mercredi 10 juillet - par childéric

Evergreen et les dérives du progressisme

L'Université d'Evergreen et les dérives du progressisme dans les campus américains. 



47 réactions


  • Yakaa Yakaa 10 juillet 16:48

    J’ai tenu 15 minutes tellement c’est oppressant et ça me fout vraiment mal à l’aise de voir tous ces gens se soumettre à ce délire et ces mascarades.

    On est vraiment face à de l’endoctrinement sectaire ou la raison et le bon sens n’ont plus aucunes places...

    .
    Dire que ça arrive à grands pas en France est assez flippant.

    .

    Je vais m’aérer, respirer un peu avant d’y revenir...


    • Yakaa Yakaa 10 juillet 17:44

      @Yakaa
      J’ai tout visionné, c’est un peu une forme de Khmers rouges et de folie sectaire qui détruit tout sur son passage. On livre aux étudiants les plus agressifs des Kalash idéologiques pour détruire du blanc.
      La passivité et la soumission de 99,9% du personnel est assez cauchemardesque, ils n’auraient été que 80% j’y aurai encore vu une lueur d’espoir...


    • medialter medialter 11 juillet 10:55

      @Yakaa
      "On est vraiment face à de l’endoctrinement sectaire ou la raison et le bon sens n’ont plus aucunes places..."
      *
      Spèce de raciste smiley


    • lejules 12 juillet 13:19

      @Yakaa
      j’ai eu la réaction que vous je suis allé boire un verre d eau. je vous ai plussé malheureusement on ne peut pas appuyer dix mille fois sur le bouton +


  • BaronRouge 10 juillet 17:23

    Ils ont perdu le contrôle de leur monstre. 


  • Toutatis 10 juillet 17:45

    Dans les années 60 (ou 70 je sais plus) le mathématicien soviétique Igor Shafarévitch, dissident et ami de Soljenitsyne, a écrit un livre intitulé "Le phénomène socialiste", où il faisait remonter le "progressisme" et ses dérives aux sectes hérétiques du Moyen-Age. Un plus érudit que moi pourrait probablement remonter plus loin encore (le début du christianisme, où plusieurs tendances se sont affrontées). Tout ça pour dire que ce qui se présente comme une marche en avant et un dépassement de la civilisation occidentale n’est qu’un retour à d’anciennes tendances de ce même monde (autrement dit on n’en sort pas).


    • gaijin gaijin 10 juillet 19:41

      @Toutatis
      c’est tout a fait ça on est face a des délires digne du meilleur stalinisme ou des séances d’autocritiques maoistes
      comme quoi tous les systèmes soit disant opposés aboutissent au même cauchemar ......


    • Yakaa Yakaa 10 juillet 19:45

      @Toutatis
      .
      Je ne suis pas sûr que l’on sorte un jour des systèmes basés sur le pouvoir, la domination, l’endoctrinement, la manipulation, ils évoluent, changent de visages, mais sont vieux comme le monde.
      .
      Des systèmes sectaires particulièrement nocifs voient actuellement le jour là ou on ne les attendais pas : ici au cœur de "l’antiracisme" et du "progressisme", ou encore dans toute la sphère du New-Age qui derrière un masque mièvre "d’amour Inconditionnel" dissimule des pratiques d’une perversité et d’une nocivité inouïe.
      Et il y a bien d’autres exemples.


    • Belenos Belenos 11 juillet 09:05

      @Yakaa
      Oui, on dirait une sorte de démon qui peut faire feu de tout bois et se glisser dans n’importe quel contexte. 


    • gaijin gaijin 11 juillet 13:38

      @Belenos
      ce démon s’appelle : déterminisme biologique.
      les groupes humains fonctionnent sur une réplication du schéma de l’organisme multicellulaire que nous sommes et qui s’appelle " je suis " la construction du groupe se fait au détriment du potentiel de l’individu et dans logique de séparation entre ce qui fait partie de je suis et ce qui en est exclu ....( on se définit en excluant )
      l’issue est de ne plus être des victimes aveugles de nos pulsions biologiques ......


    • Odal GOLD Odal GOLD 18 juillet 02:24

      @Toutatis
       
      Je vois les choses un peu comme Soljenitsyne.
       
      La valeur principale du Signe du Poisson serait l’Amour. Hier, au ,nom de l’Amour chrétien (car le signe des chrétiens est le Poisson), il y a eu l’Inquisition.
       
      La valeur principale du Signe du Verseau (qui est l’ère vers laquelle on va) serait la Tolérance : on le voit bien déjà aujourd’hui dans la dialectique des politiques (les politiques sont des gens mi-truands mi-curés, il ne faut jamais les croire, mais bon...)
       
      Demain, au nom de la Tolérance, il y aura des Inquisitions, notamment du genre idéologique de celle décrite dans ce film.
       
      In-Sectes. Et sous leur regard courroucé.
       


  • bob87 10 juillet 19:45

    L’extrême gauche dans sa forme la plus aboutie : une maladie mentale incurable !


  • Hieronymus Hieronymus 10 juillet 20:15

    p’tain, insoutenable de connerie !

    à tout prendre, j’aime encore mieux l’Iran des mollahs

    aussi ce gargouillement nasillard de l’accent américain rend la proclamation de toutes ces débilités encore plus insupportable

    le stade ultime de l’humanité dégénérée, un cauchemar smiley


  • Djam Djam 10 juillet 22:02

    Ce fut difficile mais j’ai visionné ce doc de bout en bout...

    Une seule chose à dire : il faut laisser ces délirants entre eux et le chaos total jaillira en quelques jours. Et le pire, c’est qu’entre eux mêmes il y aura alors de nouvelles discriminations car ils en ont besoin pour alimenter leur délire.


  • beo111 beo111 10 juillet 23:54

    Merci pour cette excellente vidéo.

    Rassurez-vous, cela arrive en France, il n’y a qu’à se rappeler l’an dernier leur fameuse lutte contre la sélection à l’université.

    Ah la djeunesse, on est tous passés par là.


    • Belenos Belenos 11 juillet 01:24

      @beo111
      "Ah la djeunesse, on est tous passés par là."

      Non, personne n’est encore passé par là en France (vous êtes sûr d’avoir bien vu la vidéo ?) 


    • beo111 beo111 11 juillet 08:50

      @Belenos

      Ça c’est ce que vous dîtes car vous êtes dans l’enseignement ; donc c’est dans votre rôle d’en imposer à vos élèves afin d’asseoir une certaine autorité qui facilitera la transmission des savoirs.

      Moi je suis dans l’informatique, donc les machines m’obéissent au doigt et à l’œil (au doigt surtout), peu importe que j’étais con à bouffer du foin il y a quelques années, je n’ai pas besoin d’en imposer en écrivant un roman personnel (allusion au concept de roman national).

      Plusieurs choses m’ont bien plu dans cette vidéo. Déjà la narration, je suis très sensible à la qualité de la narration. En particulier ici le positionnement par rapport au sujet. L’auteur a "étudié" dans cette université, donc il sait de quoi il parle. Mais d’un autre côté une certaine distanciation est nécessaire, c’est ce qui est fait lors de la montée dans le canoë, ou la barque je ne me souviens plus exactement, l’essentiel est que face à une situation particulièrement toxique (des gens normalement détenteurs d’une autorité se font mener en bateau) l’individu sain d’esprit se retire, de peur d’être contaminé.

      Cela me rappelle d’ailleurs la saine réaction de Marine Le Pen et de Nicolas Dupont-Aignan qui ont quitté l’hémicycle lorsque Justin Trudeau est venu leur vendre le CETA. D’ailleurs, si yen a qui veulent qui veulent étudier quelques mongoliens qui l’ont pas quitté l’hémicycle à ce moment là, une séance publique est prévue ce mardi 16 juillet de 17h à 20h devant l’Assemblée nationale, place Édouard Herriot.

