samedi 4 août 2018 - par Sophie Li

90 euros d’amende pour un regard appuyé ? Le coup de gueule de Frédéric Delavier

Faire des commentaires sur le physique ou la tenue vestimentaire, tenir des propos sexistes, avoir des regards trop appuyés, siffler une femme ou suivre une personne qui ne répond pas : ces comportements seront bientôt sanctionnés d'une amende de 90 €. Le montant pourra grimper jusqu'à 750 € et même à 3000 € en cas de circonstances aggravantes ou de récidive. Elles pourront être assorties d'un stage de civisme. Les premières amendes seront appliquées à l'automne. Frédéric Delavier voit dans le fait de sanctionner le regard de l'homme sur les femmes une régression civilisationnelle.

Attention : Frédéric Delavier se base sur une infographie de M6, qui semble un brin caricaturale selon le Décodex. C'est davantage un ensemble de comportements désobligeants envers les femmes qui pourrait être sanctionné par la loi qu'un simple regard trop appuyé. Les dragueurs (courtois) peuvent donc être rassurés.

Cette précision faite, il n'est pas inintéressant de comparer la situation tendue en France à celle du Japon, où la drague de rue est très pratiquée, dans une certaine décontraction :



54 réactions


  • mmbbb 4 août 2018 15:49

    Cette loi sera inapplicable Deja pour les flics se sera problematique d estimer et d evaluer ce regard Quant a cette loi vaut elle pour nos gentils sauvageons des banlieues  ?Ceux ci ont souvent une" grosse ou une tres grosse " je veux dire decisions de justice et ils se retrouvent en pleine rue malgre de nombreux delits , ils vont trembler de trouille devant ces policieres Cette Schiappa est complement conne Elle est sous la pression de LGBT . Donc quand Griezman se grime en noir le CRAN lui tombe sur la gueule , quand je mange de la viande les VEGAN viennent m emmerder, quand un mec veut se taper un robot sexuel https://www.lemonde.fr/m-perso/article/2016/10/14/sexbots-ou-la-derive-des-love-doll_5013961_4497916.html, je les feministes hurlent alors qu elles ne veulent pas de rapport, je regarde une femme je vais etre condamne Cela commence a devenir tres lourd et je sens que cela risque de mal se terminer J ai ete baigne de bonheur lorsque j a appris le suicide d une des fondatrices des FEMEN Une chienne en moins


  • Belenos Belenos 4 août 2018 15:57

    Les lunettes miroirs permettant de dissimuler les regards appuyés, l’ouverture des paupières et le focus visuel, celles-ci doivent aussi être interdites !! 


    • V_Parlier V_Parlier 7 août 2018 09:53

      @Belenos
      En tout cas, ce qu’on peut plus sérieusement anticiper, c’est que les avocats de prévenus ayant montré des comportements agressifs et intimidants déjà passibles de la loi existante, voire bien pire que ça, feront tout pour faire entrer le délit dans cette catégorie "allégée". Cette loi est une loi de décoration, voire pire : Une loi de dépénalisation au profit des vrais harceleurs, violeurs, etc... alors que par ailleurs elle sera probablement utilisée de façon malhonnête pour régler des comptes lors d’un différent quelconque entre un homme et une femme. Nous sommes vraiment en marche... vers la guerre des sexes organisée.


  • ubikand 4 août 2018 16:13

    Ce matin, j’ai fait le marché. J’y ai fait un focus sur une zone déterminée d’une femme marchant devant moi, je vous dis pas...  smiley 


    • ubikand 4 août 2018 16:17

      Et ce n’était pas Chiappa, dont l’immense puanteur faite de totalitarisme de connerie de larbinisme fait fuir tout humain normalement sain d’esprit à mille lieues. 


  • Mahler 4 août 2018 16:45

    Ces 90 euros pour un regard "appuyé" semble être une fake news. En effet cela a été relégué par des médias mainstream alors que le texte du projet de loi n’en parle pas vraiment. Et la secrétaire d’Etat chargé de l’égalité Femme-Homme a confirmé que les regards ne sont pas sanctionnés(toute façon même si ça l’était ça reste inapplicable, à moins d’en finir avec l’Etat de droit). A voir donc.



    • Sutter Kane Sutter Kane 4 août 2018 17:37

      @Mahler
      Le Décodex y a consacré un article : "Non, un regard appuyé ne vous vaudra pas 90 euros d’amende".

      1/ l’expression « regard insistant » ou « regard appuyé » n’apparaît à aucun moment dans le projet de loi présenté par Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat à l’égalité entre les femmes et les hommes, et Nicole Belloubet, ministre de la justice, ni dans la version définitive du texte adopté par le Parlement.

      2/ Pour rendre plus concrètes et explicites les notions de comportements « dégradants », « humiliants » ou « offensants », qui seront punis, des exemples ont été donnés dans les articles de presse et infographies (notamment par M6, La Dépêche et Le Parisien, voir ici et ) : le regard appuyé en fait partie, au même titre que les sifflements, commentaires sur le physique, etc. Il s’agit le plus souvent d’un ensemble, créant une situation très inconfortable pour la victime et repérable par des témoins, qui n’a rien à voir avec de la drague.

      Conclusion : il est "caricatural" de dire que l’on pourra être condamné pour un regard trop appuyé.

      A noter cependant que le Décodex pointe davantage l’approximation chez les internautes, qui reprennent M6 ou Le Parisien, que chez ces médias qui sont à l’origine de l’approximation...


    • Belenos Belenos 4 août 2018 18:22

      @Sutter Kane
      En tous cas, tant que les faits pouvant caractériser des comportements « dégradants », « humiliants » ou « offensants », ne sont pas objectivement définis dans des formulations claires, la porte est ouverte à toutes les interprétations subjectives de ce qui constitue ou non un "outrage sexiste". Donc pourquoi pas un "regard appuyé" ou un "regard fuyant" ou encore une absence de regard pouvant être ressentie comme une forme de mépris sexiste. On comprend bien que le but de la loi est d’éviter que des personnes soient victimes de ces incivilités très déplaisantes à caractère vulgaire que nous connaissons tous. Mais pour créer des lois, il faut être intelligent et avoir une bonne culture juridique. Ce qui manque cruellement à nos législateurs qui sont tout simplement des personnes terriblement médiocres et intellectuellement très limitées, donc des incompétents dangereux. 

      D’ailleurs, que peut-on attendre de personnes qui écrivent au nom de la République des monstruosités linguistiques telles que "la rapporteure" ?


    • Belenos Belenos 4 août 2018 18:30

      Il suffit de regarder la première vidéo de cette page ici :

      https://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/dernieres-de-cordee-206631

      ... pour comprendre l’usage qui pourra être fait d’une telle loi par des femmes revanchardes, mal dans leur peau, traumatisées par je ne sais quoi mais en tout cas excessives et haineuses (pour rester poli). 


    • ubikand 4 août 2018 20:33

      @Belenos

      "Mais pour créer des lois, il faut être intelligent et avoir une bonne culture juridique. " 

      Terrain glissant vers l’expertitute ennemie de la démocratie... 

      Pour les écrire, oui.

      Mais pour les créer, certainement pas ; aucune culture juridique nécessaire, et une intelligence normale suffit. Les tares des deputes -sans accent- sont ailleurs. 

      Terrain glissant vers l’expertitute ennemie de la démocratie, belenos, que votre commentaire... 


    • Belenos Belenos 4 août 2018 20:42

      @ubikand
      "Terrain glissant vers l’expertitute ennemie de la démocratie, belenos, que votre commentaire..."

      https://www.youtube.com/watch?v=RlZ3yHA_API


    • Belenos Belenos 4 août 2018 20:53

      @ubikand
      On ne peut pas créer une loi sans l’écrire, puisque le droit est formel. Si vous changez un seul mot à un texte de loi, ce n’est plus la même loi. Le législateur doit donc apprendre à légiférer et se faire aider si nécessaire. What else ?


    • ubikand 4 août 2018 21:03

      @Belenos

      Le droit n’est pas que formel, désolé. Il y a deux niveaux du droit. Certains parlent de droit cadre et de droit fondamental. La forme et l’esprit en quelque sorte. 

      L’esprit ne doit en aucun cas être déterminé par des experts. 
      La forme doit l’être, évidemment, mais en obéissant à l’esprit fixé par des citoyens lambda. 

      Telle est La Loi de la Démocratie  smiley  smiley 


    • ubikand 4 août 2018 21:05

      @Belenos

      "https://www.youtube.com/watch?v=RlZ3yHA_API "

      Je ne commente pas ce lien, argument facile des "élites". 


    • Belenos Belenos 4 août 2018 21:28

      @ubikand
      "Le droit n’est pas que formel, désolé. Il y a deux niveaux du droit. Certains parlent de droit cadre et de droit fondamental. La forme et l’esprit en quelque sorte."

      Plus simplement, disons que l’esprit de justice s’incarne dans la forme du droit. A part ça, je suis d’accord. 


    • Belenos Belenos 4 août 2018 21:29

      @ubikand
      "Je ne commente pas ce lien, argument facile des "élites"." 

      Le fait qu’un raisonnement soit "facile" ou qu’il puisse être exploité par des "élites" ne l’invalide pas. Il reste vrai en soi. 


    • ubikand 4 août 2018 21:46

      @Belenos

      Ne vous arrêtez pas sur ce commentaire. J’ai tiqué en voyant l’intro kevin de votre vidéo, et j’ai posté, irrité. Ensuite seulement j’ai vu que c’était un propos "savant" sur la pente facile. 

      Reste que dans ce que vous avez dit ci dessus on est même au delà de la pente facile, et en plein déja dans l’expertitude. Et que celle ci est ennemie de la démocratie. Admettez le... 

      Quoi qu’il en soit, l’important je crois est ce que j’ai dit par ailleurs dans ce fil, cher Belenos. 


    • Belenos Belenos 4 août 2018 21:59

      @ubikand
      Ceux qui écrivent les lois doivent être compétents en droit, expertitude en bout de pente savonneuse ou pas. Il agirons démocratiquement si ce qu’ils écrivent respecte l’intuition morale de la population. Il n’y a là aucune contradiction. Un jury populaire a aussi besoin des compétences techniques des juristes présents pour l’aider à accomplir sa mission. Or, depuis quelques années, on voit des lois mal formulées, qui finiront par poser des problèmes quand elles n’en posent pas déjà. 


    • ubikand 4 août 2018 22:04

      @Belenos

      Les lois sont pourries non pas par leur formulation "techniquement" déficiente mais à cause des esprits dégénérés voire pire qui les enfantent. 

      Aparté : 

      https://www.nouvelobs.com/sport/20180804.OBS0547/10000-athletes-36-disciplines-paris-accueille-les-gay-games-les-mondiaux-de-la-diversite.html

      Les sous merdes hidalgotiennes m’ont fermé ma piscine pendant une semaine pour faire ça. Je suis véner !  smiley 


    • Belenos Belenos 5 août 2018 06:40

      @ubikand
      "Les lois sont pourries non pas par leur formulation "techniquement" déficiente mais à cause des esprits dégénérés voire pire qui les enfantent."

      D’une manière générale, les choses ne vont pas mal seulement à cause de la méchanceté des êtres mais aussi à cause de leur stupidité. Et pour revenir à la question des lois, il est indéniable que leur formulation a une très importante conséquence sur nos existences (si on prend par exemple le cas des victimes des lois récentes contre la liberté d’expression en France, il est indéniable que c’est leur formulation indigente qui permet tous les abus). De toute façon, c’est la seule donnée objective et quantifiable sur laquelle il est possible d’exercer une action réparatrice. Alors que je ne vois guère comment on pourrait quantifier le degré "d’esprit dégénéré ou pire" qui en serait la cause, et encore moins comment on pourrait y remédier. Il faut travailler sur l’objectivation des choses et donc critiquer une loi en montrant en quoi elle est mal faite et comment on peut l’améliorer. Critiquer la personne qui a proposé ou rédigé la loi en faisant des suppositions sur ses mauvaises intentions et en la traitant de dégénérée ou de disciple de Satan ne nous fera pas avancer d’un millimètre vers une amélioration. 


    • ubikand 5 août 2018 09:38

      @Belenos

      Désolé Belenos, je ne partage pas votre approche. 

      Déjà, la question de savoir si ceux qui imaginent puis votent ces lois le font par stupidité ou malice calculée est à mes yeux tout à fait secondaire. Ils le font. 

      Ensuite, ce que vous proposez, lutter sur leur terrain pour améliorer avec eux en somme, est de plusieurs manières à la fois une façon de les légitimer (alors que je suis convaincu que leur "délégitimisation" est une des clés), et un échec perpétuel (leur idéologie et leur pouvoir s’étendent sans arrêt sous diverses formes malgrè toutes ces associations de gens bien propres et si vertueux qui veulent "améliorer" les lois dans le cadre strict du terrain de jeu que les dégénérés occupent - le terme dégénéré, j’y tiens pour plusieurs raisons, à la fois pour les qualifier en tant que personnes, et pour qualifier leur système politique ; j’ai d’autres termes en réserve qui "synthétisent"). 

      Enfin, je crois que l’objectivation et la quantification de leur système politique en général et de leur système législatif en particulier sont tout à fait possibles, et souhaitables. Si vous voulez vous en tenir aux "lois" car elles seraient seules objectivables et quantifiables, c’est à dire vous en tenir aux conséquences et non aux causes, et bien faites. Faites leur jeu, je veux dire, et par "leur" j’entends bien plus large que la sous catégorie qui porte avec zèle ces "juridicisations" excessives et malsaines des rapports humains, de la liberté d’expression et d’opinion, de tant de choses. 


    • Joe Chip Joe Chip 5 août 2018 10:53

      On sait très bien que ces lois vont avoir pour effet de pourrir la vie de millions d’hommes tout en n’arrangeant pas la situation des femmes subissant quotidiennement le harcèlement de rue et les violences à caractère sexiste.

      Par peur du regard mal interprété, du mot de trop, de la sanction sur le lieu du travail ou tout simplement de l’infamie, beaucoup d’hommes déjà peu dégourdis avec les femmes vont basculer dans l’évitement, l’autocensure, l’indifférence ou même la crainte à l’égard des femmes. 

      En revanche, les prédateurs sexuels par abus de pouvoir (gros porc à la Weinstein profitant de sa position) et les délinquants sexuels qui sévissent dans la rue, eux, continueront comme si de rien n’était ou presque.

      Evidemment, c’est le but des féministes. Elles ne cherchent pas à punir les comportements pathologiques mais à établir un système coercitif qui affectera l’ensemble des hommes, c’est à dire, statistiquement, l’homme moyen, affublé de ses problèmes, de ses doutes, imperfections, etc... tout comme les antiracistes ne cherchent pas à punir les actes racistes mais à rééduquer des "blancs"’ soupçonnés collectivement et à priori de tendances racistes inhérentes à leur éducation et aux modes de représentation de la culture dominante, etc...

      Quand le législateur prétend rectifier les comportements, un peu comme on le ferait avec des chiots, et corriger les mentalités en se donnant le prétexte de la loi ou du progrès social pour le faire, le résultat ne peut être que liberticide. 

      On ne peut pas non plus exclure un effet de désinhibition pathologique chez certaines femmes enclines à la mythomanie, à l’érotomanie, au délire de persécution, au délire de revendication, à la victimisation, à la quérulence, à la jalousie. La loi de par son caractère étendu et sa formulation imprécise pourrait en effet être interprétée comme une validation du trouble intime et une caution du délire sur le plan légal. La levée du surmoi (de l’interdit social intériorisé) pourrait donner lieu à une décompensation psychique faisant basculer des milliers de femmes instables ou en situation difficile dans la psychopathie. 


    • Zatara Zatara 5 août 2018 11:14

      @Joe Chip
      bon post... juste un truc : il n’y a rien à gagner politiquement, au contraire. Par un effet d’exagération, c’est un effet "pervers" pour le coup qui se met en place. Du coup, saturation et hystérisation (tel que décrit dans ton post). Mais, c’est dommage de ne pas aller plus loin en joignant les deux phénomènes ( "néo-féminisme" et anti racisme....), qui plus est, relayé médiatiquement plus que de raison, au regard de tout le reste....


