dimanche 16 septembre - par Paul Dallio

Immigration : incident entre Matteo Salvini et un ministre luxembourgeois

Dans une vidéo que son entourage a diffusée sur Facebook, on voit Matteo Salvini prendre la parole à une réunion des ministres européens de l’Intérieur et dénoncer l’idée apparemment formulée auparavant par Jean Asselborn, ministre luxembourgeois, selon laquelle l’Europe vieillissante a besoin d’immigrés.

« J’ai une perspective complètement différente. Je pense être au gouvernement, payé par mes concitoyens, pour aider nos jeunes à recommencer à faire des enfants (…) et non pour extirper la jeunesse africaine », explique-t-il.

« En Italie, nous ressentons l’exigence d’aider nos enfants à faire d’autres enfants. Et pas à avoir de nouveaux esclaves pour remplacer les enfants que nous ne faisons plus », explique l’homme fort du gouvernement italien.

Au premier plan sur la vidéo, Jean Asselborn commence à réagir : « Oh là, c’est abusé là ! ». Mais Matteo Salvini insiste : « Si au Luxembourg vous avez besoin d’une nouvelle immigration, moi je préfère garder l’Italie pour les Italiens et recommencer à faire des enfants ».

(…)

RTL.fr



14 réactions


  • Perre Sanders 16 septembre 11:47
    Un laquais de l’oligarchie, perde le staffe, (perd les étriers) comme disent les Italiens. C’est symptomatique et emblématique de la fracture qui s’élargit en Europe entre souverainistes et euro-mondialistes.

    On remarquera l’excellente éducation de Matteo Salvini. Je l’avais déjà remarquée à l’occasion de sa visite à la Préfecture de police, de Venise, pendant l’été.

    Au début de la visite, on lui offre une casquette de la police nationale, il la met sur sa tête pour quelques photos, puis l’enlève et la tient à la main pour saluer individuellement une cinquantaine de personnes, si l’on tient compte des coupes dans le reportage.


    Un tout autre style que celui de l’éructant Asselborn, cloporte en français smiley

  • Qamarad Qamarad 16 septembre 13:07

    Même si sa marge de manoeuvre est faible, faut rendre au peuple italien le fait d’avoir porté à cette fonction les idées représentées par Salvini. Chose que les français n’ont pas été foutus de faire en bons veaux.


    • Hieronymus Hieronymus 16 septembre 14:57

      @Qamarad
      c’est qu’en France on a les Le Pen, la machine à perdre de la droite nationale, presque tous ceux qui "tenaient la route" au FN ont foutu le camp ou se sont fait virés, comme personne viable actuellement je ne vois plus guère que le maire sénateur de Fréjus, David Rachline, il finira par dégager lui aussi

       smiley


    • Perre Sanders 16 septembre 17:10

      @Hieronymus
      "...la machine à perdre de la droite nationale…" 

      Le Rassemblement national talonne LREM dans les intentions de vote pour les Européennes.

      Marine Le Pen a observé, à l’occasion d’une interview qu’elle a accordée à La Provence : "A force de dire que notre parti est quasiment mort, qu’il est fragilisé, cerné par les problèmes, on oublie la réalité de notre courant politique. Il n’a aucune vocation à reculer".

      Aucune vocation à reculer parce que, sur ce courant politique, le RN est sans concurrent, la "droite nationale" n’ayant qu’une existence groupusculaire, aussi insignifiante que celle de l’UPR


    • Vraidrapo 16 septembre 17:21

      @Perre Sanders

      Le FN n’est pas une machine à perdre mais une machine à rabattre les électeurs au second tour.

      Les analystes se tuent à répéter que la tactique a été mise en place par la Mitte et les gens refusent d’intégrer cette info essentielle.

      Le FN ne veut pas de l’Elysée,

      le FN veut les millions des subventions électorales

      pourquoi il se ferait chier au gouvernement de ce pays.


    • Perre Sanders 16 septembre 17:27

      @Vraidrapo

      Les élections européennes ne sont pas à deux tours, et si, en 2022, Macron n’est pas au deuxième tour, ça pourrait faire le beurre de Mélenchon


    • Qamarad Qamarad 16 septembre 21:24

      @Hieronymus

      Au delà de ce que tu décris (et fort juste), pour connaître beaucoup d’italiens, ce peuple est d’un pragmatisme et bien moins touché par le politiquement correct. Là-bas, il y a des meeting ouvertement fascistes sans que ça émeuve comme en France. Le français est vraiment d’un caractère borné et idéologue comparé à son couin transalpin smiley


    • Hieronymus Hieronymus 17 septembre 08:25

      @Qamarad
      les Italiens sont sortis des "années de plomb", les Français ne font qu’y entrer

      les Italiens savent pour les réseaux Gladio, l’attentat de la gare de Bologne, l’instrumentalisation des brigades rouges, en France combien de gens se posent les vraies questions sur Charlie hebdo, le Bataclan, la promenade des Anglais ?

      ne pas se fier à l’air charmeur, de garçon bien élevé et délicat de Macron, ce type là n’a aucune conviction profonde, il est foncièrement indifférent au peuple, aux petites gens, il ne fait que régurgiter la leçon qu’on lui a apprise, celle pour laquelle il a été programmé, c’est un parfait pantin de l’oligarchie mondialiste


