samedi 14 janvier - par Norman Bates

Rêves et cauchemars en Musique

Il s'active quand nous plongeons dans le sommeil. Il nous envoie des messages cryptés, tantôt paisibles et doux, tantôt violents et perturbants jusqu'à nous arracher brutalement des bras de Morphée.

Lui, c'est l'Inconscient, l'influente entité secrète qui gouverne nos vies.

Voyage musical -et éveillé- en son territoire, le sommeil et ses nuits intenses.

Son nom complet, Angunn Cipta Sasmi, signifie "Rêve gracieux" en javanais. La sublime et sensuelle créature native de Jakarta née "dans un lotus ouvert aux bras de Shiva" se montre largement digne d'embellir les nuits du dormeur charmé par la belle et puissante voix de la "Rose des vents".

Changement de décor. Avec Zhi Vago la nuit devient tumultueuse, mais point d'effroi à signaler dans ces vagues de musique électro et cette caressante voix aérienne. Pour les yeux, de délicates effluves de cyprine parfumeront l'exquise traversée.

Publicité

Impossible de poursuivre ce voyage onirique sans une escale dans les nuits de Kate Bush, la seule artiste capable d'imaginer et de réaliser un court film d'animation dans lequel une jeune femme est surprise en plein sommeil dans son lit par...un bonhomme de neige. L'inexorable fatalité succède très vite à la touchante beauté de l'inattendue romance.

Bien des nuits sont hantées par d'effrayantes créatures venues d'un indicible au-delà. Ces cauchemars ne semblent guère affecter l'humeur badine de l'excentrique Ashley Serena qui se fait plaisir avec nos peurs.

En écho macabre la chanteuse Karliene va encore plus loin, elle s'improvise porte-parole de ces étranges entités. Au final, faut-il les fuir ou les suivre.. ?

"Why fight the night when the night is endless ?"

"I have a dream." Un rêve de "Rêve gracieux". Elle serait métamorphosée en féline James Bond girl et entonnerait de son hypnotique voix le titre Goldeneye, accompagnée par un millier de choristes. 

La nuit touche à sa fin. Il est l'heure de boucler la boucle avec la magnifique Beth Gibbons (Portishead) au micro, en images l'univers de Kafka sous gouvernance d'Orson Welles avec Romy, Jeanne, et un héros longiligne à la binette familière qui ne cesse d'osciller entre séquences langoureuses et atmosphère trouble, toile de fond d'une oppressante logique de cauchemar...

 



28 réactions


  • ezechiel ezechiel 14 janvier 15:08

    La nuit est bonne conseillère, de belles références Norman (en particulier Bush, Karliene, Beth Gibbons) c’est un moment de la journée où je cherche aussi de la musique apaisante, donc plutôt rêve que cauchemar ! smiley

    Aldous Harding — "Swell does the skull"

    Portishead  "Roads"

    Dead can dance  "Sanvean"

    Lisa Gerrard  "Vespers"

    This mortal coil  "Fond affections"

    Misia  "Lua mae das noites"

    Fleetwood Mac  "Storms" (Stevie Nicks, fabuleuse !)

    Fairport convention  "Farewell, farewell"

    The Carpenters "Make Believe It’s your first time"


    • Norman Bates Norman Bates 14 janvier 17:52

      @ezechiel

      Merci cher Ezechiel pour ces mélodieuses contributions de premier choix... smiley


    • Norman Bates Norman Bates 15 janvier 19:26

      @ezechiel

      Bigre ! quel boulot, pour le coup vraiment exceptionnel sur ce module en modo...
      Il est à 4-0 et mérite amplement d’être publié, peu importe qu’on soit d’accord ou pas avec le contenu...


    • ezechiel ezechiel 15 janvier 20:30

      @Norman Bates "Il est à 4-0 et mérite amplement d’être publié, peu importe qu’on soit d’accord ou pas avec le contenu..."

      C’est beaucoup trop politiquement incorrect, merci pour les encouragements ! smiley


  • Norman Bates Norman Bates 14 janvier 17:43

    Oublier de remercier ceux qui ont contribué à la naissance de ce bébé module.. ? même pas en rêve.. !

    Je viens de m’apercevoir que j’ai commis cette omission sur le module précédent, mais comme le thème y tourne autour du pardon les lecteurs sagaces auront apprécié et capté l’astuce...

    Cette musicale publication devait être la centième (officiellement) l’actualité en a décidé autrement...et puis, le nombre 101 colle étroitement à l’Histoire d’un célèbre groupe dont je suis un fidèle suiveur...les lecteurs mélomanes auront saisi le clin d’œil...

    Autre clin d’œil : la dernière vidéo présentée ici figurait déjà dans mon tout premier bébé module consacré à Beth Gibbons et publié quelques jours avant la fin du premier confinement...les lecteurs très attentifs auront relevé que "boucler la boucle" avait ce double sens...

    Que d’eau a coulé sous les ponts, que de doses ont été injectées par des seringues véritables pompes à retardement, que de mallettes bourrées d’oseille ont transité de main occulte en main occulte, que de libertés ont été cibles d’atteintes, d’attentats, que d’esprits ont été colonisés, empoisonnés, pervertis, par l’acide liquide de la soumission et de la collaboration sous les assauts incessants de la propagande ou par promiscuité avec une autoroute à mallettes...

    "Boucler la boucle" et observer avec une profonde reconnaissance cette hétéroclite "modulerie" forte de 101 modules...une reconnaissance pas bêtement et bassement ego-narcissique mais tournée vers les créateurs des divers contenus et l’infinité des échanges, avec parfois des directions inattendues, qu’ils surent engendrer...

