mardi 11 septembre - par Paul Dallio

Alain Wagner : La colonisation islamique de l’Europe

Conférence parisienne d'Alain Wagner le 2 septembre 2018 sur la colonisation islamique de l'Europe mise en œuvre par l'ISESCO, l'OCI et les organisations islamiques européennes.

Le document de l'ISESCO dont parle Alain Wagner est téléchargeable ici : https://www.isesco.org.ma/wp-content/uploads/sites/2/2015/05/Strat%C3%A9gieExtVFLR1.pdf

Important : Le conférencier tient à préciser que quand il parle d'ennemis et du bloc théocratique islamique, il désigne spécifiquement les gouvernements, les politiciens, les organisations et les individus, musulmans ou pas, qui propagent la charia de manière délibérée et non l'intégralité des musulmans présents en Europe. Nombre de musulmans sont en effet trompés et instrumentalisés par les acteurs précédemment cités.



28 réactions


  • ged252 11 septembre 11:46
    Tout le monde sait tout ça, tout les Français ont compris ce qu’était l’islamisme.
    .
    Le problème ce n’est pas de leur expliquer l’islam, c’est de savoir pourquoi sachant cela, ils refusent de prendre les mesures nécessaires pour éviter l’islamisation de la France.
    .
    Et la seule mesure qu’ils peuvent prendre collectivement c’est par leur vote.

    • ged252 11 septembre 12:30

      Mais les précisions de Wagner sont bienvenues


    • Debrief 11 septembre 23:08

      @ged252
      Non, tout le monde ne sait pas tout ça. Bien sûr que non !

       

      Tout le monde sait que l’islam et sa charia ne sont pas solubles dans notre civilisation chrétienne. Tout le monde sait que l’islam est un système politique à l’opposé absolu de nos valeurs et tout le monde sait que ça finira par péter car la violence de l’islam s’exprime jour après jour de manière plus flagrante.

       

      La culture du couteau, parfait illustration de cette "culture", fait maintenant des ravages quotidiens. Et ça ira crescendo avec une réponse qui viendra inéluctablement malgré la traîtrise de nos élites.

       

      Mais tout le monde ne sait pas que c’est organisé, planifié, financé à l’échelle mondiale. Écrit noir sur blanc qui plus est.


    • ezechiel 13 septembre 00:25

      @ged252 "Tout le monde sait tout ça, tout les Français ont compris ce qu’était l’islamisme."

      Vous voulez réellement connaître la vérité sur l’Islam ?
      Alors regardez et écoutez les prédicateurs et imams dans les plus grandes mosquées de France endoctriner des centaines de milliers de musulmans au fondamentalisme islamique misogyne, antioccidental, antichrétien et antisémite :
      http://islamineurope.unblog.fr/
      https://vimeo.com/user75660018


    • Philippe.Crévieaux 9 octobre 17:02

      @ged252, non tout le monde ne sait pas ça, à savoir : la haute trahison des dirigeants occidentaux signée légalement et validée par les parlements. PERSONNE ne parle. Vous-même semblez louper le coche en affimant que le problème ce n’est pas de leur expliquer l’islam etc. Le problème, l’horrible problème est la haute trahison ! Même vous semblez comme en état de sidération pour ne pas l’avoir décelé. D’où votre pourquoi sachant cela, ils refusent de prendre les mesures nécessaires pour éviter l’islamisation de la Farce alors que, précisément, la réponse à votre question est ce qui vous a échappé : c’est un agenda résultant de la haute trahison décelée ici. C’était bien ça le fond du sujet. L’imposition de la sharia, ses effets, ses complicités et financements ne sont que des conséquences !


  • maQiavel maQiavel 11 septembre 12:03

    Nombre de musulmans sont trompés et instrumentalisés par les agents propagateurs de charia pour paraphraser le texte accompagnant la vidéo. Ok. Dans quelle proportion en Europe en général et en France en particulier ? Comment devrait se comporter en principe un musulman qui n’est pas trompés et instrumentalisés par ces agents ? Et puis Alain Wagner dit clairement qu’à partir du moment où une organisation se déclare musulmane, elle fait partie des propagateurs de la charia. Pourquoi ça s’applique aux organisations et non aux individus ? Ne pourrait-on pas aussi dire qu’à partir du moment où un individu se déclare musulman, il fait de facto partie des propagateurs de la Charia ? Et que par conséquent, cette histoire selon laquelle l’intégralité des musulmans présents en Europe ne sont pas l’ennemis n’est qu’un écran de fumée dont l’objectif est de ne pas paraitre trop radical aux yeux de monsieur et madame tout le monde et de rendre cette propagande acceptable ? Questions rhétoriques.


  • maQiavel maQiavel 11 septembre 12:17

    L’OCI existe et comme toutes les organisations internationales de notre siècle, elle diffuse sur internet des documents officiels qui précisent sa finalité et les moyens d’application pour atteindre les buts qu’elle s’est fixés. Alain Wagner dit donc vrai. Cependant, au-delà de ces intentions, écrites sur du papier, quel pouvoir politique a cette organisation de façon concrète ? Est –il pertinent d’associer au sein d’une même stratégie de conquête des Etats aussi divers que la Turquie et la Syrie dont les autorités légales ne peuvent pas se blairer ? L’Arabie Saoudite et l’Iran qui se livrent une guerre régionale au M.O ? Les EAU et le Qatar alors que le second subit depuis plus d’une année un embargo du premier et de ses alliés ? Ces gens là sont vraiment entrain de se coordonner au sein d’une coalition pour mettre en application une stratégie commune smiley ? Cette organisation se donne pour objectif de coordonner tous les acteurs présents dans les pays européens, c’est un fait. Brrrr, ça fait peur , elle doit etre vraiment puissante cette organisation. Mais c’est la même organisation qui a rédigé un texte pour appeler à la fin des violences interconfessionnelles en Irak et à la préservation de l’unité de ce pays. Quelques années plus tard, avec l’émergence de l’EI et des milices chiites, les violences interconfessionnelles n’ont jamais été aussi intenses, quelle formidable efficacité a cette organisation dis donc … smiley

    Mon point : entre les textes que rédigent une organisation et la réalité de la puissance et de l’efficacité de cette organisation, il y’a parfois un monde. L’OCI, c’est un peu le croque mitaine de certains anti-islam du genre d’Alain Wagner et Alexandre Del Valle mais quand on observe ses actions, on voit bien que c’est une coquille vide, à coté même l’UE malgré tous ses défauts fait office d’organisation ultra efficace …

    Je sais bien qu’il est extrêmement mal vu sur ce site de contredire les arguments des anti islams, mais pour faciliter les choses considérons que faire ces remarques relève simplement de la collaboration avec les méchants propagateurs de charia ,comme l’explique AW, il existe de nombreux idiots utiles de cette cause ( tout ceux qui ne pensent pas comme lui il semblerait), il ne faut donc pas faire attention à ce que je dis.  smiley


    • cathy cathy 11 septembre 13:09

      @maQiavel
      On répète une énième fois (l’Etat Belge est premier en tout) : https://www.youtube.com/watch?v=K5ZDF_sSl20


    • maQiavel maQiavel 11 septembre 18:55

      @Qirotatif
      Ultra-contradictoire parfois dans une même phrase parfois d’une phrase à l’autre ET absurde , faut pas oublier la seconde partie qui met un peu de piment à l’ensemble. smiley 

      Merci pour le rapport de l’IM , je vais le lire ce weekend ... 


    • maQiavel maQiavel 11 septembre 18:59

      @Qirotatif
      Je te ferais un commentaire dès que je l’aurais terminé ... 


    • Le Celte le celte 12 septembre 08:02

      @Qirotatif
      Bonjour, pardon d’intervenir, j’ai par hasard écouté l’analyse de Jacqueline Chabbi que je trouve très intéressante, à savoir ; la partie historiographique du coran, ses origines puis la construction d’un islamisme contemporain.


    • Joe Chip Joe Chip 12 septembre 17:22

      @maQiavel

      On pourrait te répondre que les rivalités fratricides entre Anglais, Français et Espagnols n’ont pas empêché la colonisation globale des Amériques par les Européens ni la conversion des autochtones au catholicisme. Pendant tout ce temps, l’Eglise universelle Romaine ne cessait d’appeler à la paix entre les belligérants et au bon traitement des indigènes. Il n’empêche que les colons tout en étant rivaux justifiaient leurs entreprises au nom de la religion, les uns (protestants) considérant que l’Amérique était une nouvelle Terre Promise offerte au Peuple élu de la Nouvelle Alliance, les autres (catholiques) que l’Eglise devait accueillir en son sein les Indigènes qui possédaient une âme semblable à la leur, c’est à dire les convertir.

      Je dirais même au contraire : l’émulation entre des acteurs concurrents au sein d’une même dynamique contribue à renforcer cette dynamique bien mieux que ne le ferait une puissance unique, homogène et centralisée entièrement consacré à cet objectif. 

      On pourrait citer de multiples exemples historiques, comme les rivalités entre peuples germaniques durant l’antiquité tardive : ces peuples se combattaient et se fuyaient les uns les autres, certains étaient tour à tour des ennemis ou des alliés de Rome, tous s’inscrivaient néanmoins dans une dynamique historique incontestable de poussée vers l’ouest qui a entraîné ou accéléré la dissolution de l’Empire Romain.

      Et après tout, la Chine, à l’époque où les Européens se projetaient sur les océans, a renoncé à l’aventure coloniale, sans doute en partie parce que les pressions internes - militaires, démographiques et religieuses - qui s’exerçaient en Europe, poussant les puissances continentales à se livrer une concurrence féroce sur les mers et dans les colonies, n’existaient pas en Chine où l’autorité impériale régulait la quasi-totalité des activités après être parvenu à supprimer toute opposition interne, défaire tous ses ennemis potentiels et sécuriser son territoire derrière la Grande Muraille. 

