Alain Melon Alain Melon 18 janvier 16:27

La question d’Alexandra Claude Henrion est très intéressante et il n’est pas si facile d’y répondre

Je n’ai pas pris le temps de creuser, mais voici un élément de réflexion :

La reverse transcriptase est une ADN polymerase ARN-dependante qui nécessite la présence d’une amorce sur l’ARN matriciel, et donc la formation d’un heteroduplex ADN-ARN ou d’un duplex ARN pour amorcer la retrotranscription.

Il semblerait que pour les rétrovirus, l’amorce soit un ARNt endogène à la cellule hôte qui serait partiellement complémentaire avec une séquence dite « primer binding site » présente sur l’ARN viral.

Si les ARNt sont toujours présents, la rétrotranscription nécessite quand même, donc, la liaison d’un élément servant d’amorce complémentaire à sa séquence 5’.

La présence d’une transcriptase inverse n’est donc pas suffisante à la rétrotranscription de l’ARN exogène.

Ensuite, l’intégration génomique n’est pas non plus spontanée. Elle nécessite l’action d’une autre enzyme, l’intégrase, qui est comme la rétrotranscriptase d’origine virale.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe