samedi 20 octobre 2018 - par Zorba

Créteil : un lycéen braque sa prof en classe pour qu’elle le note « présent »

Un élève tient son arme à quelques centimètres du visage de sa professeure. « Tu me mets absent », lui ordonne-t-il. Avant, semble-t-il, de comprendre qu’il veut dire l’inverse. « Tu me mets présent », enchaîne-t-il. Un autre élève se tourne vers celui qui filme en faisant des doigts d’honneur. L’enseignante, qui semble plus lasse qu’apeurée, fixe l’écran de son ordinateur. Cette scène a, selon Le Parisien, été filmée le 18 octobre dans une classe du lycée Edouard-Branly de Créteil. Une enquête a été ouverte. Les deux lycéens qui apparaissent sur la vidéo ont été interpellés. Celui qui tient l’arme, qui s’avère à air comprimé, s’est rendu de lui-même, l'autre a été interpellé par la BAC. Les enquêteurs sont maintenant à la recherche de l'auteur de la vidéo.

RT France a obtenu des précisions du Parquet du Tribunal de Grande Instance de Créteil :

– L’arme est-elle factice ?


– Il faut rester au conditionnel. On a retrouvé chez l’une des personnes identifiées une arme à air comprimé mais nous n’avons pas l’assurance que c’est bien celle utilisée dans la vidéo. Il faut rester prudent. A priori, ce serait une arme à air comprimé.

– Ont-ils été placés en garde à vue ?
– Ils sont tous les deux toujours en garde à vue.

– Quel est le profil des auteurs des faits ?


– Ils sont mineurs, 16 ans, nés en 2002.

– Connaît-on l’auteur de la vidéo ?
– A priori, nous n’avons que deux personnes en garde à vue et ce ne sont pas celles qui tournaient la vidéo.



80 réactions


  • imago imago 20 octobre 2018 14:26

    pendez les blancs tuez les bébés, une prophétie auto-réalisatrice ?


    • La mouche du coche 22 octobre 2018 19:48

      Cette vidéo est juste parfaite et me remplie de joie. Les profs athées soixantehuitards n’arrêtent pas de prôner la haine de l’autorité, du père, du pape, etc. Ils se prennent eux-même le retour de baton de leur idéologie satanique. C’est juste parfait. smiley


  • tinga 20 octobre 2018 15:47

    N’importe quoi cette vidéo, la prof n’en n’a rien à foutre tout le monde rigole, mais les pleurnicheuses de la france identitaire, à fond dans la "culture" fesse bouck youtube ma gueule, sont prêts à gober la première connerie venue pour faire avancer leur "cause". Pathétique.


    • Sutter Kane Sutter Kane 20 octobre 2018 15:59

      @tinga
      Ne dites pas n’importe quoi. Tous les plus grands médias en parlent : Le Parisien, RTL, BFM TV, Le Progrès, Sud-Ouest, France Info, La Dépêche, L’Obs, etc.


    • maQiavel maQiavel 20 octobre 2018 16:03

      @tinga
      C’est aussi ce que je soupçonnais tellement ça me paraissait gros : un simple jeu entre un élève qui s’amuse avec son prof un peu laxiste. J’ai donc été vérifier qu’il ne s’agissait pas d’une énième manipulation comme en est coutumier une frange des réseaux sociaux et il s’avère que ce n’est pas le cas , ce n’est pas une farce, l’affaire est très sérieuse même s’il s’agissait d’un pistolet à air comprimé , la prof a porté plainte et les deux lycéens qui apparaissent sur la vidéo ont été interpellés et placés en garde à vue.


    • sls0 sls0 20 octobre 2018 16:45

      @maQiavel et tinga.

      Vous avez raison tout les deux.


    • Qirotatif Qirotatif 20 octobre 2018 17:31

      @maQiavel
      Idem... J’ai pensé à une sorte d’expérience sur l’opinion... un truc qui se serait terminé avec un "Voyez les fachos, voyez comment vous réagissez (avec des milliers de commentaires racistes dont les plus gratinés seraient mis en avant) ! Et tout ça pour un fake ! Halte à la haine, halte aux préjugés #Halte-à-la-banlieusophobie #Fésons-de-la-banlieusophobie-la-73ième-discrimination-reconnue #Signez-la-pétifion"... Je me dis encore que c’est possible. 

      Cette vidéo me rappelle la pièce-monologue "Profs" jouée par Jean Piat vue sur scène il y a qq années. Le pauvre est décédé le mois dernier. Il n’aurait probablement même pas été étonné en voyant cela... Dans cette pièce il y a une scène terrible de viol du prof par des élèves. On est pas très loin ici... l’étape d’après.


    • Joe Chip Joe Chip 20 octobre 2018 22:29

      J’ai moi aussi cru à une farce réalisée par une troupe de théâtre ou des antifas pour se payer la tête des "fachos" en mettant en scène leurs plus obscurs fantasmes. En fin de compte c’est juste une scène surréaliste au sens propre du terme.


    • tinga 20 octobre 2018 22:35

      @Sutter Kane
      Grands médias ! ça fait un moment que la presse n’est plus très crédible, moyens dérisoires pour l’investigation, aux mains d’une poignée de gens sans scrupules, en ce qui concerne cette affaire pitoyable qui en aucun cas ne devrait faire de tour des médias (un crétin qui se croit drôle en menaçant sa prof avec une arme factice pour se faire filmer par un pote tout aussi con afin de mettre ce film sur les rézos pour zéros).

      La prof a porté plainte le lendemain à la demande de sa direction qui a vu la vidéo faire un buzz, version france info ce matin. Sur la vidéo, on voit parfaitement qu’à aucun moment la prof ne se sent menacée. On est pas aux US où les tueries scolaires sont hebdomadaires. 



    • zak5 21 octobre 2018 04:41

      @sls0
      le juge de paix a parlé


    • zak5 21 octobre 2018 04:43

      @tinga
      le déni c’est une très ancienne histoire


    • Heptistika Heptistika 21 octobre 2018 05:26

      @maQiavel

      Merci à vous (tous) de remettre les choses à l’endroit.


    • Gasty Gasty 21 octobre 2018 10:08

      @tinga

      Si t’en a rien à foutre, c’est même pas la peine d’en parler. Pourtant je me demande pourquoi tu sembles aussi gêné par cette scène ?


    • Joe Chip Joe Chip 21 octobre 2018 16:21

      @Heptistika

      A mon avis le côté mis en scène (donc délibéré) n’est pas une circonstance atténuante et rend les faits encore plus inacceptables. Le contexte médiatique, facebook, pas facebook, et le caractère factice de l’arme ne changent rien au caractère anormal de la situation. Selon le figaro, le lycéen aurait plaidé la "rigolade" devant le juge, totalement inconscient des faits et apparemment surpris de se retrouver-là.

      Si l’administration laisse passer ça, ce seront demain des armes réelles qui entreront en classe, chaque transgression non sanctionnée en appelant une nouvelle. 

      L’attitude de l’enseignante devrait aussi faire l’objet d’une enquête voire de sanction disciplinaires, car à défaut d’avoir pu réagir, elle aurait dû signaler l’incident avant que les images ne soient mises en ligne.

      L’administration a aussi une part de responsabilité car si l’enseignante n’a même pas cherché à signaler les faits c’est en raison de la politique de l’autruche (achat de la paix sociale) qui est pratiquée dans les établissements, laissant le soin à chaque prof de gérer ce type de situation. Evidemment, la plupart des profs n’étant pas des bérets verts, ils choisissent la ligne de moindre résistance pour éviter les ennuis avec les élèves, l’administration et les parents.  

      Quant aux parents, ils devraient justement être tenus pour responsables de tels comportements car ils sont censés avoir inculqué à leurs enfants le respect de la loi. 

      Malheureusement, la dégradation de l’autorité statutaire a atteint un degré tel dans l’école qu’il va falloir en passer par une période d’autoritarisme en réprimant certains comportements, en sanctionnant lourdement certains élèves, en appliquant le principe de tolérance zéro et en mettant les parents devant leurs responsabilités.

      On ne peut plus accepter aucun relativisme, aucune complaisance face à cette violence. 


    • ouallonsnous 21 octobre 2018 19:40

      @Sutter Kan

      C’est toi qui ne sais pas ce que tu dit, ce ne sont pas des grands médias mais des merdias et leur domaine de prédilection est le caniveau, fait le rapprochement avec le bashing anti Mélenchon alors que le nouveau gouvernement, encore plus que l’ancien, est issu de la lie de la société ; le ministre de l’Intérieur Castaner en premier, ancien "petit frère" d’un truand marseillais abattu depuis ;

      Qui a peur du Grand Mélenchon ?

      ·Vendredi 19 octobre 2018

      Je devrais plutôt écrire «  Qui fait tout pour qu’on ait peur du grand Mélenchon ? » Avant d’entrer dans le vif du sujet faisons ensemble un petit tour d’horizon très exhaustif des infos bien pourries qui sont passées largement sous silence en ce moment. La Médiacratie étant trop occupée à nous bassiner avec Mélenchon...

      Voyons ces infos qui valent leur pesant d’huile de palme et de magouilles !

      Je balance en vrac et sans ordre précis juste pour planter le décor et que nous puissions ensemble avoir un scanne plus ou moins large de ce qui se trame dans l’arrière boutique de l’État..

      Suite aux perquisitions menées contre La France insoumise (LFI) sur ordre du parquet de Paris mardi, la justice et les médias lancent une campagne violente contre l’opposition politique au système néo-fascite installé en France par l’UE/OTAN.

      C’est un pas majeur dans la transformation de l’État policier créé en France sous l’état d’urgence de 2015-2017 en un appareil servant ouvertement à écraser l’opposition politique et la colère sociale contre l’aristocratie financière. En fait, la manière dont les milieux officiels traitent cette perquisition est un avertissement de la profonde crise de la démocratie française. Un État policier existe et se consolide rapidement en France, posant une menace mortelle aux travailleurs.

      Commençons par la nomination de Castaner, alias « Rantanplan », au poste convoité par lui-même et depuis un bail : celui de Ministre de l’Intérieur ! (Non perquisitionnable) .

      Avant d’en arriver là, Christophe Castaner quitte le foyer familial à l’âge de 18 ans, à cette époque, il rate son BAC mais ne rate jamais une bonne partie de poker dans des tripots pas forcément très bien fréquentés, engrange un max de pognon plus ou moins propre et se lie notamment d’amitié avec un certain Christian Oraison, alias «  Le Grand Blond » , un vrai délinquant parrain du grand banditisme marseillais.

      Celui qui, des aveux même de Rantanplan, a été son "grand frère", son "protecteur" et qui sera retrouvé mort en 2008, troué de plusieurs balles de gros calibre en dehors des périodes de chasse. Mais ça, ça ne fait peur à personne !...

      Castaner perd son protecteur et grand frère et monte à Paris grenouiller en politique avec Porcinet (Hollande) avant de se retrouver d’abord secrétaire d’état de LREM puis ce lundi bombarder Ministre de l’Intérieur... Holà quelle ascension !

      Son premier jour devant les Sénateurs sera pour le moins musclé et c’est sous les hués qu’il finira son discours, mais personne ne le sait car le Mélenchon bashing bât son plein.

      Enfin, pour couronner le tout il nomme l’ancien collaborateur du repris de justice Claude Guéant, un certain Stéphane Bouillon, au poste de directeur de Cabinet de la place Beauvau, ce sémillant haut fonctionnaire qui fût condamné plusieurs fois par la justice devient donc le nouveau bras droit de Castaner au ministère de l’Intérieur, le grand mitrailleur de queue de Rantanplan, mais ça ne fait peur à personne ça !

      Par contre Mélenchon qui s’énerve ouhlààà mais quelle horreur !

      Deux mafioso au ministère de l’Intérieur, non ça, ça va, ils ont des belles cravates et des beaux costards, ils parlent doucement avec un petit sourire, donc tout va bien ! Personne n’a rien vu puisque pas un seul média ne reprend cette info..

      Y a Mélenchon à dézinguer d’abord !

      Tenez je suis pas chien je vous file la liste des vidéos et articles importants à ne pas rater ! Bonne soirée devant BFMWC pour ceux qui n’auront pas encore compris que s’informer en regardant la télé c’est aussi utile que de faire une thalasso à Fukushima .

      https://www.laprovence.com/actu/en-direct/5202675/sondage-manuel-valls-serait-le-plus-mal-place-des-candidats-a-la-mairie-de-barcelone.html?fbclid=IwAR1c65VN5n5ge5HGty90B7cX3vE9QXewUWF4KeWLTPRCxoa3c7Qjb3o623A

      https://blogs.mediapart.fr/alberteins/blog/041018/sondage-melenchon-en-tete-macron-degringole?utm_source=facebook&utm_medium=social&utm_campaign=Sharing&xtor=CS3-66&fbclid=IwAR11BoOrboVuC99lpd8Mg6KJdHMoSj3xYOWEJVJiCPSoAYxsW8lsQFS1xTw https://www.facebook.com/RTFrance/videos/1150087018492336/UzpfSTEwMDAxNzQxNz Y4MjQxMDpWSzo1Njc0MDMyODM2OTMyMjQ/


    • franchounet 21 octobre 2018 22:22

      @tinga
      Et pourquoi porte-t-elle plainte ?

      Ou alors, si elle porte plainte, alors qu’elle s’en fout c’’est plus que grave.


    • Heptistika Heptistika 21 octobre 2018 23:56

      @Joe Chip

      Cette scène surréaliste traduit effectivement du laxisme globale au sein de l’éducation nationale, du cruel manque de moyen des profs ainsi que du renoncement, autant au niveau de l’état que de la cellule familiale à élever nos chères têtes blondes au diapason d’un récit collectif positif.

      Mais cet événement reste au final un fait divers auquel il convient d’accorder la place qui lui revient dans le temps et l’espace et la récupération politique qui en est fait me débecte passablement. Les milieux identitaires ne se satisferont jamais du rasoir d’Ockham et trouveront invariablement chose à redire, qu’un black sauve un enfant ou braque une arme sur autrui leur est indifférent du moment qu’ils trouvent matière à faire jouir momentanément leur durite intellectuelle.


    • Heptistika Heptistika 22 octobre 2018 02:51

      @Zatara

      "vous vous rendez bien compte que c’est toujours ce genre de réponse toute faite que vous reprenez ici"

      - Oh tu sais (je croyais qu’on se tutoyais smiley), je dis ça dans l’optique de rester sur le sujet, ma vision est la suivante : L’école sert à conditionner les enfants aux desideratas du pouvoir de l’heure. Jadis de bons soldats, demain de corvéables consommateurs à l’obsolescence programmée. En ce sens, l’éducation nationale fait un excellent travail.

      "Il ne me semble pas que des élèves dans une classe au Burkina ou au Vietnam sortent des flingues lorsqu’ils sont... disons... contrariés ?"

      - Je rétorquerais que les élèves étasuniens eux oui le font, avec de vraies armes, juste après la prière à Jésus et le chant à l’hymne national obligatoires dans la moitiés des établissements scolaires, au sein du territoire le plus chauvin, auto-centré et maladivement patriote de l’histoire.

      "...les lieux communs de la haine irraisonné, construite, et diffusé en permanence envers la France ? "

      - Je ne me rappelle pas avoir nié un tel phénomène, bien réel. Puisque le sujet déboule sur la table, Je le considère comme un épiphénomène largement exagéré par une minorité très vocale adoptant une posture victimaire empruntée à la rhétorique WASP et à la sphère néo-conservatrice.

      "Certains n’ont pas envie de voir ce genre d’actes est défini dans la case "faits divers"..."

      - Le terme "fait divers" me semble approprié, cependant si tu préfères proposer un autre terme je ne t’en tiendrai pas rigueur. Tu sembles considérer que je minore les tenants et aboutissants de l’affaire, ce qui n’est pas le cas. simplement il est vrai que je ne me prononce pas sur les méthodes de rétorsions à appliquer, ne me sentant pas particulièrement légitime sur la question, me contentant de plusser Joe Quand il dit : "Malheureusement, la dégradation de l’autorité statutaire a atteint un degré tel dans l’école qu’il va falloir en passer par une période d’autoritarisme en réprimant certains comportements, en sanctionnant lourdement certains élèves, en appliquant le principe de tolérance zéro et en mettant les parents devant leurs responsabilités."


    • PumTchak PumTchak 22 octobre 2018 06:41

      @Zatara

      lorsqu’ils sont... disons... contrariés
      On dit "choqués". En Sochiol Jastice Worrior Langouège, on préfère "I am oppressed", j’ignore pourquoi cela n’a pas encore été traduit et répandu dans les oèngés de la colonie fronçaise.

      Le père, qui a emmené son fils au commissariat est, lui, désarmé pour l’éduquer. Dans l’univers des normes, ceux de sa race qui l’environnent, lui montrent assez que l’intimidation et les trafics, sur fonds d’allocations, rapportent plus que l’honnêteté et l’apprentissage. La race d’en face explique à longeur de temps que ces "incivilités" ne sont pas de leur faute, c’est le comportement logique des proscrits économiques, culturels et raciaux que la France créé.

      L’animatrice de garde, la prof, est au bout de la résignation, elle est comme le captif qui attend le couteau du daeschien. Tout le système scolaire et culturel l’a démunie de l’autorité d’un adulte et lui a chargé le cerveau d’alertes tétanisantes que le moindre comportement actif de sa part pourrait produire de répressif ou raciste.

      Le président élu dans les règles de la démocratie a pour programme de démontrer que l’école est trop cher et que l’état n’a pas le pognon de dingue pour la refaire.

      Ce commentaire que je fais contient les constructions du langage d’un mâle blanc dominant identitaire d’extrême droite qui cause la violence et qui pue le fascisme.

      Wanamatcha ! Comme on dit ici : tout le pays à vouzôtre a été cubardé (passé cul par dessus tête).


  • Vraidrapo 20 octobre 2018 18:36
    Comme toujours dès qu’il s’agit de la délinquance des banlieues, du "terrorisme", des étrangers... vous focalisez sur la mousse de surface. Vous savez tous parfaitement où est l’origine du "mal" mais, vous préférez focaliser sur la vindicte ou la répression. C’est plus concret, peut-être... ?
    C’est plus fort que vous : comme le chien de Pavlov, vous salivez au son de la clochette... les media du MEDEF vous ont bien conditionnés et même Mélenchon n’en parle pas.

    • crow Le Celte 20 octobre 2018 19:26

      @Vraidrapo
      Mais de quoi tu parles ? Le mec tient un flingue et le pointe sur la tête d’une prof, et toi tu nous la ramène Medef et chien de Pavlov ? Ouai, le problème vient du fait que les pays d’Europe deviennent intolérants parce qu’ils ne supportent plus les racistes, les vrais, ceux qui pleurnichent par devant et te l’enfonce dès que tu as le dos tourné juste parce que t’es blanc. 


    • Vraidrapo 20 octobre 2018 23:26

      @Le Celte
      Mais de quoi tu parles ?

      Je "parle" l’extra-terrestre ou comme sur Terre dans les années 70 du XXème Siècle qui semble déjà si loin...

      Beaucoup devraient consulter les journaux dans les Archives municipales pour se refaire une ligne politique digne de ce nom.

      Putain quel gâchis !


    • crow Le Celte 21 octobre 2018 05:18

      @Vraidrapo
      Je dénonce moi aussi le conditionnement, celui de Rome et de toutes ces putains de grandes civilisations dont on nous vante les mérites et je braque personne.


  • Sutter Kane Sutter Kane 20 octobre 2018 22:16
    Réaction de Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale :

    "Je condamne avec fermeté les actes de menace envers un professeur advenus jeudi au lycée E. Branly de Créteil. Les mesures les plus rigoureuses ont été prises immédiatement : plainte déposée, garde à vue qui seront suivies des sanctions disciplinaires. Solidarité avec le professeur."

    • tinga 20 octobre 2018 23:21

      @Sutter Kane
      Les réactions à ce fait divers insignifiant sont disproportionnées pour ne pas dire complètement débiles, que les ados soient sanctionnés, normal, que le mec faisant un doigts d’honneur soit interpelé par la BAC, ridicule ! Il est parfaitement évident sur la vidéo que tout ceci n’est qu’un chahut qui hélas pour la pauvre prof ne semble pas inhabituel, mais la stupidité crasse qui sévit sur les réseaux et dont les médias se repaissent oblige ce pauvre ministre à se fendre d’un commentaire.


    • Sutter Kane Sutter Kane 20 octobre 2018 23:33

      @tinga
      Il y a sans doute assez peu de pays dans le monde où le fait de braquer une prof (même si l’arme est factice) pourrait être qualifié de "chahut"... Les mots ont un sens. La prof, en l’occurrence, a elle-même porté plainte, ce qui tendrait à prouver que ce qu’elle a subi n’était pas un simple chahut habituel. "Ce samedi, l’enseignante a consulté aux unités médico-judiciaires pour que soit établi son préjudice psychologique." (Le Parisien)


    • crow Le Celte 21 octobre 2018 05:21

      @Sutter Kane
      Petite précision, elle a porté plainte à la demande de l’établissement, pourrait-on dans ce cas définir cette prof comme blasée.


    • Qirotatif Qirotatif 21 octobre 2018 05:53

      @tinga
      Peut-être que trouver "insignifiant" le fait de braquer un prof est une des causes du mal... Probablement que certains parents pensent également que c’est insignifiant, d’où le problème et la question : Que faut-il pour que l’acte devienne "signifiant" ? Une agression physique, une agression sexuelle, un meurtre ? 


    • Joe Chip Joe Chip 21 octobre 2018 17:31

      @tinga

      Cette analyse "contextuelle" est vraiment à côté de la plaque. Ce qui est débile, c’est de minimiser les faits en sortant quelques poncifs sur les "réseaux sociaux" et les "médias" qui ne changent rien à la situation. 

      Quant à la "pauvre prof", il est "parfaitement évident" que son absence de réaction ne s’explique sans doute pas par "l’habitude" mais parce qu’elle était en proie à la sidération. Les victimes de stress post-traumatiques s’accusent souvent de leur passivité face à une agression ou à une situation insupportable. Il s’agit en fait d’un réflexe de survie par lequel le psychisme se déconnecte pour laisser le contrôle au cerveau reptilien qui décide de fuir ou de combattre. L’enseignante fuit la situation en l’ignorant, un peu comme un animal faisant le mort ou tournant le dos à un rival. C’est cela qui impressionne au-delà du "fait divers insignifiant", il y a une sauvagerie dans cette mise en scène dont la perversité vous a apparemment échappé. 

      Ca me rappelle les "analyses" des complotistes sur les vidéos d’exécution de Daesh expliquant qu’il s’agissait forcément d’un "hoax" puisque les victimes se laissaient égorger sans un mot et semblaient n’offrir aucune résistance à leurs bourreaux. 

      A mon avis cette enseignante ne risque pas de revoir une salle de classe de sitôt suite à ce "chahut".


    • franchounet 21 octobre 2018 22:35

      @tinga

      Supposons que ce n’est qu’un chahut et donc que l’élève jouait vraiment la comédie.

      Même dans cette hypothèse, çà dépasse les bornes : on ne ridiculise pas, on n’humilie pas un enseignant et donc l’Education Nationale. Il faut respecter nos institutions et rien que pour cela la prof a raison de porter plainte si elle le fait pour ce motif.Idem pour les sansions disciplinaires de l’Education Nationale.

      Vivement la suite des évènements, on verra bien. Une bonne garde à vue a déjà mis en évidence la gravité des faits.


    • Belenos Belenos 22 octobre 2018 05:29

      @Joe Chip
      "A mon avis cette enseignante ne risque pas de revoir une salle de classe de sitôt suite à ce "chahut"."

      En effet, ce stage intensif lui aura permet de devenir rapidement gardienne de pénitencier. 


    • Qirotatif Qirotatif 22 octobre 2018 11:26

      L’enseignante en question est enseignante en PSE (prévention santé environnement)... smiley 


      « Est-elle dans un état de sidération ? Ou a-t-elle peur de la réaction des élèves ?, s’interroge Jean-Rémi Girard, président du Syndicat national des lycées et collèges (Snalc). Si l’enseignante n’a pas prévenu immédiatement sa hiérarchie, c’est peut-être aussi parce qu’on considère toujours que c’est de votre faute si cela se passe mal dans votre classe… »


  • joelim joelim 21 octobre 2018 01:50
    Un mec au fond qui fait des doigts d’honneur, un peu plus on voyait un bout du costard à Macron, mais heureusement Benalla 007 a couru décentrer l’axe de la caméra avec un flamboyant coup de chaussure cloutée provenant d’un surplus du 3ème Reich division Ukraine. La vie française. Et les profs sont des feignasses si peu rapides à répondre aux exigences de leurs élèves qu’il faut les gunner un peu, c’est comme l’aiguillon pour les boeufs, ça rend service à la société, mrede quoi.

  • Belenos Belenos 21 octobre 2018 06:21

    Est-ce que le cirque itinérant dont ces créatures se sont échappées a été identifié ? Les monstres ont-ils été replacés dans leur cage ?


    • Qirotatif Qirotatif 21 octobre 2018 08:25

      @Belenos
      Oui, cela s’appelle le Val-de-Marne. Par contre le 94, c’est un cirque permanent. 

      Le papa du jeune garnement de 16 ans a emmené lui-même son rejeton au commico. Avec un peu de patience, notre Président finira par aller sermonner ces chenapans lui-même. Quant à la prof, d’après les images, elle semble déjà sous Tranxen2000. Tout cela n’est qu’un pb de moyens...


    • Belenos Belenos 21 octobre 2018 20:14

      @Qirotatif
      "Avec un peu de patience, notre Président finira par aller sermonner ces chenapans lui-même."

      Ca va encore finir avec des embrassades chemise blanche contre torse nu. 


    • pegase pegase 21 octobre 2018 21:56

      @Belenos

      Meuh non, c’est juste un petit renoi désemparé ...

      Un stage de bucheronnage dans les Vosges en hiver, et il reviendra doux comme un agneau  smiley

      ou pisteur ça lui ferait les pieds ...


  • adrien28 21 octobre 2018 10:00

    malheureusement aujourd’hui, l’enseignement présente des risques psychologiques qui sont fréquents et parfois sérieux pour les enseignants : la présence d’un contact direct avec les élèves ou leurs parents est potentiellement source de comportements irrespectueux et d’agressions verbales voire physiques comme ici, des actes de vandalisme …
    Des plans de prévention doivent être mis en place pour anticiper ces risques professionnels : voir : La prévention des risques professionnels des enseignants : http://www.officiel-prevention.com/formation/fiches-metier/detail_dossier_CHSCT.php?rub=89&ssrub=206&dossid=349


  • Hijack ... Hijack ... 21 octobre 2018 12:58
    Si à chaque fois que l’on doit plutôt faire appel aux services d’urgences psychiatriques ou aux forces de l’ordre ... certains y trouvent matière à réflexion, tout s’explique !

    Ce qu’il faut à mon avis >>> sanctionner les auteurs, voire leurs parents (à moindre degré ... l’impuissance étant difficilement punissable). Faire en sorte que les lois soient adaptées à ce genre de situations. Les vrais responsables sont avant tout les politiques et leur justice volontairement ... vouée à l’impunité.

  • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 21 octobre 2018 13:30

    Ce dimanche, sur TF 13 heures, ce « glorieux épisode » à été évoqué !

    T’in au fait après cette diffusion, j’aimerais bien connaître les réactions tant en France profonde, que celles dans les « banlieues chaudes »


    @+P@py


  • Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 21 octobre 2018 13:40
    Et dire que je croyais qu’avec Blanquer le téléphone/smartphone était interdit à l’école...

    NO COMMENT

    république bananière ; c’est ça la vérité !

    CQFD

  • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 21 octobre 2018 13:42


    Je vois que certains dans leur réponses, se moquent de la réaction de la prof, attitude très très facile derrière son ordi !


    Etre prof dans ces établissements, ben chapeau, ensuite porté plainte dans cet environement double coup de chapeau !


    @+P@py


    • Qirotatif Qirotatif 21 octobre 2018 15:05

      @Gilbert Spagnolo dit P@py
      Il ne s’agit pas de se moquer juste de constater que la tolérance est la porte ouverte à la montée en puissance dans l’inacceptable. Si le gamin se permet cela, c’est bien parce qu’à peu près tout est toléré. En principe elle aurait du signaler au proviseur (c’est sa responsabilité d’enseignante) qui aurait du procéder à une exclusion temporaire immédiate, exercer son droit de droit de retrait et porter plainte immédiatement (elle ne l’a fait que le lendemain).

      "Le droit de retrait consiste en la possibilité offerte à tout agent de quitter son poste de travail :

      • - s’il a un motif raisonnable de penser qu’il se trouve exposé à un danger grave et imminent pour sa vie ou sa santé,
      • - ou s’il constate une défectuosité dans les systèmes de protection"

    • Joe Chip Joe Chip 21 octobre 2018 16:32

      @Gilbert Spagnolo dit P@py

      Non il faut aussi dénoncer la passivité de l’enseignante dans la mesure où elle est le révélateur d’un dysfonctionnement structurel au sein de l’EN. 

      Si elle n’a rien dit, c’est évidemment parce que l’administration décourage les profs face à ces élèves tout comme la hiérarchie policière démotive les flics face à la racaille, pour éviter et cacher les problèmes.


    • franchounet 21 octobre 2018 22:40

      @Qirotatif

      A lire : 

      A lire : "Principal de collège ou imam de la République".
      Principal de collège ou imam de la République

    • franchounet 21 octobre 2018 22:41

      @Qirotatif
      Alire  : Principal de collège ou imam de la République.

