samedi 1er octobre - par mat-hac

Maintenant, Ils Veulent Gouverner Sans Vous, Le Peuple

La victoire écrasante de l'extrême droite, incarnée par Giorgia Meloni, en Italie fait des remous. Cette victoire démontre une Union Européenne qui ne fait plus rêver le peuple, ainsi qu’une lutte des élites contre le peuple.



4 réactions


  • JL 1er octobre 18:07

    La notion « gauche/droite » doit être remplacée par le schéma « post-occidental/pro-occidental »

     

    Vous avez bien lu : le post-Occidentalisme et le pro-occidentalisme sont en passe de supplanter le bonnet blanc et le blanc bonnet.

    Exit les nationalistes et les progressistes d’hier, la droite et la gauche de papa.

     

    Je dirai que les pro-occidentaux sont ce qui pousse sur les décombres de la droite classique qui court derrière la nouvelle gauche, laquelle est menée tambour battant par les GAFAM, les écolos-décroissants, les transhumanistes et tutti quanti. Merci Greta, Bill, Schab, ... : Build back better
     
     Je pense que les élites occidentales ont fait un deal avec les Chinois entre autres, pour la réduction des émissions de CO2, autrement dit, la décroissance. Pour y arriver ils ont plusieurs cordes à leur arc notamment les pseudo-pandémies et piquouzes, et à terme, la monnaie numérique et le permis à points du parfait petit consommateur responsable.


  • Et Hop ! 3 octobre 08:11

    Les nationationalistes ne veulent pas un "replis sur soi" (fermeture complète des frontières) et ils ne sont pas opposés aux progrès.

    Ça c’est l’argument des mondialistes.

    Les nationalistes veulent une Europe des nations (les membres sont des États souverains) et non un État européen centralisé et uniforme (dont les membres sont des citoyens européens).

    L’actualité nous montre un exemple du caractère néfaste de l’UE : le prétendu marché européen libre de l’électricité qui interdit aux Français de consommer l’électricité produite en France et qui oblige EdF à la vendre,

    soit à des prétendus concurrents qui prélèvent une marge importante sans apporter aucune valeur ajoutée,

    soit à des spéculateurs sur le marché européen pour la racheter beaucoup plus cher.

    Cela montre que l’UE n’est qu’une entreprise organisant le vol et la spoliation des .

    Le nationalisme, c’est de considérer en France que l’électricité doit continuer à être produite et distribuée par une entreprise nationale, puisque cela marche très bien. En effet, c’est beaucoup moins cher, les employés EdF sont mieux traités, et c’est beaucoup plus efficace à tous points de vue. C’est aussi de considérer que ça peut être différent dans un autre pays. Le nationalisme, c’est le droit pour chaque pays de décider de son organisation, de ses lois, de sa langue, de sa démographie, de ses idéaux et de son mode de vie.

    Le défaut du secteur public (énergie, santé, éducation, gendarmerie, ponts et chaussées, eaux et forêts, monnaie nationale,..) c’est que ça ne rapporte ni dividendes, ni commissions, ni plus-values, ni intérêts, ni frais, ni marges commerciales aux spéculateurs, actionnaires, courtiers, banques, et autres parasites internationaux.


    • nono le simplet nono le simplet 3 octobre 08:33

      @Et Hop !
      le prétendu marché européen libre de l’électricité qui interdit aux Français de consommer l’électricité produite en France et qui oblige EdF à la vendre,
      actuellement on serait plutôt acheteurs
      cependant il est vrai que l’obligation faite à EDF de vendre à bas prix son élec à ENGIE ou TOTAL entre autres est un scandale


    • juanyves juanyves 3 octobre 12:40

      @nono le simplet
      Le scandale ce n’est pas le bas prix auquel EDF doit vendre son électricité, mais son haut prix calculé sur le marché spot à court terme basé sur le prix du gaz. Système idiot imposé par l’EU très bien explqué : https://www.agoravox.tv/actualites/economie/article/cet-expert-le-confirme-la-crise-95247


Réagir