samedi 4 octobre 2014 - par Sonya V...

Abandonnés de la République, les Amérindiens vont disparaître

Les amérindiens de Guyane sont à Paris pour porter plainte contre la France alors que leur communauté est menacée de destruction comme ils en témoignent dans un livre :
orpaillage clandestin, pollution
(empoisonnés au mercure), épidémie de suicides (17 fois plus qu'en métropole)...

 

 

 

Comment l’or empoisonne la Guyane (2005)

 

 

Vidéo complémentaire : Quel avenir pour les Amérindiens de Guyane ?
Date de diffusion : 29/10/2013
Durée : 02:01:21

Description

Les Amérindiens de Guyane, en particulier les Teko, se trouvent aujourd’hui confrontés à de nombreux problèmes sanitaires et culturels qui tiennent largement aux politiques d’assimilation prônées et mises en place par l’administration française depuis les débuts de la colonisation (XVI° siècle) mais aussi aux pressions environnementales liées à l’orpaillage clandestin ou légal. La mise en place du Parc Amazonien de Guyane présente de nouveaux défis que la population amérindienne doit relever afin que cette vaste entreprise contribue effectivement à résoudre les problèmes écologiques et culturels qui concernent au premier chef les peuples traditionnels mais aussi l’ensemble de la vie sur cette planète.



Contributeur(s)


Assistante de production :
Audrey Bordonné

Images :

Christophe Cerdan

Montage :
Christophe Cerdan

Intervenants :
Ti’ Iwan Couchili - Artiste plasticienne traditionnelle
Bertrand Goguillon - Chef du Service Patrimoines Naturels et Culturels
René Monnerville - Maire de Camopi
Frédéric Mortier - Directeur du Parc Amazonien de Guyane
Eric Navet - Ethnologue
James Panapuy - Chef de la délégation territoriale de l’Oyapock
Joachim Panapuy - Directeur de la Compagnie Teko Makan
Colette Riehl - Doctorante en Ethnologie, Présidente de l’Association des Étudiants et Amis de l’Institut d’Ethnologie de l’Université de Strasbourg

 

 

Conclusion ironique : la France a les moyens d’intervenir à l’étranger - au Mali, en Côte d’Ivoire, en Centrafrique, pour bombarder la Libye et maintenant l’Irak, bientôt la Syrie, ... - en tant que supplétif d’un impérialisme avide et jamais repu, tandis qu’elle laisse sa propre population, en Guyane, mourir à petit feu, empoisonnée...

L’Empire a ses priorités ! Les toutous suivent leurs maîtres...

Les Amérindiens, qui ne demandent qu’à continuer à vivre en symbiose avec la nature, peuvent crever en silence...

 



25 réactions


  • Le Moissonneur des Lilas (Under control, target eliminated) Le Moissonneur des Lilas 4 octobre 2014 13:08

    Il était temps.

    .
    Le lobby Amérindien commençait à devenir trop puissant au sein des diverses institutions. Il était l’heure de l’empêcher de nuire.
    .
    Ouf, on l’a échappé belle.

    .
    Hein ? Mais non je ne me trompe pas de communauté.


  • cathy30 cathy30 4 octobre 2014 14:29

    C’est l’aïd, ou le désert aujourd’hui ?


  • Soi même 4 octobre 2014 18:44

    Je comprendre l’impuissance et ce sentiment d’abandon que ces amérindiens vive, ils sont en étroite symbiose avec la nature particulièrement hostile en Guyane.

    En même je suis pas non plus tous à fait d’accord que l’État n’intervient pas, la légion étrangère font des opérations régulière de police pour le compte de la gendarmerie national !

    Leurs impacts doivent probablement être limité aux vues de la superficie du territoire qui a une forêt pratiquement impénétrable.

    Il se pourrait que la surveillance de ce territoire serait peut être mieux contrôler si y avait un satellite géostationnaire qui serait dédier à repairer toute activité humaine en forêt vierge !

    Il est évident, et maintenant ce qui se passe là- bas, que la France avec ses moyens dérisoires n’est plus en mesure de faire face à cette embellie d’empailleur clandestin et qui va falloir si l’on veut garder ses territoires et protéger ses populations trouver des tactiques efficaces pour ce protéger de ses infiltration indésirables ! 

    Quand au réaction que je peu lire ici, je suis inquiet et je me demande si certains on encore un once d’humanité, qui augure bien ce que pourrait devenir la France si du jour au lendemain elle basculerait dans le chaos !

     


    • Croa Croa 5 octobre 2014 10:30

      La France a déjà basculé dans le chaos ! Ce qui se voit en Guyane vient de l’état où se trouve la métropole désormais incapable d’aider ces terres lointaines. Ce qui pourrait arriver de mieux à la nation française c’est qu’elle retrouve son indépendance justement !


    • Soi même 5 octobre 2014 15:03

      ( Ce qui se voit en Guyane vient de l’état où se trouve la métropole désormais incapable d’aider ces terres lointaines ) Oui est non, il faut aussi tenir compte de la réalité de la Guyane, d’après vous, il y a t-il en Guyane un sentier des douanier comme celui qui existait le long des côtes Française ?

      Non, car comment définir en pleine forêt vierge une frontière ?

      Si l’on a un mal de chien à localiser la ligne frontalière, vous pensez bien que dans ce cas de figure, le passage clandestin et une aiguille dans une meule de foin !

      Bien sur l’on peut toujours reporter sur la Légèreté de l’insouciance et de l’incompétence de l’État Français, c’est un fait mais pas seulement, c’est aussi le résultat de la décomposition social et étatique des pays limitrophes !


    • Sonya V... Sonya Vardikula 5 octobre 2014 20:19

       
       
      « Quelles mesures ?
       
      Malgré les dispositions prises par les autorités françaises, notamment des opérations de police et une surveillance du trafic à Twenké, l’orpaillage ne cesse de s’étendre de manière dramatique. Les Wayana, les Apalaï et les Teko demandent :
       
      - Que soit mis fin à l’orpaillage illégal, que toute forme d’exploitation de l’or soit interdite sur leurs terres et que les orpailleurs soient chassés de la forêt.
       
      - Qu’un accord de coopération et un budget soient signés entre les autorités françaises et surinamiennes, mais aussi brésiliennes pour lutter contre ce fléau qui touche de plein fouet les populations amérindiennes du sud de la Guyane, que ce soit sur le Maroni ou sur l’Oyapock. Particulièrement, les chercheurs d’or profitent de leur implantation au Surinam pour coloniser la région située en Guyane française entre les fleuves Litani et Marouini. Le Surinam doit montrer sa volonté de lutter contre ce fléau et déployer des moyens coordonnés avec les autorités françaises pour interdire la présence des orpailleurs illégaux sur les fleuves, empêcher l’implantation de soi-disant ‘commerçants’ au bord des rivières, lutter contre la création des pistes de quad qui permettent un transport plus discret des hommes et du matériel. C’est cette coopération qui pourra aider les Wayana, les Apalaï et les Teko, mais également les Wayãpi à retrouver la pleine maîtrise de leur environnement.
       
      - Réaliser des enquêtes sur les filaires nationales et internationales qui organisent et profitent de ce trafic pour s’enrichir en se servant de main d’œuvre corvéable, que ce soit des hommes ou des femmes. »
       

    • poupoul 21 novembre 2014 18:05

      c’est la politique d’outre mer ça ..magouille et compagnie


  • Pyrathome Pyrathome 4 octobre 2014 21:33

    Non, ils ne disparaîtront pas, 400 ans de persécutions n’en sont pas venu à bout, ils seront toujours là quand le cauchemar capitaliste et prédateur va bientôt prendre fin.....


    • Croa Croa 5 octobre 2014 10:31

      Oui mais dans quel état et combien de survivants ? smiley


  • christophe nicolas christophe nicolas 5 octobre 2014 18:24

    Depuis Ponce-Pilate, l’état s’en lave les mains, ce n’est pas nouveau...

    Là, c’est un envahissement par une fourmilière assoiffée d’or et puis il n’y a pas de société contre qui se retourner... L’ennemi n’a pas de visage, c’est la pire des situations, un ennemi diffus, pas méchant, simplement cupide donc terriblement dangereux et inconscient parce que le mercure est un vrai poison...