      Ce que j’ai beaucoup aimé aussi ce sont les méchants, car j’aime bien m’y identifier. Là d’ailleurs je partage avec eux une une obsession très malsaine pour la politique politicienne et je dois avouer que je suis en admiration devant leur posture. Les mecs n’ont même plus besoin de s’embarrasser des artifices de la novlangue, ils émettent direct en double-pensée, je suis admiratif.

      Et surtout je me sens vraiment en sécurité quand ils déambulent dans l’université avec leurs battes de base-ball, là vraiment les vaches sont bien gardées.

      De toute façon sans les méchants ils n’y a pas d’action donc pas de narration et moi j’aime bien la narration.

      Alors oui ya une morale à la fin, pffff, la morale, bon allez je vous laisse j’ai du boulot.

      Ah non, j’allais oublier le juif qui souffre beaucoup, comme quoi les vaccins contre le show ananas sont parfois pires que le mal.

      Méfiez-vous des vaccins !


    • Belenos Belenos 11 juillet 09:03

      @beo111

      Je n’ai toujours pas compris pourquoi vous écrivez : 
      "Ah la djeunesse, on est tous passés par là."

      Non, aucun adulte en France n’est encore passé par ce genre de situation délirante quand il était étudiant, il me semble !


    • beo111 beo111 11 juillet 21:41

      @Belenos

      C’est vrai, peut-être que je prends un peu trop mon cas pour une généralité.

      Encore que, qui n’a pas fait de connerie monumentale, sous l’influence de gens que l’on prend comme modèle ! Il y en a même qui ont voté Macron sous les injonctions de, que dis-je, sous l’effet des suggestions de la télévision !

      La situation est déplorable.


  • Belenos Belenos 11 juillet 02:09

    Il faut regarder tout et jusqu’au bout, parce que même si c’est oppressant et si ça donne des envies de violence, cette histoire horrible finit assez bien quand même, c’est à dire [attention spoiler] par la faillite de l’établissement. Bien sûr, on aurait été mieux récompensé de notre patience avec un incendie détruisant entièrement le campus, comme on en voit classiquement à la fin des films d’épouvante ; mais le retour du réel a quand même eu lieu pour botter le cul de cette bande de freaks et de leurs assistants découillés. 

    La mauvaise nouvelle, c’est que ce genre d’oppression sectaire par la culpabilisation collective est arrivée en France. J’y ai déjà été confronté (à une intensité moindre quand même, juste quelques petites tentatives) et la seule bonne stratégie est de se comporter en ours féroce et de ne rien céder, tout en restant, bien entendu, dans le cadre de la légalité. Vous devez traiter toute infection de ce genre dès qu’elle se manifeste et jusqu’à la racine, pour qu’il ne reste rien de cette merde, sinon elle reviendra toujours à la charge. C’est ce qu’on voit dans les films de morts-vivants  des fictions qui symbolisent en fait très bien la contamination mondiale bien réelle qui se produit en ce moment. 

    Détail important : ce genre de catastrophe se produit souvent sur un terrain sexuel problématique (ce n’est pas pour rien que ça démarre chez ces Ricains puritains qui pensent avoir le diable dans le slibard). Le malaise sexuel est très visible dans le petit comité révolutionnaire de ce village de fous, mais il est aussi présent dans l’équipe pédagogique qui a capitulé et collabore piteusement. Par exemple, le président de l’université a un problème de queue, ça se voit sur sa gueule frustrée pitoyable. Il est clair qu’un "alpha" capable de bander sans honte ne se comporterait pas comme il le fait. 