      Evidemment, l’analogie est un peu formelle mais montre bien quand même que les critères d’hétérogénéité (culturels, politiques, nationaux...) ne sont pas forcément exclusifs ni contradictoires avec une certaine forme d’homogénéité civilisationnelle/religieuse - et peuvent même au contraire traduire son dynamisme interne. Il serait un peu trop facile de s’appuyer sur un relevé pointilliste et didactique des innombrables nuances qui divisent ou opposent les musulmans pour nier l’existence, l’emprise ou le dynamisme actuel de l’islamisme, notamment au sein de la société française.

      Pour revenir à la France, on sait tous que l’Arabie Saoudite, le Qatar, la Turquie, l’Algérie et le Maroc se livrent une guerre d’influence interne via un certain nombre d’officines politiques, culturelles ou religieuses qui constituent leur relai politique en France, qui se déroule à trois niveaux :

      - institutionnel/politique : la prise de contrôle des instances communautaires et autres bidules institutionnels mis en place par l’Etat (l’exemple typique étant l’UOIF qui a d’ailleurs été classée comme "organisation terroriste" - ne pas rigoler - par les EAU car contrôlé par les Frères Musulmans liés au Qatar et à la Turquie) 

      - religieux/cultuel  : imposer une vision conservatrice de l’Islam passant par la défense du port de voile, la promotion/diffusion du halal, l’implantation de mosquée, le soutien scolaire, les associations sportives, etc. 

      - culturel/communautaire : exercer une domination sur les esprits au sein de la/les "communauté(s)" comme le fait par exemple Erdogan en sollicitant la fibre nationaliste des Turcs de la diaspora 

      Peut-on en conclure pour autant que cette concurrence manifeste nous empêche du même coup de penser une dynamique d’islamisation de la société française qui lui serait concomitante voire sous-jacente ? 

      Je ne le crois pas et je dis sans forcément souscrire à la plupart des analyses des "anti-islams" (que je ne connais pas dans le cas d’Alain Wagner). A titre personnel je parle d’ailleurs le moins possible d’Islam, car je pense qu’il s’agit en partie d’une diversion pour ne pas parler d’immigration (sujet dont on ne parle jamais en France, d’un point de vue technique, soit on est dans le racisme décomplexé ou l’humanitarisme abstrait des bobos) et pour l’Etat de se défausser de ses responsabilités abyssales derrière des rapports inutiles de 800 pages qui ne font que reprendre des analyses et des conclusions déjà connues depuis 20 ou 30 ans.


    • Qirotatif Qirotatif 12 septembre 18:44

      @le celte
      On est un peu HS et ça ne me dérange pas en soi, mais disons que la naissance de l’islam, la construction idéologique, l’historiographie, etc. sont des questions importantes bien que toutes autres que sa stratégie contemporaine de diffusion. 

      Chabbi est une historienne (qui s’intéresse au soufisme en autres) qui a une approche anthropo du coran et de l’islam en général et c’est effectivement intéressant (à dire vrai, je ne l’ai pas lue, juste écoutée) : si on veut faire le lien avec AVV (qui est un militant qui dispense des formations à des militants, mais aussi plus largement, parce qu’il estime que cet aspect - la stratégie de l’islamisation - est passée sous silence dans les MSM qui nous vendent une simple religion comme n’importe qu’elle autre... ce qu’elle n’est évidemment pas) Chabbi démontre, sans en avoir l’intention, qu’il y a une problématique centrale en islam qui commence dés l’origine : l’altérité. A mon avis, AVV se désintéresse totalement des origines de l’islam et dans une certaine mesure je le comprends parfaitement : qu’est-ce que cela change pour nous ? A la rigueur plus intéressants sont les 3-4 siècles qui suivent la mort du prophète des muz, la manière dont les successeurs (litt. "calife") se sont représentés le chef de guerre ex-caravanier sédentarisé et ont instrumentalisés ses prétendus faits et gestes afin d’asseoir leurs dominations respectives.

      Si elle distingue à juste titre le récit coranique et son contexte singulier de ce qu’est devenu l’islam dés la mort de son fondateur (qui ne l’est pas en réalité... bon là on va partir loin avec cette seule question smiley ) puis plus tardivement (c’est la partie en réalité la plus complexe : la (re)construction et ses étapes successives, les motivations politiques de celle-ci, le contexte de la conquête et ses différences dans les réactions des peuples conquis, etc.) elle se fonde sur un récit qui a été réécrit, remanié. La critique que j’en ferais c’est qu’il n’est pas toujours clair (ça l’est peut-être dans ses livres) de quel coran elle parle exactement. 

      Toujours est-il que ce récit est démenti par les recherches récentes (archéo, historique, linguistique, etc.). Lammens et d’autres avaient déjà l’intuition d’un récit incohérent et impossible, d’autres historiens (depuis en gros les années 50-60) l’ont démontré.

      Nous avons un soucis récurrent avec l’islam (pas seulement l’islam mais cela est très marquant pour ce culte) qui découle des sources. En l’occurrence la tradition ne cesse de dire tout et son contraire. Nombre d’entre elles nous parlent d’un homme au solide appétit, un jouisseur (de femmes, de bouffe, de parfums...) tandis que d’autres nous parlent d’un homme à la pauvreté volontaire (zuhd). Rien que la mort de cet homme et la maladie soudaine qui l’aurait frappé ouvre la voie à tout un tas de spéculations (voir l’"enquête" de Hela Ourdi "Les derniers jours de Muhammad"). Quant au coran, toutes les approches mènent au même résultat : dernièrement la théorie des codes (sorte d’algorithme de structures syntaxiques visant à démêler la signature caractéristique de son auteur) de Jean-Jacques VValter démontre que le coran aurait 50 auteurs différents et aurait été rédigé sur 200 ans à partir d’Othman qui a rassembleé les feuilles de palmiers, les peaux de chèvres et autres sur lesquelles les scribes de momo avaient noté la prétendue récitation. L’assemblage avec rajouts et suppléments concoctés au fur et à mesure des conquêtes a achevé de rendre ce texte pour ce qu’il est : un bricolage. 


    • maQiavel maQiavel 12 septembre 19:27

      @Joe Chip

      Les rivalités des puissances occidentales entre elles rendent obsolète la notion d’une stratégie commune entre elles pour conquérir le monde, incontestablement. Cette absence de stratégie commune n’a certes pas empêche ces puissances européennes de conquérir les Amériques, de déstructurer et restructurer les royaumes africains ou de coloniser de nombreux Etats et empires asiatiques mais de quoi parle-t-on ? Peut –on vraiment comparer l’occupation militaire des territoires conquis, l’exploitation des ressources et la domination politique des populations locales par les puissances occidentales ? Un processus qui passait parfois par des massacres et des génocides (oui, il y’en a eu quelques uns , pas partout , pas au même moment mais il y’en a eu ). Tu sais bien que non et c’est quelque chose que tu ne prétendras jamais, tu es trop intelligent pout ça. Mais précisément, la raison pour laquelle les anti-islams parlent d’une colonisation de l’Europe et de la France, c’est pour construire ce genre d’analogie absurde. Le terme « colonisation » n’est pas choisi pour rien, ce n’est pas un hasard, cela fait partie de la propagande des anti-islam , il s’agit de véhiculer l’idée que ce qui arrive à l’Europe est de la même nature que ce qui est arrivé aux Amériques , en Afrique ou en Asie les siècles passés , de réveiller les peurs , de rendre la situation plus catastrophique qu’elle ne l’est. C’est de la propagande.

      Est-ce qu’il existe une dynamique d’islamisation de la société française ? Si on observe les changements intervenus depuis les 50 dernières années, c’est indéniable. Je n’ai jamais prétendu le contraire et il faudrait être aveugle pour le faire. Quel est le principal vecteur de cette islamisation ? Réponse : les millions de musulmans vivant en France. Comment se fait-il qu’ils soient en France ? Réponse : ils sont là principalement du fait des politiques migratoires menées par nos élites. L’islamisation d’une société est-elle vraiment étonnante lorsque des millions d’individus ayant des pratiques se revendiquant de l’islam vivent en son sein ? Il n’y a même pas besoin de complots ou de stratégie pour expliquer cela : si 100 millions de chrétiens s’installent en Chine, la société chinoise se christianisera ( à moins que le pouvoir Chinois devienne le plus totalitaire qui ait existé ). C’est quelque chose de spontanée que toute personne saine d’esprit peut comprendre.

      Cela n’empêche qu’il existe effectivement des Etats qui essaient de conserver une influence sur les diasporas qui auront une influence grandissante au XXIème siècle, il y’a plusieurs livres et publications sur le sujet écrites par des personnes sérieuses qui ne font pas de la propagande mais qui ont une approche scientifique et descriptive d’un phénomène qui est global. Donc évidemment qu’il faut s’intéresser au poids de ces diasporas et au travail d’intelligence des services de pays dont elles sont originaires  et les travaux existants montrent que c’est plus compliqué que cela , chaque pays a sa propre politique et tous les musulmans ne s’inscrivent pas forcément dans ces logiques d’influence religieuses ( par exemple la plupart des musulmans qui sont nés en Europe ne se reconnaissent pas dans ces islam diffusé par des imams du bled , cfr ce qu’en dit l’étude de l’IM à ce sujet , les Turcs sont  des cas très particulier dans cette mosaïque).

      Mon propos est le suivant : faire de l’OCI qui réunit des Etats rivaux, parfois ennemis, l’organe principal de cette islamisation  tout simplement parce qu’il existe une déclaration commune d’intention est grotesque (ça me fait penser au protocole des sages de Sion mais version islamique). C’est le propos tenu par AW que j’ai ici critiqué. 


