Gollum Gollum 18 mai 10:22

@medialter

Evola a le travers de tous les ésotéristes (j’y inclus Guénon) ne pas savoir s’apercevoir de ce qui peut être bon et à garder dans ce qui est moderne. De façon quasi systématique toute doctrine moderne est à jeter. C’est le cas de N. mais aussi de Husserl. Alors qu’il y a une approche plus qu’intéressante chez Husserl.

Chez N. le domaine physique n’a rien à voir avec ce qu’en comprend Evola. Car N. ne distingue pas le physique du spirituel. Pour lui, faire une distinction, c’est déjà du platonisme.

Alors qu’Evola, en bon spiritualiste, distingue de façon forte ces domaines.

Quant à l’inconscient il ne peut être nié. C’est juste ce qu’on doit y mettre dedans que l’on peut interroger. À cet égard l’inconscient freudien est purement réactif. Il est mécaniste, à l’image des présupposés de Freud.

Chez Jung il a une autonomie complète. On peut toujours critiquer les notions d’archétypes (ombre, anima, Soi), rajouter d’autres archétypes (pourquoi pas ? lesquels ?) remettre en cause le but du processus d’individuation, il n’en reste pas moins que cette notion d’autonomie me semble elle, assez traditionnelle, à la condition expresse d’y mettre un Absolu inconditionné derrière. Ce que Jung se garde de faire, prudence de scientifique oblige, mais qu’il ne rejette pas pour autant.

Jung abuse du phénomène de projection psychique qu’il met à toutes les sauces. D’où sa méprise sur l’alchimie qu’il voit comme un phénomène de projection étalé sur des siècles. Je rejette totalement ces vues là.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe