jeudi 10 octobre - par mat-hac

Offensive turque en Syrie : le décryptage de Bassam Tahhan

Entretien du 9/10/2019 avec Bassam Tahhan, politologue et islamologue. Il était invité à réagir au lancement d’une opération militaire turque contre la milice kurde des YPG en Syrie.



22 réactions


  • ETTORE 10 octobre 15:43

    Alors Le Taré Turc nous menace d’une invasion de réfugiés ?....Soit.

    Renvoyons lui les turcs installés chez nous ET en Europe .

    Sur qu’il va être content de les revoir "ses expatriés "

    Et même si, comme dit notre débile et Sibête porte parole gouvernementale, que nos concitoyens se nourrissent majoritairement de kebab...Je pense qu’on a appris depuis le temps, le fondement de cette grande préparation culinaire !

    Donc, on s’en sortiras !


    • mat-hac mat-hac 10 octobre 17:37

      @ETTORE
      Selon certains drapeaux des familles françaises en auraient créés en Moyen Orient.


    • louis 10 octobre 20:16

      @ETTORE
      Il es vrai que ces turcs qui vivent en France sont majoritairement des pro Erdogan et donc dangereux pour notre pays .


    • louis 10 octobre 20:31

      @ETTORE
      Les Américains de Trump ont fait semblant de s’allier aux Kurdes pour combattre daesh , pour pouvoir les livrer ensuite a leur génocidaire Turc.
      Les Américains sont passés du statut de meilleurs amis au plus féroce des ennemis ,avec cet acte , cela a au moins un avantage , c’est de clarifier les choses .


    • ETTORE 10 octobre 21:04

      @louis
      C’était couru d’avance !
      Lui comme Trump, francs comme des ânes qui reculent.
      Le chantage au renvoi des " réfugiés" à couté assez cher à l’Europe.
      Gardien de zoo, le rêve du grand TURC, il a été bien payé pour ça.
      On ne revient pas sur les ventes de carburants, faites par sa progéniture, à Daech....faut s’enrichir avant tout. Je plains ce pays, mais pas les obscurantistes qui y participent. Faut dire que toute idée contraire conduit direct ....en prison.
      Voulait faire partie de l’Europe, ce gars là....Vu comment se porte l’économie turque, il va de soi que son patriotisme à deux balles va résoudre son problème immédiat.


  • Hijack ... Hijack ... 10 octobre 16:13

    Les Kurdes auraient dû composer avec la Syrie comme le dit Bassam Tahhan, Syrie qui a tant fait pour se libérer ...

    La Turquie, comme toujours, fait le mauvais choix ... souhaitons que Poutine lui fait fasse entendre raison.

    Ergogan devrait savoir qu’il n’a pas sa place dans l’Otan ... sauf pour servir de pion, ou base arrière.


    • mmbbb 10 octobre 21:46

      @Hijack ... DAESH est une oeuvre occidental : M Tahhan a une honnête intellectuelle qui manque cruellement a nos politiques .
      Quant aux kurdes ils se battent pour avoir un etat tandis que nous sommes en train de liquider le notre . 


    • Hijack ... Hijack ... 10 octobre 23:34

      @mmbbb

      Oui, je sais bien qui a créé Daesh, qui s’en sert, qui en tire intérêt. Les kurdes à mon avis, devraient plutôt faire confiance aux syriens et surtout aux russes. La Turquie, comme tjrs, va tenter de jouer double jeu. La France ... internationalement ne joue pas franc jeu, preuve qu’elle hésite ... difficile position.


    • Parrhesia 11 octobre 08:04

      @Hijack ...
      La France actuelle, ou du moins ses gouvernements successifs et une fraction importante de son corps électoral, joue uniquement le jeu du Nouvel Ordre Mondial !!!
      Et ceci, à nos frais exclusifs !


    • mmbbb 11 octobre 09:42

      @Hijack ... La France a l image de sa police est fort avec les faible et faible avec les forts .
      Nous avions gagne une grande guerre contre Khadafi alors que c etait une guerre d ingérence . , il s agit ici d un acte belliciste d un etat contre un autre etat , nos tetes d oeuf se perdront en circonlocutions afin de garder " la face ".
      Mais quelle face ? Une face d une France n ayant plus de ligne directrice dans sa diplomatie.
      Quant a Erdogan, il a une armee puissante , personne ne le fera chier .
      C est Poutine qui certainement montrera sa détermination et calmera le jeu .
      Il donnera une nouvelle fois une lecon de diplomatie 
      Nos intellos passeront leur temps a le blamer comme a l accoutumée .
      La seule certitude est que nous ayons ; est notre armee de scribouilards .
      BHL ou est il ? il ne va s opposer a Erfogan chemise balnce , mocassin et cheveux au vent . Nore feld marechal international 


    • Hijack ... Hijack ... 11 octobre 14:37

      @mmbbb

      @ Parrhesiammbbb,

      > Oui, ils jouent au jeu du N.O.M ... et c’est dommage. La France ne sera respectée et par son peuple et par le monde entier, qu’en étant libre ... et surtout pas soumise.

      > L’image d’être faible avec les fort et faible et méprisant avec les plus faibles ... est la preuve flagrante d’une grande lâcheté ... non pas du peuple, mais des dirigeants. Contre la Libye, ils n’ont même pas gagné, mais avaient servis de tirailleurs sénégalais en faveur d’Israël, comme l’avait si bien dit BHL.

      Tant que la Turquie reste soumise (quoi qu’elle dise ou fasse) à l’oncle Sam ... ces derniers, au pire, ne feront que faire semblant de se brouiller avec, ou simuler une petite contradiction ... la Turquie est une base arrière US, comme une sorte de piste d’atterrissage en cas de conflit guerrier. La Turquie a une forte armée, mais pas si au point que ça ... juste bonne pour combattre des kurdes et trucs de ce genre, jamais un conflit armé contre une puissance ; la Syrie avait réussi, mais avec l’appui solide russe, et surtout les syriens avaient largement mérité la confiance des russes, en dehors de tout intérêt stratégique logique comme toute grande nation.

      Actuellement, les USA provoquent et tweetent à tout va ... mais le maître du jeu, c’est bien la Russie de Poutine, maître et sage à la fois. Que demander de plus.


  • sls0 sls0 10 octobre 18:04

    En politique interne c’est assez instable pour Erdogan.

    Rien de tel qu’un conflit pour ressérer les rangs.

    Trump regarde aussi sa politique intérieure.

    Poutine certainement aussi mais a une vue plus globale.


    • mmbbb 10 octobre 21:51

      @sls0 Poutine a evite que ce conflit entraine la France dans une guerre qui n etait pas la sienne .
      Nous n avons plus les moyens d une offensive sur un grand front 

      Il a neanmoins autorise le tir de missiles missile de croisiere dont le resultat ne fut pas tres probant.

      Quant a Trump, bien qu il soit honni par les intellos de ce pays, il fait tout de même une rétrospective sur les actions passes de son pays .
      Il le dit, pour quels resulats ?


    • Vraidrapo 10 octobre 22:19

      @sls0
      après les 2 premières guerres mondiales, la turquie est chaque fois retombée sur ses pieds. Nul doute que ce sera encore le cas...
      Erdo a plus de couilles que la majorité des présidents depuis De Gaulle !
      ( Celles-ci étaient trop occupées auprès de leurs maitresses )


  • mmbbb 10 octobre 21:33

    Les intellos francais se foutent de Trump mais il est moins qu Hollande et Fabuis 

    Quant aux Kurdes , ils peuvent compter sur BHL !


  • Vraidrapo 10 octobre 22:15

    La journaliste, soit-elle de Russia Today semble avoir du mal à intégrer l’idée que les occidentaux sont à l’origine de l’EI !

    Et pourtant, il suffit de reprendre un N° du Canard de février 2012, pour apprendre que les boys de Juppé ( droit dans ses bottes ) avaient été pris la main dans le sac syrien...

    Par ailleurs, les kurdes rapportaient que l’aviation US faisait des passages au dessus de l’EI sans tirer un coup de feu... jusqu’à ce que Poutine se décide à intervenir. Les journaleux nous montraient l’avancée inexorable de l’EI avec les chars d’assaut livrés via la turquie par les Saoudiens et payés par le Qatar...

    Malheureusement les gens oublient tout !!!


  • Vraidrapo 11 octobre 05:32

    quelques liens relatifs à l’actualité kurde en France et en Syrie :

    Manifestations de soutien aux Kurdes de Syrie samedi à Paris

    http://www.armenews.com/spip.php?page=article&id_article=18697

    Appel urgent à la Mobilisation pour défendre le Rojava contre l’agression militaire turque

    http://www.armenews.com/spip.php?page=article&id_article=18684


  • Vraidrapo 11 octobre 10:48

    Depuis 1895, la turquie ( impériale ou démocratique ) a le même problème.

    Pour ceux que l’anglais ne rebute pas, un document d’archive mis en vente par un citoyen turc :

    https://www.pingudumuzayede.com/en/product/1681480/1895-armenian-massacr

    les Kurdes sont dans la position des Arméniens, il y a 134 ans.

    " Plus jamais ça ! " a-t-on coutume de proclamer à toutes occasions... la bonne blague !


  • Olivier Perriet Olivier Perriet 11 octobre 14:27

    Tiens revoilà le 3e de la liste des Frères Musulmans aux élections européennes smiley

    https://www.interieur.gouv.fr/fr/Elections/Les-resultats/Europeennes/elecresult__europeennes-2019/(path)/europeennes-2019//FEL034.html

    J’espère qu’il a de bons conseils à nous donner smiley


  • Hijack ... Hijack ... 12 octobre 17:32

    Pourquoi Israël soutient la création d’un état kurde  ?

    .

    Ça ne sent pas bon, pour les kurdes ... mais tout dépend du choix qu’ils feront.


  • Croa Croa 12 octobre 23:54

    Le seul président qui « fait tirer sur son peuple » c’est Macron.


  • maQiavel maQiavel 13 octobre 10:41

    « Les Kurdes auraient dû dès le départ composer avec Damas »

    ------> Ça c’est le point de vue d’un défenseur du régime Baasiste en place en Syrie. Changeons un moment de perspective et empruntons celle des Kurdes.

    Pour commencer, le PYD n’est pas indépendantiste et ne se considère même pas comme Kurde ( même si dans les faits, les Kurdes en constituent la force dominante). Dans les zones sous son contrôle et qui dépasse largement les zones peuplées de Kurdes, ils ont recrutés diverses ethnies au sein de leurs forces armées ( FDS), dont de nombreux arabes ( toutes les communautés ont leurs propres unités militaires intégrées aux FDS) et ont fait le choix d’associer toutes les communautés au partage des ressources et du pouvoir (elles sont toutes représentées dans des proportions équitables au sein des instances politiques du Rojava). Le projet du PYD n’est pas de constituer un Etat nation Kurde mais de mettre en place un projet politique libertaire communaliste très imprégné d’idées autogestionnaires, localistes, féministes et démocratiques ( dans le sens authentique du terme ).

    Ce système politique mit en place dans le Rojava est très loin d’être parfait, il contient de nombreuses difficultés que les acteurs locaux tentent de résoudre, il ne faut pas l’idéaliser, cependant il est fondamentalement opposé aux structures oligarchiques, centralisatrices et autoritaristes du régime en place à Damas. On ne va quand même pas faire le reproche à des gens qui sont épris d’idéaux émancipateurs, authentiquement progressistes et démocratiques de ne pas s’être soumis dès le départ à un régime héréditaire mit en place par un dictateur militaire et dont la politique, depuis l’arrivée de Bachar, est favorable quasi exclusivement à la grande bourgeoisie syrienne. Il est logique que le PYD n’ait aucune sympathie pour ce régime, c’est comme l’eau et l’huile, ces deux systèmes sont incompatibles.

    L’objectif stratégique du PYD était la mise en place en Syrie d’une architecture institutionnelle fédérale et décentralisatrice qui puisse permettre la survie du système qu’ils ont mis en place, et cela passe bien évidemment par une constitution qui octroierait une certaine autonomie aux zones qu’il contrôle. Au contraire, l’objectif de Damas est de ramener l’ensemble du territoire syrien dans le giron du régime. Le gouvernement syrien s’oppose donc naturellement à cette demande d’autonomie qu’il perçoit comme un danger et considère que le fédéralisme, dans un pays si divisé sur le plan communautaire et tribal, mènerait à une partition à court terme. Pour atteindre son objectif, le PYD était donc dans l’obligation d’engager un rapport de force avec les dirigeants syriens pour les contraindre à accepter cette autonomie. Pour que le rapport de force lui soit favorable, il fallait des gages territoriaux pour mieux négocier, pour gagner ces territoires il fallait une force militaire et pour avoir des armes il avait besoin des américains. Le PYD est très pragmatique, il savait très bien que les américains allaient l’ abandonner, il s’est servit des américains tout comme les américains se sont servi de lui ( les américains ont utilisé les FDS pour couper l’arc chiite), c’est une alliance tactique. La seule chose que les stratèges du PYD n’avaient pas prévu, c’est que les américains les abandonneraient si tôt, ils pensaient qu’ils ne les lâcheraient pas tant que les iraniens et les miliciens du Hezbollah seraient présents en Syrie, ça c’était une erreur de calcul mais elle était difficilement prévisible.

    Voilà la raison pour laquelle les Kurdes ne pouvaient pas composer dès le départ avec Damas.


Réagir