      Ce principal n’ a pas été pris au sérieux.


    • Qirotatif Qirotatif 22 octobre 2018 12:29

      @franchounet

      Pourquoi l’aurait-il été ? La plupart des gens qui nous dirigent ont une attitude qui se résume à, soit ignorer une situation qui contrevient à leur idéologie qui a pourtant directement conduit à cette même situation (soit un échec quasi total avec une belle boucle de déni), soit admettent qu’il y a un pb mais il ne faut surtout pas en parler car cela ferait le jeu de qui l’on sait. Chez nous, on aime attendre les drames, les images chocs, celles pour lesquelles on va se dire "non, là quand même, c’est trop" tout en ayant ignoré superbement les gens qui témoignaient de la situation. La situation et surtout ses causes est pourtant simple : il est impossible de transmette une quelconque instruction à des gens sans éducation. Mais comme toutes les cultures se valent, comme tous les modes d’éducation sont équivalents... et puis comme il ne faut pas stigmatiser... la solution est toute trouvée : "Josianne, on t’augmente ta CSG de retraitée privilégiée à 900 balles par mois... et arrêtes un peu de râler !"

      L’(ir)responsable petit banquier de l’Elysée a pourtant raison : un énième plan banlieue (surtout un proposé par des hommes Blancs...), ne sert à rien. Les annonces en revanche permettent de tenir jusqu’aux prochaines élections où, ô surprise, l’essstrême-droite populiste aura un peu plus percé (mais pas assez pour passer la barre fatidique) et rebelote : front républicain, retour potentiel des zeurs... le Français de base qui tend à disparaître d’une manière ou d’une autre - exil, mort, non-reproduction - se fera prendre au jeu, surtout si on lui colle une paire de seins capable d’aligner 3 mots pour remplacer le gendre idéal actuel. 

      Pendant ce temps, il y aura eu des centaines de milliers de victimes de leurs "chances" et très accessoirement - parce qu’au point où on en est... - le parti au pouvoir aura laissé débouler légalement entre 1 et 2 millions de ventres-sur-pattes dont on a rien à faire. 1-2 million, entre ceux qui se reproduisent abondamment, ceux qui arrivent, font des mariages blancs, se regroupent en famille, c’est sans doute une hypothèse basse sur 5 ans. Parmi eux, ils vont bien réussir à en dégoter deux trois qui savent taper dans un balcon ou grimper à mains nues aux balcons... et nous en faire des héros à côté desquels les poilus de 14-18 feront figure de fio...

      Toujours pendant ce temps, Josianne sera passée du cocktail Tranxen2000-Padamalgam500 au cocktail Tranxen6000-Padamalgam2000 et donc là, déchirée comme un drapeau h24, elle ne pourra même plus obéir à M’Gachette lui enfonçant son RPG dans la raie quand ce dernier lui ordonnera dans un vvolof approximatif de le noter "présent". Il faudra donc bien trouver des profs... pardon... "animateurs de quartiers" encore volontaires pour se cogner M’Gachette et ses potes M’Kalash et M’Djihad et remplacer cette conne de Josianne et pour cela, le gouv va nous la jouer "technique RATP", à savoir importer du prof du bled, pardon... du quartchier, qui, quelle aubaine, se trouve être diplômé d’une équivalence "brevé des collèges" et qui saura négocier avec ses chances de voisins de quarchier. On en trouvera bien quelques uns également diplômés en coranologie modérée, ce qui évitera que nos chérubins de la Répu ne basculent dans l’islamistissime radicalitissime extrémisme. 

      Voilà en gros le scénar... 


    • berphi 22 octobre 2018 23:28

      @Qirotatif
      Beaucoup de professeur renoncent à signaler ces comportements. La hiérarchie engoncée dans un pédagogisme délétère vieux de 40 ans et dont les sbires incarnés par l’inspection académique surveillent de très près les faits et gestes de ces enseignants à travers leur direction, les enjoint à ne pas être répressif mais a contraire compréhensif quand ils font un signalement (ils ont du reste lancé un hashtag pour balancer les incohérences et les absences de sanction sur des faits jugés insupportables). Vous ne semblez pas imaginer le cauchemar que vivent ces profs.


    • berphi 22 octobre 2018 23:48

      Je n’aborde pas le problème des parents intrusifs ou des grands frères à la sortie du bahut, des menaces qui pèsent contre les profs à la moindre contrariété de leur progéniture victime d’une supposée injustice.


    • Qirotatif Qirotatif 23 octobre 2018 07:34

      @berphi
      Je l’imagine tout à fait ayant eu plusieurs connaissances et qq’uns de la famille dans l’enseignement. Un de mes anciens clients est un ingé reconverti en prof de maths : il s’est retrouvé dés sa première année dans 2 collèges de la banlieue sud. Son boulot consistait à obtenir le silence pendant 50 minutes sur 60 à quasiment chaque cours, convoquer des parents qui, pour une partie, envoient le grand frère dans le meilleur des cas. Quand les parents viennent, beaucoup ne parlent qu’à peine notre langue. Il a un avantage par rapport à d’autres profs : ses origines (marocaines) et sa maîtrise de l’arabe. Il parle aux parents comme il parle à des enfants. 

      J’ai vu pendant des années ces "jeunes" trainer de l’après-midi au soir, à ne rien faire. Très peu lisent, très peu apprennent à jouer d’un instrument de musique. Au mieux ils font du sport... Pour bcp, le quotidien dés la prime enfant, ce sont des parents accrochés à leur "culture d’origine" (guillemets parce que bcp de ces parents sont eux-mêmes nés en Fr), une langue étrangère parlée à la maison, la télé avec les chaînes du bled en permanence. 

      Evidemment dans ces conditions, c’est déjà difficile pour un prof qui a des origines... alors pour le prof du cru qui est affecté dés sa 1ère année dans un tel environnement... Mais le pire est que les pbs commencent dés la maternelle : dés l’âge de 3-4 ans ma belle-soeur me raconte : Certains enfants ne parlent quasiment pas à 4 ans, à une période où le cerveau est très malléable et peut emmagasiner énormément d’informations, pour la simple raison que le français n’est pas la langue qu’ils entendent à la maison... alors à la maternelle, le français est une langue étrangère pour eux et l’école ne peut compenser le retard que leurs familles leurs font prendre. L’univers d’un enfant de 3-4 ans c’est à 100% son univers familial. Ce retard accumulé à cette période est compliqué à rattraper par la suite. Cette incapacité à verbaliser produit en outre de la frustration et des comportements d’agressivité, dés ce très jeune âge. Vallaud-Belkacem avait proposé que les enfants soient mis en maternelle dés 2 ans pour contrer ce phénomène (mères sous-cultivées, parfois seules ou père tout aussi peu intégré et très peu présent) mais bcp lui sont tombés dessus mais le pb se situe même avant. Les gens confondent le fait que les enfants n’articulent que rarement avant 1,5 - 2 ans et leurs capacités cognitives avant. Très tôt les enfants comprennent bcp de choses mais encore faut-il que leur environnement, le capital culturel qu’ils reçoivent soient un minimum stimulants. 

      Pour ces cas, il n’existe pas d’autres solutions qu’une discipline de fer. On peut dédoubler les classes de CP, les diviser par 4 ou 8 ou 36 cela ne changera pas grand chose si l’environnement familial ne se met pas au diapason de la culture française. Mais toutes les cultures étant équivalentes pour certains, nous n’avons pas fini de constater ce genre de phénomènes. Les profs ont mis un hashtag en place ? Un MeToo ? Formidable... Voilà qui va permettre à certains d’évacuer leur frustration pour un temps, mais après... plus rien... jusqu’au prochain scandale qui sera médiatisé et ainsi de suite.


