samedi 24 août - par mat-hac

L’expérience de Lavoisier

Comment Lavoisier découvre l’oxygène grâce à une souris ?



11 réactions


  • Norman Bates Norman Bates 25 août 14:46

    Une expérience qui laisse rongeur...


    • maQiavel maQiavel 25 août 14:50

      @Norman Bates
      J’ai éclaté de rire, tu es un cerveau malade. smiley 


    • Norman Bates Norman Bates 25 août 14:59

      @maQiavel

      Les psychiatres qui me suivent (ou me subissent, c’est selon) me font comprendre la même chose...
      ...mais c’est moins frontal... smiley


    • maQiavel maQiavel 25 août 16:09

      @Norman Bates
      J’avoue qu’en regardant la vidéo, j’y ait songé spontanément. Mais j’ai tout de suite commandé à mon esprit qui divaguait ci et là de cesser avec ça. Et puis j’ai lu ton post … smiley


    • Norman Bates Norman Bates 25 août 19:24

      @maQiavel

      C’est toute l’histoire de ma vie : j’ai même pas maté la vidéo alors que tout partait d’une bonne intention...
      Je clique sur le module pour m’instruire même si Lavoisier, bon, d’instinct je me dis que c’est pas de l’actualité brûlante...
      Et là j’aperçois la souris...
      Résultat : je vais m’endormir ce soir aussi bête que je m’étais levé ce matin...


    • maQiavel maQiavel 25 août 19:39

      @Norman Bates
       smiley 


  • Hieronymus Hieronymus 25 août 18:05

    paraît il que ce cher Lavoisier ne serait pas mort de mort naturelle, il aurait été décapité, victime du rasoir national, invention du bon docteur qui porte le même nom

    hypothèse absurde puisque selon certain auteur, la Terreur n’a jamais existé

    enfin, à vérifier..


  • Hijack ... Hijack ... 25 août 20:04

    Percevoir les impôts auprès des gens peut se révéler parfois très dangereux ...

    Peu de gens savent que Lavoisier écrivit sur des questions économiques ; et – ce qui est plus encore important – que ce furent ses activités économiques qui furent la cause de ce qu’on lui coupât la tête.


  • Étirév 26 août 10:08

    Lavoisier n’a pas découvert l’oxygène, il n’a fait que re-découvrir ce principe.
    Lorsque Priestley en Angleterre, et Scheele en Suède, retrouvèrent également cet élément en 1771, ils ne se doutèrent pas du grand rôle qu’il joue dans la Nature, ils n’aperçurent qu’un de ses petits côtés. C’est pour cela que Lavoisier lui donna un nom qui ne rappelle qu’un de ses caractères chimiques et n’indique pas sa grande puissance créatrice. Il fit le mot oxygène de « Oxus genos » (acide j’engendre).
    Peut-être eut-il été préférable de donner un autre nom à ce principe. En effet, plutôt qu’un mot qui ne rappelle qu’un caractère aussi exclusif, il aurait fallu en choisir un qui rappelât son action génératrice de la vie, le terme « Zoogène », ou plutôt « Biogène » aurait été correct, car ce n’est pas seulement la vie animale qu’il engendre, c’est aussi la vie végétale.
    Aujourd’hui nous sommes habitués au mot oxygène, il ne peut être question de le changer, mais, pour faire comprendre son pouvoir immense, sa puissance infinie, son éternité, son universalité et enfin toutes ses actions dont on a fait les attributs de la Divinité, nous avons un moyen, c’est d’unir le nom chimique qu’on lui a donné au mot Dieu qui résume dans l’esprit des hommes toutes ces qualités.
    Dans la première éclosion de la pensée humaine, l’homme jeta autour de lui un regard, étonné d’abord, puis interrogatif. Tout ce qui l’entourait était mystère ; il voyait partout des effets produits par des causes inconnues ; il apercevait planant par-dessus toute la nature, une force immense, une puissance qui semblait tout diriger, sa vie comme le reste.
    Les observations qu’il fit autour de lui pendant ces premiers jours de son histoire, durent être empreintes d’une grande précision, car lorsqu’il eut l’idée de définir, d’expliquer, de représenter cette puissance inconnue, il lui donna des attributs qui sont bien réellement ceux de la « force » qui régit le monde cosmique et le monde organisé. Il avait donc tout aperçu, tout deviné ; à défaut de science il avait l’intuition. Dans toutes les mythologies de l’antiquité, ces derniers vestiges des conceptions primitives, nous voyons la force personnifiée dans toutes ses manifestations ; chacune d’elles reçoit mille noms : on les appelle des Dieux. Les Dieux sont les principes qui gouvernent le monde.
    Or, quelle que soit la corruption apportée plus tard à l’idée que représente le mot « Dieu », on n’a jamais pu en changer la signification primitive. Dieu est toujours resté « un principe qui gouverne le monde ».


  • ahtupic 27 août 09:21

    Et Macrocon a découvert le CO²


    • ahtupic 27 août 09:22

      @ahtupic
      CO² qui produit les taxes qui étouffent les Français..


Réagir