    • Mahler 5 août 2018 15:09

      @Sutter Kane

      "A noter cependant que le Décodex pointe davantage l’approximation chez les internautes, qui reprennent M6 ou Le Parisien, que chez ces médias qui sont à l’origine de l’approximation..." Pourtant c’est bien la faute des médias qui ont dit ça noir sur blanc au début, y’avait pas d’erreur d’interprétation. Toujours cette envie chez les médias de culpabiliser le peuple et de même le rendre responsable de leurs erreurs. Pour les regardes appuyés seul l’avenir nous dira si c’est pris en compte ou pas. Pour l’instant d’après les déclarations non, d’où l’importance de le signaler, mais il faut rester prudent cela dit. Sachant que ce n’est pas le seul truc qui pose problème. D’autres éléments bien validés posent de sacrés problème.


    • Pierre Régnier 6 août 2018 14:56

      @Mahler

      Toujours cette envie chez Décodex de culpabiliser le peuple et le rendre responsable des avancées médiatiques et gouvernementales vers plus de stupidité.


  • Zatara Zatara 4 août 2018 21:02
    la police du comportement en pleine bourre avec dame Schiappa.... on va verbaliser des "regards" tandis que les agressions avec violence explose depuis 10 ou 15 ans....

    Sur la tombe de cette élite-clergé complètement endoctriné et hors sol (juste à côté de celle de la nation française...), pensez juste à ajouter Honni qui mal y pense

  • CoolDude 4 août 2018 21:24
    J’espère que la gente féminine devra apporter un minimum de preuves pour défendre leurs accusations d’agression car sinon ça va être la porte ouverte au grand n’importe quoi !

    PS :
    Frédéric Delavier... C’est quoi ce look de ?!? Un marcel noir avec des lunettes bleus (même si c’est de vrai Rayban, elles sont moches !!!)... Ça vaut aussi une mise à l’amende un truc pareil !

    Entre la femme en rouge qui se croit en discothèque lors qu’elle sort dans la rue... Et les mecs qui pensent être tranquille "comme à la maison", il faut un juste milieu.

    Bref, ça devient m’importe quoi !


    • Mahler 5 août 2018 15:06

      @CoolDude
      "J’espère que la gente féminine devra apporter un minimum de preuves pour défendre leurs accusations d’agression car sinon ça va être la porte ouverte au grand n’importe quoi". C’est justement le problème avec cette loi, pour prouver une "remarque sexiste" ou autre c’est quasi impossible à prouver et il n’y aura pas des flics derrière chaque femme. On est dans le cas des excréments des chiens qui sont censés être nettoyés par leur maître car sinon amende, or ce n’est (quasi) jamais fait et aucune amende. Donc normalement c’est inapplicable, sauf si on chose le fonctionnement de la justice, et que la preuve importe peu en virant à un système de délation où peut être le seul témoignage d’un tiers(on demandera à la meilleure amie) suffira.

      La pénalisation des clients de prostitution ne marche pas non plus, combien de fois j’’ai vu des flics passer à coté d’hommes qui embarquant les prostitués dans leur voiture. Rien à faire les flics.


  • Qamarad Qamarad 4 août 2018 21:38

    Le féminisme institutionnel a le puritanisme en commun avec l’islam. C’est pas notre culture, et malgré l’application fort douteuse de ce texte de loi, ça participe à rendre notre société encore plus étouffante et glauque. Sans négliger le harcèlement dont font l’objet certaines femmes -j’en ai connues dont c’était le cas, dont une qui est un véritable canon- la question est plutôt relative à l’immigration. RDV donné à la gare du Nord pour ceux qui en douteraient puis ligne 4 du métro direction Clignancourt smiley 


    • Zatara Zatara 5 août 2018 00:08

      @Qamarad
      Le féminisme institutionnel a le puritanisme en commun avec l’islam.