    • berphi 23 octobre 2018 10:36

      @Qirotatif

      Mercie de votre réponse, toutefois ; La communauté asiatique présente des enfants qui correspondent en tout point à ce que vous décrivez ; moins de 500 mots français au vocabulaire âgé de 3 ans à leur rentrée en maternelle. Un environnement linguistique et culturel étranger hermétique au français mais qui contredit totalement ce qu’avançait Najat. Les exemples d’enfants bilingues conjuguant langue maternelle étrangère et réussite scolaire sont légions. Je ne pense pas me tromper quand j’avance que beaucoup de prof rêvent d’intégrer un lycée du 13ème arrondissement Paris.
      Mais faire le focus sur un problème qui n’en est pas un comme celui que vous exposez en toute sincérité, a sans doute permis à Najat de ne pas assumer l’échec de l’enseignement en primaire en France selon les études PISA dont l’entière responsabilité appartient à cette clique de pédagos, (P. Merieu en tête de file) qui s’ingénie à pourrir l’enseignement dans ses bases, sa forme et sa fonction à ce qu’il transmettait initialement. Le caractère répressif que représente une discipline était à proscrire en classe jusqu’à l’arrivée de Blanquer, c’est une réalité que votre entourage pourrait vous témoigner.


    • Qirotatif Qirotatif 23 octobre 2018 11:45

      @berphi
      Ca ne contredit pas. Ce sont des populations différentes, avec des aptitudes différentes, des cultures différentes. 

      Dans les études qui ont été faites à ce sujet, on s’aperçoit que les parents asiatiques (Chinois principalement) font partie de ceux qui suivent le moins leurs enfants au quotidien (en termes d’implication dans les devoirs, en terme d’implication à l’école...). Il y a des raisons à cela (la CSP en l’occurrence : ces gens travaillent bcp et n’ont pas le temps). En revanche cette sous-implication est complètement compensée par une extrême attention, par exemple à veiller à ce qu’ils fassent bien leurs devoirs, aient des activités saines, etc. Leurs gamins ne traînent pas dans le hall de l’immeuble : soit ils travaillent, soit ils font quelque chose. Leurs parents sont d’une CSP particulières - beaucoup de petits commerçants... Les enfants sont à la caisse du tabac le dimanche. Ils savent compter, voient énormément de personnes différentes, entendent les discussions des clients... ils s’en nourrissent et parviennent, en effet, à parfaitement combiner culture d’origine et culture française. L’intelligence, les capacités cognitives en général sont grandement liés à l’hérédité. C’est une réalité que les anglo-saxons intègrent tandis que chez nous, on pense que Mamoudou qui sort du Soudan peut devenir astrophysicien. Oui, à l’extrémité de la courbe de Gauss, c’est possible, ce sont des exceptions... mais en moyenne ça n’a aucun sens. 

      Les pédagogistes ont fait bcp de dégâts mais ce que j’explique c’est que qu’elle que soit la méthode, le problème central n’est pas là. Imagines que le savoir est un liquide. Le prof a une bouteille remplie et il veut en transmettre à ses élèves : il y a deux cas, ceux qui ont un verre et ceux qui ont des mains. Ceux qui ont un verre (c’est-à-dire une éducation) peuvent recevoir ce savoir. Avec les autres, il se passe ce qui se passe quand on verse de l’eau dans des mains (à condition que les enfants daignent joindre leurs mains... ce qui n’est pas toujours acquis). A moins d’être capable de l’absorber immédiatement, une grande partie finit au sol. C’est cela qui se passe avec certaines populations. Les gens issus de ces pop et qui réussissent extraient généralement leurs enfants de ces environnements pauvres en capital culturel pour les mettre dans des établissements où le public est plus riche en capital culturel, des lycées privés, des lycée cathos ou juste des écoles publiques où de part la carte scolaire la pop est autre que celle des "quartiers" (de souche donc)... Il se trouve qu’il y a peu de pop issues de l’immigration dans ces établissement... et celles dont c’est le cas viennent justement de cette petite bourgeoisie issue de l’immigration. Evidemment c’est un accélérateur pour le pourrissement des établissements des quartiers difficiles mais le pb vient des pop elles-mêmes et tant qu’on ne l’admettra pas, le pb de la méthode, de la philosophie de l’enseignement sera presque accessoire (elle ne l’est pas... je comprends ce que tu dis).

      Quant à Blanquer, il semble en effet qu’il soit animé d’un pragmatisme assez nouveau. Je trouve d’ailleurs ridicule qu’il soit attaqué pour cette histoire de portables (en déformant ses propos) comme je l’ai lu ici. En revanche on part de tellement loin et la situation est tellement grave, qu’il sera très difficile d’en changer. Au-delà de la question de l’éducation, c’est toute une politique familiale et migratoire (parce que le sujet est bien là : les gens à la campagne par chez moi sont bien plus modestes que les pop des "banlieues" et pourtant les choses se passent autrement mieux) qu’il faut revoir.


    • berphi 23 octobre 2018 12:50

      @Qirotatif
      Le cas du contenu de la bouteille à transmettre est analogue à ce qu’ont rencontré les enseignants il y a 70 ans en France. Au début du siècle seul 10 % de la population détenait un bac. Le problème ici est disciplinaire. Comment inculquer un savoir quand l’enseignant souffre d’un tel discrédit comme le stigmatise cette vidéo ?
      On ne peut pas ne pas tenir compte des éléments sociaux et environnementaux que tu fournis et qui conditionnent le bon ’apprentissage d’un élève, c’est certain. Et il est évident, et quelque soit l’origine ethnique d’un élève, qu’on ne puisse pas faire d’un âne un cheval de course. Ta remarque s’applique aussi sur la population de souche. Mais de pouvoir amener 99% des élèves en sixième sachant lire et écrire ne dépend pas des facteurs que tu énonces. L’éducation nationale se fixe l’objectif de 90 % d’obtention du bac par an dont on sait que 80% des nouveaux bachelier se vautreront grandiose en première année de fac parce que leur niveau les empêchent de pouvoir rédiger une dissertation. Le passage en seconde était autrefois réservé aux élèves qui présentaient des aptitudes qui sont aujourd’hui totalement ignorées, ne s’adressaient qu’à 60% de l’effectif d’une classe.
      Aurait-on vu il y a 30 ans un élève de seconde avoir cette inconscience de braquer son prof en cours avec le soutient de trois autres élèves, tous bordés d’une immaturité sévère ? Il faut replacer prioritairement le curseur sur l’autorité et la sacralité de l’enseignement, pouvoir fournir aux élèves les structures qui leur permettent d’étudier et les obliger à s’y conformer, ce que Blanquer a du reste proposé, les extirper d’un environnement nocif pour au moins 70% de leur temps sur une semaine complète. Les résultats seront positifs. Mais surtout responsabiliser les parents sur les comportements de leur gosses, quitte à taper là où ça fait mal : le portefeuille. Suppression de bourse par exemple. 


    • Qirotatif Qirotatif 23 octobre 2018 18:40

      @berphi

      "Ta remarque s’applique aussi sur la population de souche. "

      Bien entendu. Mais la pop de souche est à 100 pts de QI. D’autres sont à 85, 70 voire 60. Les asiatiques du Nord tournent entre 100 et 105. Ce ne sont pas des données figées dans le temps pour l’éternité et le QI est loin d’être le seul indicateur mais il compte. Sans doute que cela est politiquement incorrect de le dire mais mieux vaut l’admettre et chercher des solutions que de le nier et penser que tout est question de moyens. 



