lundi 10 février - par azyx

Le Roi Lion : faut-il protéger les enfants de la propagande de Disney ?

Le roi lion, film des studios Disney paru en 1994 a attiré dans les salles plus de 10 millions de spectateurs en France. Le remake de 2019 a aussi attiré 10 millions de spectateurs en France. Autant dire que tous les enfants des années 90 ont vu le roi lion. Cette vidéo décrypte 3 des valeurs véhiculées par ce film.



10 réactions


  • maQiavel maQiavel 10 février 14:12

    Je crois que c’est l’un de mes Disney préféré. Je l’ai fait découvrir il y’a à peu près trois ans à mes enfants et à ce moment-là, je l’ai vu sous un œil nouveau, c’était la première fois que je remarquais cette naturalisation, voir cette racialisation de l’ordre politique. J’avais ensuite lu une analyse qui allait dans le sens de mon ressenti. L’une des premières choses qui m’a marqué, c’est que les herbivores ne sont pas juste des sujets, ce sont des proies qui se font dévorer par leurs supérieurs hiérarchiques et c’est normal puisque c’est le cycle de la vie. L’explication que donne Mufasa de ce fait rappelle un peu celui des libéraux et néolibéraux avec leur fantasme du ruissellement : les lions mangent leurs sujets mais lorsqu’ ils meurent, ils deviennent de l’herbe et les herbivores mangent l’herbe. La chair ruisselle ainsi continuellement et chaque chose est à sa place. smiley


    • maQiavel maQiavel 10 février 22:44

      Et je ne dis pas que cette idéologie est volontairement transmise, ça pourrait très bien être inconscient, je n’en sais rien et pour moi ce n’est pas le sujet. Mais ce dessin animé n’est pas un documentaire sur les lions, c’est une histoire sur une société fictive animale qui est calquée sur les sociétés humaines. Et de fait, on peut, en observant cette société fictive, tirer des conséquences politiques sur les sociétés humaines, ça se fait meme spontanément, les lions n’ont pas de rois, le roi lion fait directement référence aux monarques humains dans les esprits (et meme aux dirigeants au sens large). Faire des herbivores les sujets des lions participe de la légitimation d’un certain ordre politique. 


  • Laconicus Laconicus 10 février 15:37

    Encore une fois, la plus grande partie des critiques adressées aux productions Disney pourrait aussi bien être adressée à la structure des contes traditionnels dans lesquels Disney a puisé.

    Exemple : quand l’auteur de la vidéo nous dit en substance que le thème de "l’imposteur qui veut prendre la place du roi légitime" est un grand classique Disney, on croirait vraiment qu’il n’a jamais rien vu ni jamais rien lu avant Disney ! Car c’est en réalité une trame universelle des mythes, des contes et des fables.

    Quant au truc : "les antilopes mangent l’herbe et les lions mangent les antilopes, c’est le grand cycle de la vie", que diable pourrait-on dire d’autre dans la nature sauvage ? Que les lions doivent devenir végétariens, cultiver du soja et de la luzerne ? Mais alors l’histoire partirait dans une tout autre direction !  smiley On voit ici tout simplement la limite philosophique rapidement atteinte par les scénaristes quand ils essaient de donner une conscience morale aux animaux et qu’ils leur font tenir des propos philosophiques... tout en les maintenant dans leurs conditions d’existence animale... ce qui est absurde. C’est surtout cette contradiction qui est mal résolue dans l’approche à la fois trop littéraliste et trop anthropomorphique du Roi Lion. Il n’y a pas de roi des animaux dans la nature car la seule reine est la nature elle-même ; et sur Terre, seul l’homme est un animal politique. Mais comment vendre des peluches de mignons lionceaux avec ça ?  smiley


    • azyx 10 février 15:52

      @Laconicus
      Vous n’avez jamais lu de contes ou d’histoire dont la trame est celle d’un tyran contre laquelle les gens vont se soulever ?

      Quant au truc : "les antilopes mangent l’herbe et les lions mangent les antilopes, c’est le grand cycle de la vie", que diable pourrait-on dire d’autre dans la nature sauvage ? Que les lions doivent devenir végétariens, cultiver du soja et de la luzerne ?

      Non, on peut juste arrêter de se foutre de la g* du monde. Il n’y a aucun respect là-dedans. Uniquement la loi de la nécessité et celle du plus fort. La tentative philosophique n’est là que pour insister sur le chacun sa place.


    • Laconicus Laconicus 10 février 16:01

      @azyx
      Vous n’avez pas compris le sens de mon commentaire. 


    • Laconicus Laconicus 10 février 16:01

      Ou bien c’est moi qui vous comprend mal. 


    • Laconicus Laconicus 10 février 16:12

      @azyx
      "La tentative philosophique n’est là que pour insister sur le chacun sa place."

      "Chacun sa place" est évident dans la nature. L’absurdité consiste à faire dire cela à un animal doué de parole, de raison et de conscience morale, puisque c’est justement l’absence de ces facultés chez l’animal non-humain qui le condamne au "chacun sa place". A partir du moment ou un lion se mettrait à penser, juger et parler, il deviendrait un être politique et ne serait donc plus condamné au "chacun sa place" de la nature.


    • azyx 10 février 17:37

      @Laconicus
      Pensez-vous que les humains sont une image de la nature toute entière ?
      Il me semble que les humains ne font qu’une seule espèce (Enfin c’est le consensus actuel dans mon environnement proche).
      Dès lors, il est absurde de montrer une société comportant plus espèces vivant "en harmonie". Cela n’existe pas. Il n’y a pas de "place attitrée" dans la nature. Chacun survit comme il le peut.
      À la rigueur, certaines espèces ont un système hiérarchique au sein de clan. C’est un peu le cas chez les lions si l’on se cantonne à ne parler que d’eux, mais ce n’est pas le parti pris dans ce film.


    •  Saladin Saladin 11 février 04:33

      @Laconicus 

      @azyx
      "La tentative philosophique n’est là que pour insister sur le chacun sa place."

      "Chacun sa place" est évident dans la nature. L’absurdité consiste à faire dire cela à un animal doué de parole


      Tiens ! Et est si à partir de ceci tu n’as toujours pas compris, c’est que personne ne peut plus rien pour toi https://www.youtube.com/watch?v=BTr68u96VeQ


    • Laconicus Laconicus 11 février 04:59

      @Saladin

      Merci pour la vidéo distrayante illustrant le fameux discours de Thomas Douglas sur le pays des souris gouverné par les chats. Le Canadien Thomas Douglas avait vu juste en 1944 et son discours est toujours d’actualité. (Cependant, je ne vois pas en quoi cette vidéo serait censée me faire comprendre quelque chose que je n’aurais pas compris : manifestement, c’est vous qui n’avez pas saisi le sens de mon propos, qui parle d’autre chose.)  


Réagir