    • Hieronymus Hieronymus 11 juillet 09:31

      @Belenos
      Il faut regarder tout et jusqu’au bout


      comment est ce possible de visionner une telle horreur sans y être contraint par violence physique comme dans Orange mécanique ?
      https://images.app.goo.gl/wR8BVyJru1HeS6Kc6
      ou alors .. je sais pas .. y a un truc .. trop fort !


    • BaronRouge 11 juillet 12:55

      @Belenos

      Je suis d’accord, faut se battre contre cette infection mais c’est la voie royale pour que tu deviennes un bouc émissaire parfait bon pour l’asile psychiatrique car cette infection est en train de devenir la norme, le psyché commun du plus grand nombre. 


  • Sentero Sentero 11 juillet 10:30

    Recette classique... vous donnez l’impression à une "minorité" qu’elle est opprimée par des "privilégiés"... puis vous lui donnez un pouvoir sans contrôle et une certaine impunité... et là toutes les dérives sont possibles même si sur ce campus la violence reste, comme sur Agoravoxtv, surtout verbale... 


    • Toutatis 11 juillet 11:28

      @Sentero
      Non, la violence n’est pas uniquement verbale. Je pense à ces profs, qui risquent de perdre leur emploi, par démission, forcée ou non. Dans des matières non strictement scientifiques (lettres, sciences humaines) ça doit pas être évident de retrouver un job ensuite, surtout autant payé. A mon avis c’est la seule chose qui les oblige à rester dans cet enfer.


    • Sentero Sentero 11 juillet 13:34

      @Toutatis

      C’est bien pour cela que je n’ai pas écrit que la violence était uniquement verbale mais surtout verbale...

      Quant aux profs qui perdent ou risque de perdre leur emploi je pense qu’avec un bon avocat et absolument rien à leur reprocher de concret ils ont de grandes chances de percevoir de larges compensations... d’ailleurs il me semble que celui qui a été "démissionné" ou empêché de travailler a reçu 500 000 dollars de dédommagement... à sa place une fois la somme reçue j’écrirais une petite lettre de remerciement goguenarde aux étudiants qui l’ont persécuté...


    • Belenos Belenos 11 juillet 17:12

      @Sentero
      Mieux : le prof peut écrire un livre racontant son calvaire puis sa victoire finale, et vendre les droits au cinéma !  Cela ferait un très bon film.  smiley


    • Sentero Sentero 11 juillet 19:15

      @Belenos

      Je pense d’ailleurs que si on est victime de ce type de pression il vaut mieux y aller franco et ne rien lâcher en discutant pied à pied et si ce n’est plus possible ne pas hésiter (même si à la base je n’aime pas trop la judiciarisation) à aller en justice car si c’est difficile de se faire entendre par une bande d’hurluberlus excités je pense que dans un prétoire c’est autre chose et les faits l’emportent... 

      Bref...


    • Belenos Belenos 12 juillet 08:29

      @Sentero
      Oui, on peut toujours échapper à la tyrannie d’une organisation sectaire en demandant des comptes devant la société... tant que la secte n’a pas absorbé l’Etat et toute la société. Parce que si le juge est lui-même un zombie, vous ne serez pas tiré d’affaire. 
      https://www.youtube.com/watch?v=FMMijsLiIJg


  • zeitgest zeitgest 11 juillet 12:52

    Ça ressemble à "La vague" mais inversée !


  • BaronRouge 11 juillet 12:59

    Le seul talent de la gauche sociétal est de créer dystopies sur dystopies tellement ce sont des idéalistes qui vivent dan le meilleur des mondes et qui sont prêts à tout écraser pour faire coïncider le réel avec leurs délires névrotiques. C’est une constante dans l’histoire de la modernité. A force de tordre le réel, c’est le réel qui finit par te tordre. 


  • aleter3 11 juillet 13:30

    C’est ce qu’on appelle la a folie institutionnalisée. Ces personnes sont coupables de tout ce qu’ils reprochent aux autres.(racismes, classement arbitraire des personnes en fonction de leur sexe, âge etc...) et distributions de "droits" particulier. (ces gens ne savent pas ce qu’est l’équité) et ce qu’ils mettent en place est abominable.