    • maQiavel maQiavel 12 septembre 19:51

      @Joe Chip

      A titre personnel je parle d’ailleurs le moins possible d’Islam, car je pense qu’il s’agit en partie d’une diversion pour ne pas parler d’immigration (sujet dont on ne parle jamais en France, d’un point de vue technique, soit on est dans le racisme décomplexé ou l’humanitarisme abstrait des bobos)

       

      ------> Je remarque aussi que beaucoup d’anti-islams parlent très peu des politiques migratoires qui sont pourtant le principal vecteur de cette islamisation. Moi je veux bien croire qu’il y’en a d’autres des vecteurs , que l’islam a poussé tout seul dans le fin fond des forets bretonnes ou que cette islamisation est liée à la reproduction des oursins mais jusqu’à preuve du contraire, les politiques migratoires sont le principal vecteur

      Cependant, j’ai déjà constaté lorsque je dis qu’il est urgent de mettre fin aux flux migratoires , on me rétorque souvent que ce sont des fausses solutions qui relèvent de l’enfumage. Et on ne me dit pas cela que sur l’immigration mais aussi sur beaucoup d’autres mesures qui pourraient pourtant être efficaces. Comment expliquer cela ? Parce que ces anti-islam ne mènent pas un combat politique mais avant tout culturel, ce sont en général des défaitistes tragiques  qui considèrent que tout est foutu politiquement et que ce qu’il reste ce sont les symboles identitaires et les textes religieux, c’est donc sous cet angle là qu’ils s’attaquent aux problèmes en priorité , parfois de façon plus ou moins habile mais généralement façon brute de décoffrage en s’abreuvant de tous les excès de « politiquement incorrect » possible et imaginable  et en anathématisant tous ceux qui ne voient pas les choses comme eux. C’est-à-dire qu’aujourd’hui , en faisant des propositions et des prescriptions politiques réalistes , tu te retrouve soit assimilé à l’extrême droite , aux racistes xénophobes par ce qu’il est convenu d’appeler la gauche , soit assimilé à l’islamo-gauchisme , au crypto-islamisme ou à un dhimmi par ce qu’il est convenu d’appeler la droite. Et j’ai la nette impression ( peut être que je me trompe car ce n’est qu’une impression aussi nette soit elle ) que nous ne sommes qu’au début de ce processus là , il va s’exacerber et polariser encore plus la société , de sorte qu’il ne sera à un moment donné dans le débat public plus du tout question de trouver des solutions politiques  concrètes mais d’ergoter infiniment sur la nature de  l’islam , de protéger ou de s’ attaquer à cette religion symboliquement ce qui ne peut que produire une montée aux extrêmes. On dit parfois que le symbole est ce qu’il reste lorsque le pouvoir a disparu , je me demande si on n’est pas entrain d’en arriver là …


    • Qirotatif Qirotatif 12 septembre 22:08

      @maQiavel & Joe
      Le pb c’est que quand on parle d’islam certains nous disent que nous sommes des taureaux qui foncent sur le chiffon rouge au lieu de cibler le matador (immigration), et puis quand on évoque l’immigration on nous dit qu’il faut parler de ceux qui l’ont permise (sachant que bcp de bêtises sont dites à ce sujet...).En définitive en fonction des tendances on aboutit à des discours simplistes : Pour certains, et en fonction des tendances, le pb c’est le grand capital et le patronat, pour d’autres c’est l’UE, d’autres encore l’Etat profond, les franc-mac, les org. supra-nationales, les sionistes, etc. On aboutit très souvent à des discours qui conduisent à déculpabiliser les gens (comme s’ils n’avaient pas de volonté propre) et qui nient en réalité le caractère multi-factoriel d’un phénomène complexe. Il est confortable d’identifier, selon la tendance politique, un ennemi unique. 

      Dans le cas présent l’ennemi unique n’existe pas : il y a tout un tas de gens qui ont intérêt à cette islamisation et parmi eux on oublie très souvent une partie des musulmans eux-mêmes, ne serait-ce parce que le prosélytisme est un devoir mais aussi parce que certains veulent tout simplement vivre chez nous comme au bled (qu’ils n’ont parfois jamais connu) ce qui est facilité par le fait qu’il n’y a plus de projet France qui ressemble à une énorme copropriété sans syndic, sans gardien, sans règles de vie communes, etc.

      "parfois de façon plus ou moins habile mais généralement façon brute de décoffrage en s’abreuvant de tous les excès de « politiquement incorrect » possible et imaginable"

      C’est quand même pas le discours de VVagner ça (au contraire très posé), plus celui de Riposte Laïque par exemple. Les excès de langage sont aussi le produit de décennies de déni voie de mensonge, de répression systématique de tous ceux qui osaient se poser des questions quant au discours bien-pensant nous expliquant que nous allions être enrichis culturellement par toute cette diversité, que nous étions d’ignobles réacs racistes de ne pas accepter avec joie de voir transformé notre pays en... en ce qu’il est désormais : un pays où les agressions gratuites/crapuleuses sont quotidiennes, avec des centaines de quartiers impraticables, des transports en commun que les gens redoutent d’utiliser, etc. A chaque fois que je vais en Europe de l’est ou centrale, le simple fait de pouvoir marcher dans les rues à n’importe quelle heure me surprend. Des rues propres avec des gens aimables, des jeunes éduqués, bref, malgré le niveau de vie nettement plus faible, tout se passe bien. Je comprends qu’ils ne veuillent pas de cette immigration quand eux viennent voir comment cela se passe à l’ouest 


    • Le Celte le celte 13 septembre 08:25

      Je me doutais que vous connaissiez les travaux de cette historienne, ces travaux démontrent qu’effectivement la religion islamique est un "dogme Lego", un "bricolage" comme vous le spécifiez, dont les textes sont interprétés selon le désir de son lecteur et qu’en somme pour simplifier, l’islam contemporain des frères musulmans ou des wahhabites du golf est une simple adaptation politico-religieuse du Coran, apparemment mis en oeuvre pour instaurer une hégémonie mondiale par razzias successives.


  • Couteau Couteau 11 septembre 20:13
    Bonjour

    Vous m’avez l’air juste-assez terrorisé pour qu’une vision d’horreur bien choisie vous fasse vriller complétement. 

    "Des milliers de migrants ne sont jamais arrivé la ou on les a "raccompagné".
    "Impossible ! Si vous voulez qu’on vous croie, dites des centaines."
    "Très bien, des centaines de migrants ne sont jamais arrivé la ou on les as raccompagné, clament certaines associations espagnoles".

    Fouille la merde poto, découvre ce qui arrive aux moutons qui partent chaque jeudi dans le gros camion.

    ++

  • PumTchak PumTchak 13 septembre 09:03

    C’est clair, nétésanbavure.

    Il faut repenser à la fin de son exposé à sa première phrase : « la colonisation islamique de l’Europe ». Entretemps, tout a changé.

    .

    Pour mémoire 3 siècles d’anticléricalisme qui ont été nécessaires pour s’affranchir de l’emprise catholique.  

    - La séparation de l’Eglise et de l’Etat, avec le Concordat de 1801 et la loi de 1905 comme marqueurs des étapes.

    - Plus loin, il a fallu  une révolution pour renverser un ordre religieux qui légitimait la permanence d’une classe libre d’accaparer.

    - Plus loin encore, c’étaient les guerres de religions et celle de Trente Ans, qui en était une continuation. Il a fallu toute la production intellectuelle du Siècle des Lumières pour avancer une nouvelle ingénierie sociale.

    .

    Avec une religion qui a converti 1,6 milliards de personnes et qui arrive en France, c’est un nouveau rendez vous qui nous attend, pour plusieurs siècles. Une religion vigoureuse et chaude de passions. Si Gaïa le veut (que son salut et sa bénédiction soient sur nous). Et celle-ci est d’autant plus lourde que cette religion de la voie cumule celle juive de la loi et celle chrétienne de la foi. Il n’y a que Dieu, il n’y a plus de César.

     A minima, cela demande un « ça suffit », comme cela a été fait aux catholiques par ceux qui veulent qu’on laisse leur spiritualité et sociabilité tranquilles et qu’on puisse bouffer de l’imam comme on a pu bouffer du curé. Si on ne va pas chasser 6 millions de musulmans, c’est un autre plan que celui de la République qui sera quand même nécessaire pour opposer à celui du dar al islam. Il faudrait établir la primauté des lois de cohésion nationale sur celles de revendications communautaires. Une autre urgence serait qu’on apprenne enfin aux élèves comment les 3 bouquins abrahamiques ont été faits : ça sert à ça l’école, la religion n’a pas à empêcher la connaissance.

    .

    Ce qui est sûr, c’est qu’aucun présidentiable n’est équipé conceptuellement pour comprendre ce qu’il se passe. Hollande n’avait certainement conscience de rien en prenant Najat Vallaud Belkacem. Elle-même devait être en état agentique. Les cours d’arabe rentraient dans le dessein OCI de la charia. L’éducation ABCD du genre ne l’est pas. Même si l’islam peut s’en servir comme arme de destruction culturelle avant reprise en main islamique, si on en croit ce que fait la chaîne qatarie AJ+. Les politiciens d’avenir devront être de véritables anthropologues en mesure de comprendre la programmation sociétale.


    • Pierre Régnier 14 septembre 16:11

      @PumTchak

      Vous déchargez un peu trop facilement l’église catholique actuelle de ses responsabilités dans l’actuelle islamisation de la France et de l’Europe. Elle est complice des islamistes.

