pierrot19 9 août 17:33

@Elliot
Vous déviez encore du sujet. Je vous rappelle que si je vous ai répondu, c’est parce que vous avez commenté la réponse de floyd à jean_s à propos du sectarisme de ces mouvements. De plus, le sujet de cette page n’est pas la lutte contre le réchauffement climatique proprement dite, mais la réaction à la critique de Michel Onfray concernant l’intervention d’un porte-parole fort improbable à la tribune de l’Assemblée.

Sinon, concernant les députés, alors qu’ils n’ont déjà pas assez de temps pour traiter les affaires importantes de la Nation dont ils sont en charge, on leur impose d’écouter les diatribes d’une ado étrangère qui en connaît certainement bien moins qu’eux sur les sujets qu’elle a abordés. Ce ne sont sûrement pas les critiques contre de la gamine (et encore moins son côté « tête à claques ») qui pourront justifier a posteriori sa présente dans l’hémicycle. C’était au mieux une perte de temps (le contenu de son discours n’ayant rien apporté de nouveau ni de précis au débat), au pire l’expression d’une tentative de manipulation médiatique (les prétextes écologiques étant, comme vous devriez le savoir, sources de business). Alors, oui, qu’on laisse les députés faire leur boulot, en leur épargnant ce type de spectacle organisé !

Par ailleurs, je doute que l’Assemblée ait encore suffisamment de pouvoirs pour agir seule contre le réchauffement climatique, puisque son rôle se limite le plus souvent et depuis déjà longtemps à celui d’une chambre d’enregistrement des décisions prises à l’Élysée ou à Bruxelles. La petite Greta aurait donc plutôt dû aller engueuler publiquement Macron ou les commissaires européens (mais pas sûr qu’on l’ait laissée faire).

Toutefois, conformément aux tendances anti-parlementaires de ce régime, le but de la manœuvre était peut-être de désigner un bouc émissaire en rendant par avance les parlements nationaux responsables, du fait de leur inaction programmée, de la dégradation attendue du climat. Ainsi, l’économie européenne pourra continuer à polluer sans complexe, puisque c’est la faute aux parlementaires nationaux.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe