jeudi 2 juillet - par hase

COVID19 : enfin un autre son de cloche !

Sur ce sujet, il n'y avait pas jusqu'ici matière à faire de la pub au Media !! Mais cette analyse, cette vision des évènements est inédite et elle fait du bien.

On peut sans doute trouver à redire, mais si on calme notre impatience due à l'addiction au sujet qui nous hante depuis plus de quatre mois, prendre le temps de remonter le temps est plutôt enrichissant.



28 réactions


  • Djam Djam 2 juillet 15:04

    Ce qui frappe dans ce long et intéressant entretien c’est la posture de D. Robert... l’on sent bien dans sa manière de faire le "journaliste enquêteur" qu’il tente de combiner sa conviction profonde et assez bétonnée (que l’on peut exprimer sous la forme de "moi, je suis persuadé que le covid c’est vachement dangereux et pire que tous les autres"), conviction qu’il essaie de masquer par une fausse ouverture au doute et pire, à l’éventualité qu’il se soit lui-même largement trompé dans ses conclusions sur l’épidémie.

    Cela traduit chez ce journaliste une raideur personnelle totalement noyée dans une bonhommie un peu mollasse. J’irai jusqu’à dire que cet homme a développé une peur certaine de dire "l’interdit". Or, dans notre société, l’interdit suprême, le tabou absolu c’est de dire autre chose que la doxa officielle.

    Denis ROBERT a été un courageux enquêteur, ses ouvrages sur le scandale "Clearstream" puis (suite de l’afaire) la "Boîte noire" lui ont valu une vie épouvantable : mis sur écoute, insultes, menaces des serves secrets, pressions des groupes privés mondiaux, cambriolages à son domicile et bien d’autres préjudices qui l’ont indiscutablement usé. Il a fini par se caser au Média, pour au moins continuer à faire son métier, mais on le sent définitivement archi méfiant à s’aventurer comme il le fit avec ténacité dans les deux affaires sus-citées.

    Cela donne un homme impatient d’aller très vite à l’essentiel dans un entretien où son interlocuteur pèse ses propos, demeure dans la nuance avec raison et prend son temps pour développer ses hypothèses. Du coup, ROBERT manifeste de l’ennui (il ne sait plus écouter sans anticiper mentalement) et voudrait que l’interlocuteur lui délivre, à la façon des pseudos argumentateurs de notre époque, immédiatement et sans détour les "preuves" permettant de valider (comme avec le langage informatique : oui / non valider / annuler, etc... !) la réalité vraie ou le faux.

    L’entretien est intéressant sur ce point en particulier qu’il démontre comment et avec quel discrédit le journalisme de la communication a remplacé l’investigation qui, comme la vie, exige doute, patience, remise en cause et ouverture d’esprit. ROBERT espère vraisemblablement être de ces journalistes qu’on qualifie d’ouvert et à l’écoute mais tout est faux chez lui. En tout cas, même s’il essaie d’être ouvert et à l’écoute on sent nettement qu’il voudrait bien que la conclusion soit déjà assénée vite-fait et si possible dans le sens de ses propres attentes.

    C’est en cela que Denis ROBERT est comme la majorité des journalistes de la comm" officielle globale : un mauvais acteur dans un théâtre de mensonges qui tresse quotidiennement l’illusion globale dans laquelle, à la façon de "Matrix", les médias du monde enferme le cerveau collectif.

    Le psychiatre interrogé a totalement raison pour le coup : D. ROBERT comme nous tous vit dans un délire collectif avéré.


    • hase hase 2 juillet 15:08

      @Djam
      Excellent commentaire !!! ceci dit, on peut rendre gré à Denis Robert d’avoir fait une entrevue avec quelqu’un qui pense à l’opposé de lui ! Le délire collectif... qui voit les choses comme ça ?


    • vesjem vesjem 2 juillet 16:56

      @hase
      par contre, robert n’a pas demandé à ce psy, s’il croyait aux chambres à gaz ;
      donc, interview incomplète et sans valeur...


    • Patrick Samba 2 juillet 18:48

      @Djam
      si la posture de Denis Robert frappe en effet, la thèse défendue par ce pédopsychiatre me frappe bien plus encore. Je viens de lire votre très bon article sur Big Broma, et j’ai eu le sentiment que dans celui-ci vous vous intéressiez plus à l’essentiel qu’à l’accessoire.

      Le thème de cet entretien vient conforter celui de votre article et vous n’y portez pas autant d’attention. Manipuler la population par la peur ne vous interpelle pas ?

      "Celui qui contrôle la peur des gens, devient le maître de leurs âmes" - Nicolas Machiavel


    • tobor tobor 3 juillet 00:37

      @vesjem
      "par contre, robert n’a pas demandé à ce psy, s’il croyait aux chambres à gaz "

      Même combat ! Il essaye d’arracher à son interlocuteur des propos conspirationnistes dignes de lynchage médiatique mais l’autre le voit venir derrière ses airs de candide effarouché ! Ce mec est un foutu vicelard en fait !


    • Yakaa Yakaa 3 juillet 14:07

      @hase

      qui voit les choses comme ça ?

      Moi  smiley




    • hase hase 3 juillet 15:20

      @Yakaa
      C’est vrai que Agoravox n’est pas le meilleur lieu pour demander ça !! smiley


    • mmbbb 4 juillet 18:43

      @Djam j ai ecoute un bref instant ce pyschiatre La grippe saisonnière 10 000 morts nous en sommes a 30 000 morts ! , Il cite la grippe saisonnière , certes mais entre la souche H1N1 et la H5 N1 ce n est pas la meme grippe ! Cette derniere c est la grippe espagnole et les epidemiologiques craignent chaque année sa resurgence . Comme le coronavirus , c est une classe de virus . Ce virus a mute selon certaines etudes Il y a beaucoup d inconnu !
      Le probleme reside moins dans l etude de la sémiologie ( ce psychiatre le dit ) qu a donner une reponse rapide que la France n avait plus : masques tests et lits de reanimation  Ce confinement a ete une situation de replis puisque nous n avions plus de logistique en attendant que la tempete passe ..
      On aurait affirme a B Johnson que l immunite de groupe aurait provoque 300 000 morts En Angeletterre dont la population est equivalente : 40 000 morts !
      Ce psychiatre est gentil mais il n avait aucune responsabilte Donc c est facile . Nous ne sommes plus dans le taux de mortalite d une grippe ou rhume saisonniere 
      Ce type est medecin de formation , l ordre de grandeur a une importance en science non ? 
      BHL ce que j en pense ! Il est sur tous les fonts , dommage qu une balle perdue n est point endommager son integrite physique , mais il est sur tout les fronts mediatqiques , hormis les tartes a la creme il ne craint rien 


    • Djam Djam 5 juillet 11:59

      @Patrick Samba
      Vous avez tout à fait raison, je me suis davantage axée sur l’accessoire dans cet article ci. J’ai développé en effet la question de la peur et surtout de l’infantilisation ahurissante des masses dans mon article "Big Broma".

      Hormis ce qui m’a frappée dans l’attitude ambiguë de Denis ROBERT dans l’entretien avec le psychiatre, il y a bien entendu l’essentiel de ce qui est exprimé : la puissance de l’arme "Peur" employée depuis des décennies et plus spectaculairement (strito sensu) depuis le 11/9. 

      Difficile de ne pas repenser à la "Stratégie du choc" de Naomie Klein dans lequel elle fait une dense enquête sur les méthodes déjà anciennes pratiquées par les services américains pour évaluer les marges possibles de conditionnement des masses.

      Ce qui m’interpelle le plus en réalité c’est la stupéfiante efficacité manipulatoire des sociétés contemporaines et par conséquent l’aveuglement des individus sur eux-mêmes. Nous croyons tous penser par nous mêmes...rien n’a jamais été plus faux. Tous nos commentaires ici même sont autant de preuves que nous ne pensons pas vraiment en être autonomes mais que nous répétons ce que nous avons lu ici et là.

      Il est très difficile de ne pas trier nos sources argumentaires en dehors de notre propension, conscientes ou pas, à ne choisir que des arguments pensés par d’autres mais qui renforceront nos propres croyances. C’est pourquoi j’aime assez la façon qu’à un Raoult d’avancer dans ses recherches et de les exposer.

      La féminisation de la société occidentale génère une façon de faire de la politique par l’émotionnel. C’est une erreur grossière pour ne pas dire gravissime. Les femmes véhiculent cette propension et c’est grave parce que l’émotionnel fait régresser, neutralise la Raison et nous entraîne irrémédiablement à terme vers la barbarie.

      Oui, le psychiatre a raison... nous avons basculé avec le covid dans un vrai délire collectif et l’on en mesure encore, et sans doute pour longtemps, les conséquences comportementales. La plupart des gens s’accrochent à leur bâillon sans même chercher à comprendre comment fonctionne notre système immunitaire et pourquoi les "gestes barrières" (fallait oser !) sont d’une bêtise achevée.


  • albert123 2 juillet 16:36

    "Le délire collectif... qui voit les choses comme ça ? "

    ceux qui ne souhaitent pas parler "chambre à air" avec D. Robert ou avec d’autres journalistes qui ont de plus en plus souvent comme caractéristique d’être des idiots finis, abrutis par les idéologies qu’ils mettent en avant pour garder leur place.

    le niveau des analyses et des débats est particulièrement faible avec les gens de la presse tous sortis du même moule.

    Vous pouvez aussi y rajouter tous ceux mis à tord dans la case fachosphère par des gauchistes particulièrement sectaires et intolérants quand on n’adhère pas à leur idéologie


  • tobor tobor 2 juillet 23:37

    Ce D Robert semble n’avoir rien compris à ce qui se passe depuis 4 mois et arrive en 2 minutes d’intro à accumuler les niaiseries et à passer pour le simple abruti de base qui, je cite : "commence à douter de son gouvernement".

    "Un autre son de cloche". Laisse-moi rire !!! Un autre son de cloche que quoi ? La presse alternative déborde d’analyses, de témoignages, d’avis de virologues, scientifiques, médecins qui abondent dans le même sens : Tout ce cirque est une grosse entube avec laquelle la presse officielle et les gouvernements se grillent définitivement pour qui avait encore un doute.

    Seule reste l’hypocrisie : Toutes ces mesures ne servent à rien mais l’important est de suivre les recommandations et avec zèle, histoire de ne pas avoir d’ennui et "pour que ces mesures cessent plus rapidement". Mais on ne s’y trompe pas, les commerces et lieux publiques s’équipent de façon durable, le masque semble devenir l’accessoire indispensable et familier, presque "sympa" qu’il serait trop bête d’abandonner, comme les distances, les bulles, gestes barrières, traçage et police éhontément intrusive et paternaliste.

    Il faut être bien naïf pour ne pas avoir pressenti ça dès la première heure !


    • Patrick Samba 2 juillet 23:42

      @tobor
      "La presse alternative déborde d’analyses, de témoignages, d’avis de virologues, scientifiques, médecins qui abondent dans le même sens"

      Parfait, et par souci d’échange vous iriez jusqu’à partager les liens vers cette presse alternative ?


    • tobor tobor 3 juillet 00:42

      @Patrick Samba
      Euh... Agoravosque ?


    • ahtupic 3 juillet 16:23

      @Olivier Perriet
      Tiens l’avis d’Olivier :

      Enfin, un autre son de cloche  smiley


  • PLACIDE2 3 juillet 16:29

    Le psy nous fait bien comprendre que nous sommes emporté commes des fétus de paille par les phénomènes collectifs :https://youtu.be/QjGuMDNcf1o?t=53 ; l’humilité ça aide pour entendre raison ,pour ceux qui ne sont pas compétents

    Nous savons a qui profite le crime.