      Pareil pour les "présidentiables" actuels (en gros depuis deux décennies concernant l’islam). S’ils ne sont pas "équipés conceptuellement" c’est qu’ils ne veulent pas l’être. Le manque de temps pour étudier sérieusement le problème ne peut évidemment pas leur servir d’excuse : ils ont des conseillers payés avec l’argent des contribuables pour étudier la réalité islamique.

      Mais les actuels gouvernants ne leur demandent pas d’étudier sérieusement les causes des problèmes les plus graves parce qu’ils ont acquis la conviction que les nouveaux moyens "de communication" permettent de façonner les esprits comme jamais. Ils sont convaincus que la démagogie associée à la technique est désormais formidablement efficace.

      C’est ce qui les conduit à leur conduite indigne. Au fond, peu importe pour les citoyens que leurs gouvernants soient stupides ou lâches, ou les deux à la fois. C’est leur trahison qu’il faut dénoncer fermement, indépendamment de sa cause.


    • PumTchak PumTchak 14 septembre 17:08

      @Pierre Régnier

      Je ne vois pas ce que l’église catholique pourrait y faire sur l’islamisation. Cette religion est dévitalisée, maintenant, il s’agit plutôt d’un substrat culturel et rituel. Il n’y a plus guère de vocation de curés : les jeunes préfèrent se faire moines... 

      2015 : 15 000 curés en France, 10 000 ont plus de 60 ans, 7 000 (presque la moitié) ont plus de 75 ans. Il y a même de plus en en plus de prêtres africains. Je connais des cathos tradis qui ont un prêtre africain à leur messe du dimanche. Arf, ça leur fait drôle : ceux qui ont été évangélisés du temps des colonies viennent leur faire leurs prières... En tout cas, ce n’est pas l’église qui pourrait faire quoi que ce soit avec l’islam.

      Punir les anciens présidents, et l’actuel, et les ministres, les foutre en tôle, les baffer, leur piquer tous leurs biens, je suis pour. Cela ne me pose aucun problème.

      Ce n’est pas cela qui amènera des politiques conscients de ce tout ce que l’islam implique, des problèmes qu’il amène et qui trouveront les électeurs pour les élire. Ce n’est pas seulement une lutte contre les méchants, c’est tout un travail de fond pour repenser un islam en mesure de cohabiter avec une société agnostique, comme à spiritualité libre. 


    • Pierre Régnier 14 septembre 20:55

      @PumTchak

      Sur le second point Alain Wagner montre très bien que "repenser un islam en mesure de cohabiter avec une société agnostique, comme à spiritualité libre" est impossible. Le croire possible et s’y consacrer c’est la position illusoire du gouvernement, qui devrait plutôt stopper tout de suite la construction de nouvelles mosquées, en attendant de pouvoir complètement interdire l’islam en France, ce qu’il faudra bien faire un jour (si on n’a pas franchi le point, catastrophique, du non retour dans l’islamisation totale).

      L’église catholique est théologiquement complice de ceux qui islamisent la France et l’Europe parce qu’elle continue de justifier l’attribution à son Dieu des prétendus appels à massacrer pour de prétendues bonnes raisons à l’époque de l’Ancien Testament. Si Dieu appelait à massacrer il y a 3000 ans il a très bien pu, pensent les musulmans, le faire à nouveau, il y a 14 siècles, en déclarant que ce serait valable jusqu’à la totale soumission de tous les peuples de la terre à l’islam, conception qui continue d’avancer aujourd’hui en France et en Europe.


    • PumTchak PumTchak 15 septembre 12:42

      @Pierre Régnier

      Ils sont (plus ou moins) 6 millions : commencez par poser ça. Les tuer ? Les chasser, alors qu’on en est à la 3ème ou 4ème génération ? En interne les 2500 ZUP vont se transformer en autant de zones de guerre, en externe l’Algérie et le Maroc vont bruyamment exprimer leur mécontentement auprès de tout le monde de musulman.

      Éradiquer l’Islam ? La Chine totalitaire, même en enfermant 1 millions de ouïgours dans les "centres de rééducations" n’y arrive pas. 

      Oui, il faut prendre des mesures : remise en question de la double nationalité, rupture avec l’AS et le Qatar qui financent et modélisent en France l’islam hostile, interdiction d’égorgement des animaux, etc...

      Certains s’y soumettront, d’autre se radicaliseront : ce qui fabriquera des ouïgours ou des rohingyas. 

      Il faut donc aussi reconsidérer notre République, notre laïcité, envisager un concordat qui n’a jamais été fait avec l’islam, comme je l’ai écrit établir la primauté des lois de cohésion nationale à celles de revendications communautaires, instruire à l’école de fabrication des livres abrahamique et de la nature des différentes religions. Etc...

      L’église catholique est théologiquement complice de ceux qui islamisent la France et l’Europe parce qu’elle continue de justifier l’attribution à son Dieu des prétendus appels à massacrer. Je ne comprends pas : avez-vous des exemples de massacres justifiés par le pape François ?