    Remarquez que lorsque j’ai proposé une théorie physique qui déboulonnait Einstein et ouvrait possiblement la voie des transmutations chimiques, rendant obsolète la spéculation sur les métaux précieux à terme, ce fut un peu le même style de condamnation... donc l’orpaillage continuera, je n’y peux rien. Il faut aller voir le Cern qui refuse de ne plus péter dans la soie, un petite faiblesse... j’ai dit des trucs vexant sur le boson de Peter Pan, on se défoule comme on peut... moi c’est en disant la vérité aux Nobels, je pourrais tous les passer au crible mais je me méfie, ils ont de l’influence.... je plaisante trop après je me fais punir, ça marche comme ça dans le BTP, 12 ans d’âge mental inversement proportionnel au grade d’après mon expérience mais ce n’est sans doute pas représentatif, c’est même certain.

    Remarquez qu’en Provence, on risque bientôt de faire du "béryllium-tritium-pallaige" et là, les hommes politiques (et star parce que les politiques sont plus discrets) qui ont tous une belle résidence secondaire deviendront sensibles aux nuisances sur l’environnement et à ma théorie... Le tritium est très emmerdant à enlever, il pénètre même dans le béton, la voiture, les personnes...

    Donc je dis aux indiens, tenez bon, ça changera... reprenez le contrôle de votre territoire en assurant sa sécurité vous même en collaboration avec les gendarmes de Guyane et demandez un statut et un petit salaire en contrepartie pour acheter de la nourriture. Un jour la terre sera le seul bien matériel qui aura une valeur inestimable, c’est cela la vraie "mine d’or" et elle vous appartient.

    • christophe nicolas christophe nicolas 5 octobre 2014 19:00

      Je voudrais rajouter une chose mais il ne faudrait pas que ce soit un encouragement à polluer. La formation des éléments chimiques ne vient bien sur pas du big-bang mais des réactions naturelles de fusion et de désintégration, ils sont dans un équilibre stœchiométrique naturel donc la nature va digérer la pollution plus vite qu’on ne le croit... bonne nouvelle. Ce qu’elle ne digère pas, ce sont les perturbations électromagnétiques de surface, là, la nature peut être très méchante mais cela concerne surtout les îles et les côtes très peuplées et très modernisées dans les régions volcaniques et sismiquement sensibles.


      En revanche le CO², c’est plutôt du business. Disons que c’est un mauvais argument pour une bonne cause avec des solutions qui loupent la cible.

      Tout cela est à confirmer mais si on n’a pas truqué certaines observations... c’est à peu près ça.

  • eau_du eau_du 5 octobre 2014 19:01

    Bonjour,
    .
    " Abandonnés de la République, les Amérindiens vont disparaître "
    .
    pas seulement les Amérindiens ...
    .
    La république française tout court est en cours de démantèlement avec le projet de restructuration en nouvelles régions !
    http://www.europe1.fr/politique/la-reforme-territoriale-votee-par-les-deputes-2188729
    .
    La république française, il faut se rendre compte est condamné à mort ! Les grandes décisions sont désormais prises à Bruxelles !
    .
    La France elle même est en cours de démantèlement avec ce projet de régionalisation. Le mot clé est la privatisation....notamment celles des services publics.
    .
    L’avenir de la France est tout tracée avec le futur accord du TTIP ...

    .
    Avec ses fusions-acquisitions, la France perd des sociétés qui choisissent à cette occasion d’installer leur siège hors de ses frontières, autant à cause de l’instabilité juridique que du poids des taxes. Les conséquences ne sont pas que symboliques. https://www.youtube.com/watch?v=IqwO9k4pyyE
    .
    La république française n’existe que dans les livres de l’histoire.

    La république française (pour moi) est déjà morte !
    .
    Les hommes politiques , UMP comme PS, ont trahi les français en 2008 en votant (voté parlementaire) pour l’adoption de la constitution européenne (le traitée de Lisbonne). Les français ont dit "NON" à la constitution de Maastricht en 2005 avec 55% des votants !
    .
    La France ce fait broyer par la mondialisation c’est à dire par le monde de la finance. Il y toujours moins d’état, le pouvoir du monde de la finance écrase celui des hommes politiques. Les hommes politiques n’arrivent plus à défendre l’intérêt général et ils sont devenue les marionnettes du monde de la finance, en dépendend des décisions prises par les lobbys à Bruxelles et celles de la commission européenne.
    .

