dimanche 19 janvier - par yoananda2

Bercoff Emission Spéciale : Malaise dans la police

Vague de suicide chez les policiers. Haine des forces de l'ordre, GJ qui scandent "suicidez-vous". Manque de moyens et de formation (5 cartouches de LBD tirées tous les 3 ans pour tout entraînement). Politique du chiffre. Laissez-faire dans les "cités". Black blocs intouchables. Entre le marteau et l'enclume, des responsables de la police témoignent. Situation de plus en plus tendue en France. La politique montrée du doigt. Heures sups qui s'accumulent (45 millions d'heures sup non récupérables).

Emission de Bercoff intéressante qui montre un peu l'envers du décors. Les policiers voudraient bien mais ne peuvent point. Censés être les garants de l'ordre républicains, ils voient bien qu'ils sont de plus en plus utilisés comme police politique.

Doit-on les plaindre ou bien les pointer du doigts ? (je parle des fonctionnaires de police sur le terrain)



9 réactions


    • mat-hac mat-hac 19 janvier 18:09

      Je n’ai pas pu recevoir mes documentaires animaliers 3D venant de Russie. Ils ont été confisqués par la douane.
      Il semble que Macaron se sente en concurrence avec les animaux. Les gens auraient rigolé en votant pour les animaux aux élections UE.
      Moi j’ai voté pour eux :
      https://www.les-oublies.eu/

      Fallait déjà les connaître !


  • Scalpa Scalpa 19 janvier 18:23

    Le malaise c’est quand la matraque reste coincée dans le .....


  • pele mele pele mele 19 janvier 20:21

    Des policiers qui mélangent les actes commis par des terroristes et les manifestations des GJ, là on touche le fond de la connerie gratuite .

    La France est plus menacée par le haut que par le bas(GJ) de la société.

      


  • BA 19 janvier 23:35

    150 quartiers sont “tenus” par les islamistes, selon un document classé secret-défense.


    La DGSI vient d’établir une cartographie de ces territoires conquis de l’islamisme, à la demande de Christophe Castaner, formulée après l’attentat de Villejuif. Un sujet extrêmement sensible pour l’exécutif, qui ne veut pas stigmatiser la communauté musulmane.


    Conséquence ou pas du bel accueil médiatique fait au livre du politologue Bernard Rougier, Les territoires conquis de l’islamisme, l’exécutif semble déterminé à lutter tant bien que mal contre les dérives communautaires, mais craint d’être accusé de stigmatiser les musulmans.


    Ainsi, le 5 janvier, après l’attentat de Villejuif, le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, a envoyé un télégramme aux préfets leur demandant de réunir les GED, à savoir les groupes d’évaluation départementaux. Cette énième réunion aura au moins accouché d’un chiffre, relayé par Le JDD : 150, soit le nombre de quartiers sous l’emprise de l’islam radical. Des territoires perdus de la République cartographiés par la DGSI.


    « Situation alarmante », «  proportions inquiétantes », « microterritoires » salafisés… 


    Le document, classé secret-défense, est extrêmement sensible et n’a été divulgué qu’à un seul ministre, celui de l’Intérieur. Les autres ministères concernés par la lutte contre le communautarisme, et qui se sont réunis pour évoquer le sujet les 5 et 16 décembre, à savoir la Justice, l’Éducation nationale, la Santé, les Collectivités locales ou encore la Jeunesse, n’ont pas de droit de regard.


    « Les ministres sont sous la pression de Macron, qui leur a demandé de faire des propositions fortes », fait remarquer un connaisseur du dossier au JDD. Le 27 novembre dernier, déjà, Christophe Castaner avait adressé aux préfets une circulaire faisant de « la lutte contre l’islamisme et le repli communautaire » un « nouvel axe de [leur] action ». 


    Mais outre les banlieues de Paris, Lyon et Marseille, qu’on sait touchées par le phénomène, plusieurs cités du département du Nord sont dans le viseur des renseignements intérieurs.


    À Maubeuge, par exemple, l’Union des démocrates musulmans français (UDMF) a obtenu 40% des voix dans un bureau de vote. Une « situation alarmante » semblable à celle de l’agglomération de Denin ou encore Roubaix, où « bien qu’historique, la situation prend des proportions inquiétantes », explique un préfet cité par Le JDD.


    Parmi ces territoires « tenus » par l’islam salafiste, figurent des zones moins attendues, comme en Haute-Savoie ou dans l’Ain, à Annemasse, Bourg-en-Bresse, Oyonnax ou encore Bourgoin-Jallieu. Enfin, plus surprenant encore, la DGSI constate « l’apparition de microterritoires qui se salafisent dans des zones improbables », telles que Nogent-le-Rotrou, en Eure-et-Loir.


    https://www.valeursactuelles.com/societe/150-quartiers-sont-tenus-par-les-islamistes-selon-un-document-classe-secret-defense-115151



  • panpan panpan 20 janvier 12:26

    Quand on passe de gardiens de la paix à forces de l’ordre, tout est dit.

    Qu’ils sucent tous leur flingue, ça nous économisera des balles le moment venu.

    GC = DC...


  • ged252 21 janvier 14:24

    Ben en même temps ils protègent les gens comme toi, donc on comprend que tu soyes autant remonté, allez les policiers protégez-nous, mettez-vous devant nous pour prendre les coups à notre place.


  • Osub 24 janvier 10:08

    S’il veulent être appréciés de la population, ils n’ont qu’a baisser les matraques et les casques.
    Point barre.


Réagir