samedi 10 octobre - par mat-hac

Pourquoi Macron et Poutine s’en prennent à la Turquie dans le Haut-Karabakh

Paris et Moscou accusent Ankara d’avoir envoyé des djihadistes dans le Haut-Karabakh. Et ce n’est que l’un des multiples facteurs de tension internationale qui viennent envenimer ce conflit régional explosif. Analyse de Taline Papazian, docteur en sciences politiques et chargée de cours à l’Université d’Aix-Marseille, au micro de Rachel Marsden.



1 réactions


  • Vraidrapo 11 octobre 08:22

    A la dernière minute, l’invitée révèle une incidence potentielle de l’appel aux djihadistes ( Syriens, Afghans et Pakistanais...).

    Pour éviter le mécontentement populaire initié par la réduction de la rente pétrolière, Aliyev aura essayé d’épargner les vies de sa propre armée.

    Dès que les combats auront cessé, il aura à gérer la présence de ses hôtes "libérateurs" et encombrants ! Quelle sera la cohabitation entre les fous de dieu et la population plutôt laïque...

    Nous savons combien les deux guerres mondiales ont enfoncé l’Europe dans la dépendance des USA.

    Aliyev sait-il qu’il aura aussi un prix à payer, plus lourd que celui des armes car, il s’est mis plusieurs épées de Damoclès sur la tête ?


Réagir