mardi 14 septembre - par Mao-Tsé-Toung

14 sept. 2021 - RT France : « C’est juste ignoble » : le personnel soignant contre l’obligation vaccinale se mobilise

« C'est juste ignoble » : le personnel soignant contre l'obligation vaccinale se mobilise

Publicité


14 sept. 2021

RT France


Ce 15 septembre, l'obligation vaccinale pour les soignants entre en vigueur, avec suspensions de salaire et sanctions à la clé pour les derniers récalcitrants. Alors que 13% de la profession n'est pas encore vaccinée et ne souhaiterait pas l'être, les conséquences de cette décision politique risquent d'être lourdes dans le secteur des soins.

#PassSanitaire #Vaccin #Soignants



24 réactions


  • Olivier Perriet Olivier Perriet 14 septembre 13:10

    ça fait un peu "je te vends du pain, mais il est hors de question que moi je le mange" tout cela.

    Les garçons de café ont dû se faire vacciner encore plus tôt que le personnel médical.


    • Pyrathome Pyrathome 14 septembre 13:45

      @Olivier Perriet

      Pfff, les soignants n’ont rien à vendre et surtout pas du "pain" frelaté.....espèce de malhonnête !


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 15 septembre 12:11

      @Pyrathome

      se faire vacciner par quelqu’un qui le refuse absolument pour lui même, ça oui, c’est ignoble....

      Soit on a affaire à des schizophrènes, soit des gens qui méprisent les veaux qu’ils soignent.


    • Daruma 16 septembre 12:00

      @Olivier Perriet
      Vous avez raison de soulever ce problème éthique. Ma conscience me dit que, à mon niveau, je ne peux pas faire grand-chose pour inciter les gens à la prudence. Elle me dit aussi et surtout que je n’ai pas à interférer dans le choix d’un individu. Mais si je devais moi-même vacciner d’autres personnes, il est clair que je serais en contradiction avec mes propres convictions.


  • sls0 sls0 14 septembre 13:16

    Il y a une loi de 1998 sur les maladies nosocomiales qui oblige à la vaccination contre certaines maladies nosocomiales. Par exemple le personnel soignant est vacciné contre l’hépatite B.

    S’il y a des personnes qui ont chopé le covid dans un lieu de santé, le covid devient une maladie nosocomiale et tombe sous le coup de cette loi de 1998. Il faut modifier cette loi pour qu’elle tienne compte du covid. Je ne crois pas qu’elle a été modifiée.

    Donc on peut très bien imposer la vaccination à condition de modifier la loi. On oublie pas qu’il n’y pas que des vaccins à ARN pour ceux qui ont des doutes.


    • louis 14 septembre 22:32

      @sls0
      Pour les maladies nosocomiales , quand au CHU je me suis fait opérer des vertèbres cervicales , j’ai attrapé une espèce de maladie de peau dans le dos et sur le visage a tel point qu’elle arrivait presque au niveau du cou a 2 jours près ils ne pouvaient pas m’opérer ( opération qui m’a laissé des séquelles neurologiques) et maintenant au bout d’1an je n’ai pas réussit a me débarrasser entièrement de celle du visage .


    • sls0 sls0 14 septembre 23:06

      @louis
      Quand ils ont sorti la loi en 98, au niveau maladies nosocomiales la France c’était une honte.
      Maintenant il y a un classement, les endroits pourris sont connus. 
      Ca s’est amélioré mais peut mieux faire, il y a des pays en voie de développement qui sont meilleurs.


    • juanyves 15 septembre 14:41

      @sls0
      Notre missionaire de service nous prêche les maladies nosocomiales dues à un emploi massif d’antibiotiques, mais pour un emploi massif d’ARNm circulez il n’y a rien à voir. Toujours aussi con le prêcheur.


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 15 septembre 15:33

      @juanyves

      mais quand tu tombes malade du covid tu crois pas que t’en reçois un paquet de l’ARN messager de protéine spike ???


  • sirocco sirocco 14 septembre 13:23

    Ça chie pas mal en Guyane aussi.

    Sur quelques images d’Info Outremer, on voyait le préfet du coin derrière une cohorte de robocops et un nuage de gaz lacrymo enveloppant des manifestant(e)s qui vont perdre leur boulot demain. Il disait à peu près : " C’est pas bien ce que font ces soignants. S’ils ne sont pas d’accord avec la mesure, ils doivent se plaindre en justice, on étudiera leur cas." ! Ben voyons !

    Tous les larbins du dictateur semblables dans l’abjection...


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 15 septembre 15:35

      @sirocco

      la Guyane c’est là où vivent des gens comme Christiane Taubira qui croient être sur une île séparée du reste du continent sud américain, c’est ça ?


    • juanyves 15 septembre 14:43

      @Pyrathome
      Bizarre que le prêcheur missionnaire du plumard ne t’ai pas encore signalé que c’est un site complotiste.


  • perlseb 14 septembre 16:38

    Il faut comprendre la logique du gouvernement. Il n’y a plus d’épidémie en France depuis quelques mois (le variant delta à fait pschitt : beaucoup de "cas", peu de morts). Alors pour conserver la dictat... l’état d’urgence, il faut des morts que l’on étiquettera Covid. Et si 10% des soignants sont virés du jour au lendemain, il va y en avoir, des morts ... "Covid" par saturation volontaire des services ... déjà saturés.

    Ils ont été criminels en interdisant les médecins de soigner (1ère vague au Doliprane), ils seront à nouveau criminels en désorganisant le système hospitalier. Notre santé, ils s’en foutent royalement, ça c’est sûr.


  • flolenigo 14 septembre 19:19

    Étrange, ils n’ont pas fait ce métier pour aider les êtres Humains ? 

