement ait annoncé prévoir des aides pour accompagner cette transition. « Nous devons nous battre », a-t-elle ajouté. Selon un autre manifestant, « notre futur, celui de nos enfants et de nos petits-enfants [...] dépend des idiots qui nous gouvernent ». Pour lui, le gouvernement vise « les agriculteurs qui possèdent 150 à 200 vaches » mais épargne d’autres secteurs, dont le transport routier, davantage responsable de la pollution.
      .
      .
      Les agriculteurs affirment en effet qu’ils sont injustement ciblés par ces mesures de réduction par rapport aux grandes entreprises, à l’industrie ou encore au transport aérien : ils avaient d’ailleurs envisagé un blocage de l’aéroport international de Schiphol à Amsterdam le 4 juillet, mais ont renoncé « face à la présence de nombreux véhicules blindés de la police militaire » rapporte RFI. Selon l’AFP, l’agriculture est tenue pour responsable de 16% des émissions néerlandaises de gaz à effet de serre, en particulier via les engrais et le purin.
      .
      .
      « Tout est fait pour chasser les agriculteurs des Pays-Bas aussi vite que possible », avait déjà déclaré le 10 juin Bart Kemp, membre de l’ONG de soutien aux agriculteurs Agractie, en annonçant les manifestations à venir. Celles-ci ont pris diverses formes, dont un rassemblement devant le Parlement, mais aussi le franchissement d’un barrage de police à proximité du domicile de la ministre de la Nature le 28 juin.

      .


      En savoir plus sur RT France 
      .
      .

      https://francais.rt.com/international/99695-pourquoi-agriculteurs-manifestent-ils-pays-bas


  • juanyves juanyves 5 juillet 15:36

    Klaus Schwab a trouvé la solution : “Nobody Will Be Safe if Not Everybody is Vaccinated”.
    https://www.youtube.com/watch?v=cnajJ5N3Ifw

    Lavrov :
    Current problems are not rooted in West’s concern over developments in Ukraine. West has much more ambitious schemes. They reflect realisation that its 500-year era of dominance in world affairs is not only approaching the end but that it is being relegated to past

    Les problèmes actuels ne sont pas dus à l’inquiétude de l’Occident concernant l’évolution de la situation en Ukraine. L’Occident a des projets beaucoup plus ambitieux. Ils reflètent la prise de conscience que son ère de domination de 500 ans sur les affaires mondiales n’est pas seulement sur le point de s’achever, mais qu’elle est en train d’être reléguée dans le passé.


  • juanyves juanyves 6 juillet 13:55

    Gestion de la récession : https://www.youtube.com/watch?v=IkGOECDv-Wk


  • juanyves juanyves 6 juillet 14:12

    La récession c’est aussi ça :

    "Nous ne paierons pas d’argent"-l’UE fait pression sur la Pologne.

    La Pologne était censée recevoir 35 milliards d’euros du budget de l’UE pour la relance économique, mais aujourd’hui, l’affectation de ces fonds est sujette à caution. Les règles polonaises de nomination des juges violent le droit européen.

    Pendant ce temps, la situation économique en Pologne est très tendue : l’inflation y est l’une des plus élevées d’Europe (près de 14 % par an en mai). Par ailleurs, 4 millions de réfugiés d’Ukraine sont arrivés dans le pays et ils ne recoivent plus un rond, ils doivent se démerder ou rentrer chez eux.

    Il n’y a plus d’argent. Les imprimantes n’ont plus d’encre.


Réagir