samedi 13 juillet - par Celine

Le végétarisme et ses ennemis : 25 siècles de débats (Renan Larue)

Conférence de clôture du Festival végane de Montréal 2015.

Les revendications des végétariens et des véganes suscitent des réactions hostiles. Aux États-Unis, l’industrie agro-alimentaire a interdit que l’on filme les sévices subis par les animaux d’élevage, tandis qu’en France, on estime que la fermeture des abattoirs précipitera le déclin moral de l’Occident.

Cette querelle n’est pas récente. Les pythagoriciens condamnaient déjà la consommation de viande lorsque les stoïciens enseignaient que les bêtes n’existaient que pour satisfaire l’espèce humaine. L’Église a longtemps prêché cet anthropocentrisme radical, avant que les philosophes des Lumières ne le contestent vigoureusement. « La justice ne devrait-elle pas concerner tous les êtres sensibles ? », demandèrent-ils. N’est-il pas inhumain de tuer pour se nourrir ? Depuis le XIXe siècle anglais et à la faveur de l’écologisme contemporain, les discussions ont redoublé.

L’histoire du végétarisme est celle d’un débat ancien et fascinant, qui porte moins sur les animaux ou l’alimentation que sur l’espèce humaine, ses devoirs et ses prérogatives, sa place dans l’univers, sa nature biologique et spirituelle.



108 réactions


  • ezechiel ezechiel 13 juillet 10:19

    Les véganes détruisent le cycle naturel de la vie entre animaux et végétaux. En ne se préoccupant que de cultiver et de manger que des végétaux, ils déséquilibrent ce cycle et conduisent à la destruction progressive de toute vie sur Terre.


    • louis 13 juillet 15:46

      @ezechiel
      Le problème c’est la prolifération des humains qui crée ce déséquilibre puisqu’ils n’ont plus de prédateurs et qu’ils sont devenus les plus gros prédateurs de la planète .


    • ezechiel ezechiel 13 juillet 16:21

      @louis "Le problème c’est la prolifération des humains qui crée ce déséquilibre puisqu’ils n’ont plus de prédateurs et qu’ils sont devenus les plus gros prédateurs de la planète ."

      Que les humains n’aient pas de prédateurs, c’est lié à la transcendance de l’homme vis à vis de Dieu.

      Dieu a donné à l’homme le jardin pour qu’il le cultive, qu’il profite de ses fruits, de sa production, mais pas pour le détruire, car la nature est un cadeau de Dieu pour l’humanité :
      " L’Éternel Dieu prit l’homme, et le plaça dans le jardin d’Éden pour le cultiver ET POUR LE GARDER."
      Genèses 2:13

      Il n’est pas permis de faire n’importe quoi avec la terre cultivable, il faut même la laisser se reposer (jachère) :
      "Pendant 6 ans tu ensemenceras ton champ, pendant 6 ans tu tailleras ta vigne et tu en récolteras le produit. Mais la septième année sera un sabbat, un temps de repos pour la terre, un sabbat en l’honneur de l’Éternel : tu n’ensemenceras pas ton champ et tu ne tailleras pas ta vigne, tu ne moissonneras pas ce qui proviendra des grains tombés de ta moisson et tu ne vendangeras pas les raisins de ta vigne non taillée. Ce sera une année de repos pour la terre."
      Lévitique 25:3-5

      Les mondialistes, en reniant la Parole de Dieu, s’arrogent le droit de remodeler la nature à leur façon :
      culture intensive sous serre, sols sous perfusion aux pesticides dont on a ôté toute trace de vie, nourriture transformée et contaminée (arômes artificiels, émulsifiants, colorants, édulcorants, épaississants, gélifiants, exhausteurs de goût, conservateurs, polyphosphates,...), pollution des nappes phréatiques, destruction des paysages naturels et des océans par la mise en place de parcs éoliens sous la bénédiction des écologistes (des millions de tonnes de béton injectés dans les sols et les fonds sous-marins détruisent des écosystèmes par milliers).
      https://twitter.com/yjadot/status/1045678519651586050
      https://www.youtube.com/watch?v=vCtDVngGT1U
      https://www.youtube.com/watch?v=Xl4KJkkSR7A
      https://www.youtube.com/watch?v=6X4UEawXu-Q
      https://www.liberation.fr/france/2019/05/24/mystere-autour-d-eoliennes-accusees-de-tuer-des-vaches_1729232
      https://www.lanutrition.fr/les-news/quest-ce-quun-aliment-ultra-transforme-


    • Belenos Belenos 13 juillet 20:54

      @ezechiel
      "car la nature est un cadeau de Dieu pour l’humanité."

      Si vous alignez des formules toutes faites que vous absolutisez comme le font les adorateurs du Coran, que voulez-vous que l’on vous réponde ? A la seconde où vous faites intervenir une parole divine, on sort immédiatement du débat humain, car qui peut débattre avec Dieu ? Chacun va sortir ses petites formules sacrées et puis quoi ensuite ?

      Retour à un dialogue raisonnable : Comment savez-vous que "la nature est un cadeau pour l"humanité" ? 


    • ezechiel ezechiel 14 juillet 02:27

      @Belenos "Retour à un dialogue raisonnable : Comment savez-vous que "la nature est un cadeau pour l"humanité" ?"

      D’où vient la nature ? Pourquoi est-elle là ? La vie ne vous semble-t-elle pas un miracle ?
      Si l’homme ne prend pas soin de toutes ces plantes diverses aux multiples parfums et couleurs, ces animaux absolument extraordinaires (lions, tigres, iguane, vers de terre, lapins, perroquets, et...), ces cascades naturelles vertigineuses aux décors paradisiaques, ses montagnes enneigées, ses fonds marins colorés mystérieux, qui le fera ?
      J’ai répondu selon mes propres convictions, que vous n’êtes pas obligé de partager.


    • ken_le_sous-vivant ken_le_sous-vivant 14 juillet 02:35

      @ezechiel
      Merci pour le lien, j’ai toujours trouvé louche toutes ces nouvelles idéologies à la mode sorties de nulle part. En tout cas les vegans en prennent pour leur compte et sont KO debout même si toutes ces théories de pics machins choses sont très théoriques.

      Une des meilleures viande que j’ai pu goûter est celle du Vanuatu, élevage extensif sans produits chimiques ! Quel scoop ! La meilleure nourriture est celle produite naturellement. Allô les vegans ?


    • Belenos Belenos 14 juillet 02:41

      @ezechiel
      "La vie ne vous semble-t-elle pas un miracle ?"

      Je peux partager ce sentiment, mais cela ne me conduit pas à en déduire que les animaux ont forcément pour fonction dans l’ordre naturel de servir éternellement de nourriture à l’être humain. 



    • Belenos Belenos 14 juillet 02:47

      @ken_le_sous-vivant
      "j’ai toujours trouvé louche toutes ces nouvelles idéologies à la mode sorties de nulle part. "

      La conférence de la vidéo nous apprend justement que le végétarisme n’est ni nouveau ni sorti de nulle part. 


    • Belenos Belenos 14 juillet 02:56

      @ezechiel
      Si l’homme ne prend pas soin de toutes ces plantes diverses aux multiples parfums et couleurs, ces animaux absolument extraordinaires (lions, tigres, iguane, vers de terre, lapins, perroquets, et...), ces cascades naturelles vertigineuses aux décors paradisiaques, ses montagnes enneigées, ses fonds marins colorés mystérieux, qui le fera ?

      La nature semble être capable de prendre soin d’elle-même et se porter à merveille en l’absence d’intervention humaine. Je ne pense pas que "les cascades naturelles vertigineuses aux décors paradisiaques, les fonds marins colorés mystérieux et les montagnes enneigées" souffriraient beaucoup que l’être humain disparaisse et cesse ainsi d’en "prendre soin".  smiley


    • Belenos Belenos 14 juillet 03:02

      @ken_le_sous-vivant

      Les anthropophages assurent que la meilleure viande est la viande humaine, surtout celle des enfants de moins d’un an dont les os sont encore tendres. Je ne sais pas si les bébés sont meilleurs au Vanuatu, en revanche. 


    • machin 14 juillet 07:02

      @louis

      Le problème c’est la prolifération des humains qui crée ce déséquilibre puisqu’ils n’ont plus de prédateurs ...

      pas de prédateurs ?
      Et les américains, c’est quoi ??


    • machin 14 juillet 07:04

      @ezechiel

      Encore un allumé...


    • ezechiel ezechiel 14 juillet 11:04

      @Belenos "Je ne pense pas que "les cascades naturelles vertigineuses aux décors paradisiaques, les fonds marins colorés mystérieux et les montagnes enneigées" souffriraient beaucoup que l’être humain disparaisse et cesse ainsi d’en "prendre soin"

      Contrairement aux animaux qui agissent par instinct, l’homme a une place à part dans la nature.
      Il a conscience de lui-même et de l’environnement qui l’entoure, il a la capacité opérationnelle de la détruire comme de la préserver.
      C’est de sa responsabilité de faire le bon choix. Le Bien ou le Mal.


    • ken_le_sous-vivant ken_le_sous-vivant 14 juillet 11:10

      @Belenos
      La conférence de la vidéo nous apprend justement que le végétarisme n’est ni nouveau ni sorti de nulle part. 

      Oui, Hitler l’était déjà en son temps. Mais la façon dont il est médiatisé et l’acceptation et son cautionnement de la violence par les médias l’est. C’est sorti d’un chapeau pour tenter de nous l’imposer par la force et ça c’est nouveau.


    • Belenos Belenos 14 juillet 11:25

      @ken_le_sous-vivant
      "Oui, Hitler l’était déjà en son temps."

      Non. Adolf est quasiment de notre époque et il n’était même pas végétarien en fait (il s’est abstenu de certaines viandes à cause de problème de santé et sur les conseils de son médecin mais il a interdit les associations végétariennes).

      L’histoire du végétarisme et de sa justification philosophique remonte à Pythagore (580-495 av. J.-C.). 


    • Belenos Belenos 14 juillet 11:29

      @ezechiel
      "Contrairement aux animaux qui agissent par instinct, l’homme a une place à part dans la nature. Il a conscience de lui-même et de l’environnement qui l’entoure, il a la capacité opérationnelle de la détruire comme de la préserver. C’est de sa responsabilité de faire le bon choix. Le Bien ou le Mal."

      C’est faire le choix du Mal que de faire souffrir et de tuer des êtres sensibles qui ne nous ont causé aucun tort.


    • Gollum Gollum 14 juillet 11:35

      @Belenos

      Contrairement aux animaux qui agissent par instinct, l’homme a une place à part dans la nature.

      En plus c’est faux. C’est de l’éthologie du XIXème siècle. Il y a belle lurette que l’on sait que les animaux supérieurs ne fonctionnent pas qu’à l’instinct.

      Et qu’il arrive à l’homme de fonctionner à l’instinct beaucoup plus souvent qu’on ne pourrait le croire..

      Le bien et le mal ne sont pas l’apanage exclusif de l’homme.

      Mais bon, avec un bibliste, pour avoir des connaissances à jour, c’est dur... smiley

      Ne pas oublier qu’ils ont attendu 1822 pour reconnaitre officiellement l’héliocentrisme... smiley


    • ezechiel ezechiel 14 juillet 12:45

      @Belenos "C’est faire le choix du Mal que de faire souffrir et de tuer des êtres sensibles qui ne nous ont causé aucun tort."

      Vous croyez quand que le lion dans la jungle tue une gazelle, un être sensible qui ne lui a causé aucun tort, l’a fait souffrir et la mange, il fait le Mal ?


    • Ozi Ozi 14 juillet 13:02

      Pour le véganisme, il y a quand même le problème de la carence en vit b12 qui n’est pas synthétisée en quantité suffisante par l’organisme et qui n’est présente que dans le règne animal.. Aujourd’hui on prend des compléments alimentaires pour pallier cette carence mais c’est uniquement possible dans notre société thermo-industrielle, si celle-ci s’effondre, la mode du véganisme disparaîtra..
      Par contre aucun problème pour les végétariens qui consomment des oeufs et/ou des produits laitiers.

      L’autre conséquence à prendre en compte dans une société végétarienne est l’inévitable effondrement des populations d’animaux d’élevage, une sorte de génocide animalier...

      Ceci dit, être végétarien ou flexi-végétarien aujourd’hui, au vu de nombreuses conditions inqualifiables d’élevage et d’abattage, n’est pas un luxe mais une intention honorable..


    • Sparker 14 juillet 13:09

      @ezechiel

      Faut savoir, vous dites que les animaux agissent par instinct, donc ils ne font pas le mal.
      L"homme agit par raison, donc il peut le faire pour le mal.
      C’est subtil, oui, mais c’est notre condition...


    • Sparker 14 juillet 13:27

      @Ozi

      Je suis végétalien depuis 35 ans, la B12 est produite par des bactéries et est synthétisée par certains animaux comme certains herbivores et ruminants. Mais pas tous, ou du moins celle absorbable par l’organisme humain.
      La B12 n’est nécessaire qu’en infime quantité. Aujourd’hui vu les conditions d’élevage et la nourriture de ces animaux la B12 est bien souvent ajoutée car elle n’est plus synthétisée par ces mêmes animaux et donc pour éviter une carence des humains à régime carné.
      On sait synthétiser de manière chimique la B12 depuis quelques temps déjà, les végétaliens peuvent donc se la procurer indépendamment du régime carné, ce que je fais.

      Les animaux ne sont pas une ressource naturelle.


    • ezechiel ezechiel 14 juillet 13:32

      @Sparker "L"homme agit par raison, donc il peut le faire pour le mal."

      Tout à fait. C’est ce qui le différencie de l’animal. Mais ça ne fait pas de lui pour autant, mangeur de viande comme tous les carnivores, un faiseur de Mal.
      Tout dépend de l’INTENTION.
      Élever des animaux, des poules, des vaches, en élevage intensif en batterie, qui ne leur permettent pas de voir le jour, enfermés dans des boîtes ou des cagettes dans l’obscurité ou lumière artificielle, avec des conditions d’abattage déplorables, oui, évidemment, dans ces conditions, vous n’êtes plus en harmonie avec la nature, et vous faites le Mal.


    • Belenos Belenos 14 juillet 13:39

      @Ozi
      "Pour le véganisme, il y a quand même le problème de la carence en vit b12 qui n’est pas synthétisée en quantité suffisante par l’organisme et qui n’est présente que dans le règne animal.. Aujourd’hui on prend des compléments alimentaires pour pallier cette carence mais c’est uniquement possible dans notre société thermo-industrielle, si celle-ci s’effondre, la mode du véganisme disparaîtra.."

      Ce n’est pas faux dans l’état actuel des connaissances (on connaît la B12 depuis quelques dizaines d’années et on ne comprend encore pas tout sur la nutrition humaine, loin de là). Mais, voici un détail amusant et qui donne à réfléchir : la plus grande partie de la vitamine B12 produite dans le monde est utilisée par... l’industrie de la viande et du lait.. et non par les végétaliens. En effet, "la majorité de la production mondiale est destinée à l’alimentation de certains animaux (volailles et cochons principalement), parce qu’elle permet d’augmenter la rentabilité de ces filières"... La B12 que l’on trouve dans la nourriture d’origine animale est donc artificielle pour une grande part. Pas moins que celle consommée par les vegans, sauf qu’eux prennent le supplément directement au lieu de le donner d’abord à la vache, au poulet ou au cochon qu’ils mangent ensuite. 

       smileyLa consommation de lait et de viande semble donc elle aussi, au seul regard du cas particulier de la vitamine B12, dépendre de "notre société thermo-industrielle". Si celle-ci s’effondre, la mode carnivoriste disparaîtra... et pas seulement à cause de la vitamine B12.  smiley



    • pegase pegase 14 juillet 13:41

      @Ozi
      L’autre conséquence à prendre en compte dans une société végétarienne est l’inévitable effondrement des populations d’animaux d’élevage, une sorte de génocide animalier...

      Exactement, le véganisme c’est la mort des animaux d’élevage, quand aux pures végétariens, que voulez vous faire des vaches laitières trop âgées ? C’est impossible de les mettre en EHPAD, c’est impossible de les laisser crever à petit feux de vieillesse dans les champs (les prédateurs ayant disparus), c’est financièrement impossible de les soigner jusqu’au bout comme nos anciens, alors quoi faire ???? 


    • Gollum Gollum 14 juillet 13:43

      @ezechiel

      Vous croyez quand que le lion dans la jungle tue une gazelle, un être sensible qui ne lui a causé aucun tort, l’a fait souffrir et la mange, il fait le Mal ?

      Faudrait demander l’avis de la gazelle....


    • Sparker 14 juillet 13:45

      @ezechiel

      Une intention précède un but et en occurrence ici, celui de tuer l’animal quoi qu’il en soit.
      Il n’y a aucune légitimité à faire cela, c’est de l’abus de pouvoir. Vous pouvez prier autant que vous voulez avant la mise à mort ce ne sera que dans "l’intention" de surseoir à un malaise qui nous gagne malgré tout mais l’animal lui s’en bat les côtelettes, son destin est scellé.
      Et l’harmonie avec la nature il y a bien longtemps que nous n’y sommes plus et pour bien d’autres raisons, suffit pas de manger de la viande pour être en harmonie et d’ailleurs que veut dire "être en harmonie avec la nature" ? Pour être en harmonie faudrait qu’il y ait de nouveau des prédateurs pour l’homme sinon pas de chaine alimentaire autonome. Bon on veut réintroduire des loups et des ours, ça va pouvoir le faire mais faudra pas se plaindre après...


    • Sparker 14 juillet 13:55

      @pegase

      Et alors ? qu’y a t-il de gênant que les animaux élevés pour être tués et dévorés disparaissent ? Ils n’ont rien de naturel, ce sont des créations humaines.
      On doit pouvoir avoir d’autres rapport avec les animaux et être en relation avec eux autrement qu’en steak, ceux qui travaillent avec les chevaux, naturel eux, ne les mangent pas.
      C’est une image d’épinal les vaches dans les prés regardant les train passer, ça vous raconte une histoire de france dans laquelle l’animal n’a qu’une place secondaire voir moins vu comment on se comporte avec eux de nos jours, mais ce n’est en aucun cas une vie souhaitable et comme mort on peut espérer mieux.
      Pour nous il y avait le goulags, les usines, ou les camps mais c’est pas une vie enviable non plus...


    • Belenos Belenos 14 juillet 14:00

      @Ozi
      "L’autre conséquence à prendre en compte dans une société végétarienne est l’inévitable effondrement des populations d’animaux d’élevage, une sorte de génocide animalier..."

      Réfléchissons 2 minutes : Si vous faisiez partie d’une population résultant de croisements génétiques grâce à des inséminations artificielles dans un espace concentrationnaire pour constituer une race élevée pour sa viande, vos soeurs étant engrossées pour être productrices de lait, vous et tous vos semblables étant considérés sous ce seul aspect productiviste par vos bourreaux, seriez-vous attristé que votre population d’humains d’élevés pour être consommés "s’effondre" ? La nature en serait-elle affectée ?
      Vous ne semblez pas voir que l’industrie carnivoriste n’a strictement rien à voir avec la chasse en milieu naturel. Il n’y a plus de milieu naturel sur Terre. Les populations d’animaux d’élevage ne sont pas des ressources naturelles à préserver par principe. Et pour le moment, c’est à cause des élevages artificiels que des animaux bien naturels disparaissent par manque d’espace (la grande forêt amazonienne et son incroyable richesse biologique est détruite pour fabriquer de la viandasse à hamburger, par exemple).


    • Belenos Belenos 14 juillet 14:12

      @pegase
      "Exactement, le véganisme c’est la mort des animaux d’élevage,"
       
      La fin de l’esclavage a aussi été la fin des humains d’élevage. 



    • Belenos Belenos 14 juillet 14:14

      @pegase

      "quand aux pures végétariens, que voulez vous faire des vaches laitières trop âgées ? C’est impossible de les mettre en EHPAD, c’est impossible de les laisser crever à petit feux de vieillesse dans les champs (les prédateurs ayant disparus), c’est financièrement impossible de les soigner jusqu’au bout comme nos anciens, alors quoi faire ????"

      Les vaches laitières sont une aberration à notre époque. Nous ne sommes pas de petits bovins et nous n’avons pas besoin de téter du lait de vache, surtout pas étant adulte, ni de le consommer sous quelque forme que ce soit. Nous mangeons du fromage par habitude ou gourmandise malsaine d’un truc qui sent les pieds sales et non par cohérence ou respect de la nature, nous mangeons des desserts lactés sucrés parce qu’ils sont sucrés et aromatisés à autre chose qu’à la vache (au fruit ou au chocolat) et certainement pas parce que nous avons réfléchi à la chose. 


    • Ozi Ozi 14 juillet 14:23

      @Belenos : La B12 que l’on trouve dans la nourriture d’origine animale est donc artificielle pour une grande part ...Si celle-ci s’effondre, la mode carnivoriste disparaîtra


      La b 12 est artificielle sauf dans les élevages naturels et traditionnels, quand a la mode du carnivorisme, elle ne disparaîtra pas comme le véganisme si il y a un effondrement de notre société thermo-industrielle, certes elle sera grandement contrainte mais certaines régions (côtes, montagnes) continueront d’être calibrées pour le carnivorisme et les autres zones plus calibrées pour le végétarisme..  smiley


    • Belenos Belenos 14 juillet 14:27

      @ezechiel
      "Vous croyez quand que le lion dans la jungle tue une gazelle, un être sensible qui ne lui a causé aucun tort, l’a fait souffrir et la mange, il fait le Mal ?"

      Prenons le cas encore plus clair d’un lion ou d’un tigre qui mange votre jambe (cela arrive encore). Fait-il le mal ou le bien ? Je dirais qu’il fait le mal (il vous fera beaucoup de mal), sans pouvoir faire autrement parce qu’il ne peut pas changer son alimentation et qu’il prend tout ce qui tombe sous ses crocs quand il a faim. Mais la conscience des animaux est quelque chose de difficile à se représenter.

      On peut constater tout de même qu’un lion ou un tigre qui se lit d’amitié avec un être humain n’a plus envie d’en faire son repas. De même qu’un homme qui se lie d’amitié avec un chien ou un cheval. Est-ce qu’il n’y a pas quelque d’intéressant à explorer dans ce parallélisme ? 


    • Ozi Ozi 14 juillet 14:42

      @Belenos : Vous ne semblez pas voir que l’industrie carnivoriste n’a strictement rien à voir avec la chasse en milieu naturel

      Minute papillon, je ne faisais que pointer du doigt l’une des conséquences d’une société végétarienne, je n’ai jamais exprimé le fait que cela soit "bien ou mal"... smiley

      Perso j’ai des poules qui gambadent toute la journée dans un champs, on ne saurait trouver plus heureuses sur cette terre, cependant cette symbiose entre elles et moi n’est possible que parceque je les nourris également de blé, et qu’elles m’offrent en retour leurs oeufs, ces mêmes oeufs qui contiennent cette fameuse vit b12 ...  smiley

      Je n’ai jamais vraiment compris pourquoi les végans ne mangeaient pas d’oeufs, il n’y a pas de vie animal dans un oeuf non fécondé par un coq, c.a.d la plupart des oeufs..
      Les végétariens sont quand même beaucoup plus raisonnables .. smiley



    • Belenos Belenos 14 juillet 14:44

      @Ozi
      "La b 12 est artificielle sauf dans les élevages naturels et traditionnels"

      Peut-être mais comment en être certains ? C’est quoi exactement "naturels et traditionnels" ? 

      "Dans le monde en 2008, ont été produites, dans les usines de quatre firmes différentes (une française - Sanofi-Aventis - et trois chinoises), environ 35 tonnes de vitamine B12 [2]. Cette quantité représente environ six fois les besoins nutritionnels de la totalité de l’humanité. Mais où va toute cette B12 ? Dans les comprimés pour végétariens ? Ils doivent vraiment en abuser, et être très très nombreux !

      Eh bien non. En réalité, seule une petite partie de cette production va dans les comprimés. La plus grande part va dans... les aliments pour animaux d’élevage.

      En effet, la vitamine B12 n’est pas plus produite par les animaux qu’elle ne l’est par les plantes. Elle est d’origine exclusivement bactérienne. Dans la nature, les herbivores la trouvent typiquement dans les souillures des aliments qu’ils consomment. Mais dans l’environnement contrôlé et intensif des élevages, cet apport-là est marginal. L’alimentation des poulets et autres « volailles » ainsi que des porcs est donc systématiquement supplémentée en B12. Celle-ci, tout comme la vitamine B12 des comprimés pour végétariens, est produite industriellement par fermentation, généralement à l’aide de bactéries génétiquement modifiées.

      La B12 est une grosse molécule complexe, et les animaux l’absorbent, l’utilisent et la stockent dans leur chair sans la transformer. Les molécules de B12 que les mangeurs de viande prennent « tout naturellement » dans leur « alimentation qui se suffit » n’ont fait que passer par le corps de l’animal. Elles proviennent des usines des quatre fabricants mondiaux, exactement comme celles que prennent les végétariens dans leurs comprimés.

      En somme : les végétariens prennent de la B12 fabriquée en usine et emballée dans des comprimés. Les personnes qui mangent de la viande, tout au contraire, prennent de la B12 fabriquée en usine et emballée dans des animaux." 

      https://www.cahiers-antispecistes.org/les-animaux-emballages/



    • Belenos Belenos 14 juillet 14:54

      @Ozi
      Je mange moi-même des oeufs de poules élevées dans des conditions "acceptables" mais ça me tente de moins en moins (je trouve ça "bizarre" de manger des ovules de poules). Je crois que certains végans ne mangent pas d’oeufs parce que les poussins mâles sont éliminés et jetés vivants dans des broyeuses (même dans les productions bio apparemment). Ou bien par principe (ne pas utiliser d’animaux). Moi, je ne suis pas contre la relation de l’animal humain aux autres animaux si chacun en tire un avantage ou un plaisir (non je ne parle pas de zoophilie  smiley ). 


    • Ozi Ozi 14 juillet 15:00

      @Belenos : Les personnes qui mangent de la viande, tout au contraire, prennent de la B12 fabriquée en usine et emballée dans des animaux."

      Sauf pour les personnes qui mandent de la viande venant d’élevages naturels et traditionnels..  smiley

      J’habite à la campagne, dans une région d’élevage de bovins et caprins, pas d’élevages industriels ici, les troupeaux de dizaines d’animaux sont toute l’année dans les vastes champs à brouter de l’herbe et les éleveurs ne leur donne pas de suppléments en vit b 12 puisque les animaux la trouvent déjà dans les souillures des aliments qu’ils consomment...
      Des élevages comme cela se fait depuis des millénaires..


    • Sparker 14 juillet 15:14

      @Belenos

      Ne pas exploiter les animaux, il me semble que c’est par principe chez les végans pas par diététique.
      Je suis végétarien/lien, selon les circonstances en général chez moi c’est "lien" en extérieur c’est "rien" smiley , depuis pas mal d’année. Je ne me suis mis à la gélule de B12 que très récemment un peu sous la pression mais je me demande si ce n’est pas lobbyiste.
      Je n’en avais jamais pris avant donc au moins pendant presque 30 ans, il ne me semble pas avoir vécu de carence, manifestement.


    • Ozi Ozi 14 juillet 15:16

      @Belenos
      Ceci dit, le respirianisme pourrait mettre en branle nos connaissances sur la physiologie humaine et son métabolisme, mais pour l’instant, cela reste quand même de la croyance..


    • Sparker 14 juillet 15:20

      @Ozi

      Ils ont des contraintes vétérinaires quand même, vous ne pouvez diffuser de la nourriture que si elle porte certaines garanties et m’étonnerait que la B12 ne soit pas contrôlée. Je ne suis pas sur, sur ce point.
      Et un animal de production même "traditionnelle" destiné à la viande n’est pas nourri qu’avec de l’herbe, ni pour le lait ce n’est pas assez nutritif pour la productivité et la qualité.


    • Ozi Ozi 14 juillet 15:23

      @Sparker : Je n’en avais jamais pris avant donc au moins pendant presque 30 ans

      Au vu des études, une carence en vit b12 se forme très lentement sur plusieurs années jusqu’a épuisement du stock dans le foie.. Refaire le stock nécessite de grosses doses en suppléments et du temps ..
      Ceci pourrait expliquer l’absence de symptomes manifestes pendant ces années..


    • Belenos Belenos 14 juillet 15:25

      @Ozi
      Quand les êtes humains seront des êtres éthériques, la nourriture éthérée leur sera sans doute suffisante, y compris pour la convivialité : 
      " Je vous ressers un peu de lumière ?
      Juste un rayon, mon cher, et encore ce n’est que par gourmandise ! "  smiley


    • Ozi Ozi 14 juillet 15:28

      @Sparker
      Herbes toute l’année et foin l’hiver est amplement suffisant, cela prend seulement plus de temps, celui de la nature..
      Les contraintes vétérinaires se sont les antibios.


    • Ozi Ozi 14 juillet 15:31

      @Belenos : Quand les êtes humains seront des êtres éthériques, la nourriture éthérée leur sera sans doute suffisante

      Voilà.. On n’y est pas encore tout à fait.. smiley


    • Belenos Belenos 14 juillet 15:37

      @Ozi
      "Au vu des études, une carence en vit b12 se forme très lentement sur plusieurs années jusqu’a épuisement du stock dans le foie. "

      Il semble aussi que la plupart des cas de carences médicalement significatifs répertoriés ne soit pas dus à un défaut d’apport mais à un défaut d’assimilation dus à une autre anomalie (qui concerne donc aussi bien les gens consommant des aliments d’origine animale). 

      Il faut garder à l’esprit que les vitamines "n’existent" que depuis que le concept a été inventé par Kazimierz Funket (le découvreur de la B1) il y une centaine d’années et qu’on va en découvrir d’autres (comme la récente PQQ), ce qui amènera de nouvelles peurs de manquer de quelque chose d’indispensable et la peur d’en avoir manqué étant jeune alors qu’on ne les connaissait pas encore.


    • Belenos Belenos 14 juillet 15:38

      @Ozi
      En tant que pseudo de forum, on est déjà "électronisé". Mon pseudo ne consomme que de l’électricité, par exemple. 


    • Belenos Belenos 14 juillet 15:47

      @Oz

      La ration des ruminants est composée en moyenne de 64 % d’herbe, de 20 % de maïs ensilé, de 10 % de céréales, de 5 % de tourteaux et de 1 % de minéraux et vitamines (soit incorporé dans la bouffe de l’étable, soit sur une pierre à lécher). 


    • Robin la capuche 14 juillet 17:02

      @Belenos
      " La consommation de lait et de viande semble donc elle aussi, au seul regard du cas particulier de la vitamine B12, dépendre de "notre société thermo-industrielle". Si celle-ci s’effondre, la mode carnivoriste disparaîtra... et pas seulement à cause de la vitamine B12 " 

      .Si vous entendez par carnivorisme le fait de manger énormément de viande sous la forme consommée par les occidentaux vous avez peut-être raison. Mais la "mode carnivoriste" comme vous dites ne disparaîtra certainement pas avec l’abondance énergétique de notre civilisation car aucun élevage animal ne nécessite moins d’énergie qu’un élevage de grillons et de sauterelles ( et autres vers ) consommés tous les jours par des centaines de millions de "populations pauvres" à travers le monde non-européen, et ce pour leur plus grand plaisir. 

      Donc on mangera beaucoup moins de chipolatas et d’entrecôtes et beaucoup plus d’insectes et personne ne sera jamais obligé de devenir végétarien vu que les insectes représentent la biomasse animale la plus importante. Ils sont en plus appelés à nous survivre. 

      Manger des insectes c’est juste une question d’habitude ( je partage avec les anglais et beaucoup d’autres européens le dégoût pour les escargots...) . Et ce sera un retour aux sources. Un retour auquel les capitalistes sont DEJA en train de nous préparer , faute de pouvoir approvisionner 6 milliards de personnes en entrecôtes ( les très riches eux continueront à manger de l’entrecôte.......... croyez moi)

      Et pour revenir au sujet d’origine , à savoir le végétarisme, lorsque capitalistes et publicitaires ( la peste soit avec eux) auront converti américains et européens à la consommation d’insectes, tout le monde rigolera alors des âneries proférées par les sectes protestantes qui sont les seules responsables de la résurgence de cette hérésie végétarienne , dont la récente montée en puissance en France a tout d’une entreprise de décervellement organisée par des lobbies étranges (pour ne pas dire totalement étrangers à notre pays et à notre culture). 


    • pegase pegase 14 juillet 17:07

      @Belenos
      Les vaches laitières sont une aberration à notre époque. Nous ne sommes pas de petits bovins et nous n’avons pas besoin de téter du lait de vache, surtout pas étant adulte, ni de le consommer sous quelque forme que ce soit. Nous mangeons du fromage par habitude ou gourmandise malsaine d’un truc qui sent les pieds sales et non par cohérence ou respect de la nature, nous mangeons des desserts lactés sucrés parce qu’ils sont sucrés et aromatisés à autre chose qu’à la vache (au fruit ou au chocolat) et certainement pas parce que nous avons réfléchi à la chose. 

      Ma parole il insulte mes fromages smiley

      il n’y a pas de sucre ni rien du tout dans mes fromages préférés, je pense que vous ne vous rendez pas compte de ce que vous avancez, rien que pour le département du Doubs, le volume d’exportation égale en devise celui de Peugeot Sochaux et Mulhouse réunis ... C’est une industrie qui nourri au sens propre comme au sens figuré beaucoup de monde, et fait vivre des milliers de vaches paissant paisiblement dans les champs, qui sans ce business n’existeraient même pas !


    • pegase pegase 14 juillet 17:11

      @Sparker

      Peut être, mais le lait de vache est une précieuse source de protéines, sans ces apports caloriques n’espérez même pas en rêve de travailler dur dans le bâtiment ou comme bucheron dans une forêt, j’imagine que vous n’êtes qu’un misérable gratte papiers fonctionnaire qui ne dépense quasiment pas d’énergie pour écrire de telles sottises !


    • Robin la capuche 14 juillet 17:35

      @Belenos

      Vous répétez les sornettes des siphonnés de la cause végétarienne lorsque vous écrivez : "les végétariens prennent de la B12 fabriquée en usine et emballée dans des comprimés. Les personnes qui mangent de la viande, tout au contraire, prennent de la B12 fabriquée en usine et emballée dans des animaux."

      Les moules (animal marin) qu’elles soient sauvages ou d’élevage contiennent de la B12 et cette B12 des moules n’est pas le résultat de pratiques d’élevage particulières, pas plus qu’elle ne provient de vos usines. 

      Les moules ( crues ou cuites ) ont toujours fait partie de l’alimentation des humains ( et des primates ) vivant en bord de mer. On trouve des variétés de moules sous presque toutes les latitudes. Comme les humains....


    • jeanpiètre jeanpiètre 14 juillet 19:58

      @ezechiel
      convictions....
      pensées toutes faites pour éviter le raisonnement, permet aux imbéciles d’abonder l’avis d’autre sans avoir à penser.
      vos 2 précédents commentaires illustrent le vieil adage : dans conviction, il y a surtout con


    • Et Hop ! 14 juillet 20:27

      @Belenos

      Ca c’est le standard mondial des élevages industriels (baby-boeuf, veaux en batterie, boeuf aux hormones, ferme de 1000 vaches) dont le but est de raccourcir le plus possible le temps de croissance pour faire de la viande industrielle.

      En France, les vaches se nourrissent l’été exclusivement de variétés d’herbes dans les prairies permanentes (trèfles, légumineuses,..), sur des terres la plus part du temps impossibles à cultiver autrement (montagnes, petites parcelles, fonds humides, landes, etc..), et l’hiver de foin ou d’ensilage.

      Elles n’ont absolument pas besoin du maïs, ni de (tourteaux de) soja que les USA nous forcent à importer depuis 1946 par des traités internationaux, ni de céréales, sauf les vaches laitières et les vaches laitières de réforme à l’engraissement.


    • Sparker 14 juillet 22:12

      @pegase

      ba ba ba, maitre pégasus connait la vie des gens au travers de ce qu’il mange...

      L’alimentation est une question d’assimilation et de synthèse pas de quantité...

      Et votre lait de vache je vous le laisse volontiers..


    • ken_le_sous-vivant ken_le_sous-vivant 14 juillet 23:13

      @Belenos
      "Oui, Hitler l’était déjà en son temps."

      Non. Adolf est quasiment de notre époque

      Rohhhh, c’était du trollage de (très bas) niveau goodwin, désolé. Oui le doc explique clairement que c’est très ancien.


    • ezechiel ezechiel 15 juillet 00:08

      @Belenos "Prenons le cas encore plus clair d’un lion ou d’un tigre qui mange votre jambe (cela arrive encore). Fait-il le mal ou le bien ? Je dirais qu’il fait le mal (il vous fera beaucoup de mal)."

      Non il ne fait pas le Mal. S’il vous mange la jambe, c’est par instinct de chasseur, ou parce qu’il a faim, mais ce n’est pas pour faire le Mal.
      (il faut faire la distinction entre le Mal, méchanceté gratuite, et avoir mal, la douleur physique que l’on peut ressentir après une morsure)


    • Belenos Belenos 15 juillet 01:41

      @Robin la capuche

      Vous pouvez manger des insectes si vous y tenez vraiment (je veux bien vous installer dans mon jardin pour éliminer mouches et frelons). Rien ne vous y oblige cependant. Vous pourriez aussi continuer à manger raisonnablement de la viande, une ou deux fois par semaine, sans inconvénient pour l’environnement, l’économie mondiale ou votre santé. 

      Ce que vous dites est erroné : le végétarisme n’est ni une "hérésie" (?) ni particulièrement lié au protestantisme. Son origine identifiable puise dans l’Antiquité grecque et passe par l’Orient pour se rediffuser en Occident (par l’influence du yoga et du bouddhisme). Concernant le christianisme, les documents historiques attestent que la philosophe et la pratique du végétarisme étaient courantes chez les grands fondateurs :

      "... à en croire les indications remontant au début du christianisme, le végétarisme aurait alors été très répandu. Les pseudo-clémentines contiennent des citations de l’enseignement de l’apôtre Pierre. Celui-ci, dans son sermon XII, déclare tout net : « Manger de la viande est tout aussi toxique que la pratique païenne consistant à vénérer des diables par des sacrifices et des fêtes impures. En participant à de telles pratiques, l’homme partage le repas des diables. » L’apôtre Pierre décrit sa propre alimentation comme suit : « Je vis de pain et d’olives, auxquelles je n’ajoute que rarement un légume. »

      Clément d’Alexandrie indique que Mathieu s’était nourri uniquement de végétaux et ne touchait pas à la viande (Paedagogus II,1). Quant à Eusèbe, écrivain ecclésiastique et évêque de Césarée (264-349), il cite dans son histoire de l’Eglise (II,2,3) l’écrivain ecclésiastique Hégésippe, qui aurait précisé que Jean ne se nourrissait jamais de viande. La même source évoque Jacques le Jeune, le considérant comme divin dès sa naissance, n’ayant jamais consommé de boissons enivrantes ni d’êtres vivants (II,23,5.6). Jacques dirigeant la première communauté chrétienne de Jérusalem. Les évangiles le considèrent comme le frère de Jésus, les catholiques comme son cousin. Il semblerait même que Paul, qui selon la Bible laisserait aux hommes le libre choix de leur alimentation, aurait précisé : « Jésus m’ordonna de ne pas manger de viande et de ne pas boire de vin, et de me nourrir uniquement de pain, d’eau et de fruits, afin que je sois considéré comme pur lorsqu’il souhaite me parler », conformément au Toledoth Jeschu, une collection d’anciennes sources juives portant sur la vie de Jésus.

      Des déclarations semblables se trouvent dans les écrits de pères fondateurs de l’Église. Tertullien (160-222), le plus ancien père fondateur, vers l’an 200, divisa même les chrétiens en deux groupes : les uns, végétariens, étaient considérés comme les vrais chrétiens, les autres mangeaient de la viande et étaient appelés les « corps sans âme »." https://www.swissveg.ch/christianisme?language=fr


    • Belenos Belenos 15 juillet 01:50

      @Robin la capuche

      "Vous répétez les sornettes des siphonnés de la cause végétarienne lorsque vous écrivez : "les végétariens prennent de la B12 fabriquée en usine et emballée dans des comprimés. Les personnes qui mangent de la viande, tout au contraire, prennent de la B12 fabriquée en usine et emballée dans des animaux."

      Les moules (animal marin) qu’elles soient sauvages ou d’élevage contiennent de la B12 et cette B12 des moules n’est pas le résultat de pratiques d’élevage particulières, pas plus qu’elle ne provient de vos usines." 


      L’information que j’ai publiée concerne les animaux d’élevage terrestres et ne parle à aucun moment des moules ou d’autres coquillages (qu’on n’appelle d’ailleurs généralement pas de la "viande" dans le langage courant). Ne déformez pas l’information pour pouvoir l’accuser d’être une "répétition de sornettes de syphonnés", critiquez l’information réelle si vous le pouvez, mais sans la déformer. 


    • Belenos Belenos 15 juillet 02:10

      @ezechiel
      "Non il ne fait pas le Mal. S’il vous mange la jambe, c’est par instinct de chasseur, ou parce qu’il a faim, mais ce n’est pas pour faire le Mal."

      Je n’ai pas dit que le lion voulait faire le Mal (surtout avec un M majuscule). Vous répétez d’ailleurs ce que j’ai dit moi-même : le lion vous mangera "sans pouvoir faire autrement parce qu’il ne peut pas changer son alimentation et qu’il prend tout ce qui tombe sous ses crocs quand il a faim." 


      "(il faut faire la distinction entre le Mal, méchanceté gratuite, et avoir mal, la douleur physique que l’on peut ressentir après une morsure)"

      Le "Mal" n’est pas forcément une "méchanceté gratuite", sinon le fait d’être payé pour mal agir ou le fait d’en tirer un bénéfice matériel suffirait pour s’exonérer de ce reproche. Observez ceci : si vous torturez et assassinez froidement un innocent, contre de l’argent qui vous servira à nourrir vos enfants, vous faites quand même le Mal, du moins à mon sens, même si ce n’est pas du tout de la "méchanceté gratuite". Ensuite, vous dites que le Mal ne doit pas être confondu avec le fait "d’avoir mal". Je dis que même si ce n’est évidemment pas la même chose, il y a cependant un rapport entre les deux, un rapport qu’il faut considérer avec une subtile attention. Sans doute le lion a-t-il une conscience assez faible du mal qu’il vous fait s’il vous dévore une jambe ; mais en tant qu’être humain, nous pouvons être un peu plus conscients du mal que nous faisons aux autres êtres sensibles. Personne ne sait ce que signifie exactement "faire le Bien", mais nous pouvons plus modestement être attentifs à ne pas produire de souffrances évitables. 


