mardi 6 juillet - par liberty1st

Guerre contre le CO2 : interview de Benoit Odille

Publicité

Liberty records propose une interview qui offre un point de vue différent sur la questions de la guerre contre le CO2 afin d’élargir notre champ de pensé et imaginer ensemble les futures possibles qui s’offrent à nous.

Benoit Odille est impliqué politiquement dans le parti Solidarité & Progrès et propose des éclairages politiques et scientifiques sur différents sujets de société. Il s'oppose à l'idée de décroissance, pense que le développement et la croissances des pays plus pauvre est nécessaire, et que les énergies renouvellable ne sont pas nécéssairement une la meilleure solution.


 

 



2 réactions


  • sls0 sls0 6 juillet 13:22

    Benoit Odille, un ingénieur qui oublie les deux premières lois de la thermodynamique.

    Il a raison sur l’intermitance donc la non fiabilité de certains renouvenables.

    Il espère une croissance avec des ressources en bout de course.

    Pour le nucléaire coté rigueur tout les pays ne sont pas égaux, ça restera dans l’état et ça demande un gros investissement en argent et connaissances impossible dans la plupart des pays.

    Un doux rêveur coté emploi du CO2, toutes ses solutions sont énergivores.

    L’évolution de la population mondiale est corrélée au PIB mondial qui est corrélé à l’énergie disponible (surtout le pétrole). Pour 2100 s’il y a encore 5 milliards d’habitants ce sera pas mal.

    J’ai vu des gens heureux de voir arriver l’électricité, il y en avait assez le jour pour la pompe pour l’eau potable, le frigo du dispensaire, l’école. En stockage ça tenait 6h pour 20-30W par maison ce qui permettait aux enfants de faire leurs devoirs.

    Il y a peu j’étais dans un pays en voie de développement avec ses coupures qui dérangeaient nullement et je consommais 60-70kWh par mois.

    Des pays du sourire les pays peu énergivores, le sourire est un bon indicateur de bonheur contrairement au nombre d’Iphone pas habitant.

    La fin des ressources, qu’on vienne pas me parler de croissance.


Réagir