      Mouais... il y a quand même une différence entre l’hypocrisie codifiée du puritanisme (racine anglo saxonne), et le délire hystérique du féministe actuel.

      Et de là, on peut parler d’hypocrisie islamique (C’est kiki les premiers consommateurs de porno ?) mais de puritanisme ?


    • Mahler 5 août 2018 15:12

      @Qamarad
      " Sans négliger le harcèlement dont font l’objet certaines femmes -j’en ai connues dont c’était le cas, dont une qui est un véritable canon- la question est plutôt relative à l’immigration." C’est le paradoxe des féministes actuelles, elles se plaignent des agressions, des sifflements tout ça, d’être regardées comme des morceaux de viandes dans le métro, mais elles encouragent l’immigration et la propagande anti raciste alors que c’est les personnes d’origines immigrés qui sont les premiers à siffler et à agresser. Dans le métro c’est rarement l’homme blanc hétéro qui se met à 5 pour harceler la pauvre fille.


    • V_Parlier V_Parlier 7 août 2018 10:04

      @Mahler
      Je ne suis pas sûre que les femmes ordinaires soient encore si nombreuses à penser si paradoxalement. N’oublions pas que celles que nous avons dans les médias sont les "hors sol" bien à l’abri et les manipulatrices malhonnêtes, si ce ne sont carrément des manipulateurs.


    • Mahler 7 août 2018 11:23

      @V_Parlier

      Ah pour les femmes ordinaires c’est sur(mais moins que les hommes cela dit, elles sont plus réceptives à la bien pensance et au moralisme), mais je mentionnais bien les féministes, car ceux sont elles qui passent leur journée à se plaindre.


  • troletbuse 5 août 2018 11:53
    Et pour les femmes qui porteraient un regard appuyé sur les hommes ?
    De toute façon, Mactonimbus n’est pas concerné, il ne regarde jamais les femmes.
    O, l’a bien vu à la finale avec la présidente croate. En revanche, lui a commis des actes de harcèlement comme sur les hommes. Exemples : la bise à Trump, les étreintes honteuses faites sur Modric et Mbappe, Griezmann, etc...

    https://www.dailymotion.com/video/x6ovsc0



    Et que dire du petit garçon qu’il a emmené 2 fois à la coupe du monde ???


  • Tuco Tuco 5 août 2018 18:51

    Un "regard appuyé" est peut-être un regard insistant et qui dévisage, qui met mal à l’aise, parce qu’il contient aussi quelque chose d’énigmatique. Ce genre de regard a toujours suscité chez moi la répulsion et ensuite des sentiments violents contre celui qui insiste... J’ai toujours eu horreur que l’on me dévisage avec insistance, je trouve cela particulièrement gênant, indisposant, et, je le répète : répugnant. Je pèse mes mots. J’ai bien écrit : répugnant.


    Or, les hommes, (et je suis un homme), peuvent autant faire l’objet de ce type de "regards" que les femmes. Que ce soit de la part d’une femme, ou pire, d’un autre homme. Les deux me sont déjà arrivés plusieurs fois. Bien entendu, quand il s’agit d’une femme qui a pu me plaire, la chose n’était pas forcément désagréable, sauf quand j’ai pu comprendre de l’ironie ou quelque chose de rabaissant dans le regard. Mais, venant d’une femme, je n’ai jamais trouvé cela répugnant, (quand cela ne me plaisait pas), mais, à la limite, agaçant, voire irritant, c’est selon.

    Par contre, venant d’un autre homme (...) ma réaction fut et demeure toujours la même : j’éprouve instinctivement un vif sentiment de répulsion et ensuite je sens de la violence me venir à l’esprit.

    Cependant, j’aurais beau dire ou faire, l’on pourra toujours interpréter comme l’on voudra mes propres perceptions, et bien entendu, de manière tout à fait fallacieuse, afin de les retourner par exemple contre moi ! (Paranoïa, et que sais-je encore ?...). L’on pourra me rétorquer que je n’ai eu que des "impressions" tout à fait subjectives, etc.

    Que pourrais-je répondre ? Quelles preuves objectives feraient foi ? En toute logique : aucune.