    Les autres subissent l’injection pas grave mais nous MOI MOI MOI pas question

    La même histoire que les soldats nazi racontaient : "Mais euh c pas notre faute on a juste suivi les ordres"

    Cerveau : ON/OFF : mise à jour métier soignant et protection de la population : OFF

     


    • Daruma 14 septembre 19:46

      @flolenigo
      Vous avez commis là l’un des sophismes les plus abjects que j’ai jamais vus. Cela va être difficile de faire pire.


    • flolenigo 14 septembre 19:52

      @Daruma
      En effet excusez moi, non pas cerveau mais Cœur. Merci de prévenir


    • Daruma 14 septembre 20:41

      @flolenigo
      Vous croyez vous en tirer avec ce petit correctif, en réalité vous vous enfoncez. Rien de pire que le cynisme qui se pare de vertu. Mais peut-être, finalement, que vous êtes persuadés d’être dans le vrai et le bien et vilipendez les hérétiques avec la conscience tranquille. Auquel cas je ne vous blâme pas, je vous plains.


    • Conférençovore Conférençovore 15 septembre 11:50

      @Daruma Je vais un peu faire mon Pascal Praud sur le coup mais... les deux points de vue peuvent s’entendre. 1/ Les soignants sont PAR DÉFINITION au contact de sujets à risques (immuno-deprimes, avec comorbidites ou âgés) que ce soit à l’hosto ou en ehpad. Ils exposent donc des gens malades/faibles à un virus qui cible particulièrement le public le plus (pour ne pas dire exclusivement) touché.

      2/ D’un autre point de vue, le gouv met le couteau sous la gorge de gens qui se sont bcp donnés en 2020, sans compter qu’il y a une problématique de liberté fondamentale derrière. A cela s’ajoute que l’hôpital est exangue. Provoquer de nouvelles désaffection va aggraver un peu plus la situation.

      Bref, rien n’est simple ici.


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 15 septembre 15:36

      @Conférençovore

      il leur a moins mis le couteau sous la gorge qu’aux serveurs dans les resto, qui ont dû de fait se faire piquer pour la fin août.

      La pression est très relative...


    • Daruma 16 septembre 12:15

      @Conférençovore

      Votre premier point se fonde entièrement sur la prémisse suivante :

      Le vaccin empêche la transmission du virus.

      On sait déjà que cette affirmation est fausse. Cela a été constaté empiriquement, pourtant on fait comme si on ne le savait pas. Bizarre. C’est un dogme contredit par les faits, mais on continue d’y croire. Cela relève donc du domaine de la croyance.

      Cette première prémisse est elle-même adossée à une autre prémisse, plus fondamentale :

      Le vaccin permet de lutter contre un virus précis, donc il est bon pour l’organisme.

      Autrement dit, on balance allègrement par-dessus bord le principe de précaution. Que connaît-on des effets à long terme ? Sachant qu’on ne les connaît pas, est-il raisonnable de prendre un tel risque en vaccinant en masse et à l’échelle planétaire ? Mais aussi, est-il sage de lutter contre un virus si peu létal en employant de si grands moyens ? N’est-ce pas comme défoncer une porte avec un missile de croisière ?

      D’un point de vue pragmatique, si l’on tient compte des incertitudes quant aux effets à moyen et long terme, ne serait-il pas judicieux de garder une partie du personnel médical non vacciné ? Le bon vieux proverbe qui dit qu’il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier ne s’applique-t-il pas ici ? Que ferons-nous si, dans quelques années, le personnel soignant est décimé à cause des effets secondaires, inconnus pour le moment, du vaccin ?

      De manière plus générale et plus globale, hors considération du personnel soignant, il me semble sage et prudent qu’il y ait une partie de la population qui ne soit pas vaccinée, et qui donc continue de développer et de renforcer son immunité naturelle, au cas où ça tournerait mal.

      Cela dit, je dois faire mon mea culpa : j’avais mal compris ce que voulait dire flolenigo. Je m’en excuse auprès de lui, s’il me lit. Olivier Perriet m’a permis de comprendre mon erreur. C’est sans doute le point Godwin (la référence aux nazis) qui m’a agacé et m’a entraîné dans l’erreur.


  • ezechiel ezechiel 14 septembre 19:25

    Le gouvernement socialiste et totalitaire de Macron a tranché pour la vaccination sans limites quelles qu’en soient les conséquences.
    En France, elles sont désastreuses, avec des cas rapportés de stérilisation de femmes, déclenchements de cancers, de AVC, de crises cardiaques, de thromboses.
    Les milliers de morts dus à la vaccination par thérapie génique sont soigneusement passés sous silence par les autorités sanitaires et les média. La page Facebook comprenant plus de 270 000 abonnés recensant des milliers de témoignages avec photos et documents à l’appui d’effets secondaires graves et de décès après vaccination a été censurée.

    Pour la quatrième fois, la page vient d’être recréée, qui ne restera pas en ligne très longtemps.


  • eau_du eau_du 15 septembre 17:58

    En effet, Patrice Gibertie avait écrit que la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) du ministère de la Santé, oubliait 50% des décès dans son analyse qui a servi de base à la justification d’un message sur l’efficacité vaccinale.

    .

    Tout l’été, nous avons entendu que les cas covid dans les hôpitaux étaient principalement des non-vaccinés.

    .

    Il y a quelques jours, la DREES s’est fendue d’un addendum donnant raison au travail de "Décoder l’eco". Il manquait bien 900 décès dans l’analyse, ce qui entraîne une inversion du message que 85% des hospitalisés étaient des non-vaccinés. Une correction qui fait un peu tache pour l’organisme se présentant comme "l’expertise statistique publique en santé et en social".

    Source est suite


Réagir