    Il y a des personnalités et des personnages qui n’auront jamais la légion d’honneur ni le prix Nobel de la paix ou autres breloques largement démonétisées par une palette de récipiendaires corrompus, aux âmes sales, mais ils étaient là pour montrer le chemin, résister, fédérer, rassembler...je devrais écrire "les chemins" tant cette belle résistance peut cheminer par divers axes, tant dans la chanson que dans la parodie, la caricature ou le manifeste, ou même à la marge dans les sentiers sinueux de la politique...

    Il ne reste qu’à rêver à une issue de ce cauchemar, si toutefois il reste possible de nourrir l’espoir que les rêves sont faits pour être vécus...


  • Globulard 14 janvier 18:55

    Ah angunn la fille qui rappelle à Norman ses nombreuses pérégrinations en Asie et notament en Thaïlande , pays de l’Eldorado du sexe et où l’auteur promenait sa quéquette reniflant tous les travelos du coin . Que du bon rêve pour celui qui ne peut que monnayer ses galantes aventures .


    • tobor tobor 15 janvier 13:43

      @Globulard
      affligeant de connerie ! Et en plus ça sent le vécu !


    • Globulard 15 janvier 15:51

      @tobor
      C’est tout ce que mérite l’engeance Normanounaise adorateur de floflo qui a fait son coming out il y a longtemps et que refuse de faire Mr Bates et qui de surcroit me poursuit de son acharnement malveillant à mon égard , j’ai noté que c’est souvent les fiottes qui sont les plus agressives parce que protégées par les lois contre l’homophobie et Norman en profite plus que de raison . 
      Je précise aussi pour ta gouverne à toi le Belge trisomique que j’ai jamais foutu un pied en Asie , donc pour le vécu tu repasseras . A noter aussi ton aplatventrisme maladif devant l’auteur , c’est inné chez toi ou bien tu te forces pour être intégré dans la communauté fachisante du site ???


    • Norman Bates Norman Bates 15 janvier 19:41

      @tobor

      Il faut accorder le pardon (c’est de saison) au vioque, c’est le papy qui te gave du matin au soir avec ses photos de famille...
      Ici, sur un module dont la thématique tourne autour des rêves et des cauchemars avec des illustrations musicales, le voilà qu’il se la radine avec ses souvenirs de vacances...
      Il suffit d’attendre que les Polaroïds finissent par se dégrader... smiley


    • tobor tobor 16 janvier 00:53

      @Globulard
      Relis-toi, on est dans un article musical et la vue d’une indonésienne t’inspire ça ! Puis tu viens traiter l’auteur de pédé comme dans une cour de récré des années 70s... Pour quoi penses tu pouvoir être pris ? C’est l’autre crétin qui t’a envoyé pour nous emmerder, ou quoi ? Sérieusement, la consternation face à tes interventions est un des ferments qui relient tes opposants !


    • tobor tobor 16 janvier 01:00

      @Norman Bates
      Les polaroids doivent être déjà fortement dégradés, en plus la vue est floue et les souvenirs sont mélangés avec les fantasmes...


    • Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 16 janvier 05:51

      Pourquoi perdre son temps avec un troll ? Ne nourrissez pas le troll, tout simplement. 


    • 911 Pentagone ? France Foutoir du Yankee 16 janvier 12:13

      @Gaspard Delanuit

      A la réflexion le Troll a son utilité quand il n’est pas intéressé ( $ )
      on peut déceler l’arrière-pensée ou l’hypocrisie éventuelle des gens identifiés que l’on rencontre au quotidien.
       smiley


    • Globulard 16 janvier 18:12

      @tobor
      Premièrement , j’ai pas besoin de l’aprobation d’un Belge déficient pour commenter un article et oui l’auteur comme tu dis l’auteur est une fiotte et je déplore juste qu’il ne le reconnaisse pas , quand à la musique mise à part angunn le reste c’est de la daube pour ado attardé , de la merde quoi . Je suis pas Macroniste , mais il faut reconnaitre que t’emmerder c’est tout ce que tu mérites et il faudrait t’en faire rentrer bcp dans la goule.


    • Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 16 janvier 18:34

      @France Foutoir du Yankee

      Bof, les messages d’un troll tournent en rond et polluent le fil des échanges comme des déjections canines sur un trottoir. 


    • tobor tobor 17 janvier 00:24

      @Gaspard Delanuit
      Certes mais si on se rappelle, au temps où les trottoirs étaient jonchés de crottes de chiens, les passant/es n’avaient pas le nez plongé dans un écran tactile et arrivaient à les éviter, la société de surveillance était nettement moins développée et les gens avaient l’impression qu’il y a avait un avenir. Je ne veux pas faire l’apologie des crottes de chien mais évoquer le fait que leur présence allait de pair avec une certaine liberté.

      Idem ici, les éructations trollesques sont le prix à payer de la liberté d’expression conjuguée au libre accès. Ils sont aussi un exutoire pour lâcher quelques arguments ou juste un peu de pression en réponse.
      Il s’agit essentiellement de ne pas partir en ping-pong mais d’attraper la perche et de partir avec.


    • wendigo wendigo 17 janvier 09:29

      @Globulard

       Ici on parle reve ou cauchemard et je n’ai aucune envie de te faire rver alors bouffe ça :
      https://www.youtube.com/watch?v=F_qmZOZsiyk

      Et celui la, bientôt en tournée dans toute l’europe avec un grand concert prévue sur les champs élysée (houra)
      https://www.youtube.com/watch?v=nFAnQnxzBnE


  • 911 Pentagone ? France Foutoir du Yankee 16 janvier 12:09

    Réalités et.... cauchemars balayés ?

    https://fb.watch/h_x0mHz38B/

    Sur une composition d’Aram Khatchatouryan


Réagir