    • Et Hop ! 4 juillet 10:53

      @PLACIDE2

      Il parle d’un délire collectif, alors qu’il y a eu une propagande orchestrée dans tous les médias.

      Il y a eu fabrication volontaire de fausses informations, ce qui est l’opposé d’un délire qui est une erreur de bonne foi.


    • hase hase 4 juillet 13:18

      @Et Hop !
      C’est votre point de vue, mais à voir les dirigeants agir, moi j’ai plutôt vu des gens incapables de gérer, impréparation, inconséquence, incompétence, indécence même, ce qui n’a rassuré personne : au contraire tous n’étaient soumis qu’à la logorrhée incessante des médias.
      La soumission à ces inconséquences fait partie du délire puisqu’elle est fille de la peur infligée par les médias.
      En Allemagne où 70% des citoyens faisaient confiance à Merkel, il n’y a, à ma connaissance, pas eu un tel délire, une telle répression,des lois qui pleuvaient en averses d’absurdités !
      La peur a existé partout, et cela, on peut accorder que ce ne fut pas par inadvertance, mais pas le délire collectif.


    • albert123 4 juillet 18:18

      @Et Hop !

      "Il parle d’un délire collectif, alors qu’il y a eu une propagande orchestrée dans tous les médias."

      le délire collectif a été de croire à la propagande (pourtant d’une rare médiocrité dans le domaine),

      le délire collectif est dans le port, encore aujourd’hui par un nombre significatif d’individus, du masque de la soumission,

      il est une chose d’avoir des dirigeants et décideurs nuisibles, il en est une autre de continuer de leur obéir.

      et c’est d’ailleurs le fait de leur obéir qui rend légitime cette médiocrité.


    • Et Hop ! 4 juillet 21:44

      @hase

      Un délire c’est de se persuader soi-même d’une chose fausse,
      c’est pas d’être influencé par une propagande massive par tous les médias.

      Tous les soirs Salomon venait à la TV donner le décompte des morts du covid19 dans le Monde pour terroriser les gens.

      A la fin de l’épidémie, Salomon affirmait officiellement que le covid19 était comme la grippe espagnole et la peste noire du XVe siècle (qui a tué 50 % des gens).

      Salomon savait très bien qu’il mentait, il ne se trompait pas, il ne délirait pas, il terrorisait les gens.


    • hase hase 5 juillet 01:38

      @Et Hop !
      Je le suppose, vu que je n’ai pas la télé ! Mais ça n’empêche pas : le délire collectif a des causes, et ceci en fait partie ; ce changement de niveau de conscience, cette stupidité qui nous prend devant des choses quotidiennes, ces peurs irraisonnées devant l’inconnu qui aurait pu vous frôler.... c’est du délire, mais il ne vient pas de rien !
      Je n’y suis pas tombée parce que je n’ai pas la télé, je ne vis pas avec ma vieille mère et mes proches ne travaillent pas dans un hôpital de l’est de la France !


    • Djam Djam 5 juillet 12:07

      @hase

      Vous avez raison, en Allemagne on a moins vu de "bordel" et de n’importe quoi, mais n’oubliez pas non plus que la culture allemande est toujours caractérisée par une acceptation, presque sans broncher, des ordres. La culture française, on le sait c’est la démerde, le bordel, la suspicion envers les élites et la transgression.

      Malheureusement, depuis le début du grand chamboulement sociétal et culturel (venu des EU et de l’UK), les français s’auto détestent et par conséquent n’ont presque plus de "système immunitaire" civilisationnel... et ça c’est, à mon avis, aussi grave que le système immunitaire organique détraqué par les comportements de trouille et de malbouffe généralisée.


    • Et Hop ! 5 juillet 16:15

      @hase

      Le principe du délire c’est qu’il ne vient ni de la réalité, ni d’autres personnes, il vient de dysfonctionnements du cerveau et de la conscience, d’une psychose, de stupéfiants, de l’isolement,..

