vendredi 25 octobre - par mat-hac

Récession de l’industrie automobile : une 3ème vague pour le 1er trimestre 2020

Pierre Jovanovic refuse catégoriquement le statut de lanceur d’alerte. Et pourtant, depuis de très nombreuses années, celui qui est interdit de passage sur les chaînes publiques, alerte les opinions publiques. Il dénonce les agissements de certaines banques et annonce la situation économique catastrophique de pays comme la France. Dans ce Zoom, Pierre Jovanovic tire la sonnette d’alarme. Son message est simple : les gouvernements peuvent truander l’indice des prix et les chiffres du chômage mais pas ceux des licenciements ! Et le journaliste de faire la liste des licenciements en France et en Europe : dans le secteur automobile mais aussi dans le secteur bancaire, ou plus inattendu au cœur de la presse mainstream. Pierre Jovanovic affirme que l’on avance vers une sécession colossale et que tous les indices sont en place pour qu’une troisième vague de récession touche la France au 1er trimestre 2020 !



2 réactions


  • Vraidrapo 25 octobre 16:16

    Échec de la Mondialisation ! ?

    Vu les bases idéologiques sur lesquelles, elle repose, l’échec est inévitable.

    Comme on disait jadis d’une belle fille, la Planète ne peut donner que ce qu’elle a !

    Mais les prédateurs ne se soucient pas de scier la branche sur laquelle nous sommes tous assis, eux jouissent du temps présent.


  • Conférençovore 25 octobre 17:15

    Pour Jova, "les lanceurs d’alerte sont des traîtres". Deux hypothèses : soit il s’est mal exprimé et voulait juste dire que le lanceur d’alerte brise la confidentialité à laquelle il est astreint dans son travail parce qu’il constate un dysfonctionnement grave au sein de son entreprise, soit il le pense vraiment auquel cas c’est un sombre connard. Les lanceurs d’alerte finissent virés, souvent avec des procès au cul et parfois sont obligés de fuir leur pays (Assange, Swoden, etc.). Ils ne font pas la tournée des supermarchés chaque année pour vendre "l’Apocalypse c’est pour demain que j’vous dis ! vol. 27".

    Après sur la récession dans l’industrie automobile allemande, une simple recherche sur le net permet de voir que des MSM en parlent largement : le Figaro, France Info, etc. Il n’y a aucun secret : oui cette industrie est mal (taxes d’importation importantes avec les US, récession chinoise, brexit,baisse générale de la conso en UE, etc.), à l’échelle européenne et ils virent du monde. Rien de secret. Sauf que Jova oublie que ces mêmes boîtes en ouvrent ailleurs : "BMW annonce l’ouverture d’une usine à San Luis Potosi, au Mexique. Des représentants du gouvernement mexicain et du groupe BMW ont officiellement inauguré aujourd’hui cette nouvelle usine automobile. La société a investi plus d’un milliard de dollars américains dans le nouveau site de production. L’usine, qui emploie déjà 2 500 personnes, aura une capacité pouvant atteindre 175 000 unités par an"

    Les autres marques sont très présentes en Slovaquie, Hongrie, Roumanie, etc. Le pb est toujours le même : le coût du travailleur allemand (européen de l’ouest en général) d’où les délocalisations, le recours à la main d’oeuvre étrangère, etc. Pour maintenir son niveau de profit, le patronnat allemand fait la même chose que le français ou autre. Il garde de plus en plus l’ingénierie et la R&D sur place (qui demande du personnel qualifié) et externalise de plus en plus une prod de plus en plus robotisée. Évidemment il y a une limite à cette stratégie : pour acheter les bagnoles il faut du pouvoir d’achat et avec des Européens qui se pauperisent et un contexte international merdique, ça coince. Il n’y a pas besoin de sortir de St Cyr pour prédire que cela ne fera qu’empirer.

    Donc effectivement, Jova n’est pas un lanceur d’alerte. Il n’est pas non plus un analyste très sérieux. Il compile juste des infos (systématiquement dans le même sens, un biais de sélection xxl comme ses chemises) et les recrache. Il a fait du bon boulot sur le "suicide" bizarre de ce banquier en Italie, sur la crise de 2008, mais son site est juste une compilation de ce que l’on peut trouver ailleurs et rapporté par des anonymes : il n’informe pas, il relaie. Ce n’est pas plus du journalisme que les scribouillards qui reprennent des dépêches AFP... Au moins il n’est pas subventionné... c’est déjà ça.


Réagir