      "Le cas du contenu de la bouteille à transmettre est analogue à ce qu’ont rencontré les enseignants il y a 70 ans en France."

      Ce genre de comparaison n’a pas lieu d’être. Il y a 70 ans les jeunes avaient une éducation. Sans remonter, les enfants des années 60 étaient en grande majorité issus de milieux modestes et pourtant dans la plupart des familles il était hors de question de se permettre de parler à table sans demander l’autorisation. Je ne dis pas que c’était bien d’ailleurs mais le respect des anciens était la norme. Répondre à un maître était tout simplement impensable. Bcp n’étaient pas instruits, c’est vrai, mais ils étaient a minima éduqués. Ce sont deux choses profondément différentes et l’un est indispensable à l’autre. On peut aussi s’en sortir sans éduc (le gamin doué de nos jours est plus facilement repéré) mais c’est plus rare.


      "Aurait-on vu il y a 30 ans un élève de seconde avoir cette inconscience de braquer son prof en cours avec le soutient de trois autres élèves, tous bordés d’une immaturité sévère ? "

      Bien sûr que non. Mais demande à un prof qui a 30 ou 40 années d’expérience et il te confirmera que le niveau scolaire a, en général, drastiquement baissé. En outre les pbs dont nous parlons surviennent quasi uniquement avec certaines pop pour les raisons que j’avance. Quand je parle de "capital culturel" je reprends très exactement l’expression employés par l’INSEE. Je pourrais également parler de la taille de fratrie et on pourrait s’amuser à comparer les familles nombreuses cathos tradi (pas toujours très argentées...) actuelles avec d’autres types de familles nombreuses à niveau de vie à peu près équivalent. Dans le premier cas on a souvent des familles avec des organisations quasi militaires et les enfants s’en sortent.

      Autrement je suis bien sûr d’accord avec toi sur la discipline, la responsabilisation des parents et tout ce que tu dis à ce sujet. J’ai juste de sérieux doutes sur la capacité de certains à percuter des évidences telles que celles-ci pour les avoir vu à l’œuvre... 

      L’EN est probablement un peu moins un mammouth que dans les années 80 mais ça reste un repaire de gauchiasses bien dopées à l’égalitarisme que tu dénonces : en effet, 80% d’une classe d’âge actuelle est loin d’être capable d’avoir un bac d’il y a 30 ans noté comme il y a 30 ans. Ce diplôme est donné. Et ce n’est pas très différent dans les études sup (IUT, BTS, IUP). En tant qu’employeur j’ai vu défiler des bac+5 (sur le papier) qui avaient un niveau en fr à peine équivalent à celui d’un 5ième... à tel point que je ne demandais plus de lettres de motiv (des copier/coller) mais demandaient aux gens de les écrire en quelques phrases. Rien qu’à la tête du candidat je pouvais deviner la catastrophe qu’il allait tenter de coucher sur le papier.


  • zygzornifle zygzornifle 22 octobre 2018 08:34

    Y aurait t’il autant d’absence a l’école que chez les députés et les sénateurs ? ....


  • zygzornifle zygzornifle 22 octobre 2018 08:35

    Il serait passé peu avant au siège d"en marche" il aurait pu avoir un vrai flingue ....


  • Simple citoyenne Simple citoyenne 22 octobre 2018 10:34
    Hello ! nous avons ( enfin ) un début de la solution, et voili et voilou, c’est magique tenez-vous bien !

    • wendigo wendigo 22 octobre 2018 11:45

      @Simple citoyenne

       Ben oui, normal, si il ni a plus de portable, de telles scènes ne pourront plus être filmées et donc n’existeront plus.
      Ce qui dérange les politicards ce n’est pas le flingue, mais le portable qui filme et donc fait savoir l’état de délabrement de nos institutions enseignantes !


    • Simple citoyenne Simple citoyenne 22 octobre 2018 11:55

      @wendigo Ah oui, pas bête ce ministre de l’Éducation nationale ! fallait y penser quand même en effet, c’ki sont courageux nos "gouvernants" ! smiley


    • Belenos Belenos 22 octobre 2018 12:13

      @Simple citoyenne
      "Jean-Michel Blanquer incite à bannir le téléphone portable au lycée"

      En revanche, les pistolets à billes... et les fusils d’assaut de catégorie B resteront autorisés. 

       smiley

    • wendigo wendigo 22 octobre 2018 16:57

      @Belenos

       Les "répliques" d’airsoft sont interdites aux moins de 18 ans, et ne doivent pas être exhibées dans la rue et lieux publique.
      Il serait peut être bon de savoir où, qui, et comment un merdeux de 15 ans a pu entrer en possession de ce truc là.
      Visiblement nous avons des lois, mais juste pour se le mettre au cul ou faire chier le monde de façon ciblé.


    • wendigo wendigo 22 octobre 2018 17:04

      @Simple citoyenne

       Les politicards compensent leur manque de corones par une certaine malice.
      Mais après 50 ans de lâcheté voila où nous en sommes arrivé !
      Il ni a pas que le môme qui devrait être sur le banc des accusés, mais toute cette caste de parasites, car sans eux ceci ne se serait peut être jamais passé.
       A force de toujours tout mettre sous le tapi, à force arrive un moment où l’on se prend les pieds dedans !


    • troletbuse 22 octobre 2018 18:37

      @Simple citoyenne
      C’est vrai que Blanquer a interdit les portables, on le voit voit bien sur la vidéo mais CON comme un LREM, il n’a pas pensé aux armes, même à air comprimé, qui sont des armes qui peuvent tuer quand elles sont braquées sur la tempe. Enfin, ce collégien n’est pas "tout blanc", ca se voit et pourquoi porte-t-il une arme pour aller en classe ? Pour tuer le temps ?


    • Simple citoyenne Simple citoyenne 23 octobre 2018 08:49

      @troletbuse C’est vrai, on donnait vraiment le sentiment de minimiser ce geste, du fait que cela soit avec une arme à air comprimé. Mais pourtant les dégâts sont tout aussi dramatiques, je l’imagine ! C’est dingue !


  • docdory 22 octobre 2018 11:59
    @Zorba 

     Après la peine de prison ferme à laquelle, dans un pays normal, il serait rapidement condamné, ce « jeune » de quinze ans devrait être exclu définitivement de l’établissement dont il est élève sans possibilité de recours, être déclaré « inéducable » et par conséquent dégagé de son obligation de scolarisation jusqu’à l’âge de 16 ans, afin de ne plus semer le désordre dans aucun autre établissement d’enseignement à l’avenir.
    L’éducation nationale n’est pas une entreprise compassionelle. De même qu’on n’administre pas une nouvelle cure de chimiothérapie à un cancéreux en train d’agoniser, car ça ne sert à rien, il est inutile de tenter d’éduquer ce jeune homme, c’est voué à l’échec, c’est trop tard, c’est une perte d’argent, et de tels individus empêchent le fonctionnement normal des établissements scolaires, ils n’ont donc rien à y faire.


    • Qirotatif Qirotatif 22 octobre 2018 12:35

      @docdory
      16 ans... il s’agit d’"une classe de Première" d’après les médias. On peut prendre l’expression dans plusieurs sens... 


    • pegase pegase 22 octobre 2018 20:07

      @docdory

      Il a l’âge minimum requis pour aller travailler, et je doute qu’un autre établissement scolaire l’accepte après ce qu’il vient de faire ...