    • Pierre Régnier 15 septembre 15:07

      @PumTchak

      Faut-il continuer d’échanger quand l’incompréhension est à ce niveau ?

      Vous me demandez, à moi, si mettre un terme à l’islamisation de la France pourrait se faire par la tuerie des musulmans ! Je ne peux que vous répondre ce que j’écrivais ici il y a déjà plus de 3 ans : Les musulmans sont pour moi les premières victimes de l’islam, au moins quand ils sont enfants.

      https://ripostelaique.com/mes-camarades-de-gauche-vont-ils-enfin-sindigner-pour-cette-bonne-raison.html (l’illustration n’est pas de moi, les mélenchoniens n’ayant jamais été mes camarades de gauche).

      Vous me demandez par ailleurs si j’ai des exemples de massacres justifiés par l’église catholique. Ici je vous réponds oui sans hésiter mais en précisant qu’il s’agit de massacres commis il y a plus de 3000 ans.

      Et là encore je vous renvoie à un écrit personnel :

      DÉSACRALISER LA VIOLENCE RELIGEUSE, éd. du Panthéon, avril 2016(45 pages)

      .../...


    • Pierre Régnier 15 septembre 15:11

      .../... Je suis cependant d’accord avec une au moins de vos propositions : reconsidérer la laïcité.

      J’ai bien souvent écrit que, pour moi, l’islam ne devrait pas bénéficier, comme les autres religions, de la laïcité. La raison en est très simple et Alain Wagner nous aide ici à le comprendre : depuis sa création, et sans que cela ait jamais été remis en question, l’islam a toujours affirmé que rien, jamais, ne devrait pouvoir échapper à la soumission à son Dieu. C’est particulièrement vrai de toute forme d’organisation et de pouvoir politique : l’islam a toujours rejeté avec la plus grande fermeté ce qu’on appellera plus tard en France la laïcité.

      Et si l’Église est complice de l’islam c’est très indirectement (mais c’est quand même très grave) : si les croyants judéo-chrétiens doivent croire que leur Dieu a appelé, "pour de bonnes raisons", aux grands massacres qui lui sont attribués dans l’Ancien Testament pourquoi les croyants musulmans ne pourraient-ils pas croire, "avec d’aussi bonnes raisons", que leur Dieu a appelé lui aussi à massacrer, dans le présent de leur prophète et à l’avenir jusqu’à totale soumission de tous les peuples de la terre à ce Dieu ?


  • PumTchak PumTchak 15 septembre 15:40

    Je vous demande avez-vous des exemples de massacres et vous me dites Ici je vous réponds oui sans hésiter. Et vous ne me dites pas lesquelles, hormis rajouter de la confusion à l’incompréhension car vous renvoyez à une époque où la religion catholique (ou chrétienne) n’existait pas.


    Alors il n’y a qu’une personne au monde, qui est autorisée à se contenter d’un "oui, je peu le dire", c’est le Sâr Rabindranath Duval. Et vous, vous n’êtes pas le Sâr Rabindranath Duval.

    Alors je vais en rester là, car je sais qu’un échange intelligible avec vous est perdu d’avance.

  • Pierre Régnier 15 septembre 20:03

    Merci de m’avoir donné l’occasion de réécouter le Sâr Rabindranath Duval. Vous m’avez fait passer un bon moment.

    J’en conviens, je ne suis pas assez explicite dans de brefs commentaires et c’est très fréquemment qu’on ne me comprend pas sur ce sujet, pour moi d’une importance capitale.

    Selon l’Ancien Testament, Dieu commandait à Josué d’aller massacrer tous les habitants des cités de Canaan, en veillant à ce qu’il ne reste aucun survivant. Ce n’est qu’un exemple des nombreux appels à massacrer attribués au Dieu dont les chrétiens, disent, aujourd’hui comme depuis 2000 ans, qu’il était déjà le leur.

    Dans la dernière édition de la Bible de Jérusalem, Bible de l’église catholique postérieure à son Nouveau Catéchisme (1998, le "guide spirituel pour le XXIe siècle" selon le pape Jean-Paul 2), l’introduction au Livre de Josué donne l’actuelle "bonne interprétation" : Dieu invitait simplement Josué à "faire entrer son peuple dans son royaume".

    Je répète avec insistance que de telles "bonnes interprétations" constituent une aide précieuse aux musulmans qui veulent faire admettre que le seul vrai Dieu Allah a toujours de bonnes raisons (avec de bonnes interprétations) d’appeler à massacrer les mécréants et les adorateurs de faux Dieux.

    Mais l’ancien catholique fervent que je suis, toujours admirateur de Jésus de Nazareth (que, selon moi, l’Église trahit) est pris pour un cinglé par beaucoup de gens, pas seulement par vous. J’en conclus que la criminalité "divine" sacralisée dans l’islam le restera sans doute encore longtemps... avec ses très logiques effets meurtriers là où l’islam s’étend.


Réagir