    Avec le TTIP, preuve pour 2015 les états européens qui s’opposent aux multinationales pourront être condamné par des tribunaux supranationaux (privée) donc le jugement est haut dessus du tribunaux nationaux. Toutes les constitutions ne protègeront plus les citoyens européens.
    .
    A l’UPR nous nous battent contre ce projet américain qui est le TTIP qui place les multinationales et l’intérêt du monde de la finance au dessus de l’intérêt général, sans parler du risque sanitaire ... car on ne pourra plus s’opposer par exemple contre l’exploitation du gaz de Schiste et la pollution des nappes phréatiques qui vas avec ! Il faut également sortir de l’Europe avant de pouvoir venir au secours des Amérindiens...
    .
    Il faut d’abord sauver la France avant de pouvoir sauver les Amérindiens !

    .

    A l’UPR nous souhaitons placer l’intérêt général haut dessus de celui du privée !

    http://www.upr.fr


  • DJL 93VIDEO DJL 93VIDEO 5 octobre 2014 19:54

    Que fait l’armée Française ?
    En réalité, nos militaires n’ont rien à foutre en Afghanistan ou dans les pays arabes.
    .
    Je soupçonne des réseaux politico-mafieux Français d’exploiter des chercheurs d’or illégales en Guyane ... Le clan Sarkozy ? ... L’or "çà" rapporte beaucoup et les mafieux sont les champions du monde pour faire de l’argent sale !


  • Sonya V... Sonya Vardikula 5 octobre 2014 20:26
     
     
    « "On a peur de manger les poissons, on ne mange plus que des congelés". En cause : la pollution au mercure engendrée par les activités d’orpaillage illégal dans le secteur. Le métal provient soit de son utilisation par les orpailleurs pour solidifier l’or, soit de la remise en suspension du métal naturel (méthylmercure) par le retournement des boues lors de leurs chantiers. Selon l’Office national des forêts (ONF), les chantiers d’orpaillage illégal en Guyane ont doublé en deux ans, passant de 392 en 2011 à 771 en 2013.
     (...)
    Linia, autre habitante du village, décrit comment le fleuve devient trouble à cause de l’activité des orpailleurs dans le secteur : "comme du chocolat au lait" dit-elle (voir le diaporama sonore en bas de l’article). Les conséquences de l’orpaillage ?
    "Elles sont visibles", répond également Koupi, Amérindien et représentant dans le village du Parc amazonien de Guyane, en montrant du doigt le fleuve tout proche. "Cela modifie profondément la vie ici, ces gens n’ont aucun respect pour ceux qui habitent ici", dénonce-t-il, situant le début de ces nuisances il y a dix ans environ. Il raconte aussi la nuisance des pirogues qui passent au quotidien pour ravitailler les orpailleurs en denrées ou en carburant.
     (...)
    Selon l’Institut de veille sanitaire,en 2005, la concentration moyenne de mercure retrouvée dans les cheveux de la population amérindienne du Haut-Maroni, était un peu plus élevée qu’en 1997 : 12,2 μg/g de cheveux, contre 10,6, le seuil tolérable étant fixé à 10 pour l’OMS. "Le maximum que l’on a mesuré dans les cheveux d’une femme dans ce secteur était de 50 μg/g", ajoute le médecin. (...)  »
     

  • Sonya V... Sonya Vardikula 5 octobre 2014 20:30
     
     
    « La cosmogonie des Wayanas fait peu de cas du cours de l’or. "La Terre est notre mère, l’or est son cœur. Si on lui arrache, elle meurt", résume Aïkumalé Alemin. Ce porte-parole wayana, peuple amérindien de la région du Haut-Maroni, en Guyane française, ne s’apitoie pas, ne s’énerve pas. Il constate, avec pudeur et dignité : plus de 10 000 orpailleurs clandestins sont en train de piller sa terre, d’empoisonner son fleuve au mercure, de polluer ses rives et d’intoxiquer son peuple, en toute impunité.
     