    • Belenos Belenos 15 juillet 02:19

      @pegase
      "je pense que vous ne vous rendez pas compte de ce que vous avancez, rien que pour le département du Doubs, le volume d’exportation égale en devise celui de Peugeot Sochaux et Mulhouse réunis ... C’est une industrie qui nourri au sens propre comme au sens figuré beaucoup de monde, et fait vivre des milliers de vaches paissant paisiblement dans les champs, qui sans ce business n’existeraient même pas !"

      Je le sais bien ! Et comme toujours, les premiers à changer un mode de vie et une économie périmée seront les mieux servis, tandis que les autres vont pleurer quand les habitudes alimentaires vont changer, à la faveur des nouvelles données scientifiques montrant la toxicité réelle de ces produits "naturels". Mais vous avez encore du temps, cela ne se fera pas sentir avant quelques décennies... 


    • Belenos Belenos 15 juillet 02:41

      @pegase
      "Peut être, mais le lait de vache est une précieuse source de protéines"

      Oui, ce sont les protéines du lait maternel que le petit veau doit trouver en tétant sa maman vache. Mais même le veau ne se nourrit pas à la mamelle de sa mère toute sa vie durant. Le lait, c’est pour les bébés. Alors, c’est encore plus absurde pour un adulte humain de vouloir se comporter comme un petit veau et de devoir pour cela condamner des vaches à être pompées à la mamelle toute leur existence, avant d’être finalement mangées par ceux qu’elle a nourris avec son lait. C’est peut être pour ça que les habitant du pays du fromage sont des veaux politiquement. 


    • Robin la capuche 15 juillet 03:37

      @Belenos
      Vous tenez le même discours confusionniste que les végétariens : vous défendez le végétarisme en basant votre critique sur la consommation excessive de viande industrielle comme si le végétarisme ne s’en prenait qu’à la consommation de viande, devenue largement excessive depuis que nos sociétés européennes vivent dans l’opulence. 

      Or le végétarisme est une idéologie qui prescrit à ses sectataires et sectatrices l’abstinence de TOUS les animaux (y compris huitres, coquillages, crabes... ) et non pas seulement la consommation de viande. 

      Donc lorsque les végétariens ou anti-spécistes et autres illuminés se moquent des non végétariens en sous entendant qu’eux aussi sont forcés, comme les végétariens, de consommer de la B12 d’origine industrielle, vous serez d’accord avec moi pour dire que cela ne concerne que ceux qui ne mangent jamais de coquillages. Et que donc l’argument ne vaut pas tripette.  
       
       


    • Robin la capuche 15 juillet 04:34

      @Belenos
      Vu la fiabilité des témoignages sur le régime d’Hitler quelques décennies après sa mort, je ne donne pas cher de la véracité des témoignages sur le régime alimentaire des premiers chrétiens, parmi lesquels il devait y avoir ,en effet, une cohorte assez singulière d’illuminés convertis. 
      Je suis certain que vous n’aurez aucun mal à trouver des abstinents de viande et autre abstinents en tout genre dans l’histoire ancienne du judaïsme et de la chrétienté.
      Par ailleurs rien ne dit que Jésus n’ait pas changé d’avis sur cette question au cours de sa courte vie, vu l’importance des interdits alimentaires chez les juifs.
      Il n’est pas interdit non plus de penser que Jésus ait tenu sur le sujet un discours variant selon les circonstances et / ou la qualité de ses interlocuteurs. 

      Plus fondamentalement vous refaites la même erreur que tout à l’heure, en rattachant à votre secte végétarienne ( comme le font abusivement tous les pseudos historiens du végétarisme) tous ceux (et ils sont très nombreux, je vous l’accorde ) qui ont fait ,à un moment de leur vie, profession de s’abstenir de manger de la viande.

      Or non seulement il est abusif de faire cautionner le végétarisme par des personnes qui se sont purement et simplement abstenues de consommer de la viande (on peut très bien refuser la consommation de viande pour diverses raisons plus ou moins pathologiques - dont une sensiblerie exacerbée - sans se considérer le moins du monde végétarien), mais ceux qui refusaient la viande avant l’année 1815 se revendiquaient plus certainement du pythagorisme que du végétarisme (vu que le mot -donc le concept végétarien n’avait même pas été inventé).

      Or comme vous le savez très certainement le pythagorisme ( ou du moins ce qu’on en connait par Aristote ) est aussi différent du végétarisme que l’est aujourd’hui le véganisme puisque les interdits pythagoriciens ne concernent que certains animaux et / ou certains organes. 

      En conclusion rien de ce que vous écrivez ne contribue à défendre le végétarisme qui dans son acception moderne ( différente du régime pythagoricien, puisque les interdits ne sont pas les mêmes ) est bel et bien , ne vous en déplaise, une invention d’une poignée de pasteurs anglais protestants qui s’est organisée en une nouvelle église protestante pour mieux faire fructifier sa nouvelle idéologie d’abstinence intégrale. 


    • Belenos Belenos 15 juillet 04:42

      @Robin la capuche

      "Or le végétarisme est une idéologie qui prescrit à ses sectataires."

      Le végétarisme est une façon de se nourrir qui exclut la chair animale (que l’animal vive sur terre, dans l’air ou dans l’eau). Ce régime alimentaire peut s’accompagner (ou pas) d’idéologies assez variées, comme votre propre régime alimentaire. 

      Il n’existe pas une façon "normale" ou "neutre" de manger qui serait la vôtre (ou celle de vos parents que vous reproduisez sans y avoir réfléchi)... et puis en dehors de ce périmètre normatif toutes les autres façons de se nourrir qui seraient des pratiques étranges et incongrues de "sectataires".  smiley




    • Belenos Belenos 15 juillet 05:15

      @Robin la capuche
      "En conclusion rien de ce que vous écrivez ne contribue à défendre le végétarisme qui dans son acception moderne ( différente du régime pythagoricien, puisque les interdits ne sont pas les mêmes ) est bel et bien , ne vous en déplaise, une invention d’une poignée de pasteurs anglais protestants qui s’est organisée en une nouvelle église protestante pour mieux faire fructifier sa nouvelle idéologie d’abstinence intégrale."

      Vous énoncez des informations non sourcées concernant le régime alimentaire recommandé et pratiqué par Pythagore. Bien que je n’ai pas besoin de Pythagore pour décider de mon régime alimentaire (qui ne dépend que rarement du carré de l’hypoténuse), vous devriez indiquer les documents vous permettant d’affirmer que ce savant philosophe et ses disciples ne s’abstenaient que de certaines sortes de chairs animales. Il est fort probable que vous commettiez une erreur d’interprétation, assez courante d’un court extrait de "La vie de Pythagore" de Diogène Laërce où certains aliments carnés sont encore plus particulièrement déconseillés que d’autres pour des raisons symboliques et ésotériques (le rouget et le poisson à queue noire, le coeur... mais aussi les fèves !) L’ensemble du texte de Diogène Laërce ne laisse cependant aucun doute sur le végétarisme intégral de Pythagore. Je vous invite à vous informer plus complètement ici, par exemple :
      http://www.philalethe.net/post/2006/12/07/329-pythagore-et-la-viande

      Vous ne donnez pas non plus la source de votre information amusante à propos de votre "poignée de pasteurs anglais protestants qui s’est organisée en une nouvelle église protestante pour mieux faire fructifier sa nouvelle idéologie d’abstinence intégrale". Ca semble drôle comme tout, votre histoire, alors faites tomber les infos, donnez des liens !  smiley

      Quoi qu’il en soit de Pyth (pour les intimes), de votre groupe de Beatles végans et des moules qui ne conviennent pas à tout le monde, ne vous en déplaise, (demandez donc à François de Rugy), les informations que j’ai publiées à propos de la vitamine B12 et de son usage dans l’élevage des bêtes à viande sont exactes et sourcées par les liens, jusqu’à preuve du contraire (je n’y peux rien personnellement, c’est juste comme ça). 


    • Belenos Belenos 15 juillet 05:29

      @Robin la capuche

      Je ne sais pas si vous vous en rendez compte, mais vos interventions sur ce fil sont agressives comme si quelqu’un voulait vous retirer votre os de la bouche ou vous faire avaler de force des capsules de B12. La vidéo présentée ici est un exposé historique par un conférencier assez sympathique, reprenez des moules et détendez-vous un peu !  smiley


    • ezechiel ezechiel 15 juillet 07:59

      @Belenos "Le "Mal" n’est pas forcément une "méchanceté gratuite", sinon le fait d’être payé pour mal agir ou le fait d’en tirer un bénéfice matériel suffirait pour s’exonérer de ce reproche."

      C’est vrai. Mais encore une fois, c’est propre à l’homme et à lui seul.

      -------------------------------------
      "Personne ne sait ce que signifie exactement "faire le Bien", mais nous pouvons plus modestement être attentifs à ne pas produire de souffrances évitables."

      Bien sûr, l’homme doit veiller à ce que la vie animale puisse évoluer dans des conditions non dégradantes.
      Il est de son devoir de préserver l’équilibre de la nature.


    • pegase pegase 15 juillet 16:01

      @Belenos

      A la montagne, vous ne pouvez pas vous passer de viande, de lait, de fromage ... désolé c’est physiologiquement IMPOSSIBLE (j’ai moi même essayé), le froid les dures conditions de travail vous obligent à manger des protéines animales que vous le vouliez ou non, ces choses existent depuis la nuit des temps, c’est comme ça et on ne peut rien y faire ....

      Par contre l’élevage industriel, la bouffe protéinée type Mac do à haute dose est à combattre, on est d’accord ...

      Sinon, venez avec moi dès le début de cet hiver (dans quelques mois), bucheronner dans la neige jusqu’aux genoux, 9h par jour, et on verra au bout d’une semaine seulement si vous continuerez à ne manger que des légumes et de la salade ...

      Je parie n’importe quoi que sans protéine d’origine animale vous n’y survivrai pas !

      et ne me dites pas que ce n’est pas vrais.....soit vous ne foutrez plus rien au bout de quelques heures, soit vous partirez, soit vous vous mettrez à manger comme tout les bucherons ...


    • pegase pegase 15 juillet 16:46

      @Belenos

      Comme la petite Alice, vous rêvez d’un autre monde smiley

      https://www.youtube.com/watch?v=C9IHA0nLYYY

      Telephone ...


