vendredi 8 novembre - par Zodiac

Décoder le mécanisme de la pensée réfractaire (rejet de la science)

Platisme, complotisme, anti-vaxisme, fake news, déni du changement climatique, la pensée réfractaire redéfinit le monde en alimentant indéfiniment sa vision déformée d’affirmations fantaisistes, quelles que soient les preuves et études scientifiques, voire les preuves physiques, qui les infirment. Comment et pourquoi le cerveau préfère-t-il croire que savoir ?

Avec : Fabrice Erre, Thomas Durand, Philippe Guillet.

Modération : François Bontems.



10 réactions


  • JL 8 novembre 11:14

    ’Pensée réfractaire à quoi ?’’

     

     Réponse : à l’autorité ? Ou à l’autoritarisme ? Ou bien réfractaire à la contestation ? C’est trop facile d’amalgamer les critiques pertinents et les farfelues. C’est surtout violent.

     

     Les paroles d’experts ont supplanté les paroles des savants.

     

    L’esprit de Bologne : « Si les universités ne s’adaptent pas, on se passera d’elles »
     
    « La violence de cette petite phrase devrait inquiéter tous ceux qui se sentent concernés par la transformation actuelle des universités, en France et ailleurs en Europe, à la suite de la mise en application de la Déclaration de Bologne, signée en juin 1999 par les ministres de l’Éducation de vingt-neuf États européens. C’est qu’elle exprime bien ce que beaucoup pensent en haut lieu sans jamais trop l’exprimer publiquement : les universitaires feraient bien de se rendre compte rapidement que les temps ont changé, sinon des « experts » prendront leur place. Elle traduit en termes crus ce que la Déclaration de Bologne n’évoque que de manière très euphémisée (« Nous devons en particulier rechercher une meilleure compétitivité du système européen d’enseignement supérieur »). Au moment où le système LMD (licence-master-doctorat) se met en place en France, il faut se rendre compte que l’« esprit de Bologne » est beaucoup moins généreux que le texte de la Déclaration le laisse croire. Retraçons l’histoire de cette petite phrase. Elle montre bien qu’entre les étudiants en grève et les présidents d’université, les plus naïfs ne sont pas ceux qu’on pense.  »

    20 ans après on peut dire : " avant, il y avait les universités de « Mode 1 », au sein desquelles les scientifiques posaient les questions et y répondaient ; aujourd’hui se mettent en place les universités de « Mode 2 », auxquelles la société pose les questions — et des groupes ad hoc d’experts y répondent." ( Yves Winkin )

     

    Un expert indépendant est aussi rare qu’un crétin libre penseur.


  • Serge ULESKI Serge ULESKI 8 novembre 11:51

    Qui dénoncera le complot anti-complotiste qui n’est qu’une campagne destinée à discréditer toute tentative d’investigation du réel qui n’ait pas été au préalable validée par ceux qui ne souhaitent pas que l’on puisse répondre au questionnement suivant : qui fait quoi, à qui, où, comment, pour-quoi et pour le compte de qui ? Questionnement essentiel ; on en conviendra tous, en priorité ceux qui n’ont rien à perdre et tout à gagner en lucidité, en discernement et en actions à entreprendre afin d’exposer au grand jour les agissements des acteurs de la domination et leurs relais en politique et dans les médias. 


  • Serge ULESKI Serge ULESKI 8 novembre 12:06

    Merci de revoir votre copie.


  • gaijin gaijin 8 novembre 12:18

    et bien entendu nous vivons dans un monde ou les complots n’existent pas, dirigé par des scientifiques vertueux absolument pas financés par des entreprises sans scrupules ( pourquoi en auraient elles puisque la fonction d’une entreprise c’est de faire des bénéfices ) ....quand aux preuves physiques combien de fois faudra t’il vous expliquer que oui les plus lourds que l’air c’est possible ?

    la question c’est comment et pourquoi certains préfèrent ils être des moutons qu’apprendre a regarder le réel en face et penser par eux mêmes ...

    paresse ? veulerie ? confort ? intérêts personnels ?


  • bob87 8 novembre 22:13

    Typique des scientifiques très très cons et fermés. Moi même docteur en science, certain des sujets abordés classés complotistes ne le sont pas le moins du monde quand on cherche justement les preuves scientifiques !

    En plus il faut savoir que les vieilles sciences, genre biologie, chimie, médecine sont des véritables repaire de faussaires ! Et des jeunes scientifiques qui doivent faire de nouvelle découverte en se basant sur des erreurs scientifiques notoires... et doivent donc tordre la réalité pour réussir à publier...


  •  Saladin Saladin 8 novembre 23:05

    Je sais pas pour vous, mais moi il ne m’ont pas trop convaincu.


  • Laconicus Laconicus 9 novembre 03:04

    Ces gens devraient se décoder eux-mêmes avant d’essayer de décoder les autres. 


  • Zip_N 9 novembre 13:05

    "Comment et pourquoi le cerveau préfère-t-il croire que savoir ?"


    La croyance c’est le pourquoi
    Le savoir c’est le comment.

    Le pourquoi (faire) est assis et interroge le cerveau
    Le comment (faire) est debout et exclame le cerveau. 

    La croyance c’est du savoir en sommeil.
    Le savoir c’est de la croyance en éveil. 

    Cela veut dire que le cerveau préfère dormir lentement que de courir vite.

    Le savoir c’est l’action pratique, physique, matériel.
    La croyance à l’action théorique, mentale. immatérielle.



    • gaijin gaijin 10 novembre 12:50

      @Zip_N
      " Cela veut dire que le cerveau préfère dormir lentement que de courir vite."
      mais courir vite sans savoir pourquoi .....c’est complètement con non ?
      https://www.youtube.com/watch?v=ej_IKoF325k


    • Zip_N 10 novembre 21:02

      @gaijin

      Courir vite pour rien oui c’est un peu con, mais c’est pas interdit. Peut-être faudrait-il faire une législation pour interdire cette connerie et éviter un essoufflement déraisonnable ?


Réagir