    Wayana "de nom et de sang", Aïku, comme il se fait appeler, est français. La Guyane est la plus vaste région de l’Hexagone. À la fin des années 1960, la République a sommé les Amérindiens d’adopter la nationalité française. Aujourd’hui, ces citoyens lointains - 10 000 Amérindiens en Guyane, dont 1 000 Wayanas - meurent en silence.
    (...)
     
    "Tous nos besoins sont dans la rivière"
     
    Le mercure tue à petit feu : il provoque une altération du développement neurologique et physique de ceux qui l’ingèrent. Les enfants en sont les premières victimes. Utilisé par les orpailleurs pour le lessivage des paillettes d’or, le mercure s’écoule dans les cours d’eau où il est assimilé par les poissons carnassiers, base de l’alimentation des Amérindiens. "Nous avons gardé un mode de vie traditionnel. Nous vivons de la chasse, de la pêche et de la cueillette. Chez nous, il n’y a pas de supermarché et de toute façon, les familles n’auraient pas les moyens d’y acheter des denrées", explique Aïkumalé.
     
    D’après les relevés effectués par l’Institut national de veille sanitaire (INVS) et l’Inserm, les populations Amérindiennes présentent une concentration de mercure bien supérieure aux valeurs seuil de l’OMS. "Si rien n’est fait à court terme, on va vers une forme de génocide", dénonce Jean-Pierre Havard, responsable de Solidarité Guyane, qui, tous les ans, relève les taux de mercure. (...)  »
     

  • herve_hum 6 octobre 2014 00:12

    Merci pour ce rappel d’une situation qui perdure depuis 30 ans.

    J’ai vécu là bas et vu ce qui s’y passe. La seule chose qui intéresse les gouvernement successif français, c’est d’assurer la paix sociale sur le littoral pour ne pas perturber la fusée Ariane. Pour les gouvernements, la priorité ce sont les créoles qui contrôles l’économie et la politique sur la cote et rien d’autre. La majorité d’entre eux ne sont jamais allé dans l’intérieur et n’ont que mépris pour les amérindiens. Christiane Taubira ne fait pas exception à la règle selon moi, elle y ajoute une forme de maternalisme, mais dans les faits, rien, que des mots. D’autant qu’à l’intérieur, le reportage oubli de mentionner que les amérindiens ne sont pas seuls, il y a les boni ou noirs marrons, dont ce Jean Bena fait partie. C’est vrai que ce Jean Bena était connu pour faire la loi à Maripasoula et terroriser les gendarmes ! L’histoire ne le dit pas, mais par la suite il y eut beaucoup moins de fait rapporté de tortures ! C’est qu’un mort ça n’a pas la mauvaise idée de se plaindre !

    En fait, il était de notoriété publique que les plus grands orpailleurs et trafiquants étaient les notables du littoral.

    Il faut savoir qu’avant les années 70, la France laissait une paix royale aux amérindiens et ne s’est inquiété d’eux qu’avec les revendications d’autres peuples amérindiens, notamment du Canada. Le gouvernement français a eut peur qu’un robin des bois n’aille mettre dans la tête des amérindiens de Guyane de réclamer la propriété de leur territoire devant l’ONU et mettre la Guyane à feu et à sang pour au final risquer de perdre toute la Guyane. Le gouvernement a donc résolu de les acheter en leur vendant la nationalité française, moyennant de l’argent avec lequel ils pourraient s’acheter moteur hors bord, armes à feu et alcool. Bref, une technique bien rodé depuis des siècles. Cette histoire là n’est pas raconté, mais les mêmes causes ayant les mêmes conséquences. Monsieur Cognat que l’on voit dans le reportage avait essayé de les en dissuader, mais ce fut peine perdu d’avance.

    Je ne m’étendrai pas, mais la situation des amérindiens est bien pire car s’ajoute au mal social cité dans l’interview un racisme dont sont victime les jeunes amérindiens qui vont étudier à Cayenne. Mais encore une fois, la seule priorité pour les gouvernements français successif, c’est Kourou et pour cela, préserver la paix sociale avec la population créole du littoral, très jalouse de sa position. 

    En tous les cas, voilà enfin une bonne nouvelle que cette plainte contre l’état français.