    • Robin la capuche 16 juillet 00:41

      @Belenos
      Sur le régime pythagoricien , les choses sont beaucoup moins claires que ce que vous avancez. Il est difficile de comprendre les phrases traduites du grec ancien sans connaitre les idées et concepts en vigueur à l’époque. Voici ce que dit Wikipedia à ce sujet 
      D’après les maximes pythagoriciennes citées par Aristote, il était interdit de manger certains poissons comme le mulet et le bogue, et certains organes animaux comme le cœur et la matrice ; mais on ignore si ces interdictions étaient appliquées à la lettre.......... L’une des interdictions alimentaires dont l’authenticité est le mieux attestée concerne la consommation des fèves....... La question du végétarisme est plus délicate à trancher, les témoignages des Anciens se contredisant déjà au ive siècle av. J.-C. Il est possible que Pythagore ait été un végétarien strict, le philosophe Empédocle, dans la génération qui suivit Pythagore, ayant clairement condamné le régime carné qu’il assimilait au cannibalisme31. Cette règle du végétarisme est encore présentée, à l’époque impériale, comme un dogme authentique du Maître par le néopythagoricien Ovide qui fait dire à Pythagore : « Gardez-vous, mortels, de souiller vos corps par les aliments néfastes que proscrivent les dieux. Nourrissez-vous sans qu’il vous soit besoin de tuer et de verser le sang32. » Existait-il différents degrés d’initiation au sein des communautés pythagoriciennes, pouvant expliquer que la pratique du végétarisme variait selon le grade de ses adeptes ? La question reste ouverte33." Fin de citation

      Conclusion : personne ne sait et ne saura probablement si les pythagoriciens mangeaient des oeufs , des moules, des huitres, des insectes, du poisson (lesquels) des champignons ........ Ni même combien de variantes de régime pythagoriciens il a pu exister . Cette incertitude historique convient parfaitement aux prosélytes du végétarisme dont l’idéologie s’accommode et entretient  la confusion entre les concepts de "viande", de "chair animale", de "protéïnes animales" etc . 

       


    • Robin la capuche 16 juillet 01:25

      @Belenos

      Traduit de Wikipedia par mes soins ( avec quelques ajouts pour simplifier la lecture) : la création de la première "assemblée" de végétariens au monde. 

      La Bible Christian Church était une SECTE végétarienne chrétienne fondée par William Cowherd (qui a commencé sa carrière comme vicaire d’un révérend anglican avant de fonder sa propre chapelle) près de Manchester en 1809. Pour faire partie de cette secte chrétienne les membres devaient signer une promesse les engageant à suivre un régime végétarien et à s’abstenir de consommer de l’alcool. Les membres de cette secte s’appelaient les Cowherdites ou les Chrétiens Bibliques. Cowherd est considéré comme l’un des précurseurs de la première société végétarienne fondée en 1847.

      Voilà très exactement le profil des inventeurs du végétarisme moderne. 

      Ajout personnel : c’est parmi les fidèles de Cowherd que se trouveront les fondateurs de la première association végétarienne américaine quelques années plus tard ( ces pasteurs anglais vont rapidement chercher à faire d’autres adeptes aux USA pour enrichir leur église) . Les pasteurs américains ( unionistes ou méthodistes à tendance swedenborgien. A ma connaissance aucun luthérien ) feront alors de la retape pour l’idéologie végétarienne dans la plus pure tradition des prédicateurs évangéliques à partir des années 1830.

      Que vous le vouliez ou non le végétarisme a été inventé et promu par des pasteurs protestants en rupture de ban avec les principales églises protestantes de l’époque.

      C’est dire si (d’un point de vue catholique) ils étaient doublement hérétiques ! 

      Je vous laisse lire le reste de l’article sur Wikipedia et notamment sur la philosophie pelagienne des premiers végétariens anglais ( pélagiens donc hérétique aux yeux des catholiques puisque minorant le rôle du péché originel dans la chute de l’humanité ) 


    • Belenos Belenos 16 juillet 01:49

      @Robin la capuche
      "Conclusion : personne ne sait"

      Non, la conclusion est que les rédacteurs de cet article de Wikipédia ne savent pas. Cela dit, je m’en fous complètement à vrai dire.  smiley


    • Belenos Belenos 16 juillet 01:55

      @pegase
      "Je parie n’importe quoi que sans protéine d’origine animale vous n’y survivrai pas !"

      Bien sûr, d’ailleurs, je suis mort depuis 30 ans déjà !

      Vous tapez dans un moteur de recherche : "végétarisme, vegan, sportifs, champions" et puis vous revenez nous voir.  smiley


    • Belenos Belenos 16 juillet 02:27

      @Robin la capuche
      "Que vous le vouliez ou non le végétarisme a été inventé et promu par des pasteurs protestants en rupture de ban avec les principales églises protestantes de l’époque."

      Le fait d’écrire "que vous le vouliez ou non", ne transforme pas un argument idiot en argument pertinent. Il a existé à toutes les époques et dans tous les coins du monde de nombreuses sectes de toute nature dont beaucoup se caractérisaient ou se caractérisent encore par des préconisations ou des interdits alimentaires. 

      Mais si vous voulez trouver une importante religion millénaire qui pratique le véganisme et qui puisse en constituer une source idéologique, c’est vers le jaïnisme qu’il faut vous tourner, une religion datant de 3000 ans et qui compte encore de nombreux adeptes, y compris en Occident. Votre "SECTE" végétarienne (MAIS POURQUOI ECRIVEZ-VOUS CE MOT EN MAJUSCULE AU FAIT ?) c’est du pipi de bébé, à côté.  
      https://www.youtube.com/watch?v=LYQ7c2a75Gw
      https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1035207/jain-inde-vegetariens-religion-vegetarisme-balai-fourmis

      De plus, il existe des traditions végétariennes qui ne sont pas seulement religieuses mais plus complètement culturelles, incluant une gastronomie propre (par exemple il y a 390 millions de végétariens en Inde soit 30% de le population). 
      https://www.youtube.com/watch?v=AHwmAOwGEUY

      Je connais beaucoup de végétariens et leur source d’inspiration vient clairement de l’Orient (ce sont pour beaucoup des gens qui ont fait du Yoga, des arts martiaux, qui sont bouddhistes, etc.) et ils n’ont rien à voir avec votre secte anglicane (que personne ne connaît et dont personne n’a rien à foutre, pour être honnête). D’ailleurs, fort heureusement, et cela est significatif : la cuisine végétarienne internationale puise davantage dans l’excellente tradition gastronomique indienne... que dans celle de l’Angleterre et de ses SECTES smiley


    • Belenos Belenos 16 juillet 02:35

      @pegase

      Prenez-en de la graine, habitant des collines vosgiennes (c’est pas vraiment des montagnes  smiley ) :
      "« les gladiateurs étaient principalement végétariens ». Il n’y avait presque pas de différences nutritionnelles avec la population « normale », c’est-à-dire qu’un repas classique était principalement composé de céréales, surtout du blé et de l’orge, sans viande"
      http://www.slate.fr/story/93985/gladiateurs-vegetariens


    • Robin la capuche 16 juillet 15:03

      @Belenos
      C’est bien ce que je pensais : que ce soit en Occident chrétien où le végétarisme a été inventé ( ou réinventé sur les cendres du pythagorisme ) puis promu dans le monde anglo-saxon par une secte de pasteurs protestants, ou en Inde où l’histoire du végétarisme puise ses racines dans les sectes jaïnistes et les différentes obédiences bouddhistes, le végétarisme est toujours une affaire de secte. Et jamais une affaire de raison.

      Quand à la longue histoire du jaïnisme, elle n’est nullement garante de la vérité de ses préceptes hygiénistes. Le judaisme aussi totalise à ce jour 3000 ans d’histoire mais il n’y a guère que les juifs pratiquants et/ ou orthodoxes pour croire encore à la valeur des principes de la cacheroute ( = code alimentaire des juifs ). 

      L’inde est effectivement un laboratoire vivant du végétarisme pas vraiment convaincant ( et je ne parle pas de ses conflits communautaires incessants). Ce pays a le plus fort taux de mortalité en bas âge de toute la planète avec de grosses variations selon les régions ( moins élevé dans la partie sub tropicale, et plus élevé au nord ) . Certes les structures sociales très inégalitaires n’y sont pas pour rien. Mais cet argument ne vaut que pour les aliments qu’il leur faut acheter. Or on peut lire sur Internet que l’allaitement n’est pas assez pratiqué en Inde et que c’est un des facteurs explicatifs du taux de mortalité infantile le plus élevé de la planète. Cela interroge.  N’est ce pas une information étrange venant d’un pays dont les habitants se vantent de trier le pur et l’impur avant d’ouvrir la bouche ?

      Quelle(s) raisons empêchent donc ces centaines de millions de mères végétariennes d’allaiter leurs enfants alors que le lait maternel est ( devrait être ) précisément accessible aux mères les plus démunies ? Ou bien y a t’il un véritable problème pour allaiter dès lors qu’on cumule "régime végétarien" avec très faible budget familial ? Auquel cas le végétarisme ne serait recommandable que pour les classes aisées de la société indienne  ? Franchement je ne sais pas. Je ne connais ni l’âme indienne, ni la société indienne et ses tabous, donc je ne me prononce pas. Je constate juste que le végétarisme qui prétend à l’universalité ne conduit pas ces mères indiennes à faire le bon choix en faveur de l’allaitement.

      Vous m’objecterez que c’est aussi vrai de l’omnivorisme que je défends. Et vous aurez raison. Le problème est le suivant : les végétariens prétendent à une supériorité éthique ou morale sur les omnivores, supériorité dont on peine à trouver la justification en étudiant les moeurs (alimentaires et autres) de la société indienne. 
       

       

       

       


    • Belenos Belenos 16 juillet 15:40

      @Robin la capuche
      "Le problème est le suivant : les végétariens prétendent à une supériorité éthique ou morale sur les omnivores, supériorité dont on peine à trouver la justification en étudiant les moeurs (alimentaires et autres) de la société indienne." 

      Ah, enfin, on y arrive !  smiley
      C’est donc ça qui vous dérange : vous ressentez que les V vous prennent de haut, que leur seul existence est une manière de vous inférioriser, car même s’ils ne vous disent rien, vous savez qu’ils vous considèrent comme un mangeur de cadavres et de fromages qui puent ; alors qu’eux se prennent pour des aristocrates de la sensibilité gastronomique et des prêtres de l"alimentation éthique ! Rrrrah !! Comme c’est rageant ! Si seulement on pouvait les enfermer dans des camps de concentration pour les obliger à se manger entre eux, ça leur apprendrait, à ces prétentieux hypocrites, hein ?!  smiley


    • Robin la capuche 16 juillet 20:07

      @Belenos
      Vous avez remarqué que vous vous défilez sans arrêt et que vous ne répondez jamais à mes arguments ? 
      Croyez moi ou pas je me contrefous de la prétention des végétariens à disposer d’une quelconque supériorité morale ou éthique, car mon opinion sur ce régime manichéen est on ne peut plus arrêtée. 