    • Joe Chip Joe Chip 17 septembre 10:35

      Le FN est bien une machine à perdre ET à rabattre les électeurs vers les candidats "systémiques" comme l’a encore confirmé récemment un député européen qui a dit sans détour que la candidature de MLP était une bonne chose car elle n’avait aucune chance de l’emporter en France, contrairement à Salvini et Orban qui eux, représentaient la vraie menace pour l’Europe. Ce même Salvini, tacticien subtil, qui a fait savoir qu’il ne s’allierait pas avec le FN dans une stratégie anti-européenne, conscient que MLP était non seulement une pestiférée mais en plus une perdante depuis l’année dernière. D’ailleurs, il ne s’est jamais affiché à côté d’elle, ce qui veut tout dire :

      https://www.ouest-france.fr/politique/front-national/pas-de-salvini-le-chef-de-la-lega-au-rassemblement-du-fn-nice-5733779

      Pas fous, ces populistes, ils voient bien comment le FN a stérilisé les élections nationales depuis 30 ans en France et permis aux partis de majorité d’être systématiquement reconduit en dépit d’un bilan catastrophique.   

      Puisque le FN ne veut pas disparaître de lui-même, il faut à tout prix lepousser vers la sortie et le discréditer sur les forums en refusant la dialectique des frontistes qui est - comme par hasard - la même que celle des macronistes : "après nous le déluge".

      Le FN reste à l’image de son fondateur, c’est à dire un parti qui ne veut pas réellement du pouvoir et reste figé dans des postures contestataires caricaturales à l’image de la fille qui a échoué à entrer dans le rôle de chef de l’opposition qui lui tendait pourtant les bras. 

      Dans cette équation politique, Macron tient un rôle pratiquement aussi marginal dans lequel l’enferme ironiquement la combine électorale conçue par Mitterrand, puisque les autres européens - en gros les conservateurs allemands et leurs alliés - ne voient pas du tout en lui le sauveur de l’Europe et du progressisme libéral mais un simple petit soldat dont la fonction principale est de repousser les nationalistes français en dehors du jeu politique européen. C’est là que le "piège" mitterrandien" se referme sur ceux qui l’ont conçu puisqu’il contribue globalement à isoler les Français sur la scène européenne, où pour le dire sobrement nous n’avons plus aucune influence. 

      Tous les observateurs le confirment : le paradigme binaire "progressiste/conservateur", "européen/anti-européen", ’ouvert-fermé" qui a permis à Macron d’être élu en France n’est pas valable sur la scène politique européenne, où les lignes de force se constituent autour de compromis passés au sein de familles politiques élargies. Par exemple, le PPE rassemble des libéraux-conservateurs "ouverts" aussi bien que des conservateurs-nationaux "fermés", les premiers veillant à ce que les seconds ne soient pas ostracisés un peu à la manière dont le furent les conservateurs anglais.

      Donc Macron et MLP c’est juste un binôme de perdants et la seule vraie alternative est justement de refuser cette alternative électorale.


    • Matlemat Matlemat 17 septembre 10:52

      @Joe Chip
       Exactement, Salvini connaît mieux la situation politique en France que Poutine par exemple.


    • Perre Sanders 17 septembre 14:03

      @Joe Chip

      "Puisque le FN ne veut pas disparaître de lui-même, il faut à tout prix lepousser vers la sortie..."

      Vu qu’on est copains maintenant, je vous signale l’homme de la situation : 

      https://twitter.com/i/status/1040924294891679744


    • Joe Chip Joe Chip 17 septembre 15:38

      @Matlemat

      Bonne remarque, les Russes ont d’ailleurs compris qu’ils avaient fait un mauvais calcul en misant sur ce canard boiteux qu’est le FN, et un mois plus tard Poutine était à Versailles, encaissant sans broncher les critiques de Macron. 

      Quant à Marine Le Pen, elle crie désormais "Vive l’Europe" alors qu’elle disait à peu près l’inverse il y a un an, tentant désespérément de monter dans le train en marche des populistes européens en multipliant - pour le moment en vain - les appels du pieds en direction de Salvini, qui n’a pas besoin d’elle et lui a envoyé un simple émissaire de son parti pour lui manifester son "soutien". 

      Tactiquement comme politiquement, il a d’ailleurs plutôt intérêt à la maintenir à distance pour se démarquer formellement de "l’extrême-droite" aux yeux de sa population et de ses partenaires européens conservateurs.

      En tout cas, elle n’a plus aucune chance de se mettre à la tête de la fronde populiste au niveau européen. 


  • Vraidrapo 16 septembre 17:16
    et, surtout !!!, jamais un mot sur l’exploitation des ressources africaines avec la complicité de ces p...... de Rois nègres...
    Déjà sous Mitterrand ce gabonais interrogé par un envoyé spécial avait déclaré :
    " que l’armée française retourne chez elle pour nous laisser couper les oreilles d’Omar Bongo ensuite, les Français pourront revenir. Sinon, nous allons aussi couper les oreilles de Mitterrand..."
    La présence de l’armée française était "justifiée" par la protection des ressortissants français.. ; Ceux qui ont été coopérants culturels, comme moi, de longues années savent la valeur de cet argument...
    Quand on sait combien la canicule est insupportable en France, imaginons ce qu’il en est pour ces pauvres africains que les Aréva, Elf-Gabon etc... poussent à la famine.

  • Tom France Tom France 17 septembre 12:53

    Le système oligarchique et ses contradictions dans toute sa splendeur ! D’un côté, l’avortement est massivement promu pour les autochtones qui le pratique à outrance malgré tous les moyens de contraception mis à la disposition du publique et de l’autre, les mêmes prétendent que la population européenne est vieillissante et qu’il faudrait pour combler cela faire venir tout le tiers monde ! 


Réagir