    • Dubitatif 6 octobre 2014 15:23

      Tout à fait d’accord avec vous. Mon expérience a été plus courte, Je n’ai vécu que 16 mois en Guyane (volontaire à l’aide technique au CSG 1998-1999).

      J’en retiens l’image d’une région magnifique, et de la grandeur de la nature (dés qu’on se donne la peine d’aller visiter l’intérieur et la forêt vierge, qui n’est pas un "enfert vert" quand on est un minimum préparé, équipé, renseigné et surtout de savoir rester "Humble" face à la nature).
      Je confirme que la majorité des créoles n’ont jamais bougé de la côte (on peut même dire des centre "urbains"), les rares de cette communauté qui s’y intéressent sont au mieux considérés comme des originaux, au pire ostracisés (il y a aussi des passionnés de la nature, de la découverte avec le goût de l’effort, ou tout simplement de la chasse/pêche).

      Mais je retiens aussi que les notables créoles ont une grande arrogance envers les autres communautés avec un fort sentiment de supériorité et qu’ils ne supportent pas la moindre remise en question de leur nombrilisme communautariste (ils se comportent aussi mal que les notables métropolitains, la couleur n’est pas significative dans le mauvais/bon fond des humains).
      Tout ce qu’ils font, c’est génial, tout ce que font les autres, c’est de la merde.

      Pour eux, le blanc est le mal absolu, et on vous rappellera toujours que vous êtes un esclavagiste (ça fait plus de 150 ans maintenant, et de plus, quand les domaines ont été récupérés par les anciens esclaves, une main d’œuvre bon marché a fait son apparition, les bagnards par le jeu de la double peine http://brunodesbaumettes.overblog.com/2013/10/chroniques-du-bagne-cayenne-c-est-fini-8-la-mis%C3%A9rable-vie-des-rel%C3%A9gu%C3%A9s.html).
      Pour être tout à fait honnête, la plupart des métropolitains qui viennent pour une mutation/mission en Guyane sont tout aussi hautains et désagréables car ils ne viennent que pour le "fric" (et ne cherchent pas spécialement à découvrir cette région).

      Ils sont tout aussi racistes envers les amérindiens, H’mong,brésiliens, surinamiens et toute la palette des diférentes communautés Guyanaises.
      ("Nous sommes à un tournant identitaire, les guayanais de souche sont devenus minoritaires sur leur propre terre."
      Christine Taubira 2007
      Comprendre : créoles uniquement
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Christiane_Taubira#Ann.C3.A9es_2000)

      C’est une société multi-culturelle qui sépare totalement les communautés.

      La seule petite exception, c’est la période du carnaval guyanais ou les femmes sont cachées de la tête au pied et il y a un peu plus de mélange
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Touloulou
      D’ailleurs, il est observé un pic de naissance 9 mois après (je vous laisse comprendre pourquoi) ^^

      C’est cette ambiance sociale très pesante qui a fait que je suis rentré en France à la fin de mon vatariat, car au niveau géographique nature, et qualité de vie, c’est un superbe département d’outre-mer et je n’aurais pas été contre le fait de m’y établir et prendre un lopin de terre en forêt (on n’est pas emmerdés par les voisins ^^).

      Pour en revenir au sujet de cette vidéo, ça fait longtemps qu’on aurait du demander aux forces de l’ordre d’armer et d’entrainer les amérindiens (avec l’accord des 2 parties) pour qu’ils puissent eux mêmes protéger leurs ressources (en coordination avec la justice). Ils connaissent très bien leur forêt, et il n’y aurait plus un seul orpailleur (qui sont des bandes armées) sur ce territoire (ça ne serait plus une "balade de santé", quand en face il y a l’avantage du terrain, des armes et la motivation inflexible qui va avec quand la survie de son groupe est en jeu).
      Le mercure est une putain de saloperie
      http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs361/fr/
      On leur fait subir un empoisonnement permanent qui mettra plusieurs dizaines d’années pour se résorber (même en arrêtant toutes les exploitations aujourd’hui) et en attendant, ils auront ce type de problèmes de santé
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Maladie_de_Minamata


    • herve_hum 6 octobre 2014 21:18

      Bonsoir Dubitatif,

      Les guyanais de souche ??? C’est une plaisanterie !!!

