maQiavel maQiavel 20 mars 18:58

Attention, ça pique : « 11 candidats à la présidentielle, on a un chanteur, un complotiste, un fou … c’est une pièce de Boulevard ». smiley

Au-delà du mépris et de l’arrogance affichée par Pascal Perri, moi ce sont les arguments qui m’intéressent. Bon, je ne vais pas parler de chacun des candidats qu’il égratigne car à mon avis il ne les connait pas, il ne s’est jamais intéressé à eux et il tente de les ridiculiser tout simplement parce qu’il est face à l’inconnu, d’ailleurs il a fait moins le malin quand il s’est retrouvé en face de FA ( qui s’est beaucoup amélioré dans ces médias ) , il a vite compris qu’il n’avait pas affaire au crétin qu’il imaginait.

D’abord l’argument de l’équité, FA l’a balayé les deux premières minutes quand les GG l’ont reçu.

Si on posait la question en termes de proportionnalité, l’exposition médiatique devrait être proportionnelle à quoi ? Aux chiffres des dernières élections ? Dans ce cas, l’exposition médiatique de Macron devrait être nulle. Aux résultats des sondages d’opinion ? Encore une fois, on en revient à cette question dont on ne peut se départir : il y’a une corrélation entre l’exposition médiatique et les résultats des enquêtes d’opinion. Même si cette corrélation n’est pas parfaite, il y’a un fait simple : ceux qui ne sont pas connus feront des scores faibles. C’est évident. Macron aurait été candidat en 2012 et ses sondages auraient été infinitésimaux. Donc il a su se faire connaitre, parce qu’il a été ministre mais surtout parce qu’il a de bons réseaux dans les médias ( on peut rajouter d’autres éléments comme le fait qu’il soit jeune , qu’il ait un certain pédigrée , qu’il soit capable de débattre mais d’autres que lui ont ces caractéristiques , donc ce qui est déterminant , ce sont les réseaux ).

On peut tourner ça dans tous les sens mais au final le résultat est là : c’est la caste journalistique qui décide qui doit être exposé médiatiquement ou non. C’est cette caste qui fait passer les personnages publics par leur filtre. Ce n’est pas un complot, c’est un effet de structure très majoritairement spontanée (mais pas uniquement) : les médias construisent les objets politiques et formatent les perceptions publiques. Les vrais grands électeurs, ce sont eux. Ainsi, lorsqu’ils font face à des gens qu’ils ne connaissent pas, ils élaborent d’urgence des critères d’évaluation des inconnus qui ont eu l’outrecuidance de ne pas avoir été filtré par eux (par exemple, le critère « complotiste » pour caractériser FA qu’il a balayé de façon assez drôle aux GG).

En tous cas, le cas Macron est très intéressant, il nous permet aujourd’hui de répondre à un certain nombre de contre arguments. 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe