mercredi 5 juillet 2017 - par Bob34

Lucien Cerise : Maïdan, un coup d’Etat préparé aux Etats-Unis ?

Invité de l’émission Le Zoom sur TV Libertés, Lucien Cerise présente son livre Retour sur Maïdan – La guerre hybride de l’OTAN, où il s'efforce de démontrer que la « révolution » du Maïdan à Kiev, pendant l’hiver 2013-2014, était une opération provenant des Etats-Unis. Développant la notion de guerre hybride, l’auteur fait la démonstration d’une véritable guerre de l’information avec l’utilisation des médias et des réseaux sociaux au service de la propagande politique de l’OTAN. Elargissant son propos et son analyse, Lucien Cerise explique qu’une insurrection sur le modele ukrainien pourrait être provoquée en France et que les expériences de médiatisation de « Nuit Debout » peuvent être considérées comme un véritable « test de faisabilité ».

 



4 réactions


  • Vraidrapo 5 juillet 2017 21:38

    Le résumé me suffit, même pas besoin d’écouter.
    En ce temps-là, il était question de snipers de la CIA postés sur les toits qui tiraient sur les deux partis opposés. Les autorités ukrainiennes n’ont pu ou voulu faire analyser les balles pour trancher la question. A moins que ça ait été fait et que les Bernard Guetta aient préféré écraser l’affaire... (concordance d’étang ?...)
    Si ça se produit en France, je me tire à la Campagne... vu l’Électorat de tarés qu’on se coltine à 75%, mieux vaut mourir de mort la-en-te, d’accord ? smiley


  • Sylvain Sylvain 6 juillet 2017 04:57

    Les analyses géopolitiques de comptoirs touche décidément beaucoup de medias...

    Au moins écouter ce monsieur ou BFM permet d’oublier toute complexité et nuance dans ce conflit, soit c’est la faute a Poutine le grand méchant dictateur, soit c’est les méchants americains qui manigance tout...


  • crow le celte 6 juillet 2017 05:05
    Lucien Cerise : Maïdan, un coup d’Etat préparé aux Etats-Unis ?
    Sans deconner ?!!

    Très bientôt, sur le net ce genre d’infos seront filtrées et censurées par un organisme anglais "Full Fact", financé à hauteur de 500.000€ par Soros. Le beurre, l’argent du beurre et une baffe dans nos gueules.

Réagir