      Avant la départementalisation, c’est à dire avant la fin de la 2ème guerre mondiale, la Guyane était en déflation démographique perpétuelle et les gouvernements français successifs alimentaient la Guyane à force de bagnard et d’esclaves, puis par des incitations plus ou moins forcé de créoles prélevés dans les colonies limitrophes (Guadeloupe, Martinique). Les avantages des fonctionnaires dates de cette époque ou personne ne voulait aller dans ce qui à l’époque était bel et bien un enfer vert, même sur la cote. Autrement dit, au sortir de la 2ème guerre mondiale la population de la Guyane était estimé à quelque 35 milles âmes, amérindiens et noirs marrons compris.

      Pour le reste, nous sommes d’accord, notamment sur le fait qu’il ne faut pas mettre tout le monde dans le même sac.

      Reste que le plus gros problème des amérindiens de l’intérieur, est comme toute culture découvrant tardivement la mondialisation technique et sociale, c’est à dire l’adaptation et l’attitude à avoir face à cette réalité jusque là ignoré.

       


    • Dubitatif 6 octobre 2014 23:00

      Les guyanais de souche ??? C’est une plaisanterie !!!
      Et pourtant Christiane Taubira a vraiment dit cette phrase.

      Il faut dire que depuis l’ouverture de la route St Georges-Cayenne (qui a été budgétisé plusieurs fois avant qu’elle soit réalisée, on peut se demander ou est passé l’argent), il y a un afflux massif de Brésiliens qui ont déséquilibrés la démographie Guyanaise.
      Et cette route a été réalisée l’acheminement des biens et était le souhait des notables locaux dans une logique d’indépendance de la Guyane. Résultat, c’est une annexion démographique de fait.
      "Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes" Bossuet

      Ce qui peut arriver de mieux aux amérindiens, la fin du pétrole pas cher qui rendrait de facto l’orpaillage mécanique non rentable. D’ailleurs les gendarmes essayent plutôt de couper l’approvisionnement en essence (qui est amené en contrebande, pas de taxes) pour étouffer les exploitations.


    • herve_hum 7 octobre 2014 20:33

      Dubitatif ; si vous lisez encore ce fil, dire que la route St George Cayenne et l’ouverture du pont est la raison de l’afflux massif de Brésilien est aussi une plaisanterie !

      Les brésiliens viennent en Guyane non parce qu’il y a une route, mais parce qu’il y a beaucoup d’argent, alors que le nord est du Brésil d’où ils viennent est la région la plus pauvre du Brésil. Pour eux, la Guyane c’est l’Europe, et ils viennent pour les mêmes raisons que les africains ou les magrébins. Pour les guyanais "’de souche", ce sont les africains de la métropole, ils aiment beaucoup avoir un employé de maison brésilien !

      D’autant que pour avoir pratiqué la transamazonienne coté brésilien, ben si c’était une question de route, ils seraient arrêtés avant d’arriver coté Guyane ! Encore qu’en saison sèche, c’est relativement cool, mais en saison des pluies, bonjour !!!

      Enfin, ce n’est pas le prix de l’essence qui fera arrêter l’orpaillage, mais le cours de l’or. Ou bien une autre manière de penser l’économie, c’est à dire basé sur la coopération et non plus sur l’individualisme capitaliste. Car après tout, les gens ne vont pas faire de l’orpaillage par plaisir, sauf à être complètement maso et être pressé de mourir. Car un orpailleur ne fait pas de vieux os, entre la dengue, la fièvre jaune, la violence, la dureté du travail et l’éloignement familial, il faut vraiment être forcé pour le faire.


    • herve_hum 7 octobre 2014 20:39

      En fait au plus fort de la saison des pluies, la route est impraticable, même avec des 4X4. Bon, je sais plus aujourd’hui, mais à l’époque, la partie brésilienne dans ses 50 dernier km avant la frontière était constamment aplani avec une mince couche d’asphalte, puis totalement détruite en saison des pluies. C’était un marché très juteux pour les entrepreneurs qui se gardaient bien de construire la route selon les normes.


