vendredi 10 janvier - par Sophie Li

Profession : "lecteur en sensibilité". Objectif : n’offenser aucune communauté et échapper à toute polémique sur les réseaux sociaux

[En marche vers la censure] La littérature doit-elle se soucier de la sensibilité de chacun ? Aux États-Unis, le sujet fait débat. Pour éviter d'être taxé de sexisme, de racisme ou d'homophobie, auteurs et éditeurs font désormais appel à des "sensitivity readers", des relecteurs d’un nouveau genre.

L'essayiste Raphaël Enthoven a vivement réagi à ce reportage de France 24 sur Twitter :



12 réactions


  • Jean Robin contre Fantômette Jean Robin contre Fantômette 10 janvier 18:51

    Le pire, c’est vraiment que tous ces anti-racistes de profession sont profondément des racistes, des tribalistes qui ne tolèrent finalement aucune fluidité dans la société moderne. Le Noir doit rester noir mentalement et n’être fier que de ce que les Noirs ont fait ou dit, à l’exclusion de tout le reste. La séparation raciale est rigide, l’élévation intellectuelle impossible, la fluidité sociale suspecte. Un Noir qui profiterait même des mesures de Trump pour l’emploi serait suspect à sa communauté : retour direct à la ségrégation raciale des années 1960.

    C’est hallucinant de voir comment l’anti-racisme délirant obtient absolument les résultats contraires à sa philosophie initiale. 


    • Laconicus Laconicus 11 janvier 01:20

      @Jean Robin contre Fantômette
      "C’est hallucinant de voir comment l’anti-racisme délirant obtient absolument les résultats contraires à sa philosophie initiale." 

      C’est un trait caractéristique de toutes les déclinaisons du marxisme culturel : ça produit toujours le contraire de ce que ça prétend défendre au départ. 


    • Jean Robin contre Fantômette Jean Robin contre Fantômette 11 janvier 18:24

      @Laconicus

      C’est un trait caractéristique de toutes les idéologies, pour ma part, pourvues qu’elles soient poussées à bout par des illuminés et des naïfs. Je paraphraserais Mitterrand en disant que toute idéologie est supportable tant qu’elle renferme certaines ambiguïtés. L’idéologie humaniste issue de la Renaissance est aujourd’hui rendue insupportable par des idiots qui veulent en corriger toutes les lacunes prétendument historiques.


    • pegase pegase 12 janvier 11:01

      @Jean Robin contre Fantômette
      toute idéologie est supportable tant qu’elle renferme certaines ambiguïtés.


      -
      Intéressante réflexion ...

      J’ai vu dernièrement le film "Black & blue" qui raconte l’histoire d’une fliquette noire, prise pour cible par ses collègues, après qu’elle eut été témoin de l’exécution sommaire de trois jeunes dealers noirs par la brigade des stups ... des méchants blancos évidemment smiley

      Tout le reste du film est une course poursuite afin de récupérer la caméra qu’elle portait sur elle, et abattre la fliquette noire... Le scénario s’écrit sur un post-it, mais il y a une réelle réflexion de fond qui finalement dépasse le cliché flic blanc = méchant ... à voir smiley


    • Jean Robin contre Fantômette Jean Robin contre Fantômette 13 janvier 08:33

      @pegase

      Sans doute pas sorti d’Hollywood.


    • Joe Chip Joe Chip 15 janvier 16:28

      @Laconicus

      C’est quoi le "marxisme culturel" ? Cette notion n’a aucune objectivité en dehors des milieux conservateurs et d’extrême-droite américains qui voient des marxistes et des communistes partout. 


    • Joe Chip Joe Chip 15 janvier 16:41

      @Jean Robin contre Fantômette

      Ce n’est pas vraiment le logiciel de l’antiracisme des années 80 mais plutôt la fixation raciale et communautaire des Américains qui voient tout mais absolument tout à travers le prisme de la race et de la couleur de peau. Les Américains, qu’ils soient de droite ou de gauche, blanc ou noir, sont absolument obsédés par la race. Quand l’équipe de France a gagné la coupe du monde en 2018, les médias les plus libéraux on salué une victoire de l’Afrique, ce qui avait d’ailleurs donné lieu à un échange agacé entre l’ambassadeur de France et un présentateur télé qui affirmait que "l’Afrique avait gagné". Obama lui-même avait déclaré que les joueurs français ne ressemblaient pas à des gaulois. 
      Les Américains sont tout simplement passés du ségrégationnisme à une vision positive de la race en tant qu’affirmation identitaire. Au fond, c’est évidemment le même constructivisme racial mais il est désormais perçu comme "progressiste", même s’il produit les mêmes pathologies : haine des autres, victimisation, séparation communautaire, désignation de boucs-émissaires extérieurs au groupe, etc. 

      Nos antiracistes historiques sont largués par ce mouvement, ils n’en sont plus du tout à la pointe et ne l’animent pas culturellement. 


  • Tom France Tom France 10 janvier 19:10

    Pire que dans le monde décrit par Orwell & Idiocraty ! 

    Le genre Humain n’existe pratiquement plus aux US et dans le monde, je ne comprendrais jamais comment ces gueux peuvent s’avilir à ce niveau là !

    C’est tellement surréaliste mais cela reflète bien l’état de délabrement général de cette fin de civilisation...


  • CoolDude 11 janvier 12:02

    Moi, j’ai une théorie à ce sujet :

    Je suis allé une fois au "State" et effectivement, c’est des gens extrêmement aimable et courtois, etc...

    Pourquoi ?

    Ils sont armés !


  • ezechiel ezechiel 11 janvier 12:41

    Les "sensitivity readers" nous viennent des USA, issus d’une branche idéologique du marxisme culturel, qui vise à développer la haine de la race blanche, de son identité et de sa culture. Tout ce qui y fait référence doit être supprimé.

    Tous les "groupes marginalisés (noirs, musulmans, LGBT, juifs, ...)" doivent être protégés contre la race blanche et chrétienne, qui seule fait de l’oppression contre ces minorités.

    Une simple pub Nivea peut être considérée comme une offense contre la race noire.


  • paulau 15 janvier 15:41

    Voilà une Hollandaise qui en 5 minutes offense les féministes, qui le méritent bien :

    http://img.xooimage.com/files114/b/9/9/16195962_99843468...80258517-56c1c73.jpg


Réagir