      Il est possible de travailler dès l’âge de 16 ans, quel que soit le type de contrat (CDI, CDD, contrat temporaire). Tout mineur souhaitant travailler doit y être autorisé par son représentant légal (père ou mère, par exemple), sauf s’il est émancipé.

      Par dérogation, dans certains secteurs, il est possible de commencer à travailler avant 16 ans.

      https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F1649


    • Belenos Belenos 22 octobre 2018 20:29

      @pegase
      "Il a l’âge minimum requis pour aller travailler."

      Et tout le monde a envie de l’avoir comme employé. Par exemple comme "agent d’ambiance".


    • troletbuse 22 octobre 2018 20:59

      @Belenos
      Même Micronimbus pour remplacer Banalla


    • troletbuse 22 octobre 2018 20:59

      @troletbuse
      ET faire un selfie avec.


    • pegase pegase 22 octobre 2018 22:17

      @Belenos

      Ah mais je le prendrais bien, pour nettoyer les machines, passer l’aspirateur, épousseter mes toiles d’araignées ...

      Il faut voir, on a de sacrés spécimens ici, pendant plusieurs mois j’ai cru avoir un cancer de la peau, mais non, c’était juste la peau nécrosée faute à une énorme araignée qui venait me sucer le sang la nuit  smiley 


    • Norman Bates Norman Bates 22 octobre 2018 22:24

      @pegaz la tremblote

      "... c’était juste la peau nécrosée faute à une énorme araignée qui venait me sucer le sang la nuit..."

      Ah ? c’est comme ça que tu surnommais ton "grand Serge" dans l’intimité.. ?


    • Belenos Belenos 23 octobre 2018 01:19

      @pegase
      "c’était juste la peau nécrosée faute à une énorme araignée qui venait me sucer le sang la nuit"

      Quelle horreur ! Pour l’araignée, je veux dire... Et voilà à quoi sont réduites ces pauvres bêtes, pour pouvoir survivre dans ces régions hostiles que nous avons essayé en vain de refourguer aux Allemands !  smiley


  • jjwaDal 22 octobre 2018 13:26
     Du pur "Absurdus Delirium" puisqu’il est présent pour demander à sa prof dans sa classe de le noter comme "présent". On l’imagine, son souhait acquis sortir
    pour dealer une heure ou deux en se disant qu’il a bien "enfumé" la vie sco sur ce coup... Et ce qu’on vu les autres élèves et les inévitables confessions aux parents en rentrant chez eux et la réaction des parents à la nouvelle et le rapport de l’enseignante au proviseur et le coup de téléphone à la police et une fine équipe se présentant au domicile des parents sont sans doute inimaginable pour ce brave petit.
    Une hirondelle ne fait pas le printemps et je ne tirerai pas de conclusion sur un fait divers rarissime où il y a plus de peur que de mal.

  • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 22 octobre 2018 14:16

    Nous nous demandons comment en est- ont arrivé là ? lorsque l’on constate ce qui se passe en France depuis quelques année, agressions en tout genre, vols, viols, irrespect de forces de l’ordre et du corps enseignant,etc etc, force est de constaté que depuis plusieurs décennies, que nous avons été gérés par des politicards d’une gigantesque nullité, tout juste bons à prendre les honneurs de leur fonctions et surtout sans oublier leurs salaires !

    Résultat, maintenant un élève de 4 eme arrive à dire à sa surveillante : « Toi, tu suces ma bite » source.dépasse tout simplement l’imagination.


    Comme je l’ai indiqué dans mon dernier article,pour reprendre la situation en main dans cette France qui part de plus en plus à vau-l’eau, ben, ce n’est hélas pas gagné !l’article.


    @+ P@py


  • troletbuse 22 octobre 2018 18:26

    Il m’est arrivé il ya quelques décennies de mettre une grande claque dans la gueule à un fauteur de troubles, dans un collège. Le calme s’est rétabli immédiatement. Que se passerait-il aujourd’hui si un prof agissait ainsi ?


    • Belenos Belenos 22 octobre 2018 20:34

      @troletbuse

      Garde à vue immédiate puis perquisition chez tous vos proches le lendemain matin à l’aube, espèce d’agresseur d’enfants en bande organisée. 


    • wendigo wendigo 23 octobre 2018 04:03

      @troletbuse
      Que se passerait-il aujourd’hui si un prof agissait ainsi ?

      ****

       Le quartier serait mis aux cendres dès le lendemain et durant 8 jours.
      Les "chances" de la république, donnent l’occasion de changer le mobilier urbain à chaque pet qui ne sort pas.


  • Djam Djam 22 octobre 2018 22:04
    Où sont les Pères de ces jeunes crétins décervelés ?
    Une société qui a tué Dieu, tue par conséquent ensuite la symbolique "père". Cela donne une société féminisée où les valeurs "femmes" prennent le dessus jusqu’à la caricature et in fine la violence.

    Logique implacable du sans limite des sociétés sans frontière, l’intériorisation des limites (la loi du Père), la jouissance immédiate (loi de satisfaction des exigences de la Mère) produit inévitablement une armée de jeunes dont l’occupation principale est le "je fais ce que je veux, quand je veux et comme je veux".

    Les quelques jeunes crétins qui apparaissent dans cette vidéo et la supposée prof qui semble ne pas tenir compte du "jeu" de ce jeune con sont sans doute une petite mise en scène comme adorent faire les jeunes aujourd’hui puisqu’ils sont équipés de portable sans lequel ils ne peuvent plus vivre. On filme tout et n’importe quoi.

    Les questions à se poser sont donc :
    1/ pourquoi les élèves disposent de leur portable à l’école ? Ils ne sont en aucun cas nécessaires pour étudier.
    2/ pourquoi cette prof ne réagit-elle pas même s’il s’agit d’un jeu ? La banalisation des actes d’incorrection pousse à leur augmentation.
    4/ quel est l’objectif d’une petite vidéo avec ce genre de scène publiée sur le net ? On cherche à créer la rumeur, l’indignation, la réaction de la masse déjà morte ?

    Autant de questions dont les réponses renvoient inévitablement au choix de cette société déstructurée, volontairement détruite par les zélateurs du capitalisme mondial (nos ministres et autre président nain sans aucun pouvoir réel) afin de créer ce fameux "chaos constructif" cher aux progressistes criminels qui sévissent depuis 30 ans aux manettes de tous les pays de l’Europe.

    Tant que des abrutis continueront à aller veauter, on avancera toujours plus rapidement vers le mur et in fine l’abime. Bon débarras !

  • Norman Bates Norman Bates 23 octobre 2018 00:21

    Toujours en train de râler...alors que nous voyons ici un tout jeune homme qui ne manque pas d’air (comprimé) et dont la lutte contre la féminisation de la société devrait susciter davantage les louanges que l’opprobre...

    ...même si à titre personnel "rien ne vaut l’arme blanche"...

    Il est "présent", ce tout jeune homme, il résiste et prouve qu’il existe face à l’abominable tentative de cette prof de passer sa vie par perte et négationnisme, un acte particulièrement symbolique en ce jour où Robert s’en est allé, lui qui a passé sa vie à nier des morts, maintenant qu’il est mort sa vie sera niée...

    Ce tout jeune homme ne se laissera pas molester comme un pantin désarticulé par le premier Benalla venu, ça va être un calibre dans chaque narine et va jouer aux billes avec ton premier de cordée...
    Il est de la trempe du chinetoque qui stoppe un char...ou du japonais cannibale, peu importe, le potentiel est là...


Réagir