    La poubelle idéologique de l’extrême-gauche n’est pas recyclable et amène la naissance d’un nouveau genre de totalitarisme.


    • aleter3 11 juillet 13:33

      @aleter3

      Pour ajouter à mon propre commentaire, ce n’est pas juste une question de distribution de "droits" particuliers, c’est un nouvel apartheid "communautaire" (si on peut appeler leur catégorie des communautés tellement c’est arbitraire)


  • harry stot 11 juillet 17:35

    La gauchiasse dans toute sa splendeur !

    Orwlien à souhait ?

    D’où cela provient ?

    Du marxisme, bien sur …

    Mais qui était vraiment marx ?

    Elément de réponse :https://www.barruel.com/karl-marx-et-satan.html


  • maQiavel maQiavel 11 juillet 19:37

    La fin du documentaire m’a fait penser à la note de lecture de Michel Drac sur la ponérologie politique de Lobaczewski , à la différence qu’ici , l’écosystème étudié n’est ni national , ni impérial mais universitaire. Pour ceux qui n’ont pas vu cette note de lecture ( et je la leur recommande vivement ) , la notion de « cycle hystéroide » y est développée :

    -Dans un premier temps , le cycle part de constats censés et justes sur une situation donnée ou sur des phénomènes sociaux spécifiques.

    -Viennent ensuite dans un deuxième temps des schizoïdes qui vont s’appuyer sur ces constats pour produire un système d’explication total , monocausal et cohérent , les schizoïdes vont ainsi fabriquer une idéologie qui va constituer un appauvrissement de la compréhension des phénomènes sociaux. Cependant , les schizoïdes ont de fortes tendances misanthropiques , ils sont passionnés par les concepts abstraits mais répugnent les individus concrets , ils sont supérieurement intelligents mais ont une très faible capacité de séduction.

    -Pour que l’idéologie se diffuse , il faut l’intervention des paranoïdes , ces derniers n’ayant pas ce problème de misanthropie. Une fois embrigadé par l’esprit de système sécrété par les schizoïdes , les paranoïdes s’associent en réseaux et produisent un discours audible et compréhensible pour le commun des mortels. Les paranoïdes sont charismatiques et donnent l’impression de savoir des choses que les autres ne savent pas , ils fournissent des réponses simples à des questions complexes , ils ont explication à tout et délivrent donc les esprits faibles de l’angoisse de l’incompréhension , esprits faibles ainsi confortés qui répéteront comme des automates la pensée unique sécrétée. C’est la troisième phase , celle de la constitution d’associations ponérogéniques : à la base on a les adeptes lobotomisés , au sommet on a les paranoïdes qui diffusent le discours et en retrait les schizoïdes qui jouent le rôle d’éminence grise. A un stade avancé , le principe de réalité est évacué , les vérités inconfortables rejetées , la capacité à penser logiquement et rigoureusement sans se laisser déborder par ses émotions n’existe plus , on ne recherche plus la vérité mais un discours agréable , la réalité disparait du champ perceptif des individus enfermés dans ces associations.

    -A la dernière phase , les psychopathes qui sont des êtres égocentriques , narcissiques , mégalomanes , manipulateurs etc. profitent de la situation , parviennent à se hisser au sommet de ces associations et en font leur chose. Lorsqu’ils s’emparent des leviers de commande , ils éliminent les paranoïdes et conservent les schizoïdes afin d’utiliser leur aptitude à produire des explications totales susceptibles de sidérer les esprits faibles. Contrairement au paranoïde , le psychopathe est un nihiliste qui n’est animé d’aucun idéal , une seule chose compte pour lui : instrumentaliser l’association ponérogénique et l’idéologie qu’elle sécrète à son profit dans le but d’ assouvir son désir de domination. Si les psychopathes réussissent , le processus se conclut par la mise en place d’une tyrannie.