      C’est des idées qui vous habitent et qu’on projette sur la réalité avec des fausses interprétations qui servent à les corrobore.

      Par exemple, il y a des délires de jalousie, de persécution, d’élection divine, de malédiction, de malveillance, de maladie, de fin du monde, de toute puissance, de dévalorisation, etc..


    • hase hase 5 juillet 17:04

      @Et Hop !
      C’est une question de vocabulaire ; ici, il m’apparaît que ce psychiatre parle d’un changement de niveau de conscience, où l’ordinaire bon sens est remplacé par une peur, plus ou moins panique, des comportements erratiques qui ne sont pas dans les habitudes.
      Puisque je n’ai jamais été prise par ceci, j’ai un moment pensé que la vie trop douillette et sans danger de la plupart appelait, à cette occasion, une aventure, un danger, une rupture de rythme, l’occasion d’héroïsme ou de martyr, bref, un peu de vie enfin !!
      On s’embarque dans une histoire qu’on nous raconte et à laquelle on croit ; sans recul rationnel. Vous comprendrez j’espère que ceci ne veut pas prôner le déni de la contagion, la protection nécessaire des plus fragiles,etc.
      Le décalage qui incite à cette dénomination— ne peut pas, évidemment, être vu par ceux qui l’habitent.
      Le fait est que les chiffres, le temps, jusqu’ici, donnent raison aux non-délirants.


  • sls0 sls0 3 juillet 16:56

    Je suis assez un ermite, je n’ai pas trop tendance à me laisser entrainer par la foule.

    Avec l’histoire covid 19, je me suis dit c’est quoi ce délire collectif ?

    Du coup je me suis dit que dans cette vidéo je vais récuppèrer de l’argument robuste. Nada, j’ai perdu 1h22.

    Denis Robert avec ses témoignages sachant qu’un témoignage honnête est fiable à 16%. Il se base un peu sur des croyances qu’il s’est crée.

    Thierry Gourvénec a une hypothèse qui tient la route mais qui n’a pas approfondi coté arguments ou preuves, il ne prouve rien.


    • Et Hop ! 4 juillet 10:56

      @sls0

      Effectivement.

      Il parle d’un délire collectif, alors qu’il y a eu une propagande gouvernementale orchestrée dans tous les médias.

      D’autre part, le délire est une fausse croyance de bonne foi, or il y a eu fabrication volontaire de fausses informations avec des pressions et de la corruption pour les publier dans des revues scientifiques.


  • beo111 beo111 4 juillet 20:01

    Je n’ai pas regardé la vidéo mais je suppose qu’elle ressemble à celle-là.


  • Vraidrapo 5 juillet 08:37

    Boudiou que c’est long... et tarabiscoté !

    Il va s’en écrire des bouquins et des bouquins sur cette Covid... chacun y mettant son grain de sel.

    J’attends le résumé d’un rapport analytique commenté avec des chiffres incontestés, lorsque tout sera fini.


  • eau-pression 5 juillet 09:33

    Comme @vraidepro, c’est bien long 1h22 de précautions oratoires.

    Si le journaliste a cette attitude, c’est qu’il croit à l’existence d’une forme canonique de la société, dans laquelle toute la logistique développée pour écrêter les accidents de la vie serait utilisée pour chacun.

    La rationalité jette un voile entre la mort et l’individu, qui peut croire qu’elle l’en protège ?

    Les raisons mises en avant pour le confinement tiennent dans l’animation contenue dans cette page (on peut se passer de lire le texte). On peut s’amuser comme des ados paresseux à faire varier les paramètres du modèle, on peut comme un ado vaillant améliorer le modèle. Perso, je me suis lassé de ces jeux quand la réalité s’est imposée : les politiques n’en ont rien à faire de ces simulations, sinon des prétextes.

    Quelqu’un qui a vécu dans un de ces pays d’Asie où le virus a provoqué si peu de morts me dira si les concessions que l’individu doit y faire à la rationalité valent ce succès contre l’aléa des virus. La fourmilière : drogue ou vertige ?


Réagir