mercredi 6 février - par Mao-Tsé-Toung

Débat Michel Onfray-Yann Moix sur les Gilets Jaunes & Hanouna

Débat : Michel Onfray-Yann Moix sur les Gilets Jaunes & Cyril Hanouna - Débat entre copains et/ou coquins, modérés par une copine, de l'un et de l'autre où on cause davantage littérature (la lettre en tant que genre littéraire de communication : Onfray pédant en la circonstance nous dit que le genre date depuis François Mitterand, ce que son compère du jour acquiesce aussitôt !)

Yann Moix nous dit admirer Hanouna !

Je ne présenterais pas ici, ni Michel Onfray, ni Yann Moix, auxquels j'ai consacré de très nombreux articles & commentaires ; en ce qui concerne Monsieur Cyril Hanouna, d'une part je n'ai visionné de ses divertissements que quelques minutes ; d'autre part le personnage s'inscrit dans la tradition d'un "animateur" comme Arthur opérant dans le même genre ; il a trouvé un créneau très porteur & partant très bien rémunéré, qui consiste de partir du vide intellectuel, d'une partie importante de la jeunesse d'aujourd'hui, et plus largement, toutes générations confondues, de la déliquescence banalisée et généralisée, souvent non exempte, il faut bien le dire, de connerie banale... ! Donc Monsieur Hanouna, est avant tout un "intello" opportuniste moderne, spécialisé dans la tonte, comme le sont Michel Onfray, Yann Moix et bien d'autres ; chacun dans sa bergerie évidemment...

Nonobstant à chacun sa vérité... ou ses vérités, comme vous voudrez !

Débat Michel Onfray-Yann Moix sur les Gilets Jaunes

Et les Gilets Jaunes dans tout ça ?

Qu'en pensez-vous ?

Merci



6 réactions


  • Lucadeparis Lucadeparis 6 février 10:33

    Yann Moix admet que Michel Onfray avait raison (7mn16s et après) : le peuple est la population sur qui le pouvoir s’exerce, et il existe ; cela existe malheureusement et est la raison de la révolte des Gilets Jaunes.

    Yann Moix fait un amalgame, en inventant que "démocratie directe, c’est ce qui a mis Napoléon III au pouvoir" (10mn08s), afin de la discréditer, alors qu’il s’agissait d’une élection présidentielle, imitée du système états-unien, et qui ne réadviendra en France qu’en 1965 avec la Cinquième République.


  • medialter medialter 6 février 11:43

    Vidéo sans le moindre intérêt, 13 mn de politesses, de blablatisme, d’enfonçages de portes ouvertes, de cirages de pompes (même Hanouna et Macron se sont fait lustrer, on a battu les records du politiquement correct). Bref, passez votre chemin, ou alors étudiez cette vidéo comme modèle de soumission de la philosophie publique (ou ce qu’il en reste) au diktat merdiatique dont les normes toujours plus exigeantes transforment ses invités en personnages de Muppet Show. Autant triste que révélateur du stade avancé et jamais vu de ce système qui règne désormais sans partage en renouant dans sa forme républicaine avec l’ancien absolutisme


  • Hijack ... Hijack ... 6 février 17:32

    Hum ... en lisant l’article chapeau en diagonale ... entre Onfray, Moix et Hanouna ... ma préférence va au dernier.

    En effet, Hanouna, ne trompe personne ... ni lui-même, ni les autres.


  • Belenos Belenos 6 février 22:37

    Moix se tient à carreau devant l’oeil vigilant de Michel Onfray, donc il s’efforce de dire moins de conneries que d’habitude. Mais ça ne casse pas des briques quand même, son discours est vague et inutile. Sans intérêt. 


  • mjk mjk 7 février 10:03

    Moix l’ancien négationniste pro-palestinien est désormais ami-ami avec tout ce qui ressemble de près ou de loin à un judéo-sioniste influent. smiley

    Quand on a aucun talent particulier mais que l’on rêve de percer dans le milieu, on est bien obligé de se compromettre, hein Yann ?


  • simplesanstete 7 février 22:30

    Vidéo sans le moindre intérêt, 13 mn de politesses, de blablatisme, d’enfonçages de portes ouvertes, de cirages de pompes (même Hanouna et Macron se sont fait lustrer, on a battu les records du politiquement correct). Bref, passez votre chemin, ou alors étudiez cette vidéo comme modèle de soumission de la philosophie publique (ou ce qu’il en reste) au diktat merdiatique dont les normes toujours plus exigeantes transforment ses invités en personnages de Muppet Show. Autant triste que révélateur du stade avancé et jamais vu de ce système qui règne désormais sans partage en renouant dans sa forme républicaine avec l’ancien absolutisme


Réagir