mardi 3 décembre - par mat-hac

Le policier qui fait trembler la macronie et Castaner

Soirée spéciale autour d'Alexandre Langlois, le policier suspendu pour ses critiques contre l'institution ; aux côtés d'Aude Lancelin et de l'avocat David Libeskind, cofondateur du groupe « Robes noires et gilets jaunes ».

Ça commence à 6 minutes.



8 réactions


  • Joe Callagan Joe Callagan 3 décembre 14:25

    "Pas de Quartier", le Média qui fait trembler la Macronie...


  • LogHunter LogHunter 3 décembre 14:36

    Cet intervenant est magique 


  • bob87 3 décembre 15:01

    Langlois + Lancelin, y a du level !


  • louis 3 décembre 20:28

    Vidéo très instructive qui dénonce les abus administratifs avec les pratiques de ceux qui nous gouvernent et de ceux qui nous ont gouvernés avant Macron .

    Comme il a été question de méthodes de gestion policières des années 40 et même de mafia , je ne saurais trop conseiller a Mme Langlois d’augmenter le capital de l’assurance vie de son mari avec une clause spéciale au cas ou le corps de son mari ne soit jamais retrouver ou de suicide type Boulin .

    mais après son livre qui est un peu son assurance vie oseront ils ?


  • herve_hum 3 décembre 23:17

    Alexandre Langlois, un policier comme il en existe très très peu, c’est à dire, qui obéit à sa conscience avant d’obéir à sa hiérarchie, confirme bien le principe qu’un policier, en tant que militaire, n’a d’autre fonction que d’obéir aux ordres, en aucun cas de réfléchir, sauf dans les limites autorisées par sa hiérarchie !

    En effet, un militaire qui réfléchit aux ordres donnés, cesse de facto d’obéir et donc, cesse d’être un militaire. Résultat, soit il obéit pour rester militaire, soit il démissionne ou en dernière extrémité, il se suicide, mais il ne peut évidemment pas être un objecteur de conscience, c’est totalement absurde.

    Bref, poser la question de savoir pourquoi les policiers ne fraternisent pas est stupide. Le seul cas où ils peuvent éventuellement fraterniser en dehors de l’autorisation de la hiérarchie, est le cas cité par Alexandre Langlois, d’une rare lucidité, soit, le cas d’une situation insurrectionnelle, celle où il y a des millions de gens dans la rue. Mais pour cela, il faut une condition qui n’est absolument pas remplie actuellement. C’est à dire, avec un mot d’ordre fédérateur qui n’existe pas.


    • Vraidrapo 7 décembre 06:37

      @herve_hum
      A la minute 21 :
      Le seul cas où ils peuvent éventuellement fraterniser en dehors de l’autorisation de la hiérarchie, est le cas cité par Alexandre Langlois, d’une rare lucidité, soit, le cas d’une situation insurrectionnelle, celle où il y a des millions de gens dans la rue.

      Compte tenu de l’individualisme et de l’incivisme des petits français, ce n’est pas pour demain, ni après-demain...


  • Vraidrapo 7 décembre 06:54

    Benala à partir des 60 minutes :

    quelle distorsion entre les préoccupations qui devraient être celles d’un Chef d’État et celles du déclarant "Monsieur Benala n’est pas mon amant !".

    On a du mal à croire à l’antériorité de l’exemplarité du Général.

    Que de temps perdu pour la justice et les fonctionnaires...

    Quelle gifle pour l’éthique judiciaire !


    • louis 7 décembre 12:54

      @Vraidrapo
      Le général a été et restera le seul homme politique de toute la 5éme a être presque exemplaire en temps que président de la république .


Réagir