jeudi 4 août - par Paul Dallio

Nancy Pelosi à Taïwan : triomphe médiatique, échec géopolitique

La visite de Nancy Pelosi, speaker la chambre des Représentants des États-Unis, à Taïwan a bénéficié d'une couverture médiatique de grande ampleur. S'il constitue un coup médiatique pour Madame Pelosi, ce n'est certainement pas un succès géopolitique pour Washington, puisque cette visite provoque une crispation de la Chine à l'heure où la tension internationale est déjà à son comble. Analyse de Pascal Boniface.

En complément, l'interview, mercredi soir, de l'ambassadeur de Chine en France, Lu Shaye, sur BFMTV :



7 réactions


  • Norman Bates Norman Bates 4 août 12:13

    Tout est écrit dans le projet "OTAN 2030", véritable déclaration de guerre à la Russie et à la Chine...

    https://www.nato.int/nato2030/fr/

    Détail : ça date de juin 2021, bien avant que Vladimir ne perde patience face aux petites manœuvres en Ukraine...


  • Résistance-aux-media 5 août 08:01

    Deux prédateurs qui s’affrontent après une pandémie, des catastrophes naturelles, un déséquilibre planétaire.

    Comment les citoyens qui ne veulent pas la guerre, peuvent-ils se laisser gouverner par des prédateurs puérilement :

    avides,

    inconséquents,

    obstinés ?

    Qu’est-ce que ça peut foutre aux Chinois que Taïwan souhaite vivre indépendamment, tant que le Yankee n’y fout pas ses bases de merde ?

    Que chaque communauté qui le souhaite, puisse recouvrer son indépendance tout en continuant de commercer avec ses voisins, quoi de plus naturel ?

    Idem pour la Corse ou les Caraïbes etc...

    Faut foutre la paix aux gens et s’occuper de la rareté des ressources et des espèces !


  • juanyves juanyves 5 août 18:41

    Triomphe médiatique dans la "Communauté Internationale" et encore. Dans le reste du monde (les exclus, 88% de la planète), les gens auraient aimé que les chinois descendent l’avion. Tous les mêmes ces experts, leur nombril.
    Il y a vraiment un problème de nombrilisme sur cette planète pas seulement sur AV.

    Les Yankis dénoncent la provocation chinoise avec les manoeuvres militaires. Où va-t-on ? Provocation, avez-vous dit ? Le reste de la "Communauté internationale" se prépare pour envoyer des délégations pour visiter Taiwan. Ça ressemble beaucoup à ce que l’on a connu au sujet de l’Ukraine. Bis repetitat ...

    Coincer et provoquer les chinois pour qu’ils passent à l’acte et après on fourni les armes pour qu’ils se défendent jusqu’au dernier taiwanais.

    On pourra sauter des étapes vu que le scenario a déjà été joué.


  • beo111 beo111 6 août 09:16

    Chelou cette affaire. Pelosi n’a pas rendu service à Taïwan, bien au contraire.


    • shouitte shouitte 8 août 11:09

      @beo111
      Je trouve que si car obéir aux injonctions de pays autoritaires comme la Chine ou la Russie est leur donner confiance en leur agressivité.
      Ca reste dangereux biensur, mais pas plus finalement.
      Reste aussi à voir mardi quand Taiwan va debuter ses propres manoeuvres (ca va serrer des fesses)


    • TchakTchak 8 août 11:42

      @shouitte
      .

      Le problème est que c’est Charybde ou Scylla et ça me fatigue.

      Taïwan a la Chine sur le dos, je comprends que ce pays n’ait pas envie de se faire manger par cette superpuissance. Le crédit social, ça ne m’intéresse pas non plus. Mais les objectifs OOD 2030 sont vampirisés par l’oligarchie mondiale qui a la même finalité de contrôle numérique du bétail humain. "Vous n’aurez plus rien et vous serez heureux" : le promoteur Klaus Schwab ne se gène même plus pour l’expliquer. Et les chefs d’Etats de l’UE + Pustula, lui rendent compte publiquement chaque année au WEF. Cet agenda avance bien : le covid, puis la guerre Ukrainienne sont des bons accélérateurs pour dépouiller les pays atlantistes de leurs économies.

      Restent les pays du Sud, qui ne jouent plus le jeu des injections déletères, préfèrent les soins précoces, et qui refusent de se tirer des balles dans le pied avec les sanctions contre la Russie. La candidature de l’Algérie au BRICS est une bonne nouvelle, qui montre qu’il est possible aux pays de Sud de rester non alignés. Sauf que la Chine et la Russie sont déjà dans le BRICS, ce qui annoncerait alors un déplacement des blocs géopolitiques Est/Ouest, vers les blocs OTAN/BRICS. En ce sens, Washington a intérêt à aggraver la crise entre la Chine et Taïwan pour maintenir dans son camp les pays à sa puissance impériale.


    • TchakTchak 8 août 12:10

      @TchakTchak

      Mais les objectifs ODD 2030 sont vampirisés par l’oligarchie mondiale... (et non pas OOD). 


Réagir