      Vous trouvez dans les bibliothèques une contre histoire de la philosophie ou une contre histoire de la révolution française mais personne ne s’est encore amusé à écrire une contre histoire du végétarisme. Dommage. Il existe par contre des contre-histoire de la nutrition. Mais les ouvrages en question ne risquent pas d’être relus de sitôt car leur auteur partait du point de vue qu’il ne peut exister un même régime alimentaire qui soit valable pour deux individus donnés étant donné que nous sommes tous singuliers tant au plan endocrinologique qu’au plan neuronal. Ce scepticisme radical vis a vis des prétentions des experts en nutrition à nous conseiller autrement qu’en nous mettant en garde contre des dangers réels et avérés,  n’est, vous vous en doutez, pas de mise chez ceux qui nous abreuvent de leurs conseils avisés. 
        
      Pourtant une contre-histoire du végétarisme permettrait de redécouvrir les ouvrages oubliés depuis longtemps comme ce récit de voyage d’un ecclésiastique anglais qui racontait qu’en Irlande il a vu des chevaux sauvages se délecter par temps de disette (en hiver) de carcasses de poissons en décomposition échoués sur la plage.

      Voyez vous Belenos les animaux se moquent pas mal des cases et des catégories (tel qu’ herbivores etc) dans lesquelles les humains les placent par commodité et surtout par simplicité. Les vaches soit disant herbivores mangent plusieurs dizaines de kilo d’insectes "par mégarde" avec leur herbe. Mais vous trouverez des journalistes français pour dire que les vaches sont "végétariennes" (entendu à la télé) ce qui signifie probablement que les vaches  s’efforcent d’écarter les sauterelles avant d’avaler l’herbe grasse. Misère du journalisme français ! 

      Une théorie simpliste pour gens simplets, voilà très exactement ce qu’est le végétarisme. Et comme le français n’aime pas faire d’efforts pour réfléchir, le végétarisme a probablement un bel avenir. Au début du XIXeme siècle ce genre de simplisme était excusable.

      Aujourd’hui ce genre de simplisme tend à empêcher les gens d’accéder à un stade de compréhension plus élevé.
      Mais ce n’est que mon avis.... 
       


    • Belenos Belenos 17 juillet 01:59

      @Robin la capuche

      "Vous avez remarqué que vous vous défilez sans arrêt et que vous ne répondez jamais à mes arguments ?" 

      Il est inexact d’affirmer que je ne réponds jamais à vos arguments. Je réponds à vos arguments ; mais je ne réponds pas à vos divagations. Je les tourne en dérision car c’est le mieux que l’on puisse en faire. 

      "Croyez moi ou pas je me contrefous de la prétention des végétariens à disposer d’une quelconque supériorité morale ou éthique."

      Ah ? Dans ce cas pourquoi dites-vous que c’est un problème ?

      "Le problème est le suivant : les végétariens prétendent à une supériorité éthique ou morale sur les omnivores..."

      Il faut vous croire à quel moment ? smiley



    • Belenos Belenos 17 juillet 02:02

      @Robin la capuche

      "Vous trouvez dans les bibliothèques une contre histoire de la philosophie ou une contre histoire de la révolution française mais personne ne s’est encore amusé à écrire une contre histoire du végétarisme."

      On organise des résistances contre des pouvoirs dominants oppressifs et pas contre des minorités qui essaient juste d’avoir le droit d’exister, excepté si l’on est dérangé mentalement au point de s’engager dans une chasse aux sorcières ou une croisade contre les différences. La toile de fond délirante de vos interventions (et par exemple de cette dernière phrase) consiste à imaginer que les végs constitueraient un pouvoir inquiétant sur le monde menaçant les libertés publiques et privées. C’est tellement une inversion de la réalité (le pouvoir agroalimentaire fondé sur l’exploitation animale est cent-mille fois plus puissant*) qu’il n’est pas possible de vous prendre au sérieux Vous avez manifestement un problème psychologique avec la nourriture qui vous crispe sur le sujet vég donc j’essaie de vous détendre avec un peu d’humour. Soyez rassuré : vous pourrez continuer à manger autant de vaches, de poulets, de cochons et de moules que vous le souhaitez jusqu’à votre mort. A partir de là, pourquoi vous inquiétez-vous de ce que mangent ou ne mangent pas les autres ? Au moins, vous êtes sûr qu’un vég ne va pas vous voler votre sandwich au poulet ! Tous mes amis ne sont pas végs et nous mangeons ensemble sans passer tout le repas à essayer de nous convaincre les uns les autres qu’il faudrait que nous nous nourrissions tous comme ceci ou comme cela. Il existe de très nombreuses manières de se nourrir qui sont accessibles à notre époque : choisissez celle qui convient aussi bien à votre âme qu’à votre corps et ne faites pas de la bouffe une obsession. 

      https://www.youtube.com/watch?v=fFQRU94C5aQ


    • Robin la capuche 17 juillet 16:27

      @Belenos

      Vous ne répondez à aucun argument. J’attendais que vous m’expliquiez pourquoi les femmes indiennes rechignent (ou sont incapables d’) allaiter leurs enfants. 

      De temps à autre on entend aussi la presse française se faire écho de cas de maltraitance d’enfants en très bas âge (par sous-nutrition) au sein de familles végétariennes.
      Est ce que ce sont les mêmes facteurs socio-épidémiologiques qui sont en cause dans les deux cas, en Inde et en France ? Je n’en ai aucune idée mais j’aimerais bien le savoir. 

      Le fait que les végétariens prétendent à une supériorité éthique est en train depuis quelques années de devenir un problème pour la société comme on peut le voir dans cet article du Point qui dénonce à juste titre la "dictature de la bonne conscience " chez les végétariens en mal de militantisme
      https://www.lepoint.fr/societe/l-antispecisme-est-a-l-ecologie-ce-que-l-integrisme-est-a-la-religion-05-06-2019-2316983_23.php
      Pour oser lancer de telles actions, il est nécessaire qu’il y ait des manipulateurs et des manipulés comme chez les intégristes. 
      Personnellement je ne suis pas boucher et je n’ai pas d’action chez Socopa Viandes, donc je me moque bien de leurs prétentions. 

      Ce qui me navre c’est que jusqu’il y a peu la France était restée totalement indifférente à ce mouvement sectaire d’origine anglo-américain et protestant,  comme du reste l’Espagne le Portugal et l’Italie ( les pays d’Europe à tradition catholique). Il y avait une raison évidente à cela : il n’y a pas de religion qui ne se soit dotée d’une pensée hygiéniste. Or l’hygiénisme catholique romain est omnivore. 

      Voilà donc que sur l’instigation des anglo-américains une hérésie de plus est en train de tenter de débarquer en France.... Sous la pression de quels intérêts économiques ? Il est légitime de se poser la question. La réponse a été publiée il y a un mois ou deux dans le Figaro mais je n’arrive pas à remettre la main sur cette référence. Ce sont les mêmes intérêts économiques qui ont assuré la promotion du végétarisme aux USA pendant tout le XXeme siècle. Car si les Bible Christians ont depuis longtemps disparu de la circulation, leurs idées simplistes ont été reprises par une autre secte protestante végétarienne : les Adventistes du 7eme jour. Et les adventistes sont riches parce que le Dr Kellogg (les corn flakes) était un des leurs.....En Amérique secte protestantes, capitalisme et mensonges ont toujours fait bon ménage pour exploiter la bêtise des consommateurs..... 

       

       


    • Belenos Belenos 17 juillet 20:23

      @Robin la capuche
      "J’attendais que vous m’expliquiez pourquoi les femmes indiennes rechignent (ou sont incapables d’) allaiter leurs enfants."

      Sans doute parce que le Bon dieu les punit ainsi de ne pas être de bonnes catholiques omnivores. Ou bien parce qu’elles trouvent que ça abîme leurs nénés ;. smiley
      Sérieusement ? Je m’en contrefous de votre histoire qui n’a aucun rapport avec le sujet. 

      "Voilà donc que sur l’instigation des anglo-américains une hérésie de plus est en train de tenter de débarquer en France."

       smiley  smiley Voilà, vous avez tout compris, c’est le débarquement des alliés végétariens et la France va enfin être libérée de l’occupation carnivoriste. 

      Les Américains consomment en moyenne plus de 100 kilos de viande par an et par personne.
      https://www.francetvinfo.fr/monde/usa/etats-unis-100-kilos-de-viande-par-an_2553555.html

      L’Amérique n’est pas encore prête à se convertir au véganisme . La consommation de viande devrait battre un nouveau record en 2018.
      https://www.lesechos.fr/2018/01/les-americains-ont-un-appetit-feroce-pour-la-viande-981062

      Selon des précisions de la BBC, la consommation de viande à travers la planète est en pleine expansion. Les Etats-Unis et l’Australie sont les pays qui arrivent en tête du classement mondial.
      https://www.atlantico.fr/atlantico-light/3565221/les-chiffres-impressionnants-de-la-consommation-de-viande-dans-le-monde-etats-unis-australie-boeuf-porc-poulet-volaille



    • Robin la capuche 20 juillet 16:33

      @Belenos
      Vous écrivez " La toile de fond délirante de vos interventions (et par exemple de cette dernière phrase) consiste à imaginer que les végs constitueraient un pouvoir inquiétant sur le monde menaçant les libertés publiques et privées. C’est tellement une inversion de la réalité (le pouvoir agroalimentaire fondé sur l’exploitation animale est cent-mille fois plus puissant*) qu’il n’est pas possible de vous prendre au sérieux"

      Heureusement pour vous autres végétariens, le pouvoir des multinationales impliquées dans le commerce des céréales à l’échelle planétaire et dont le pouvoir économique dépend de la croyance largement partagée dans l’innocuité des céréales, est mille fois plus important que celui des multinationales de la viande. 

      De mémoire, Cargill, leader mondial du commerce des céréales, a intégré toute sa chaine logistique et possède sa propre flotte de bateaux de transport. Je crois qu’ils font 2 Milliards de dollars de bénéfice net par an. Ca leur donne largement la possibilité d’arroser toutes les sectes végétariennes aux USA, lesquelles n’ont visiblement aucun souci d’argent. 

      Car vous avez parfaitement raison de dire que les végétariens ne sont (relativement à la population américaine) pas très nombreux aux USA, pays très largement dominé par la culture du hamburger.

      Mais alors n’oubliez pas de nous expliquer comment ces sectes végétarienne(s) peuvent autofinancer des universités complètes (avec faculté de pharmacie, médecine, dentisterie... ) comme celle de Loma Linda ( 5000 étudiants tout de même), entièrement dévouée à la cause et à la promotion du végétarisme sectaire aux USA et à ses avantages pour la santé. 

