jeudi 5 septembre - par Zodiac

Mindhunter, Dexter - Stéphane Bourgoin analyse des films/séries sur les serial killers

Il a interviewé 77 tueurs en série au cours de sa vie. Pour Melty, le spécialiste Stéphane Bourgoin décrypte des films et séries sur les serial killers (Dexter, Mindhunter…). Ces fictions sont-elles réalistes ? Âmes sensibles s’abstenir...



6 réactions


  • JorgeChavez 5 septembre 14:01

    Je n’aime pas Bourgoin, beaucoup trop manichéen pour se dire spécialiste de cette question. 

    J’ai abandonné direct quand je l’ai entendu dire "Monstre". 


  • Norman's mum Norman’s mum 5 septembre 17:53

    Mais c’est quoi ce type ?? c’est quoi ce binoclard qui semble tout droit sorti de la réserve d’une pharmacie de sous-préfecture.. ?? mais il se prend pour qui.. ??

    Désolée je suis furieuse mais voir ce têtard à hublots parader en étalant sa science sur les tueurs en série comme on recouvre ses hémorroïdes de pommade apaisante me met hors de moi...

    Il a interviewé 77 tueurs en série ? et alors ? moi je caresse des centaines d’asticots, je leur parle, cela fait-il de moi une experte en larves.. ?

    Qu’il aille passer un moment avec un serial killer en liberté, sans micro ni caméra, qu’il découvre toutes les exquises spécialités de la corporation, et là il pourra venir bavasser en toute connaissance de cause...

    Branleur !

    Ah pardon, je suis énervée...


    • medialter medialter 5 septembre 19:10

      @Norman’s mum
      Ne vous énervez pas, Mum, votre oeuvre vous dépasse. Mieux que le syndrome de Stockholm, mieux que la séduction du bad boy, votre fils a connu la notoriété de l’hybristophilie. S’il avait pu créer sa ligne de produits dérivés, ses mugs, ses peluches, ses T-shirts, ses godes, ses ciseaux, ses lames de rasoirs, vous seriez aujourd’hui une des plus riches dames posthumes. La masse feint le dégoût mais reste secrètement fascinée par le meurtre. Une certaine presse ( smiley ), Gallimard en l’occurrence, ne s’y est pas trompé. "Détective", c’est déjà près d’un siècle de tirages, aujourd’hui à 300.000 ex, autant que "Le Monde", la presse des torches-culs a de l’avenir. Mum, vous avez couvé l’avenir, vous être un héros qui s’ignore


    • Norman Bates Norman Bates 6 septembre 00:06

      @medialter

      Mon éminent confrère psychopathe, je ne puis que coopter votre brillant exposé sur l’irrésistible séduction exercée par le serial killer...
      Une belle giclée d’hémoglobine engendre son flot de cyprine, c’est mécanique, c’est comme le robinet d’eau froide et le robinet d’eau chaude...avec le mitigeur situé selon le degré de sophistication du praticien...
      Mon fantasme secret...je ne peux le révéler...enfin si, c’est de pratiquer une taxidermie à vif sur un bipède...à la limite, un Doliprane pour atténuer la douleur et une camomille pour étourdir...le reste c’est de l’inspiration, un climat, une esthétique...
      L’époque est moins aux défenseurs de la veuve et de l’orphelin qu’à ceux qui en font...ces dieux non habilités barbouillent en lettres de sang le mot "fin" sur la destinée de la proie choisie à la tombola de la fatalité...c’est excitant comme l’autre loto sauf que ton ticket tu l’as d’office, c’est fourni à la naissance...100% des gagnants n’ont pas tenté leur déveine, c’est juste la faute à pas de bol, un jour sans...un jour sans lendemain, surtout...
      C’est toute une industrie qui prospère sur cette corporation pas toujours considérée, quant à moi les seuls produits dérivés ce sont les culottes copieusement imbibées d’épanchements divers que je reçois par la Poste et que je ne commercialise pas...je collectionne aussi les prothèses de hanches que me laissent les vieilles rombières en mal de sensations fortes qui repartent avec...enfin qui ne repartent pas, en fait, appelons un macchabée un macchabée...
      Nous autres, psychopathes, sommes divisés entre les cupides qui s’avilissent avec la parure des coupures, le fric qui pervertit, et ceux qui conservent une éthique et une dignité conformes à des valeurs et des principes ancestraux...avec ces derniers la morale est sauve...


    • tobor tobor 6 septembre 00:09

      @Norman’s mum
      Je comprends qu’il vous soit douloureux d’entendre remuer en publique votre passé intime par un binoclard dégarni avachi dans son fauteuil. Voilà, en 3 minutes de vidéo, le mal est fait. Mais quid de l’absence du père ? Pourquoi Norman’s dad n’a-t-il pas assumé son rôle autoritaire à coups de trique jusqu’à la vingtaine afin de le guider sur le droit chemin ?


Réagir