lundi 15 janvier - par Mao-Tsé-Toung

Gabriel Attal : Emmanuel Macron, en pire ? Blast

GABRIEL ATTAL : EMMANUEL MACRON, EN PIRE ? Blast

13 janv. 2024 #Politique #Attal #Macron

Gabriel Attal est le plus jeune premier ministre de Vème République, et le premier à être ouvertement gay » : depuis le 9 janvier, c’est cette description qui domine dans les médias, notamment à l’étranger. Pourtant, pour comprendre Gabriel Attal et la politique qu’il va mener il faut aller bien au-delà de ces qualificatifs. Tout dans le parcours du nouveau premier ministre, qui a vécu toute sa vie dans deux arrondissements parisiens, laisse à penser qu’il va suivre à la lettre la politique très conservatrice du président, et continuer à s’inscrire dans son sillage réactionnaire sur de nombreux sujets.

Éducation, écologie, économie, féminisme… La politique d’Emmanuel Macron est marquée à droite depuis longtemps, et l’ascension éclair de Gabriel Attal dit beaucoup de sa vision de la démocratie. Ce qu’il veut, c’est une mini version de lui-même, capable de prendre les coups à sa place, de faire passer des lois qu’un homme de gauche ne cautionnerait jamais. Alors, qui est vraiment Gabriel Attal, qu’est-ce que sa nomination révèle de la « fabrique des élites », peut-on raisonnablement penser qu’il sera un jour président de la France ? Éléments de réponse avec Salomé Saqué.

Journaliste : Salomé Saqué
Montage : Benjamin Cesari
Graphisme : Morgane Sabouret

Publicité

Production : Hugo Bot Delpérié
Directeur des programmes : Mathias Enthoven
Rédaction en chef : Soumaya Benaïssa
Directeur de la rédaction : Denis Robert

Le site : https://www.blast-info.fr/
Facebook : / blastofficiel 
Twitter : / blast_france 
Instagram : / blastofficiel 

#Politique #Attal #Macron

@johan8010
il y a 1 jour
Merci à Blast et Salomé pour cette vidéo d’analyse qui est hélas de mauvaise augure pour les prochaines années. Effrayant de constater qu’aucune idée forte n’émane de Gabriel Attal, il fait son chemin et trou de par son image, comme une girouette qui a choisi le bon camp au bon moment, honteusement aidé et appuyé par les médias qui ne s’efforcent même plus de partager les résultats de ses différents postes mais le font rayonner par sa jeunesse et tête de jeune premier. Symbole de la vacuité et de l’opportunisme, son projet sur l’abaya lui aura permis de gagner en buzz et en laissant l’école en ruines, telle qu’il l’a trouvé. Les postes de ministre ne sont que des passerelles ou des tremplins pour les macronistes et desservent les français.




Réagir