      J’aimerais bien voir quelles entreprises crachent au bassinet pour financer les chaires d’enseignement et de recherche dans ce genre de fac de médecine... Vous auriez une idée par hasard ? 

      La vérité c’est qu’aucune entreprise du secteur de la viande dans le monde n’arrive au millième de la puissance des groupes céréaliers. Et il en est ainsi depuis la Babylone ancienne lorsque (selon les historiens de l’époque) les premiers spéculateurs firent leur apparition pendant les périodes de famine en stockant les grains pour faire monter les prix. 

      Loma Linda University ( LLU) est une université sectaire appartenant aux Adventistes et dans laquelle le corps enseignant n’a de cesse d’endoctriner les élèves à manger végétarien, c’est à dire à se passer de viande. 

      Le jour où il existera une université comparable à LLU dans laquelle le corps enseignant expliquera aux éleves pourquoi le végétarisme est une idéologie de midinettes et pourquoi il vaudrait mieux se détourner de la consommation des céréales plutôt que se détourner de la consommation de viande, je serai prêt à examiner vos arguments sur "les minorités qui essaient juste d’avoir le droit d’exister......." 
       

       

       


    • Robin la capuche 22 juillet 18:41

      @Belenos
      Un médecin ( Dr Guy- André Pelouze ) s’est amusé à lister les entreprises qui ont intérêt à promouvoir le végétarisme pour améliorer leur valeur ajoutée. Il est en effet infiniment plus rentable de vendre des céréales transformées à des humains que des kilos de tourteaux pour les bestiaux. 

      Je cite 

      De quelle coalition (en faveur du végétarisme) parle-t-on ?

       1/ Les producteurs de graines de céréales et légumineuses (blé, maïs, soja, lentilles, quinoa etc) et de produits transformés à base de céréales et soja. 

      L’intérêt principal de ces producteurs et des transformateurs en aval est de vendre à des consommateurs végétariens des produits à plus forte valeur ajoutée que les graines ou leur farine qui alimentent les animaux en élevage confiné.

      2/ La viande de laboratoire, steak de soja et muscle de boîte de Pétri

      Ces entreprises en plein développement ne peuvent conquérir des parts de marché que si l’élevage ( l’élevage extensif mais aussi confiné) est entravé. En effet leurs produits sont des produits de niche qui n’ont pas les caractéristiques gustatives de la viande ou du poisson. 

      3/ Les fabricants et vendeurs de suppléments nutritionnels ou de médicaments pour les carencés ( du végétarisme et de tous les autres régimes carencés ).  En France où le marché des suppléments nutritionnels est en pleine expansion à 1,8 milliard d’euros alors qu’il ne fournit que très peu de garanties de sécurité, c’est clairement une opportunité. Pourtant les preuves de l’efficacité des suppléments nutritionnels ou des compléments alimentaires sont inexistantes. Certains sont même source de complications.

      Source : 

      https://www.atlantico.fr/decryptage/3571040/tous-vegetariens-ou-vegans—quand-l-oms-met-le-hola-sur-les-regimes-universels-ecologiques-guy-andre-pelouze?utm_term=Autofeed&utm_medium=Social&utm_source=Twitter#Echobox=1556243686

      Un autre article du même contre l’offensive végétarienne : 

      https://www.atlantico.fr/decryptage/3572534/viande—une-vaste-offensive-pour-vous-priver-de-la-liberte-de-choisir

       


  • Julot_Fr 14 juillet 12:30

    Pourquoi ne pas remonter a cromagnon et lui demander pourquoi il etait chasseur cueilleur et non vegetarien ruminant ?


    • Sparker 14 juillet 13:35

      @Julot_Fr

      "Cromagnon" comme vous dites était essentiellement cueilleur car vivant dans une nature foisonnante il avait à disposition une quantité importante de ressource et qui ne se déplaçait pas, pas besoin de courir et de prendre de risque.
      En hiver il mangeait certainement plus de viande et la quantité après une chasse pouvait être importante.
      Il y avait d’autres raisons pour la chasse, mais une fois l’animal tué et dépecé il restait quantité à manger et comme l’humain est omnivore il pouvait manger cette chair mais il en gaspillait beaucoup et ça attirait d’autres prédateurs carnés. Certains furent anthropophage aussi vu qu’on est omnivore.

      Les animaux ne sont pas une ressource naturelle.


    • jeanpiètre jeanpiètre 14 juillet 20:18

      @Sparker
      lol, cromagnon etait surtout pécheur, de coquillages et de poissons bien plus adaptés à la taille du clan, ceci dit , il chassait beaucoup par rituel, et c’etait le pire prédateur, puisqu’il ne visait pas les vieillards et les petits frêles, il voulait se faire le dominant du groupe, d’ou les disparitions d’espèces qui accompagnent son implantation sur les territoires
      le terme ressources est uniquement humain qui se soustrait de la nature, et il use et abuse déjà du terme "ressources humaines", tout n’est que ressources dans le marché global


    • Sparker 14 juillet 22:09

      @jeanpiètre

      Il ne me semble pas que le site de cro magnon soit au bord de la mer... lol


    • jeanpiètre jeanpiètre 14 juillet 22:45

      @Sparker
      c’est vrai qu’il n’y a pas de crevettes ou de poissons dans les rivières et que cro magnon n’a eu qu ’un territoire super restreint , entouré de néanderthal bouffeurs de rennes et de sapiens collectionneurs de perles et de coquillages ...
      vous avez le lol facile
      mdr


    • Belenos Belenos 16 juillet 09:02

      Il faut rappeler à tous les enfants qui nous lisent que Cro-magnon n’était pas nommé ainsi en raison de la taille magnum ou du magnétisme de ses crocs. Rien à voir non plus avec le chien-loup Croc-Blanc de Jack London. Et alors vraiment rien du tout de rien du tout à voir avec le croquemitaine. 


  • Et Hop ! 14 juillet 20:07

    L’histoire du végétarisme est celle d’un débat ancien et fascinant "


    Vous faites allusion au fait que Adolphe Hitler était strictement végétarien et qu’il aimait les animaux ?


    • Sparker 14 juillet 22:13

      @Et Hop !

      Il y a différente raison d’être végétarien, tous ne le sont pas par amour des animaux, loin s’en faut...


    • Robin la capuche 14 juillet 22:45

      @Et Hop !
      Hitler n’a jamais été végétarien ( sa cuisinière personnelle a survécu au bombardement de Berlin et elle a amplement témoigné à ce sujet après guerre) mais il a laissé la rumeur courir pour des raisons de propagande auprès du peuple allemand. 
      J’ai regardé quelques minutes de la vidéo du professeur de littérature Larue. Il insiste sur l’hostilité de l’église chrétienne vis a vis du végétarisme mais il ne dit pas que l’église a toujours fait preuve d’une hostilité comparable vis a vis de toutes les hérésies qu’elle a dû affronter ( pourquoi Larue ne nous éclaire pas sur les absurdités idéologiques de l’hérésie manichéenne contre lequel s’élève Saint Augustin dans son texte contre les végétariens ? ) . Jusqu’à preuve du contraire, une très large majorité de scientifiques à travers le monde ( sauf peut être en Inde ? ) considère que le végétarisme, entendu comme l’exclusion volontaire de tout aliment d’origine animal, est une hérésie scientifique et continuent donc de donner ipso facto raison à l’antagonisme de l’Eglise de Rome vis a vis de cette secte.

      Et puis Larue oublie volontiers de rappeler que les premiers végétariens de l’histoire moderne ( épisode sur lequel il glisse très rapidement ) qu’il nomme "réformateurs sociaux" étaient surtout des pasteurs anglicans et/ou unitariens  qui ont fondé leur propre secte végétarienne pour revendiquer ( la belle affaire en vérité !) leur choix en faveur des céréales au petit déjeuner au lieu du traditionnel bacon and eggs.... Bref c’est un vulgaire schisme religieux comme le protestantisme anglo-américain en a connu des tonnes au court de sa très courte histoire, qui a fait sortir de son cercueil cette vieille idéologie pythagoricienne.


    • Et Hop ! 15 juillet 10:53

      @Robin la capuche

      Bonjour, on trouve dans un article du Figaro Cette Allemande de 96 ans s’est fait connaître en 2013, en révélant qu’Adolf Hitler suivait un régime végétarien. Elle était bien placée pour le savoir : pendant deux ans, elle a goûté les plats du leader nazi avant lui, afin de vérifier qu’ils n’étaient pas empoisonnés. "

      http://www.lefigaro.fr/international/2014/09/24/01003-20140924ARTFIG00340-la-gouteuse-d-hitler-raconte-ses-annees-de-terreur.php

      Il semble que depuis les années 1990, des militants vegan ont entrepris une campagne pour infirmer le fait que AH était végétarien.

      Si il était bien végétarien, il avait sur les vegans le mérite de ne pas se comporter de façon dictatoriale et sectaire : il n’a jamais essayé de persuader tout le monde d’arrêter de manger de la viande, ni interdit l’élevage et fermé les boucheries.

      Contrairement à ce que dit l’article, ce qui pose problème n’est pas le fait que les vegans soient végétariens, c’est qu’ils veulent l’imposer à tout le monde.

      Vous avez raison de comparer cette idéologie sectaire à une hérésie, et de souligner que les hérésies pouvaient devenir une calamité et jeter la société dans l’anarchie, l’oppression et la violence. Voir à ce sujet ce qui s’est passé à l’université Evergreen avec l’hérésie de l’antiracisme.

      Les deux dernières hérésies condamnées officiellement par l’Église catholique sont en 1937 le communisme et le nazisme dans sa dimension raciste.

      https://www.youtube.com/watch?time_continue=145&v=iKcWu0tsiZM


    • Belenos Belenos 15 juillet 11:08

      @Et Hop !
      "Si il était bien végétarien, il avait sur les vegans le mérite de ne pas se comporter de façon dictatoriale et sectaire : il n’a jamais essayé de persuader tout le monde d’arrêter de manger de la viande, ni interdit l’élevage et fermé les boucheries."

      En revanche, toutes les associations végétariennes ont été interdites dans l’Allemagne nazie.  smiley


    • Belenos Belenos 15 juillet 11:23

      Il faut aussi préciser que le chancelier Hitler était un non-fumeur convaincu et que le soutien nazi au mouvement anti-tabac fut immédiat. Ce fut le plus important soutien officiel à l’anti-tabagisme de cette époque. https://fr.wikipedia.org/wiki/Mouvement_antitabac_sous_le_Troisi%C3%A8me_Reich

      Par conséquent, vous saurez à présent quoi répondre quand une femme accompagnée d’un jeune enfant vous fera remarquer que la fumée de votre gros cigare est incommodante dans une voiture de chemin de fer. Il vous suffira de la traiter de nazie et d’antisémite pour lui clouer le bec, à cette salope qui empêche les autres de vivre !  smiley


Réagir