mardi 26 mars - par Mao-Tsé-Toung

Massacre au Mali : Au moins 135 Peuls auraient été massacrés, ce samedi 23 Mars, par des milices dogons et bambaras

Au moins 135 Peuls auraient été massacrés, ce samedi 23 Mars, par des milices dogons et bambaras. Une dérive sanglante dont le gouvernement malien est en grande partie responsable, selon Yvan Guichaoua, spécialiste du Sahel et chercheur à l’université de Kent.

C’est l’attaque la plus meurtrière au Mali depuis plus de six ans. Au moins 135 personnes ont été massacrées samedi matin par une milice dans deux villages du centre du pays, non loin la ville de Bankass. Les victimes sont principalement des Peuls ciblés par des « groupes d’autodéfense » des ethnies dogon et bambara. Le gouvernement malien a annoncé dimanche la dissolution d’un groupe de chasseurs traditionnels dogons accusé d’exactions et le limogeage des principaux chefs de l’armée, une première réaction après des années de laisser-faire coupable, selon Yvan Guichaoua.

Massacre au Mali : des officiels en visite à Ogossagou

africanews (en français)
Ajoutée le 25 mars 2019


Des autorités et des membres du gouvernement malien en visite à Ogossagou, un village du centre du Mali théâtre du massacre d'au moins 134 membres de la communauté peule.

La délégation constituée entre autres des ministres de la Justice et de la Jeunesse est arrivée dans un village fantôme où des cases calcinées témoignent de la violence de l'attaque de samedi.

Les populations locales ont perdu leur moyen de subsistance en quelques heures, et dépendent de l'aide du gouvernement de Bamako.



2 réactions


  • sls0 sls0 26 mars 19:06

    Avant le terrorisme, les dogons sédentaires vivaient du tourisme et les peuls pasteurs avait toutes les facilités pour vivre et se déplacer.

    Depuis pour survivre c’est des terres à partager. Ca donne des frictions. En 2016 ou 2017 lors d’une dispute un dogon est mort et depuis c’est l’escalade.

    Les dogons reprochent aux peuls d’être pro terroriste et les peuls reprochent aux dogons d’être pro gouvernemental.

    A cela s’ajoute un problème de terroristes qui essaient d’isoler la zone, c’est le bordel mon général.


    • sls0 sls0 26 mars 20:35

      @sls0
      Une autre remarque.
      Il y a aussi des affrontements inter ethniques dans d’autres pays où il y a moins de pression terroriste. Au Burkina c’est entre les mossis et les peuls. Moins de terres avec le réchauffement et une pression démographique, ils n’ont pas fini de ce taper dessus.
      https://m.youtube.com/watch?v=3TD6xq5HaRA


Réagir