    • Dubitatif 8 octobre 2014 13:28

      Merci pour ces précisions herve_hum.
      Je ne connaissais pas l’état de la route côté Brésilien. Quand j’étais en Guyane, la partie Guyanaise n’était pas finie, c’était juste une trouée dans la forêt recouverte de latérite (elle était effectivement impraticable par forte pluie), il n’y avait pas encore de pont à Régina et les gendarmes surveillaient aussi ce point de passage qui nécessitait une embarcation.

      Pour l’utilisation des brésiliens comme "boy", cf ma citation de Bossuet :)


    • Dubitatif 8 octobre 2014 13:39

      Enfin, ce n’est pas le prix de l’essence qui fera arrêter l’orpaillage, mais le cours de l’or.

      Ce n’est pas faux, ça fait partie des facteurs, mais c’est une activité très énergivore pour les machineries qui ne pourraient être actionnées par la simple force humaine (même en mettant beaucoup d’hommes pour actionner les pompes de succion).
      Le contrôle du traffic de l’essence est une clef majeure pour contrôler l’orpaillage, ainsi que le contrôle de la destination des récipients de mercure vendu (d’ailleurs, je me suis toujours demandé pourquoi on ne fait pas d’analyse de concentration de mercure à chaque embranchement fleuve/affluent, pour remonter la piste du mercure afluent par afluent par élimination).
      Je pense qu’un harcélement plus constant des autorités réduirait fortement ce traffic en le rendant non rentable avec des saisies systématique de matériel pour que les investisseurs soient systématiquement perdant.
      Je suis un doux-rêveur :)


    • Dubitatif 8 octobre 2014 13:50

      En fait, la Guyane montre en modèle réduit les effets néfastes d’une classe sociale dominante qui agit selon des intérêts nombrilistes et court-termiste de jouissance immédiate, et qui finit par se tirer une balle dans le pied.
      Ils ont déséquilibrés la démographie et détruise les ressources, parce que le mercure finira par arriver sur les côtes et polluer les poissons du littoral, et là, ils n’auront plus que les yeux pour pleurer.
      On peut facilement faire le // avec la métropole et la gestion de nos "politiques" concernant les mêmes questions.


  • christophe nicolas christophe nicolas 6 octobre 2014 01:20

    Si vous arrivez à convaincre le CEA de se lancer dans la fusion/fission froide, ils trouveront vite un moyen de synthétiser l’or, ce jour là, c’est la fin des orpailleurs. En attendant, il n’y a comme solution que la coercition classique et ses résultats souvent médiocres.

    En plus, le Mali et le Centrafrique s’en porteront mieux mais ce n’est pas simple, ils sont têtus et le Cern a tout foutu par terre. Ceux là, un jour, les gens les regarderons horrifiés...

    Tout cela aurait dû être étudié sérieusement depuis 1989, en fait le vrai raté vient du générateur homopolaire de Faraday, inventé en 1831, il y a plus de 180 ans et resté sans explication. Comme d’habitude certains ont sorti Einstein, ce qui, pour un appareil aussi simple, est parfaitement inconvenant. Si on sort Einstein pour la toupie de la petite dernière, c’est que les grosses têtes ont perdu les pédales. 

    Bref, nos indiens subissent les conséquences d’une cupidité organisée. Je signale que les guerres indiennes d’Amérique du Nord sont souvent postérieures à la guerre de sécession... on voit le malaise de notre monde, il ne date pas d’aujourd’hui.

    Faraday invente deux machines, le générateur classique avec un rotor et un stator, et le générateur homopolaire avec un seul rotor. Le premier fut adopté pas le second... et ce fut le début des grandes apparitions mariales en France.

    Pourquoi ? On a loupé l’énergie qui vient de l’ordre pour adopter celle du désordre, on pensait à l’or... pas la matière, le veau d’or qui s’est nourri du sang des innocents, culte entretenu de nos jours par Bruxelles. C’est triste n’est pas ? Les gens n’ont pas la foi... ils loupent le Paradis.

    A mon avis, je pense qu’il va falloir un Roi pour stabiliser ce pays, et recevoir les doléances des indiens, non ? 183 ans, il y a incompétence quelque part... 

Réagir