    Voilà donc le principal problème de cette loi, (si jamais cela pouvait en être une) : il n’y a, en toute logique, je souligne, strictement aucun moyen d’interpréter comme on le désire ce genre de chose : les regards. Celui qui se livre à des "regards appuyés" pourra toujours prétexter que ses pensées et ses mobiles n’étaient nullement désobligeants ou déviants. Faire un procès sur un regard "appuyé" consiste donc à faire un procès d’intentions, et, qui plus est, sur la base de données essentiellement subjectives et toujours sujettes à l’interprétation subjective.

    Le problème n’est donc pas un problème moral inhérent à la loi elle-même, ou une prétendue chute des valeurs morales comme semble bien nous le dire notre commentateur, mais, c’est avant tout un problème de logique, je veux dire d’administration de la preuve (objective), laquelle pourrait avoir une valeur juridique valide. Rien d’autre.



    • Tuco Tuco 5 août 2018 18:54

      @Tuco

      Erratum : 

      Il n’y a, en toute logique, je souligne, strictement aucun moyen d’éviter d’interpréter comme on le désire ce genre de chose : les regards.


    • Joe Chip Joe Chip 6 août 2018 12:59

      Non mais j’ai vu un représentant de la majorité hier à la télé qui reconnaissait qu’il était impossible matériellement de lutter contre ces signaux et de pénaliser le harcèlement dans la plupart des situations concrètes, mais que ce n’était pas le but de la loi. Le but de la loi est de corriger en amont les mentalités masculines et d’institutionnaliser un "changement de moeurs". 

      En résumé, cette loi ne changera rien au quotidien des femmes qui continueront bien entendu de subir insultes sexistes, menaces et agressions dans la rue. En revanche, il s’agit d’établir un climat coercitif diffus et juridiquement flou, comme dans les dictatures, pour influencer le comportement de l’individu moyen. 

      La logique est à la fois imparable et profondément retorse : le harcèlement subtil étant impossible à qualifier juridiquement dans la plupart des cas, tout comportement peut donc être interprété à priori comme du harcèlement, et devient passible de sanction... 


    • ubikand 6 août 2018 13:47

      @Joe Chip

      Il y a probablement aussi, de la part de certains milieux du nouveau "féminisme", qui ont promu cette loi, une volonté déterminée de donner aux femmes inevsties dans la "féminité" un pouvoir de castration sur-dimentionné, comme une sorte de revanche sur un passé où les hommes auraient dans leur esprit eu tous pouvoirs, et/ou comme une sorte de mise sur piédestal de ces femmes là. 

      Les femmes les plus névrosées et mal à l’aise avec les hommes (et elles mêmes !) se voient offrir là par une caste de politiciens dégénérés ou démissionnaires, non élus par les Français, une arme de choix.
      Songeons à une demeurée comme angot ou des femen possédant une telle arme "juridique". 


    • ubikand 6 août 2018 13:51

      @Zatara

      Aaaah numerama, ex site de qualité et plutôt intelligent concernant le numérique, devenu à présent largement superficiel et bête,
      et en plus repère de larves geeks bobos urbaines à fond investies dans le lgbt militantisme, dans le anti poutinisme antirusso maniaque, dans le féminisme pour névrosées, dans ce genre de choses... 


    • Zatara Zatara 6 août 2018 14:11

      @P4
      je te déclare officiellement réformé de toute activité nécessitant l’usage des mots et des concepts. Et je t’ai inscris aussi pour le guiness book... A ce niveau là de c.nnerie, c’est quasi mystique....


    • ubikand 6 août 2018 14:30

      @Zatara

      Ah j’ai oublié aussi adorateurs de la dictature UE, flippés caricaturaux qui voient de la strême droate partout, ôôôôoôte opinion d’eux mêmes qui échaperaient aux bulles de filtraaaages loool, et quelques autre bricoles... 
      Tout un portait que le numerama "nouveau". 

      Que vous êtes bête zatara, parfois, mais assez régulièrement j’ai noté ! 