    Si on analyse les phénomènes décrits par cette vidéo de cette perspective , on voit d’un œil renouvelé la pyramide présentée à 40 : 00 , on pourrait presque la compléter. On pourrait dire que toute cette dynamique part de constats de réelles discriminations envers certaines catégories de population et c’est sur ces constats censés que viennent se greffer le processus ponérologique.


    • Sentero Sentero 12 juillet 11:35

      @maQiavel

      A mon avis dans le cas de ce campus il y a certains étudiants (à mon avis beaucoup) ont été tout simplement opportunistes... pas mal d’étudiants ont dû comprendre (ou cru comprendre en réfléchissant à court terme) qu’avec le désordre qui se mettait en place et en choisissant bien leur positionnement (suiveur et/ou neutre laissant faire) ils allaient passer une année cool et assurer leurs UV, leurs diplômes etc etc sans trop bosser... ni schizoïdes, ni paranoïdes ni psychopathes ils ne se sentaient probablement même pas vraiment concernés par l’idéologie proposée mais voyaient quel bénéfice immédiat ils pouvaient tirer de la situation...


    • Sentero Sentero 12 juillet 11:57

      @Sentero
       ...qui ont été...


    • maQiavel maQiavel 12 juillet 20:48

      @Sentero

      C’est une perspective que j’ai explorée , je ne prétends pas que c’est LA vérité. Cependant , elle me semble intéressante , à mon humble avis , ce phénomène va bien plus loin que des étudiants qui veulent simplement se la couler douce …

      Dans cette perspective , ceux qui jouent le rôle des schizoïdes ce sont les théoriciens des « cultural studies ». Pour ce qui est des paranoïdes , on les retrouverait dans le corps enseignant et enfin les psychopathes chez les étudiants qu’on voit jouir lorsqu’ils humilient leurs professeurs.


  • ezechiel ezechiel 11 juillet 23:41

    Reportage terrifiant sur l’aboutissement du gauchisme, idéologie raciste, intolérante, prêchant la haine de soi.

    Cette saloperie venue des USA (marxisme culturel) contamine depuis mai 1968 toutes nos institutions, nos politiques et nos média.

    « L’Oréal fait de la discrimination positive et l’assume. Aujourd’hui, lorsque nous rencontrons un candidat qui a un prénom d’origine étrangère, il a plus de chance d’être recruté que celui qui porte un prénom français de souche. »
    Jean-Paul Agon, PDG de l’Oréal

    "A compétences égales, et bien désolée, on choisira la femme, ou on choisira la personne venant de autre chose que le mâle blanc, pour être claire."
    Anne Lauvergeon, PDG d’Areva

    "A la tête de la haute administration, on a principalement des hommes, blancs, qui ont fait l’ENA. On manque terriblement de diversité dans les parcours. Quand tout le monde a le même logiciel il n’y a plus d’intelligence collective."
    Marlène Schiappa sur Twitter le 6 janvier 2019

    « Ne comptez plus sur moi pour défendre la moindre nomination d’homme à partir de maintenant »
    Marlène Schiappa

    "Je ne peux pas survivre quand il n’y a que des blonds aux yeux bleus, c’est au-delà de mes forces."
    Jean-Luc Mélenchon


  • pegase pegase 12 juillet 00:17

    J’ai tenu 10 minutes smiley

    Que dire : On a l’impression de gens complètement barrés émettant des théories ultra-racialistes à un stade jamais vu ...

    C’est hallucinant de conneries, je préconise les électro-chocs smiley

    C’est quoi la suite ? c’est toujours du racialisme ?


  • Bizutage 15 juillet 02:40

    Que pensez-vous du Bizutage ?


  • Bizutage 15 juillet 11:25

    je vous propose un film "la vague"


Réagir