  • sls0 sls0 6 août 2018 00:20

    La première vidéo, je n’ai pas regardé longtemps. Assez vite je me suis remémoré cette phrase : heureusement que le ridicule ne tue pas. La deuxième j’ai appris ou compris. J’ai passé 15 jours au Japon, une invitation semi technique. Je trouvais le contact facile mais pas sous cet angle. Le Japon ne me choque pas, chez moi c’est pire. Ici la fille qui passe si on veut éviter qu’elle fasse la gueule il vaut mieux la regarder. Certaines ne feraient pas 300m en France, de la façon qu’elles sont habillées pour certaines elles se feraient embarquer pour raccolage passif.

    On juge par rapport à des faits et non des sentiments. Une main au cul c’est assez factuel. Un regard appuyé est tout sauf factuel. Un témoignage on sait scientifiquement maintenant que c’est fiable à 16% donc souvent irrecevable. S’il veulent faire une loi sur l’harcèlement, ils ont intérêt à s’en tenir au factuel.


  • Mollah Homard 6 août 2018 00:41
    bah désolé quand il fait 35 a l’ombre et qu’un joli cul en short moulant te passe devant t’es obligé de mater,c’est la génétique qui parle !


  • troletbuse 6 août 2018 10:00
    La schi appa va créer une brigade de contractuelles qui vont déambuler dans les rues et qui seront habillées chez Picotin. Ceci afin de traquer les hommes qui porteraient des regards appuyés sur elles.
    Mais attention, il ne faut pas les regarder sous peine de fortes amendes  smiley

  • ubikand 6 août 2018 10:15

    Le texte imaginé par des dégénérés cripto totalitaires et voté par les dégénérés (non élus rappelons le !) est "enfin" disponible : 
    https://www.legifrance.gouv.fr/eli/loi/2018/8/3/JUSD1805895L/jo/texte/fr


    Les dispositions réprimant l’outrage "sexiste" sont magnifiques, à la fois dans la définition du "sexisme", et dans les punitions et rééducations en cas d’ "outrage"... 

  • Zatara Zatara 6 août 2018 10:37
    Et pendant qu’on se touche la nouille sur la fourbe malgré elle Schiappa et ses regards appuyés :


    • Zatara Zatara 6 août 2018 10:39

      L’âge limite à disparu du texte de loi... autrement dit, il faudra toujours prouvé (? ??????) au tribunal que l’enfant a montré des signes de non consentements... France, eldorado pour pédo.


  • sls0 sls0 6 août 2018 23:28

    J’ai regardé le chapitre 2 du code pénal, peu de changement.

    La dernière fois que l’on a voulu améliorer les choses, ça surtout dépénalisé le viol pour le correctionnaliser.
    J’espère que le violeur ne va pas s’en sortir dans le futur avec une amende de 90€ et 20h de travaux d’intérêt public.
    Déjà en mai sur le site du Dalloz on se posait des questions vu les travaux préparatoires. Comme le peu d’à peu près valable a sauté entre temps.
    Une preuve supplémentaire que l’on a touché le fond coté députés.

  • troletbuse 7 août 2018 08:13

    LREM est le repaire des mal-baisées. De plus chez Macronimbus, ca ne s’améliorera pas.


  • ubikand 7 août 2018 10:24

    Dans ce fil je n’ai pas vu passer cet angle de vue, du coup je le poste. 


    Il est d’essence anti démocratique, et malsaine voire dégénérée dans ce cas, que des lois pareilles, concernant le "sexisme" ici, promues par une des franges les plus actives et les plus névrosées de la population mais très minoritaire (toujours réunies en petites associations), soient votées par des politiciens qui veulent flatter cet électorat car cet électorat est celui qui pullule dans les media et les organes décisionnaires, quand ce n’est pas par simple lâcheté car cet électorat et si virulent que c’est chiant de se les retrouver sur le dos en train de brailler des accusations de sexisme ou autres. 

    En d’autres termes, une minorité agissante de dégénérés impose quelque chose à la majorité des gens ordinaires femmes y comprises. 
    C’est une des multiples tares de la république non démocratique dans toute sa "splendeur", telle qu’elle est. 

Réagir